RENAULT Modus 1.6 16V BVA Luxe dynamique

ESPACE CITADINE
  • Compacité
  • Intérieur clair
  • Rangements
  • Insonorisation insuffisante
  • Volant fixe en profondeur
  • BVA pas à l'aise

Prix : 17 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 113 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 15.30 mkg à 4250.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 1250 kg

Capacités

Coffre de 198 à 621 dm³
Réservoir 49 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 184 km/h
0 à 100 km/h 12.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.90
Urbaine 10.40
Mixte 7.50
Essai 8.90

La Mini Espace

Elle n’a pas ouvert la voie comme sa grande sœur l’Espace mais, comme elle, elle devrait surfer sur la vague du succès. La nouvelle Modus de RENAULT découverte à Genève et vedette du dernier Mondial de Paris, comble le vide des petits monospaces dans la panoplie du constructeur, juste entre l’indémodable Twingo et la célèbre Clio.

Toute courte

Comme la plupart des constructeurs, RENAULT a adopté le "Family Spirit" qui consiste à arborer des faces avant proches. La Modus ne dépayse pas les amateurs du losange avec une calandre reprenant les "gimmicks" des autres modèles. Seule différence, le retour aux glaces de clignotant teintées orange, couleur reprise sur les répétiteurs latéraux efficacement placés sur les pieds de rétroviseurs. Le profil monospace est indiscutable sans vitres latérales avant, ni latérales arrière. Le hayon vertical est proche des portes arrière. Il faut rappeler que la Modus mesure, à peu de chose près, la longueur de la Clio et se place parmi les plus courtes du segment (respectivement quatorze et vingt-cinq centimètres de moins que la FIAT Idea et l’OPEL Meriva). Les mensurations réduites de la petite RENAULT la place idéalement en ville pour les courses et le transport les enfants. L’intérieur a donc été pensé en conséquence, à commencer par le mini rétroviseur destiné à surveiller la progéniture. L’habitacle est sobre, clair et relativement vaste, à l’image de la planche de bord. La console centrale renferme toutes les commandes de la voiture. Comme sur pas mal des voitures de ce type, le bloc compteur trône au sommet de ladite console couverte de plastique de qualité moyenne. On est loin de la R11 Electronic qui vantait, dans les années 80 ses compteurs 100% digitaux ; l’innovation est devenue classique dans la Modus. Les clins d’œil au style des feux arrière sont repris dans la forme du compteur et de la console. La clarté de l’habitacle est une chose, les rangements sont également attendus au coin du pare-brise. Il faut peu compter sur le coffre, assez riquiqui (la voiture est courte). La banquette coulissante, d’un seul tenant, en augmente la contenance. Pratique et testée, l’ouverture inversée de l’abattant su hayon permet de glisser des objets dans le coffre quand la Modus est reculée face à un mur. Malheureusement, cette commodité est facturée 350 €, assez chère pour s’en passer. A l’intérieur, les intéressantes trappes aménagées dans le plancher avant complètent les bacs et la boîte à gants. Mais, bizarrement, le haut de la planche n’accepte qu’un seul bac (non fermé sur la version essayée) devant le conducteur. Comme sur la Laguna, la finition de notre Modus a récupéré les pare-soleil latéraux des vitres arrière. La position de conduite est agréable grâce à la position haute "monospace", dommage que le volant soit fixe en profondeur, inhabituel pour une voiture de conception récente. A noter l’astuce de l’assise du siège passager qui peut se relever de façon à y caler un paquet. Le 1.6 16V est le puissant des moteurs essence ; la gamme débute avec un 1.2 16V de 75 chevaux. Le 1.6 16V est le seul acceptant une (vraie) boîte automatique à quatre rapports. Au démarrage, la réactivité étant relative, on se demande si la boîte n’est pas une "robotisée" en position automatique. Le compte-tours a une tendance à l’affolement, le rapport supérieur ayant du mal à trouver sa place dans la grille. Avec l’habitude, on s'y fait, mais la gestion de la "Proactive" nous avait habitué à mieux. Au pire, la commande par impulsions reste possible pour calmer ou affoler le 1.6, mais dans ce cas, le côté automatique perd, à mon sens, de son intérêt. L’insonorisation n’est pas non plus le point fort de la voiture. Parions que la boîte robotisée Quickshift viendra améliorer les propositions de la gamme, la boîte actuelle étant facturée 1.100 €. La petite Modus est agréable à conduire, confortable et peu sensible au roulis, seule la direction assistée pourra déconcerter au début par son balourd prononcé. La finition Luxe assure un bon niveau d’équipements comme les allumages automatiques des phares et des essuie-glace, ou l’ordinateur de bord, ou encore le régulateur de vitesse.

Toute maligne

La clarté de l’habitacle est une chose, les rangements sont également attendus au coin du pare-brise. Il faut peu compter sur le coffre, assez riquiqui (la voiture est courte). La banquette coulissante, d’un seul tenant, en augmente la contenance. Pratique et testée, l’ouverture inversée de l’abattant su hayon permet de glisser des objets dans le coffre quand la Modus est reculée face à un mur. Malheureusement, cette commodité est facturée 350 €, assez chère pour s’en passer. A l’intérieur, les intéressantes trappes aménagées dans le plancher avant complètent les bacs et la boîte à gants. Mais, bizarrement, le haut de la planche n’accepte qu’un seul bac (non fermé sur la version essayée) devant le conducteur. Comme sur la Laguna, la finition de notre Modus a récupéré les pare-soleil latéraux des vitres arrière. La position de conduite est agréable grâce à la position haute "monospace", dommage que le volant soit fixe en profondeur, inhabituel pour une voiture de conception récente. A noter l’astuce de l’assise du siège passager qui peut se relever de façon à y caler un paquet.

Toute automatique

Le 1.6 16V est le puissant des moteurs essence ; la gamme débute avec un 1.2 16V de 75 chevaux. Le 1.6 16V est le seul acceptant une (vraie) boîte automatique à quatre rapports. Au démarrage, la réactivité étant relative, on se demande si la boîte n’est pas une "robotisée" en position automatique. Le compte-tours a une tendance à l’affolement, le rapport supérieur ayant du mal à trouver sa place dans la grille. Avec l’habitude, on s'y fait, mais la gestion de la "Proactive" nous avait habitué à mieux. Au pire, la commande par impulsions reste possible pour calmer ou affoler le 1.6, mais dans ce cas, le côté automatique perd, à mon sens, de son intérêt. L’insonorisation n’est pas non plus le point fort de la voiture. Parions que la boîte robotisée Quickshift viendra améliorer les propositions de la gamme, la boîte actuelle étant facturée 1.100 €. La petite Modus est agréable à conduire, confortable et peu sensible au roulis, seule la direction assistée pourra déconcerter au début par son balourd prononcé. La finition Luxe assure un bon niveau d’équipements comme les allumages automatiques des phares et des essuie-glace, ou l’ordinateur de bord, ou encore le régulateur de vitesse.

La RENAULT Modus est sympathique avec sa frimousse agréable et sa compacité bienvenue. Parmi les plus courtes de ce segment prometteur, la Modus perd en habitabilité les centimètres qu’elle a laissés en longueur. Heureusement, l’intérieur est relativement modulable pour privilégier les enfants ou les paquets. Il est à la fois simple et clair avec quelques rangements malins. Le 1.6 16V offre ses 113 chevaux en alternative à l’incontournable dCi qu’on aura l’occasion de tester. La boîte Proactive nécessite une petite prise en mains pour éviter de lui perturber la logique de changement de rapports. La Clio, en attendant la troisième du nom, pourrait souffrir le plus de l’appétit de la nouvelle venue, mais après tout, on reste dans la famille…

Philippe NIOLLET

2005-01-10