FORD Mondeo 2.2 TDCi "Titanium" 5 portes

ESPACE FAMILIALE
  • Ligne séduisante
  • Motorisation puissante
  • Performances
  • Visibilité arrière
  • Assises et suspensions fermes

Prix : 28 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres turbo Diesel
Cylindrée 2198 cm³
Puissance maxi 155 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 41.00 mkg à 1800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.73 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1495 kg

Capacités

Coffre de 380 à 0 dm³
Réservoir 59 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 223 km/h
0 à 100 km/h 8.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 8.20
Mixte 6.10
Essai 0.00

Elégante et dynamique

La FORD Mondeo est déjà une vieille connaissance. Depuis 1993, elle n’a cessé d’évoluer dans sa ligne et sa technologie pour rester au goût du jour et tenir tête à ses concurrentes dans la catégorie des berlines moyennes. Bien motorisée, riche en équipements et parures, elle allie sportivité et élégance.

Une silhouette cossue et distinguée

Dès le premier coup d’œil, la silhouette de la Mondeo donne l’impression d’une berline robuste, sans trop de lourdeur grâce aux nervures qui soulignent les courbes et allongent la ligne. Sans sa fine calandre chromée du style "Focus", on pourrait la confondre dans sa ligne générale avec une de ses rivales allemandes, particulièrement dans le dessin de ses feux arrière. Plus longue que ses rivales directes, la Mondeo est une familiale spacieuse et bien équipée, qui séduit aussi par ses qualités dynamiques. Le modèle que nous avons essayé, dans sa finition "Titanium", est la berline turbo Diesel la plus puissante de sa catégorie. Sur le plan esthétique, elle se distingue particulièrement par un environnement intérieur soigné. Sa console centrale, ornée d’une originale pendule ovale, intègre l’ensemble des commandes judicieusement disposées. Sa sellerie haut de gamme en cuir et Alcantara est de très bonne facture. On peut regretter une certaine fermeté de l’assise qui, en particulier pour le conducteur, se révèle peu agréable sur des longs parcours. Ce désagrément est vraisemblablement rendu plus sensible en raison de l’adoption d’une suspension "sport" pour ce modèle. L’instrumentation de bord, à écrans blancs finement cerclés d’un jonc aluminium, donne une note sportive que l’on retrouve aussi sur le décor extérieur, avec les inserts chromés sur les pare-chocs avant et d’élégantes jantes de dix-sept pouces, en alliage léger, à sept branches. Ce modèle se singularise aussi par la richesse de son équipement de confort et sécurité, avec la climatisation automatique bi-zone, le régulateur de vitesse, l’allumage automatique des feux de croisement à l’entrée des zones d’ombre, l’ordinateur de bord, les commandes électriques des glaces avant et arrière regroupées sur l’accoudoir de porte du conducteur. Le détecteur de pluie, qui commande la mise en marche automatique de l’essuie-glace, règle non seulement la fréquence des battements en fonction du niveau de l’averse, mais décide de la marche en continu au dessus d’un certain seuil d’intensité pluvieuse. Le dégivrage du pare-brise est assuré par un fin réseau de résistances couvrant l’ensemble de la surface. Ce système est sans doute très performant et d’efficacité rapide, mais les serpentins, malgré leur finesse, sont un peu gênants sous certains angles d’éclairage. Six coussins gonflables (airbags), à retenue programmée en fonction de la gravité de l’impact, assurent la protection frontale et latérale aux places avant et arrière. Cette programmation IPS (Intelligent Protection System) analyse la gravité de l’impact, à partir des informations transmises par un réseau de capteurs situés à certains points stratégiques de la voiture, et active en quelques millisecondes les systèmes de sécurité appropriés. En cas de chocs graves, à l’arrière du véhicule, les appuis-tête avancent automatiquement pour limiter les risques de lésions aux vertèbres. La version Titanium de la Mondeo reçoit les motorisations les plus puissantes, en particulier le dernier turbo Diesel "common rail" de 2.198 cm3. Ce quatre cylindres en ligne, assisté d’un turbo-compresseur avec intercooler, développe 155 chevaux. Son important couple moteur de 400 Nm à 1.800 tr/mn lui assure souplesse et dynamisme. Accouplée à une boîte mécanique à six rapports, cette puissante motorisation autorise des reprises rapides sur les rapports intermédiaires, qualité appréciable pour effectuer des dépassements d’urgence. Sans parler de la vitesse de pointe qui n’est plus un argument "sécuritairement correct" (223 km/h), les données fournies par le constructeur annoncent des accélérations de 0 à 100 km/h en 8,7 secondes. La sixième vitesse peut être considérée comme un rapport d’autoroute, ayant l’avantage de réduire le niveau sonore en abaissant le régime moteur et de diminuer la consommation en carburant. Le comportement général de la voiture est sain. La conception "sport" de la suspension y est pour une grande part, même si cela doit être au détriment du confort en raison de sa fermeté. Le freinage manque un peu de mordant au regard des performances de cette voiture et le système de contrôle dynamique de stabilité (ESP), optionnel, ne serait pas superflu en série. Notre essai, en ville, sur autoroute et réseau secondaire, nous a permis d’apprécier les qualités de cette voiture. La conception de l’habitacle et son aménagement sont satisfaisants. Le seul reproche à faire, pour la conduite en ville, est le manque de visibilité au niveau des montants latéraux arrière. Des accessoires, comme l’aide à la navigation et des projecteurs au xénon, avaient été rajoutés à l’équipement de base déjà très complet. L’usage du GPS qui équipait notre voiture s’est révélé simple d’utilisation et très performant. Son écran tactile simplifie la commande des fonctions. De grande surface, bien placé au centre de la console, il affiche une cartographie très lisible. En circulation urbaine l’affichage d’une fenêtre, dans laquelle apparaît la localisation très détaillée du point où l’on se trouve, permet un repérage rapide et très précis.

Mondeo "Titanium", alliance d’esthétisme et de confort

Le modèle que nous avons essayé, dans sa finition "Titanium", est la berline turbo Diesel la plus puissante de sa catégorie. Sur le plan esthétique, elle se distingue particulièrement par un environnement intérieur soigné. Sa console centrale, ornée d’une originale pendule ovale, intègre l’ensemble des commandes judicieusement disposées. Sa sellerie haut de gamme en cuir et Alcantara est de très bonne facture. On peut regretter une certaine fermeté de l’assise qui, en particulier pour le conducteur, se révèle peu agréable sur des longs parcours. Ce désagrément est vraisemblablement rendu plus sensible en raison de l’adoption d’une suspension "sport" pour ce modèle. L’instrumentation de bord, à écrans blancs finement cerclés d’un jonc aluminium, donne une note sportive que l’on retrouve aussi sur le décor extérieur, avec les inserts chromés sur les pare-chocs avant et d’élégantes jantes de dix-sept pouces, en alliage léger, à sept branches. Ce modèle se singularise aussi par la richesse de son équipement de confort et sécurité, avec la climatisation automatique bi-zone, le régulateur de vitesse, l’allumage automatique des feux de croisement à l’entrée des zones d’ombre, l’ordinateur de bord, les commandes électriques des glaces avant et arrière regroupées sur l’accoudoir de porte du conducteur. Le détecteur de pluie, qui commande la mise en marche automatique de l’essuie-glace, règle non seulement la fréquence des battements en fonction du niveau de l’averse, mais décide de la marche en continu au dessus d’un certain seuil d’intensité pluvieuse. Le dégivrage du pare-brise est assuré par un fin réseau de résistances couvrant l’ensemble de la surface. Ce système est sans doute très performant et d’efficacité rapide, mais les serpentins, malgré leur finesse, sont un peu gênants sous certains angles d’éclairage. Six coussins gonflables (airbags), à retenue programmée en fonction de la gravité de l’impact, assurent la protection frontale et latérale aux places avant et arrière. Cette programmation IPS (Intelligent Protection System) analyse la gravité de l’impact, à partir des informations transmises par un réseau de capteurs situés à certains points stratégiques de la voiture, et active en quelques millisecondes les systèmes de sécurité appropriés. En cas de chocs graves, à l’arrière du véhicule, les appuis-tête avancent automatiquement pour limiter les risques de lésions aux vertèbres.

Puissance et dynamisme

La version Titanium de la Mondeo reçoit les motorisations les plus puissantes, en particulier le dernier turbo Diesel "common rail" de 2.198 cm3. Ce quatre cylindres en ligne, assisté d’un turbo-compresseur avec intercooler, développe 155 chevaux. Son important couple moteur de 400 Nm à 1.800 tr/mn lui assure souplesse et dynamisme. Accouplée à une boîte mécanique à six rapports, cette puissante motorisation autorise des reprises rapides sur les rapports intermédiaires, qualité appréciable pour effectuer des dépassements d’urgence. Sans parler de la vitesse de pointe qui n’est plus un argument "sécuritairement correct" (223 km/h), les données fournies par le constructeur annoncent des accélérations de 0 à 100 km/h en 8,7 secondes. La sixième vitesse peut être considérée comme un rapport d’autoroute, ayant l’avantage de réduire le niveau sonore en abaissant le régime moteur et de diminuer la consommation en carburant. Le comportement général de la voiture est sain. La conception "sport" de la suspension y est pour une grande part, même si cela doit être au détriment du confort en raison de sa fermeté. Le freinage manque un peu de mordant au regard des performances de cette voiture et le système de contrôle dynamique de stabilité (ESP), optionnel, ne serait pas superflu en série.

Confort et agrément de conduite

Notre essai, en ville, sur autoroute et réseau secondaire, nous a permis d’apprécier les qualités de cette voiture. La conception de l’habitacle et son aménagement sont satisfaisants. Le seul reproche à faire, pour la conduite en ville, est le manque de visibilité au niveau des montants latéraux arrière. Des accessoires, comme l’aide à la navigation et des projecteurs au xénon, avaient été rajoutés à l’équipement de base déjà très complet. L’usage du GPS qui équipait notre voiture s’est révélé simple d’utilisation et très performant. Son écran tactile simplifie la commande des fonctions. De grande surface, bien placé au centre de la console, il affiche une cartographie très lisible. En circulation urbaine l’affichage d’une fenêtre, dans laquelle apparaît la localisation très détaillée du point où l’on se trouve, permet un repérage rapide et très précis.

La FORD Mondeo 2.2 TDCi Titanium est une berline de classe. Puissante, bien équipée et sobre, cette version occupe une place de choix dans la catégorie des voitures familiales à vocation de grandes routières.

Guy NICOLAS

2005-02-15