HONDA FRV 2.2 i-CTDi

ESPACE MONOSPACE
  • Moteur
  • Finition
  • Prix
  • Trop de niveaux de finition
  • Quelques manques de rangement

Prix : de 23 950 € à 30 750 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes turbo diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 2204 cm³
Puissance maxi 140 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 34.20 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.29 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.61 m

Poids

Total 1695 kg

Capacités

Coffre de 439 à 1049 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 6

Performances

Vitesse maxi 190 km/h
0 à 100 km/h 10.10 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.30
Urbaine 8.00
Mixte 6.30
Essai 0.00

Le parti du six

Le petit monde des monospaces compact est de moins en moins petit. Il est loin le temps où la RENAULT Mégane Scénic faisait le segment à elle seule. Depuis, chaque constructeur a sorti son modèle en proposant plus de places et plus de coffre. Entre cinq et sept, HONDA a, comme FIAT, choisi la version six places à raison de deux rangées de trois sièges. Son FRV, présenté au Mondial de Paris 2004, pouvait, jusqu’à présent, souffrir de ne rouler qu’au super. HONDA profite de son récent moteur diesel i-CTDi pour corriger le tir en dévoilant un FRV i-CDTi dans ses concessions, surtout quand on sait que le diesel couvre quasiment neuf véhicules sur dix.

Fabuleux Ronronnement Véloce

Le 2.2 i-CTDi est le nouveau moteur turbo diesel à rampe commune de HONDA, découvert sous le capot de l’Accord et que l’on découvrira dans l’intéressante nouvelle Civic (patience). Les louanges qu’il a reçues à sa sortie ne sont pas usurpées. Il a la pêche d’un diesel et la discrétion d’un moteur essence, à peine trahie par quelques vibrations au repos. Plus puissant que ses concurrents, le 2.2 assure 140 chevaux, avec une quasi onctuosité de moteur 6 cylindres. Associé à une boîte mécanique à six rapports, il reprend sans que l’on soit sans cesse contraint de rétrograder. On ne pourra que mieux se passer de l’absence de boîte automatique, même en option. La consommation moyenne est annoncée comme prometteuse avec 6,3 litres aux cent kilomètres. Le gabarit et la disposition du FRV (large, sans porte à faux, et les roues aux quatre coins) contribuent à la stabilité du véhicule dans toutes les situations. Deux centimètres de plus en largeur qu’un VW Touran, à égalité avec un RENAULT Scénic et six centimètres de moins qu’un FIAT Multipla, il ajoute de la place au premier sans les inconvénients potentiels du dernier. Le FRV est en revanche dans le camp des plus longs, ce qui profite au volume du coffre et aux places arrière. Le HONDA a donc repris le principe de deux rangées de trois sièges que seul le FIAT Multipla développait. La principale différence entre les deux monospaces de ce point de vue, réside dans la largeur. Le monospace HONDA a gardé des mensurations plus raisonnables qui se traduisent par une largeur plus faible des sièges centraux, alors que l’italien dispose de six sièges identiques. L’architecture en double V des rangées pallie ce possible inconvénient. En effet, les sièges centraux coulissent vers l’arrière, ce qui permet aux passagers de ne pas "coller" leurs voisins et particulièrement le conducteur. Bien entendu, si la place centrale n’est pas utilisée, les occupants bénéficient d’un volume "habitable" bien plus grand que dans un monospace classique. La modularité permet naturellement d’abaisser le dossier du siège central pour en faire une table ou encore de disposer d’un rangement supplémentaire en relevant une partie de l’assise. Comme son contemporain italien, le levier de vitesses est remonté sur la planche de bord avec un "soufflet" façon VOLVO S60. Le minuscule frein à main à tirette (rappelez vous la CITROËN GS) est plus discrètement placé sous la console. Quelques rangements sont disséminés ça et là, sans trappes supplémentaires dans le plancher. Détails capitaux, le porte-gobelets avant dispose de trois logements et les pare-soleil sont triples eux aussi. Le maniement des sièges constituant la deuxième rangée est simple, chacun pouvant être replié séparément. La surface vitrée est généreuse, le conducteur ne souffre pas de rouler plus large. Restons dans l’habitacle puisque l’atmosphère y est agréable. La finition "Executive Navi Cuir" d’essai mêlant cuir, bois et autres matériaux de qualité ajoute le plus de rouler, telle une lapalissade, dans de très bonnes conditions. Il est vrai que la finition est particulièrement soignée dans une ambiance claire, exit les plastiques noirs sur fond noir. Le style extérieur du HONDA est connu et plutôt agréable avec une face avant anguleuse dans l’esprit des Accord ou CRV. Le FRV gazole ne se distingue pas de son frère essence, hormis le logo sur le hayon. Une seule motorisation diesel est donc proposée, accompagnée de cinq finitions (HONDA chercherait-il la difficulté ?). Le niveau d’entrée "Comfort" assure déjà largement le principal avec la climatisation automatique, l’ESP (baptisé VSA chez HONDA), le régulateur de vitesse et six airbags. Il faut admettre que le prix d’entrée dépasse largement 20.000 €. Le reste des finitions ajoute des agréments supplémentaires tels que les jantes alliage ou la navigation. Le FRV est bien entendu garanti trois ans ou 100.000 kilomètres avec possibilité d’extension à cinq ans, kilométrage illimité.

Fières Rangées en V

Le HONDA a donc repris le principe de deux rangées de trois sièges que seul le FIAT Multipla développait. La principale différence entre les deux monospaces de ce point de vue, réside dans la largeur. Le monospace HONDA a gardé des mensurations plus raisonnables qui se traduisent par une largeur plus faible des sièges centraux, alors que l’italien dispose de six sièges identiques. L’architecture en double V des rangées pallie ce possible inconvénient. En effet, les sièges centraux coulissent vers l’arrière, ce qui permet aux passagers de ne pas "coller" leurs voisins et particulièrement le conducteur. Bien entendu, si la place centrale n’est pas utilisée, les occupants bénéficient d’un volume "habitable" bien plus grand que dans un monospace classique. La modularité permet naturellement d’abaisser le dossier du siège central pour en faire une table ou encore de disposer d’un rangement supplémentaire en relevant une partie de l’assise. Comme son contemporain italien, le levier de vitesses est remonté sur la planche de bord avec un "soufflet" façon VOLVO S60. Le minuscule frein à main à tirette (rappelez vous la CITROËN GS) est plus discrètement placé sous la console. Quelques rangements sont disséminés ça et là, sans trappes supplémentaires dans le plancher. Détails capitaux, le porte-gobelets avant dispose de trois logements et les pare-soleil sont triples eux aussi. Le maniement des sièges constituant la deuxième rangée est simple, chacun pouvant être replié séparément. La surface vitrée est généreuse, le conducteur ne souffre pas de rouler plus large.

Finitions et Revêtements Valables

Restons dans l’habitacle puisque l’atmosphère y est agréable. La finition "Executive Navi Cuir" d’essai mêlant cuir, bois et autres matériaux de qualité ajoute le plus de rouler, telle une lapalissade, dans de très bonnes conditions. Il est vrai que la finition est particulièrement soignée dans une ambiance claire, exit les plastiques noirs sur fond noir. Le style extérieur du HONDA est connu et plutôt agréable avec une face avant anguleuse dans l’esprit des Accord ou CRV. Le FRV gazole ne se distingue pas de son frère essence, hormis le logo sur le hayon. Une seule motorisation diesel est donc proposée, accompagnée de cinq finitions (HONDA chercherait-il la difficulté ?). Le niveau d’entrée "Comfort" assure déjà largement le principal avec la climatisation automatique, l’ESP (baptisé VSA chez HONDA), le régulateur de vitesse et six airbags. Il faut admettre que le prix d’entrée dépasse largement 20.000 €. Le reste des finitions ajoute des agréments supplémentaires tels que les jantes alliage ou la navigation. Le FRV est bien entendu garanti trois ans ou 100.000 kilomètres avec possibilité d’extension à cinq ans, kilométrage illimité.

Armé d’un moteur turbo diesel et pas des moindres puisqu’il s’agit du 2.2 maison, le HONDA FRV devrait poursuivre sa conquête du segment. Le turbo diesel qui lui manquait cruellement apporte au FRV la puissance et surtout l’économie. Le HONDA cultive sa particularité à six places dans un confort et une qualité des matériaux appréciables.

Philippe NIOLLET

2005-09-30