FIAT Grande Punto

ESPACE NOUVEAUTES
  • Ligne
  • Volume intérieur
  • Prix / Equipements
  • Tissu des sièges
  • Freinage trop mordant

Prix : de 10 900 € à 19 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.03 m
Largeur 1.69 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 275 à 0 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

FIAT treporte et cinqueporte

La presse est unanime sur deux points : la nouvelle Punto arbore un beau look plutôt novateur et doit surtout sauver FIAT en lui permettant de retrouver sa place perdue dans le peloton de tête européen. Pour relever ce défi, FIAT présente sa nouvelle compacte, riche de nouveaux moteurs, d’une nouvelle plate-forme et d’une belle dotation d’équipements de série. Plutôt que Punto III ou "Nuova Punto", la nouvelle s’appelle "Grande Punto" (prononcer "grandé") pour confirmer sa grande taille. Accessoirement la "piccolina" Punto reste au catalogue avec une gamme simplifiée…

Forte en style

Le look est le premier signe distinctif de la Grande Punto et particulièrement affirmé sur la face avant. Très différente des Punto passées et même de ce qu’on trouve dans le paysage automobile, cette face se caractérise par un véritable museau encadré de deux blocs d’optiques bien effilés. La mini calandre adopte un dessin en "coupe frites", c’est un signe italien, il y en aura d’autres. Le style est signé Giugiaro qui fait revivre la latinité des FIAT et aussi des ALFA ROMEO. Pour ces dernières, on a vu combien il a réussi. Du coup, ce joli coup de crayon rend les commentaires unanimes (c’était sûrement voulu) : cette face avant rappelle immanquablement celle des récentes MASERATI (Quattroporte et surtout Spider). Le profil est élégant aussi bien en trois qu’en cinq portes. L’arrière devient plus banal, dommage, avec toutefois un clin d’œil aux générations de Punto passées avec des feux haut perchés encadrant la vitre arrière. Les feux de recul et antibrouillard sont renvoyés dans le bouclier un peu à la façon d’une ALFA GT (pourtant signée Bertone). Qu’elle soit en trois ou en cinq portes, la Punto affiche la même longueur et le même empattement (2,51 mètres). Comme la RENAULT Clio III, la Punto s’est nettement allongée en affichant 4,03 mètres (soit 20 centimètres de plus que la Punto II). Elle est aussi longue que la Tipo qui se positionnait dans les années 90 dans le segment supérieur. La FIAT est désormais la plus grande de sa catégorie. Plus large et plus haute que la génération précédente, la "Grande" affiche de bien meilleures cotes d’habitabilité et de coffre. Le profil est un rien monospace avec une petite vitre aménagée entre pare brise et portière. Cette architecture repousse le conducteur loin derrière sa large planche de bord. Cette configuration pourrait désavantager les passagers arrière. Que nenni, l’habitabilité aux places arrière est bonne, même pour un grand gabarit. L’habitacle est vaste et lumineux. Le point à améliorer des FIAT passe par la qualité perçue. L’effort réel constaté dans la Croma ne se retrouve pas complètement dans l’habitacle de la Punto. Certes, la progression est nette dans les plastiques et les ajustements mais les tissus des sièges en "pseudo jersey" ne sont pas plaisants. Pourtant, FIAT a rappelé qu’on était dans une italienne en donnant de la couleur. La teinte de la carrosserie se retrouve sur le panneau de la planche de bord et de la console (formant un T) et sur les contre-portes. L’effort est à saluer d’autant que même les sièges adoptent un dessin en harmonie avec la couleur. De là à placer des pois orange pour la version sport, le souci du détail est poussé à l’extrême. Le coffre affiche, on s’en serait douté, un volume intéressant de 275 litres avec banquette 2/3-1/3 rabattable. On pourra juste regretter le seuil de chargement assez haut. Il était une fois une sportive baptisée Ritmo Abarth 130 TC équipée d’un moteur essence de 2 litres double carburateur et double arbre à cames (vitesse maxi de 190 km/h) qui couronnait la gamme sportive des FIAT des années 80, et encore je ne remonte pas à la 131 Racing 2000 TC. Quelques dizaines d’années plus tard, l’essence a laissé la place au gazole. La plus sportive des Punto s’appelle toujours 130 mais Multijet 130 (vitesse maxi de 200 km/h). Exclusivité associée à la finition "Sport", le 1.9 "Multijet" gagne 10 chevaux de plus que le plus puissant des diesel qui équipe les autres versions. Dotée d’un châssis sport surbaissé et raffermi, la Punto arbore un look qui déménage, surtout dans sa livrée orange, avec des jantes spécifiques (17 pouces). Bien calé dans son siège baquet, volant cuir en main, on prend un réel plaisir à piloter cette Punto. Les lacets du Luberon sont avalés en un instant, la voiture reste toujours bien campée sur ses appuis. Plus modestes mais pas lambins, les autres "Multijet" sont, outre l’autre 1.9 de 120 chevaux, des déclinaisons de l’excellent (et primé) 1.3 16V qui, pour l’occasion, est passé de 70 à 75 chevaux. La tenue de route est excellente et le freinage assez déconcertant au début tant il est mordant. Autre nouveauté, l’adoption d’un turbo à géométrie variable permet entre autres, de "tirer" de ce moteur une puissance de 90 chevaux. Deux moteurs essence sont disponibles pour commencer, prélevés dans la banque, à savoir un 1.2 8V et un 1.4 8V respectivement de 65 et 77 chevaux. En 2006, apparaîtra un 1.4 16V poussant à 95 chevaux. La boîte robotisée "Dualogic" arrivera également en 2006. Le message de FIAT est clair "ouvrez les yeux" conduit à communiquer sur un aspect important : la sécurité. La Punto gagne cinq étoiles aux tests Euro NCAP ainsi que la meilleure note pour la nouvelle norme de protection des piétons. FIAT est resté fidèle à sa réputation de prix serrés avec une entrée de gamme à 10.800 € qui la place parmi les meilleures offres du marché, même face aux redoutables constructeurs coréens. Le constructeur turinois n’a pas lésiné sur les équipements de série dès la première finition "Active". Toutes les versions disposent en effet de quatre airbags (frontaux et latéraux), de l’ABS, d’un autoradio CD avec commandes au volant, des vitres avant et rétroviseurs électriques, de la fermeture centralisée avec télécommande et d’un ordinateur de bord. Le deuxième niveau gagne deux airbags rideaux et surtout la climatisation. La Punto "Dynamic" récupère le "tout-automatique" (climatisation bi-zones, allumage feux, capteur de pluie, régulateur). Au sommet de gamme, la "Sport" pour le sport (logique) et la "Collezione" pour le luxe avec le cuir, le radar de recul ou le très agréable toit vitré et ouvrant "Skydome".

Allegro dans l’habitacle

Qu’elle soit en trois ou en cinq portes, la Punto affiche la même longueur et le même empattement (2,51 mètres). Comme la RENAULT Clio III, la Punto s’est nettement allongée en affichant 4,03 mètres (soit 20 centimètres de plus que la Punto II). Elle est aussi longue que la Tipo qui se positionnait dans les années 90 dans le segment supérieur. La FIAT est désormais la plus grande de sa catégorie. Plus large et plus haute que la génération précédente, la "Grande" affiche de bien meilleures cotes d’habitabilité et de coffre. Le profil est un rien monospace avec une petite vitre aménagée entre pare brise et portière. Cette architecture repousse le conducteur loin derrière sa large planche de bord. Cette configuration pourrait désavantager les passagers arrière. Que nenni, l’habitabilité aux places arrière est bonne, même pour un grand gabarit. L’habitacle est vaste et lumineux. Le point à améliorer des FIAT passe par la qualité perçue. L’effort réel constaté dans la Croma ne se retrouve pas complètement dans l’habitacle de la Punto. Certes, la progression est nette dans les plastiques et les ajustements mais les tissus des sièges en "pseudo jersey" ne sont pas plaisants. Pourtant, FIAT a rappelé qu’on était dans une italienne en donnant de la couleur. La teinte de la carrosserie se retrouve sur le panneau de la planche de bord et de la console (formant un T) et sur les contre-portes. L’effort est à saluer d’autant que même les sièges adoptent un dessin en harmonie avec la couleur. De là à placer des pois orange pour la version sport, le souci du détail est poussé à l’extrême. Le coffre affiche, on s’en serait douté, un volume intéressant de 275 litres avec banquette 2/3-1/3 rabattable. On pourra juste regretter le seuil de chargement assez haut.

Vivace sur les moteurs

Il était une fois une sportive baptisée Ritmo Abarth 130 TC équipée d’un moteur essence de 2 litres double carburateur et double arbre à cames (vitesse maxi de 190 km/h) qui couronnait la gamme sportive des FIAT des années 80, et encore je ne remonte pas à la 131 Racing 2000 TC. Quelques dizaines d’années plus tard, l’essence a laissé la place au gazole. La plus sportive des Punto s’appelle toujours 130 mais Multijet 130 (vitesse maxi de 200 km/h). Exclusivité associée à la finition "Sport", le 1.9 "Multijet" gagne 10 chevaux de plus que le plus puissant des diesel qui équipe les autres versions. Dotée d’un châssis sport surbaissé et raffermi, la Punto arbore un look qui déménage, surtout dans sa livrée orange, avec des jantes spécifiques (17 pouces). Bien calé dans son siège baquet, volant cuir en main, on prend un réel plaisir à piloter cette Punto. Les lacets du Luberon sont avalés en un instant, la voiture reste toujours bien campée sur ses appuis. Plus modestes mais pas lambins, les autres "Multijet" sont, outre l’autre 1.9 de 120 chevaux, des déclinaisons de l’excellent (et primé) 1.3 16V qui, pour l’occasion, est passé de 70 à 75 chevaux. La tenue de route est excellente et le freinage assez déconcertant au début tant il est mordant. Autre nouveauté, l’adoption d’un turbo à géométrie variable permet entre autres, de "tirer" de ce moteur une puissance de 90 chevaux. Deux moteurs essence sont disponibles pour commencer, prélevés dans la banque, à savoir un 1.2 8V et un 1.4 8V respectivement de 65 et 77 chevaux. En 2006, apparaîtra un 1.4 16V poussant à 95 chevaux. La boîte robotisée "Dualogic" arrivera également en 2006.

Piano sur les prix

Le message de FIAT est clair "ouvrez les yeux" conduit à communiquer sur un aspect important : la sécurité. La Punto gagne cinq étoiles aux tests Euro NCAP ainsi que la meilleure note pour la nouvelle norme de protection des piétons. FIAT est resté fidèle à sa réputation de prix serrés avec une entrée de gamme à 10.800 € qui la place parmi les meilleures offres du marché, même face aux redoutables constructeurs coréens. Le constructeur turinois n’a pas lésiné sur les équipements de série dès la première finition "Active". Toutes les versions disposent en effet de quatre airbags (frontaux et latéraux), de l’ABS, d’un autoradio CD avec commandes au volant, des vitres avant et rétroviseurs électriques, de la fermeture centralisée avec télécommande et d’un ordinateur de bord. Le deuxième niveau gagne deux airbags rideaux et surtout la climatisation. La Punto "Dynamic" récupère le "tout-automatique" (climatisation bi-zones, allumage feux, capteur de pluie, régulateur). Au sommet de gamme, la "Sport" pour le sport (logique) et la "Collezione" pour le luxe avec le cuir, le radar de recul ou le très agréable toit vitré et ouvrant "Skydome".

La Grande Punto est en concessions, il faut juste "ouvrir les yeux". FIAT s’est donné les moyens de proposer ce qu’on attend de lui : une voiture latine, belle, bien équipée et pas chère. La finition est toujours en progrès et les moteurs enchanteurs, voyez la sportive Multijet 130 chevaux ! FIAT met donc tous ses espoirs dans la nouvelle. La première génération a été numéro un européen, c’est tout le mal qu’on peut souhaiter à la nouvelle.

Philippe NIOLLET

2005-11-05