FIAT Doblo 1.3 16V Multijet

ESPACE LUDOSPACE

Prix : de 12 200 € à 18 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1248 cm³
Puissance maxi 85 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 20.10 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.25 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.82 m

Poids

Total 1330 kg

Capacités

Coffre de 750 à 3000 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 156 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.80
Urbaine 6.70
Mixte 5.50
Essai 0.00

Le Ludospace qui aime les grands volumes

Bientôt cinq ans au compteur, le FIAT Doblo se devait de se refaire un remodelage. Après tout, ses cousins français sont déjà tous passés par un "lifting". Le Doblo, premier véhicule importé dans ce segment des "ludospaces", espère bien garder sa place avec ce toilettage. FIAT en a profité pour revoir la gamme, les motorisations ainsi que les aménagements intérieurs.

Style moins décalé

Si l'ancien Doblo avait un look décalé avec une face avant massive, matérialisée par une énorme calandre en coupe frites, le nouveau s'est nettement assagi du point de vue du style. La proue est entièrement revue, c'est la plus grande évolution. La calandre a rapetissé mais a gardé son motif en coupe frites (à mailles plus fines), les optiques sont regroupées avec les clignotants en partie supérieure cette fois-ci. Le bouclier a pris de l'ampleur et de la couleur (pour la finition la plus haute). On y retrouve la forme "single frame", chère à VW, déjà aperçue sur la Barchetta, englobant la plaque d'immatriculation. L'arrière est également passé à la moulinette des designers. Les feux ont été heureusement revus, plus parallélépipédiques, ils s'intègrent mieux dans les montants toujours aussi verticaux. Ces derniers, selon la finition, peuvent passer en couleur carrosserie. Le logo a migré au dessus de la plaque. Le profil reste le même avec ses imposants passages de roue, l'œil exercé vérifiera que les bandes de protection latérales (noires mat) ont pris de la largeur. Quand le FIAT a été présenté au Mondial de l'auto à Paris en 2000, on avait bien compris que le Doblo cultivait plus le côté utilitaire que le côté esthétique. Ce remodelage ne modifie pas la carrosserie générale, à part quelques millimètres de plus en longueur et en largeur mais il bonifie plutôt les présentations extérieure et intérieure. Dans l'habitacle, les revêtements ont été revus à la hausse, avec absence de tôles apparentes et mariage des tons, atténuant nettement le côté spartiate de la génération précédente. Devenu classique chez FIAT, le levier de vitesses est remonté sur la console centrale facilitant la prise en mains. Le volume intérieur est tout simplement gigantesque avec un volume de chargement de trois mètres cube , en configuration maximale. Si c'est bien un "ludospace" que vous cherchez, sachez que le Doblo (en finition Family) est un des rares, avec le VW Caddy Life, à proposer sept places. Comme il ne fait que 4,25 mètres de long, il ne faut pas espérer un coffre immense dans ce cas de figure. Presque tous les moteurs sont nouveaux, certains de ceux-ci sont également sous le capot de la Grande Punto. Un seul moteur essence (le 1.4 8V de 77 chevaux) contre trois turbo diesel "Multijet". Le "petit" 1.3 16V est passé à 85 chevaux (contre 90 sur la Punto). Ce moteur est associé à un filtre à particules (FAP) et revendique 250.000 kilomètres sans opération sur ses composants mécaniques et une vidange tous les 30.000 kilomètres. Deux plus gros "Multijets"(1.9 8V) respectivement de 105 et 120 chevaux terminent l'offre (le 120 chevaux bénéficie également du FAP). Dans quelques temps, le Doblo "Natural Power" arrivera. Il s'agit de la version 1.6 de 77 chevaux alimentée au gaz naturel de ville (GNV) en mixité avec le super 95. L'Italie roule depuis longtemps au gaz, le Multipla "BiPower" en est une illustration. Ce mode de carburant tente une percée en France, c'est le moment pour le Doblo de montrer sa calandre. Le Doblo est présenté avec quatre niveaux de finition ("Active", "Class", "Family" et "Emotion"). Le niveau d'entrée se contente d'un (nouvel) ABS, de vitres électriques à l'avant, de la direction assistée, d'une fermeture centralisée et d'une banquette arrière asymétrique. La finition "Class" apparaît la mieux dotée au regard de son prix puisque, pour 1.300 € de plus, elle gagne entre autres, une climatisation (manuelle), une deuxième porte arrière coulissante, un hayon (la version de base ne se contente que deux portes battantes) et les réglages en hauteur (seulement) du volant et du siège conducteur. En plus de ses deux places supplémentaires, le Doblo "Family" récupère au passage une radio–CD et des antibrouillards avant. Le haut de gamme, sept places également, est reconnaissable par ses jantes en alliage et ses pare-chocs peints.

Sept places

Quand le FIAT a été présenté au Mondial de l'auto à Paris en 2000, on avait bien compris que le Doblo cultivait plus le côté utilitaire que le côté esthétique. Ce remodelage ne modifie pas la carrosserie générale, à part quelques millimètres de plus en longueur et en largeur mais il bonifie plutôt les présentations extérieure et intérieure. Dans l'habitacle, les revêtements ont été revus à la hausse, avec absence de tôles apparentes et mariage des tons, atténuant nettement le côté spartiate de la génération précédente. Devenu classique chez FIAT, le levier de vitesses est remonté sur la console centrale facilitant la prise en mains. Le volume intérieur est tout simplement gigantesque avec un volume de chargement de trois mètres cube , en configuration maximale. Si c'est bien un "ludospace" que vous cherchez, sachez que le Doblo (en finition Family) est un des rares, avec le VW Caddy Life, à proposer sept places. Comme il ne fait que 4,25 mètres de long, il ne faut pas espérer un coffre immense dans ce cas de figure.

Multijet et GNV

Presque tous les moteurs sont nouveaux, certains de ceux-ci sont également sous le capot de la Grande Punto. Un seul moteur essence (le 1.4 8V de 77 chevaux) contre trois turbo diesel "Multijet". Le "petit" 1.3 16V est passé à 85 chevaux (contre 90 sur la Punto). Ce moteur est associé à un filtre à particules (FAP) et revendique 250.000 kilomètres sans opération sur ses composants mécaniques et une vidange tous les 30.000 kilomètres. Deux plus gros "Multijets"(1.9 8V) respectivement de 105 et 120 chevaux terminent l'offre (le 120 chevaux bénéficie également du FAP). Dans quelques temps, le Doblo "Natural Power" arrivera. Il s'agit de la version 1.6 de 77 chevaux alimentée au gaz naturel de ville (GNV) en mixité avec le super 95. L'Italie roule depuis longtemps au gaz, le Multipla "BiPower" en est une illustration. Ce mode de carburant tente une percée en France, c'est le moment pour le Doblo de montrer sa calandre.

Quatre niveaux

Le Doblo est présenté avec quatre niveaux de finition ("Active", "Class", "Family" et "Emotion"). Le niveau d'entrée se contente d'un (nouvel) ABS, de vitres électriques à l'avant, de la direction assistée, d'une fermeture centralisée et d'une banquette arrière asymétrique. La finition "Class" apparaît la mieux dotée au regard de son prix puisque, pour 1.300 € de plus, elle gagne entre autres, une climatisation (manuelle), une deuxième porte arrière coulissante, un hayon (la version de base ne se contente que deux portes battantes) et les réglages en hauteur (seulement) du volant et du siège conducteur. En plus de ses deux places supplémentaires, le Doblo "Family" récupère au passage une radio–CD et des antibrouillards avant. Le haut de gamme, sept places également, est reconnaissable par ses jantes en alliage et ses pare-chocs peints.

Le FIAT Doblo continue son chemin avec son premier atout : son imposante capacité de chargement. Le remodelage le rend plus conventionnel mais plus actuel dans la gamme FIAT. Pour les familles nombreuses, il est un des rares à offrir sept places. Fort de ses nouvelles motorisations et même d'une version au gaz de ville, il a les arguments pour séduire, d'autant que son rapport équipements prix le place très bien sur le marché.

Philippe NIOLLET

2006-01-25