DAIHATSU Copen

ESPACE ROADSTER
  • Look hors du commun et exotique
  • Position de conduite
  • Sensations
  • Conduite à droite
  • Rapport prix/performances
  • Utilisation exclusive
  • Finition intérieure

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, 16 soupapes et 2 arbres à cames en tête
Cylindrée 659 cm³
Puissance maxi 68 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 11.00 mkg à 3200.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.40 m
Largeur 1.48 m
Hauteur 1.25 m

Poids

Total 830 kg

Capacités

Coffre de 14 à 210 dm³
Réservoir 40 L
Nb de places 2

Performances

Vitesse maxi 170 km/h
0 à 100 km/h 11.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.60
Urbaine 7.90
Mixte 6.40
Essai 0.00

Une grosse dose d'originalité pour ce mini roadster

La DAIHATSU Copen (pour "COmpact" et "oPEN") est l’une de ces petites voitures comme on aimerait en croiser beaucoup plus souvent. Petite, originale et compacte, ce micro coupé-cabriolet réveille nos instincts tant visuels que tactiles. C' est un véritable rayon de soleil sur nos routes. A son passage, il suffit de compter le nombre de compliments. Tous sont unanimes, elle jouit d'une côte d'amour formidable. Cette voiture a quelque chose d’original : une touche d'exotisme et d'authenticité avec, dans ses lignes, un petit clin d’œil rétro.

Auto atypique

Esthétiquement, la Copen offre la particularité d'avoir une symétrie presque parfaite entre l'avant et l'arrière à quelques petits détails près. Cette symétrie est même poussée à son extrême, puisque les optiques circulaires avant et arrière sont également de même gabarit et disposées dans le même ordre. Malgré ses dimensions réduites (3,4 mètres), elle conserve des lignes fluides toutes en rondeur. A l’arrière, deux petits échappements apparaissent sous le porte plaque qui laisse penser que cette voiture a du tempérament. Contact mis, ils offrent une sonorité assez rauque, plutôt agréable à l’oreille. Qui pourrait croire que sous le capot, le cœur de cette auto n’est qu’un petit moteur de 659 cm3 ? Sur route ouverte, le son devient alors nettement plus aigu et plus métallique dès que l’on commence à prendre des tours. On voit bien que sa vocation n’est pas les grands espaces mais plutôt les petites routes pour des balades et des plaisirs à partager à deux. La DAIHATSU est un coupé-cabriolet. Lorsque le toit découvre l'habitacle et se replie dans le coffre (électriquement en 25 secondes), la première chose que l’on remarque c’est la position de conduite à l’anglaise : à droite s’il vous plait ! Après un petit temps d'adaptation, on se laisse vite prendre à son jeu. Même si la conduite à droite est assez fun pour les courts déplacements, à l’usage sur long trajet, cela devient vite agaçant. Imaginez par exemple que pour doubler sans passager à votre gauche, il faudra vous déporter énormément sur la gauche de la chaussée pour avoir un minimum de visibilité. Derrière un poids lourd c'est mission impossible. Côté péage, sans passager, je vous laisse imaginer... Mais peu importe ces petits désagréments et son utilisation limitée, le plaisir de conduire est bien présent et c'est bien là le principal... Même si certains trouveront toujours à redire la Copen a au moins l’avantage d’être originale et ce n’est pas le propre de toutes les voitures. Pour les très grands gabarits, l'accès à bord est assez sportif. Une fois bien calé dans le siège droit, le conducteur trouve un volant réglable en profondeur et en hauteur permettant de trouver une position de conduite assez optimale. Le cœur de cette Copen est animé par un quatre cylindres couplé à deux turbines et un turbo, ce qui lui permet de délivrer toute son efficacité sur les premiers rapports. Le petit 659 cm3 n’est alors pas à la peine pour propulser les 830 kg de l’auto. Malheureusement, dès que l’on commence à vouloir prendre des tours, le moteur s’essouffle très vite. Les douze secondes pour passer de 0 à 100 km/h et les 170 km/h en vitesse de pointe n'ont vraiment pas de quoi affoler les chronos mais à l’inverse, tout est fait pour avoir la sensation d’être au volant d’une bombinette. La transmission de la puissance est délivrée directement aux roues avant par une boîte manuelle à cinq rapports avec un levier de vitesses très court. Cette boîte est assez précise et bien étagée. Couplé à une garde au sol hyper basse et à des roues de quinze pouces bâtons chaussées de pneus taille basse, l’ensemble accentue un peu plus les sensations de conduite. Le contact avec la route est quasi direct, une façon de plus d’apporter une touche de sportivité… Aux côtés de cette Copen importée du Japon, DAIHATSU dispose dans ses cartons d’une version plus musclée : la version "ZZ". Cette évolution gagne 110 mm en longueur (elle mesure 3.550 mm) et 125 mm en largeur. Ses nouvelles lignes plus robustes, son capot bombé et ses ailes élargies sont motivés par l’utilisation d’un bloc moteur de 1.495 cm³ développant 105 chevaux et un couple de 140 Nm. Plus grande, la Copen ZZ ne pèse que 880 kg, soit moins de 9 kg par cheval avec le 1.5 DVVT équipé d'une boîte manuelle à cinq rapports. Elle nous laisse espérer des perspectives plus que très alléchantes au niveau performances comme "jouabilité" et tenue de route, dignes d’un petit karting… La COPEN ZZ se dote de plus d’un aileron arrière, d’une suspension repensée et d'un volant à gauche, peut-être moins original mais tellement plus pratique et sécurisant.

Le plaisir de conduire et l’originalité

La DAIHATSU est un coupé-cabriolet. Lorsque le toit découvre l'habitacle et se replie dans le coffre (électriquement en 25 secondes), la première chose que l’on remarque c’est la position de conduite à l’anglaise : à droite s’il vous plait ! Après un petit temps d'adaptation, on se laisse vite prendre à son jeu. Même si la conduite à droite est assez fun pour les courts déplacements, à l’usage sur long trajet, cela devient vite agaçant. Imaginez par exemple que pour doubler sans passager à votre gauche, il faudra vous déporter énormément sur la gauche de la chaussée pour avoir un minimum de visibilité. Derrière un poids lourd c'est mission impossible. Côté péage, sans passager, je vous laisse imaginer... Mais peu importe ces petits désagréments et son utilisation limitée, le plaisir de conduire est bien présent et c'est bien là le principal... Même si certains trouveront toujours à redire la Copen a au moins l’avantage d’être originale et ce n’est pas le propre de toutes les voitures. Pour les très grands gabarits, l'accès à bord est assez sportif. Une fois bien calé dans le siège droit, le conducteur trouve un volant réglable en profondeur et en hauteur permettant de trouver une position de conduite assez optimale.

L’efficacité plutôt que les performances pures

Le cœur de cette Copen est animé par un quatre cylindres couplé à deux turbines et un turbo, ce qui lui permet de délivrer toute son efficacité sur les premiers rapports. Le petit 659 cm3 n’est alors pas à la peine pour propulser les 830 kg de l’auto. Malheureusement, dès que l’on commence à vouloir prendre des tours, le moteur s’essouffle très vite. Les douze secondes pour passer de 0 à 100 km/h et les 170 km/h en vitesse de pointe n'ont vraiment pas de quoi affoler les chronos mais à l’inverse, tout est fait pour avoir la sensation d’être au volant d’une bombinette. La transmission de la puissance est délivrée directement aux roues avant par une boîte manuelle à cinq rapports avec un levier de vitesses très court. Cette boîte est assez précise et bien étagée. Couplé à une garde au sol hyper basse et à des roues de quinze pouces bâtons chaussées de pneus taille basse, l’ensemble accentue un peu plus les sensations de conduite. Le contact avec la route est quasi direct, une façon de plus d’apporter une touche de sportivité…

A venir…

Aux côtés de cette Copen importée du Japon, DAIHATSU dispose dans ses cartons d’une version plus musclée : la version "ZZ". Cette évolution gagne 110 mm en longueur (elle mesure 3.550 mm) et 125 mm en largeur. Ses nouvelles lignes plus robustes, son capot bombé et ses ailes élargies sont motivés par l’utilisation d’un bloc moteur de 1.495 cm³ développant 105 chevaux et un couple de 140 Nm. Plus grande, la Copen ZZ ne pèse que 880 kg, soit moins de 9 kg par cheval avec le 1.5 DVVT équipé d'une boîte manuelle à cinq rapports. Elle nous laisse espérer des perspectives plus que très alléchantes au niveau performances comme "jouabilité" et tenue de route, dignes d’un petit karting… La COPEN ZZ se dote de plus d’un aileron arrière, d’une suspension repensée et d'un volant à gauche, peut-être moins original mais tellement plus pratique et sécurisant.

Goûter à la DAIHATSU Copen, c’est en quelque sorte l’adopter, pour peu qu’elle soit prise comme jouet pour des "grands gamins". Proposée à environ 20.000 Euros, la petite japonaise est de "l’or en barre" et a tout les atouts pour réussir. Espérons que l’accueil du marché européen saura faire une place de choix méritée à ce type d’automobile. Que du bonheur !

Stéphane PEREZZAN

2005-12-31