FORD Galaxy II & S-Max

ESPACE MONSOPACE

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Dans mes FORD FORD FORD

Il faut se faire une raison, les grands monospaces n'ont plus la vogue des années passées, attaqués de toute part par les monospaces compacts, les SUV et autres "CrossOver". Eh bien, FORD n'a pas envie de se raisonner et, au contraire, bouscule ce segment qui prend un peu la poussière, en lançant un nouveau Galaxy pour remplacer son monospace familial. Hasardeux ? Pas forcément quand on devine le joker caché derrière le Galaxy, oui juste derrière en embuscade, prêt à bondir. Y a-t-il un truc ? Oui, comme dans les bons tours de magie, il y a un deuxième FORD qu'on n'attendait pas forcément : le S-MAX. C'est décidé, il sera le sportif de l'équipe…

Deux sœurs jumelles

Terminée, la collaboration entre FORD et VW, chacun a repris sa route et son destin… Et une politique différente. VW ne pense pas encore à renouveler son Sharan ; c'est donc FORD qui dégaine le premier. Bien joué : FORD, en ajoutant le S-MAX, déclinaison "dynamique" du Galaxy II, permet de doubler l'offre dans le segment et aussi de séduire les pères de famille plutôt nombreuse qui voudraient bien troquer leur gros monospace pour une sportive. Le S-MAX, désignation devenue habituelle chez FORD après le (Focus) C-MAX, représente donc l'alternative sportive du Galaxy II. Les deux monospaces se partagent 75% de pièces communes dont une évidente filiation des carrosseries. A y regarder de plus près, les deux monospaces sont différents. Leur longueur est le premier signe distinctif, le S-MAX étant plus court de cinq centimètres. La troisième vitre biseautée, car raccourcie, permet de reconnaître le sportif des deux. Le S-MAX est également moins haut que le Galaxy (huit centimètres) avec une ligne de toit fuyante. Ces deux caractéristiques majeures étant décrites, les autres spécificités stylistiques sont plus cosmétiques. Les feux sont différents, à l'avant, le S-MAX arbore ses deux antibrouillards à proximité des optiques pour laisser place à de larges entrées d'air dans le bouclier. Le Galaxy, au contraire, place ces deux phares additionnels à la taille généreuse dans le pare-chocs. Les calandres sont également spécifiques, avec une tendance sportive sur le S-MAX et plus luxueuse sur le Galaxy ; vous l'auriez parié. A l'arrière, le dessin des feux, les boucliers et même le hayon sont distincts en préservant la vocation de chaque véhicule. L'impression de surface vitrée plus importante du hayon du Galaxy et de larges catadioptres dans le bouclier contrastent avec l'ostensible sortie d'échappement ou les feux cernés de noir mat du S-MAX. D'ailleurs, le S-MAX utilise cette teinte sur ses entourages de vitre alors que le Galaxy a reçu une bonne rasade d'inox. Dernière touche sportive, une grille (fausse), du plus bel effet, est judicieusement placée en aval du passage de roues avant sur le S-MAX, à la manière d'une aide au refroidissement indispensable à la bouillonnante cavalerie cachée sous le capot. Et côté cavalerie, il y a ce qu'il faut, mais plus raisonnablement, le S-MAX adoptera des moteurs diesel, en l'occurrence des TDCi issus de la collaboration FORD/PSA. Mais en attendant, quoi de plus tentant de découvrir le plus dynamique des deux FORD par la version 2.5T ? T pour turbo, ce S-MAX a tout simplement emprunté le 2.5 20V turbo de la Focus ST. Pas moins de 220 chevaux, c'est cinq de moins que la Focus, le S-MAX pousse à condition de le "pousser". La boîte à six rapports y aide ; il faut dire que le sportif souffre de quelques kilos supplémentaires par rapport à la berline. Il surmonte tout de même son surpoids, et tant pis pour la consommation désespérément à deux chiffres d'après l'ordinateur de bord. Le son du cinq cylindres rassure sur la puissance du véhicule. Ce moteur est bien entendu réservé au seul S-MAX. Les deux FORD se partagent un plus modeste deux litres de 145 chevaux, unique moteur essence pour le Galaxy. Les motorisations diesel représentant près de 95% des ventes, deux TDCi issus de la banque FORD sont proposés. Le plus gros, un deux litres de 140 chevaux apprécié sur le Galaxy affiche les meilleures performances pour animer le grand monospace. Plus modeste, le 1.8 de 125 chevaux ferme le ban, lui aussi associé à une boîte six vitesses. Les boîtes automatiques sont prévues pour 2007. La suspension est nouvelle, avec, en option, un contrôle dynamique de stabilité avec amortissement piloté. L'achat d'un monospace de grande taille, même en "cross over", implique la nécessité d'offrir de la place à une grande famille. Les deux FORD proposent sept places modulables (les deux dernières en option pour le S-MAX). Un système simple permet de replier chaque siège (individuel) des deux rangées arrière. Les corvées de dépose des sièges est un lointain souvenir, la manœuvre permet d'obtenir un plancher plat (avec quelques "trous"). Avantage de la grande longueur des deux compères, les places arrière sont généreuses, même sièges avant reculés. Notons que le Galaxy II est plus long de 18 centimètres que son prédécesseur. Il n'y a bien que la troisième rangée qui logiquement restreint l'espace, avec l'avantage toutefois, de ne pas rouler les genoux dans le menton. Les planches de bord sont identiques, avec des décorations propres à chaque modèle. Le 2.5T arbore un très beau bandeau en carbone alors que le Galaxy, selon la finition, adoptera le bois. Le frein à main est électrique, seule concession à la tendance du moment puisque le démarrage utilise une banale clé de contact. Le confort est bon, on craint juste la visibilité avant qui peut perturber la vision, et ce, en dépit d'une vitre latérale supplémentaire en vision panoramique. Grâce à leur grande taille, nos deux FORD offrent un coffre de volume respectable, même en sept places. Ils peuvent sacrifier les deux dernières places par l'utilisation d'un plateau électrique coulissant facilitant le chargement. Les rangements habituels dans le plancher et dans le toit permettent de loger les menus objets familiaux. Comme sur l'ancien Galaxy, la possibilité d'intégrer une télé dans les appuis-tête avant demeure pour occuper les enfants. FORD propose deux finitions pour chaque modèle, avec pour les deux, "Trend" en début de gamme, en attendant un "vrai" premier niveau. L'équipement de base reprend les standards actuels avec sept airbags (neuf pour le Galaxy) dont un de genou, un régulateur de vitesse et la climatisation (bienvenue dans ces grands volumes). Les hauts de gamme se distinguent par une désignation propre au modèle, le classique "Ghia" pour le classique Galaxy II et "Titanium" pour le S-MAX. Ils offrent le maximum avec, notamment, les allumages automatiques des feux et essuie-glaces.

Les moulins de leur coeur

Et côté cavalerie, il y a ce qu'il faut, mais plus raisonnablement, le S-MAX adoptera des moteurs diesel, en l'occurrence des TDCi issus de la collaboration FORD/PSA. Mais en attendant, quoi de plus tentant de découvrir le plus dynamique des deux FORD par la version 2.5T ? T pour turbo, ce S-MAX a tout simplement emprunté le 2.5 20V turbo de la Focus ST. Pas moins de 220 chevaux, c'est cinq de moins que la Focus, le S-MAX pousse à condition de le "pousser". La boîte à six rapports y aide ; il faut dire que le sportif souffre de quelques kilos supplémentaires par rapport à la berline. Il surmonte tout de même son surpoids, et tant pis pour la consommation désespérément à deux chiffres d'après l'ordinateur de bord. Le son du cinq cylindres rassure sur la puissance du véhicule. Ce moteur est bien entendu réservé au seul S-MAX. Les deux FORD se partagent un plus modeste deux litres de 145 chevaux, unique moteur essence pour le Galaxy. Les motorisations diesel représentant près de 95% des ventes, deux TDCi issus de la banque FORD sont proposés. Le plus gros, un deux litres de 140 chevaux apprécié sur le Galaxy affiche les meilleures performances pour animer le grand monospace. Plus modeste, le 1.8 de 125 chevaux ferme le ban, lui aussi associé à une boîte six vitesses. Les boîtes automatiques sont prévues pour 2007. La suspension est nouvelle, avec, en option, un contrôle dynamique de stabilité avec amortissement piloté.

Quand on les aime

L'achat d'un monospace de grande taille, même en "cross over", implique la nécessité d'offrir de la place à une grande famille. Les deux FORD proposent sept places modulables (les deux dernières en option pour le S-MAX). Un système simple permet de replier chaque siège (individuel) des deux rangées arrière. Les corvées de dépose des sièges est un lointain souvenir, la manœuvre permet d'obtenir un plancher plat (avec quelques "trous"). Avantage de la grande longueur des deux compères, les places arrière sont généreuses, même sièges avant reculés. Notons que le Galaxy II est plus long de 18 centimètres que son prédécesseur. Il n'y a bien que la troisième rangée qui logiquement restreint l'espace, avec l'avantage toutefois, de ne pas rouler les genoux dans le menton. Les planches de bord sont identiques, avec des décorations propres à chaque modèle. Le 2.5T arbore un très beau bandeau en carbone alors que le Galaxy, selon la finition, adoptera le bois. Le frein à main est électrique, seule concession à la tendance du moment puisque le démarrage utilise une banale clé de contact. Le confort est bon, on craint juste la visibilité avant qui peut perturber la vision, et ce, en dépit d'une vitre latérale supplémentaire en vision panoramique. Grâce à leur grande taille, nos deux FORD offrent un coffre de volume respectable, même en sept places. Ils peuvent sacrifier les deux dernières places par l'utilisation d'un plateau électrique coulissant facilitant le chargement. Les rangements habituels dans le plancher et dans le toit permettent de loger les menus objets familiaux. Comme sur l'ancien Galaxy, la possibilité d'intégrer une télé dans les appuis-tête avant demeure pour occuper les enfants. FORD propose deux finitions pour chaque modèle, avec pour les deux, "Trend" en début de gamme, en attendant un "vrai" premier niveau. L'équipement de base reprend les standards actuels avec sept airbags (neuf pour le Galaxy) dont un de genou, un régulateur de vitesse et la climatisation (bienvenue dans ces grands volumes). Les hauts de gamme se distinguent par une désignation propre au modèle, le classique "Ghia" pour le classique Galaxy II et "Titanium" pour le S-MAX. Ils offrent le maximum avec, notamment, les allumages automatiques des feux et essuie-glaces.

Coup double pour FORD qui investit et dépoussière le segment des grands monospaces. L'atout s'appelle S-MAX, alternative sportive d'un bouclier à l'autre au plus classique Galaxy II. Bien que les deux véhicules soient très proches, le style (et un moteur) arrivent à les différencier. Leurs homogénéité avec la pointe sportive du S-MAX et leur grande capacité de chargement les rendent attractifs, d'autant que leurs prix n'ont pas subi une trop forte inflation. Alors faites votre choix : Galaxy II ou S-MAX ? La tendance du moment privilégiera le second, d'ailleurs, FORD prévoit d'en vendre deux fois et demie plus…

Philippe NIOLLET

2006-06-15