PEUGEOT 206 CC 2.0 16v

ESPACE CABRIOLET
  • Couple moteur en hausse
  • C'est une CC !
  • Ligne
  • Habitabilité
  • Confort
  • Consommation

Prix : 19 285 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, 2 ACT, 16 soupapes Injection essence
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 138 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 190.00 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.83 m
Largeur 1.62 m
Hauteur 1.37 m

Poids

Total 1152 kg

Capacités

Coffre de 150 à 320 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 2

Performances

Vitesse maxi 204 km/h
0 à 100 km/h 9.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.20
Urbaine 11.20
Mixte 8.00
Essai 9.90

Atchoum !

Nous avions essayé la 206 CC 1.6 16v sur les routes enneigées d'Auvergne. Pour l'essai de la version 2 litres c'est la pluie qui est venue jouer le trouble-fête. Qu'à cela ne tienne, même pour quelques minutes décapotées, le plaisir est toujours intact. Cela nous a, de plus, permis de vérifier que cet extravagant modèle est également un vrai coupé. Mais avec son gros moteur 2 litres, cette version "haut de gamme" de la CC enterre-t-elle définitivement sa petite sœur ?

Rien à jeter sur les formes

Les mensurations de la petite lionne sont toujours de classe mannequin, faisant de ce petit coupé un des plus beaux jouets du moment. Cette version 2 litres de la CC se distingue par un équipement plus riche que sa petite sœur 1.6 16v : jantes alliages 16 pouces spécifiques, climatisation de série avec pare-brise athermique, pare-chocs avant "sport" avec antibrouillards et un peu de cuir disséminé dans l'habitacle constituent les principales différences et renforcent l'idée que la sportive de la gamme, c'est elle. Pour le reste, il s'agit bien d'une 206, le plastique dur de la planche de bord en témoigne… Comme toute CC les places arrière inexistantes et l'absence de roue de secours, remplacée par deux bombes anticrevaison, sont malheureusement du voyage. Au chapitre des qualités dynamiques, les 30% de couple supplémentaires par rapport à la 1,6 sont effectivement là : avec 190 Nm disponibles à 4.000 tr/mn, le 2 litres permet une conduite plus coulée, en jouant sur le couple, et s'avère naturellement plus alerte dans les relances que son petit frère. Il se montre cependant très linéaire dans son comportement et rechigne un peu à monter haut dans les tours, reproduisant en cela le caractère du 1,6 l. Le comportement routier toit ouvert souffre, comme sur la 1,6 l, de la rigidité dégradée de la voiture. En configuration coupé on retrouve les caractéristiques d'une 206, le léger embonpoint de la voiture (environ 120 kg par rapport à la berline) ne se faisant pas sentir. La direction n'est pas des plus précises, malgré les généreux pneumatiques de 205/45 WR 16 montés de série, et le train arrière est assez léger au lever de pied. Enfin cette version CC de la 206 souffre d'un confort pour le moins spartiate, quelle que soit la motorisation. Les bruits aérodynamiques et de roulement sont en effet beaucoup trop présents, et les suspensions ont une fâcheuse tendance à tasser le dos du conducteur et de son passager sur route dégradée.

Vavavoum

Au chapitre des qualités dynamiques, les 30% de couple supplémentaires par rapport à la 1,6 sont effectivement là : avec 190 Nm disponibles à 4.000 tr/mn, le 2 litres permet une conduite plus coulée, en jouant sur le couple, et s'avère naturellement plus alerte dans les relances que son petit frère. Il se montre cependant très linéaire dans son comportement et rechigne un peu à monter haut dans les tours, reproduisant en cela le caractère du 1,6 l.

Le comportement routier toit ouvert souffre, comme sur la 1,6 l, de la rigidité dégradée de la voiture. En configuration coupé on retrouve les caractéristiques d'une 206, le léger embonpoint de la voiture (environ 120 kg par rapport à la berline) ne se faisant pas sentir. La direction n'est pas des plus précises, malgré les généreux pneumatiques de 205/45 WR 16 montés de série, et le train arrière est assez léger au lever de pied.

Enfin cette version CC de la 206 souffre d'un confort pour le moins spartiate, quelle que soit la motorisation. Les bruits aérodynamiques et de roulement sont en effet beaucoup trop présents, et les suspensions ont une fâcheuse tendance à tasser le dos du conducteur et de son passager sur route dégradée.

On pourrait appeler cela une "homothétie motrice" : vous obtenez la même voiture un peu plus alerte en mettant un moteur plus gros sous le capot. Car la question qui se pose alors est bien de savoir si cette version 2 litres justifie son écart de 2.287 € par rapport à la version 1.6 l de base. Certes les performances sont meilleures, mais l'essentiel n'est pas là et la magie du concept "coupé-cabriolet" opère dès le petit moteur. Seulement, les équipements supplémentaires offerts de série pourraient bien faire pencher la balance pour qui veut se faire plaisir…

Frédéric JOUSSET

2001-11-01