BMW 320d Touring BVM6 Finition Luxe

ESPACE BREAK
  • Comportement incisif et efficace
  • Performances moteur et sobriété
  • Equilibre du châssis
  • Tarifs élevés
  • IDrive compliqué
  • Comodo régulateur de vitesse mal placé

Prix : 38 700 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 163 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 34.20 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.52 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1505 kg

Capacités

Coffre de 460 à 1385 dm³
Réservoir 61 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 223 km/h
0 à 100 km/h 8.60 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.60
Urbaine 8.10
Mixte 5.90
Essai 7.30

La Touring attitude : élégance et sportivité

Chez BMW, la gamme Série 3 s’est enrichie avec la venue de la version Touring dotée de moteurs diesel variant de 122 ch (318d) à 231 ch (330d). Cette nouvelle génération (E91) de break, ou plutôt Touring, concurrence le segment (M2) des VW Passat SW, AUDI A4 Avant ou RENAULT Laguna Estate. Ne comptez pas sur son volume de chargement pour transporter une armoire normande, elle n’est pas faite pour ça. Elle possède d’autres arguments pour séduire sa clientèle. D’ailleurs, dans le cadre du salon international d’automobile de New York, elle a remporté le prix de la meilleure voiture mondiale de l’année 2006 devant la PORSCHE Cayman S !

Quatrième génération : Elégance et Convivialité

La Touring vient compléter en force la gamme Série 3 avec plusieurs niveaux de finitions (Première, Confort, Luxe ou Sport) et de moteurs essence et diesel (au total sept niveaux !). Nous nous consacrons aujourd’hui uniquement aux motorisations diesel, en l'occurrence, les versions de 163 et de 231 chevaux, et pour cause, le diesel représente plus de 80% des ventes chez BMW. La quatrième génération de la série 3 a augmenté en volume. Plus longue de cinq centimètres, elle est également plus large de huit centimètres, l’empattement a également progressé de quatre centimètres corrigeant d’ailleurs un des principaux défauts de la série précédente. Pour se démarquer de sa sœur berline, la Touring a été développée de manière autonome. Sa ligne est, bien entendu, issue du coup de crayon du designer Chris Bangle. La stratégie du constructeur munichois s’est avérée payante car l’esthétique de la série 3 Touring possède un style fort séduisant. L’arête sur les flancs accentue le dynamisme du véhicule. La face avant est identique à celle de la berline, le profil et l’arrière sont inédits et n’ont plus de ressemblance avec la version précédente. Les feux arrière sont mieux intégrés dans la Touring que dans la berline. Plus pratique que la berline, le hayon et sa custode s’ouvrent séparément avec un cache bagages "intelligent" qui s’escamote automatiquement dès l’activation de la custode ! En rabattant la banquette arrière, le coffre atteint un volume de 1.385 litres. Malheureusement la surface n’est pas complètement plane, on se rattrape alors avec un espace de rangement sous le coffre (option "pack rangement" monté de série sur la version Luxe). La 320d et la 330xd sont toutes deux équipées des superbes jantes en alliage de 17 pouces avec des pneus de grandes tailles de type Run Flat (225/45 R17 à l’avant et 255/40 R17 à l’arrière !). Ils sont fournis en série sur la 3 litres et en option sur la 2 litres diesel. Depuis des lustres, l’image de BMW représente la sportivité et la nouvelle version de la Touring n’échappe pas à cette règle. Déjà vu sur la série 1 et la série 5, le deux litres diesel de la 320d (163 chevaux) adopte une nouvelle pompe haute pression et un système de suralimentation optimisé. Fort de ces deux améliorations, le moteur délivre 13 chevaux et 10 Nm de plus qu’avant. En pratique, ce moteur a gagné en souplesse et en rondeur et a conservé son caractère explosif à haut régime, propre à la marque BMW. On le prendrait pour un moteur à essence tant il affectionne les hauts régimes. Efficacement secondé par une boîte mécanique à six rapports parfaitement étagée, le moteur reste très discret à allure stabilisée et respectable. Une des nouveautés de la série 3 Touring réside donc dans le montage du plus puissant moteur diesel de BMW hormis le fantastique double turbo diesel réservé pour l’instant à la série 5 (535d). Le 3 litres (6 cylindres en ligne) de la 330xd (231 chevaux) n’a plus grand chose à voir avec celui qui le précédait dans la version E46. C’est un tout nouveau bloc d’aluminium, plus léger de 25 kg, qui permet de gagner plus d'une seconde sur le 1000 mètres départ arrêté. Le plus impressionnant, c’est la douceur avec laquelle ce 3 litres réagit, ultra linéaire dans la poussée, sans aucune vibration et avec une sonorité digne d’un six cylindres (bien présente mais jamais envahissante). La version testée était équipée d’une boîte automatique ZF à six rapports (en option à 2.200 Euros), très réactive aux désirs du conducteur, au point que, pour une fois, on peut se demander si le mode manuel sert à quelque chose. La deuxième nouveauté, c’est la transmission intégrale intelligente "xDrive" qui équipe la 330xd Touring. Le cœur du système est constitué d’un embrayage piloté électroniquement, le même que celui des X3 et X5, associé au système de contrôle de trajectoire DSC grâce à des capteurs d’accélération et de position. La motricité est optimale en toutes circonstances. La répartition du couple moteur entre les essieux avant et arrière se fait de façon continue. Il n’optimise pas seulement la transmission de la puissance sur des routes à faible coefficient d’adhérence mais aussi le dynamisme de roulage, parce qu’il s’oppose à la tendance au survirage ou au sousvirage. Pour en finir, la 330 xd dispose d’un système de contrôle de descente (HCD) qui stabilise la voiture lors des pentes prononcées. La direction à crémaillère à assistance hydraulique constante est un vrai régal, sa consistance assez marquée participe beaucoup à l’agrément de conduite (tenue du cap, précision de la trajectoire). Seul désagrément, l’effort important à fournir lors des manœuvres à très basse vitesse. L’habitacle profite de beaux matériaux et d’assemblages rigoureux avec la version Luxe : les inserts en bois précieux sont en ronce de noyer sur le tableau de bord et la console centrale. Le revêtement des portes et la sellerie en cuir tendu apportent une touche haut gamme. Très lumineux, le modèle essayé était équipé en option d’un toit ouvrant panoramique en verre à commande séquentielle offrant d’ailleurs une sensation d’espace et un bain de soleil assuré lors de beaux jours. La console centrale n’est plus tournée vers le conducteur mais elle intègre un écran couleur 16/9 de navigation et d’informations fonctionnelles et multi media. Toutes ces informations sont pilotées à travers une molette "IDrive" dont le fonctionnement rappelle celui d’un ordinateur avec une souris. Le système audio est de très bonne qualité avec ses dix haut-parleurs à 180 Watts (dont la partie radio est constituée de deux tuners optimisant la qualité de réception !). On peut même connecter un baladeur MP3 sur la console centrale et un téléphone portable via une interface Bluetooth. Pour ceux qui sont réticents à utiliser le "IDrive", les fonctionnalités peuvent être accessible à l’aide de la commande vocale (en option). Bien entendu, la voiture est équipée de l’allumage automatique et d’un démarrage sans clé "Start/Stop". On apprécie le coté "fun" de l’éclairage bleuté sous les poignées de portes lors du déverrouillage des portes par la télécommande (kit éclairage).

Du Coffre, du Muscle et de l’Agrément

Depuis des lustres, l’image de BMW représente la sportivité et la nouvelle version de la Touring n’échappe pas à cette règle. Déjà vu sur la série 1 et la série 5, le deux litres diesel de la 320d (163 chevaux) adopte une nouvelle pompe haute pression et un système de suralimentation optimisé. Fort de ces deux améliorations, le moteur délivre 13 chevaux et 10 Nm de plus qu’avant. En pratique, ce moteur a gagné en souplesse et en rondeur et a conservé son caractère explosif à haut régime, propre à la marque BMW. On le prendrait pour un moteur à essence tant il affectionne les hauts régimes. Efficacement secondé par une boîte mécanique à six rapports parfaitement étagée, le moteur reste très discret à allure stabilisée et respectable. Une des nouveautés de la série 3 Touring réside donc dans le montage du plus puissant moteur diesel de BMW hormis le fantastique double turbo diesel réservé pour l’instant à la série 5 (535d). Le 3 litres (6 cylindres en ligne) de la 330xd (231 chevaux) n’a plus grand chose à voir avec celui qui le précédait dans la version E46. C’est un tout nouveau bloc d’aluminium, plus léger de 25 kg, qui permet de gagner plus d'une seconde sur le 1000 mètres départ arrêté. Le plus impressionnant, c’est la douceur avec laquelle ce 3 litres réagit, ultra linéaire dans la poussée, sans aucune vibration et avec une sonorité digne d’un six cylindres (bien présente mais jamais envahissante). La version testée était équipée d’une boîte automatique ZF à six rapports (en option à 2.200 Euros), très réactive aux désirs du conducteur, au point que, pour une fois, on peut se demander si le mode manuel sert à quelque chose. La deuxième nouveauté, c’est la transmission intégrale intelligente "xDrive" qui équipe la 330xd Touring. Le cœur du système est constitué d’un embrayage piloté électroniquement, le même que celui des X3 et X5, associé au système de contrôle de trajectoire DSC grâce à des capteurs d’accélération et de position. La motricité est optimale en toutes circonstances. La répartition du couple moteur entre les essieux avant et arrière se fait de façon continue. Il n’optimise pas seulement la transmission de la puissance sur des routes à faible coefficient d’adhérence mais aussi le dynamisme de roulage, parce qu’il s’oppose à la tendance au survirage ou au sousvirage. Pour en finir, la 330 xd dispose d’un système de contrôle de descente (HCD) qui stabilise la voiture lors des pentes prononcées. La direction à crémaillère à assistance hydraulique constante est un vrai régal, sa consistance assez marquée participe beaucoup à l’agrément de conduite (tenue du cap, précision de la trajectoire). Seul désagrément, l’effort important à fournir lors des manœuvres à très basse vitesse.

Système multi Media et bain de soleil

L’habitacle profite de beaux matériaux et d’assemblages rigoureux avec la version Luxe : les inserts en bois précieux sont en ronce de noyer sur le tableau de bord et la console centrale. Le revêtement des portes et la sellerie en cuir tendu apportent une touche haut gamme. Très lumineux, le modèle essayé était équipé en option d’un toit ouvrant panoramique en verre à commande séquentielle offrant d’ailleurs une sensation d’espace et un bain de soleil assuré lors de beaux jours. La console centrale n’est plus tournée vers le conducteur mais elle intègre un écran couleur 16/9 de navigation et d’informations fonctionnelles et multi media. Toutes ces informations sont pilotées à travers une molette "IDrive" dont le fonctionnement rappelle celui d’un ordinateur avec une souris. Le système audio est de très bonne qualité avec ses dix haut-parleurs à 180 Watts (dont la partie radio est constituée de deux tuners optimisant la qualité de réception !). On peut même connecter un baladeur MP3 sur la console centrale et un téléphone portable via une interface Bluetooth. Pour ceux qui sont réticents à utiliser le "IDrive", les fonctionnalités peuvent être accessible à l’aide de la commande vocale (en option). Bien entendu, la voiture est équipée de l’allumage automatique et d’un démarrage sans clé "Start/Stop". On apprécie le coté "fun" de l’éclairage bleuté sous les poignées de portes lors du déverrouillage des portes par la télécommande (kit éclairage).

Avec la Touring, la série 3 offre un plus en convivialité, la venue du 3 litres Diesel place BMW en toute première place des voitures "hautes performances". La transmission intégrale permanente offre un surcroît de sécurité lorsque les conditions météorologiques se dégradent, tout en conservant un agrément de conduite de haut niveau. Vivement la série 3 « M » Diesel avec le moteur de la série 535d pour exploiter pleinement les capacités du fameux système "xDrive".

Jean-Pierre LO-HIVE

2006-08-15