RENAULT Laguna 2.0 dCi 175 Luxe Carminat

ESPACE ROUTIERE
  • Performances
  • Rapport prix/prestations
  • Confort général
  • Contenance moeynne du coffre
  • Visibilité arrière
  • Détails de finition

Prix : 31 050 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, 16 soupapes turbo diesel, injection directe rampe commune
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 175 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 36.70 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.60 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.44 m

Poids

Total 1559 kg

Capacités

Coffre de 430 à 0 dm³
Réservoir 68 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 217 km/h
0 à 100 km/h 8.60 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.50
Urbaine 9.20
Mixte 8.20
Essai 7.60

Revue de puissance

La gamme Laguna est désormais coiffée dans ses versions diesel par un moteur de deux litres développant une puissance portée à 175 chevaux et offrant un couple approchant les 40 mkg. Les marques françaises, avec cette Laguna et ses rivales 407 et C5, sont maintenant présentes sur ce créneau qui accueille déjà des modèles allemands mais aussi japonais. Le tarif proposé par RENAULT pour ce modèle est tout à fait bien positionné face à ces concurrentes.

Un vaisseau déjà bien connu

Cette version proposée ici en finition "Luxe Carminat" n’apporte pas de grande nouveauté en matière de présentation et d’équipements. L’extérieur est commun avec les autres modèles de la gamme, avec des équipements tels que les phares au xénon, les jantes en aluminium, les rétroviseurs teintés rabattables électriquement, pour n’en citer que quelques uns. L’ambiance intérieure est assez sombre et ne se démarque des standards anglo-saxons que par ses formes. Notre version était équipée du système Carminat couleur dont l’écran est coiffé d’une casquette en plastique d’aspect bas de gamme qui dénote avec le reste de la planche de bord plus cossu. Ce système de navigation se pilote via un ensemble de boutons poussoirs répartis sur un panneau situé sur la console centrale. En son centre, un bouton multi directionnel sert à naviguer à l’intérieur des différents menus. Il n'y a donc plus de place pour le frein de parking qui est relégué à gauche, sous la planche de bord, pour un usage restreint car cette fonction est assurée électriquement à la coupure du moteur et se déverrouille à la première accélération lorsqu’on redémarre. Ceci est l’une des fonctions apportées par la carte dite "mains libres" qui permet l’ouverture et le verrouillage des portes à distance et le démarrage sans introduire ni clef ni carte dans quelque serrure ou lecteur que ce soit. Cependant, certaines combinaisons peuvent rendre le déverrouillage inopérant en automatique et il faudra bien lire la notice pour conserver et maîtriser la configuration voulue. Le système de radio CD Cabasse est de très bonne qualité avec un chargeur frontal d’une capacité de six disques à charger l’un après l’autre. Cette Laguna est équipée d’une fonction commande vocale et d’une fonction téléphonique utilisant la technologie Bluetooth de votre portable. Le volant cuir micro perforé à quatre branches se prend bien en main. Les réglages en hauteur et profondeur permettent de trouver une position confortable. Ceci étant, après réglage, l’arête saillante et visible de l’habillage sous le combiné d’instrument fait un peu "cheap". Les sièges présentent un revêtement mixte cuir et alcantara du plus bel effet mais restent à réglages entièrement manuels sur cette version pourtant haut de gamme. Le conducteur, en place de la poignée de maintien souvent inutile, bénéficie d’un porte lunettes de soleil. Au niveau des indications, un indicateur de pression de pneus permet d’éviter de rouler sous gonflé ou bien de détecter une crevaison. La nouveauté se situant sous le capot avant, c’est en fait l’essai routier qui permet d’évaluer cette nouvelle motorisation. Moteur en marche, la première impression à froid concerne le niveau sonore bien géré et contenu. Dès le départ, la mécanique est volontaire et le couple se fait sentir tout de suite. Il convient de garder le pied doux jusqu’à l’arrivée à la température de fonctionnement. Ensuite, les tests d’accélération laissent la puissance parler. Les montées en régimes sont franches et continues jusqu’à plus de 5.000 tr/mn, régime auquel le moteur devient un peu trop présent dans l’habitacle. La cavalerie passe au sol par les roues avant de 16 pouces chaussées de pneus Michelin Primacy de 205/55 avec indice V qui remplissent parfaitement leur rôle. Ceci étant, leur longévité pourra se trouver altérée en cas de conduite nerveuse permanente. Les mesures à notre disposition font apparaître un kilomètre départ arrêté franchi en moins de 30 secondes et un passage de 0 à 100 km/h en moins de 9 secondes, mesures dignes de modèles réputés sportifs à la fin du siècle dernier, soit il y a moins de dix ans ! La voiture est stable et confortable en toutes circonstances, filtre parfaitement les imperfections de la route et avale les passages surélevés en douceur. Seules les chaussées très dégradées révèleront la limite avec un peu de sécheresse là où d’autres voitures sont réellement déjà inconfortables. Le freinage est assuré sans faille par les quatre disques, ventilés à l’avant. La consommation, pour notre essai, est restée très raisonnable avec moins de huit litres aux cent kilomètres. Par temps pluvieux, on apprécie le comportement neutre de la voiture. De plus, l’allumage des feux est automatique, ainsi que le fonctionnement des essuie-glaces qui, soulignons-le, sont bien aidés par un lave-glace dont les jets sont bien répartis sur le pare-brise, facilitant le nettoyage. Par temps ensoleillé, les passagers arrière ont apprécié les rideaux latéraux intégrés aux portes et le troisième sur la plage du coffre. Par contre, à l’avant, avec un soleil bas en éclairage latéral, le système de navigation situé en haut de la planche de bord devient vite peu lisible, ce qui est vraiment gênant, alors que, dans le même temps, les pare-soleil avant sont ergonomiquement bien dimensionnés, bien placés et donc efficaces. Enfin, un dernier détail ravira les malchanceux pour qui le seul clou se trouvant sur la route va se ficher dans leur pneu, inévitablement : la roue de secours est identique en taille aux autres roues, la seule différence se situant au niveau de la jante ici en tôle.

Place à la nouveauté

La nouveauté se situant sous le capot avant, c’est en fait l’essai routier qui permet d’évaluer cette nouvelle motorisation. Moteur en marche, la première impression à froid concerne le niveau sonore bien géré et contenu. Dès le départ, la mécanique est volontaire et le couple se fait sentir tout de suite. Il convient de garder le pied doux jusqu’à l’arrivée à la température de fonctionnement. Ensuite, les tests d’accélération laissent la puissance parler. Les montées en régimes sont franches et continues jusqu’à plus de 5.000 tr/mn, régime auquel le moteur devient un peu trop présent dans l’habitacle. La cavalerie passe au sol par les roues avant de 16 pouces chaussées de pneus Michelin Primacy de 205/55 avec indice V qui remplissent parfaitement leur rôle. Ceci étant, leur longévité pourra se trouver altérée en cas de conduite nerveuse permanente. Les mesures à notre disposition font apparaître un kilomètre départ arrêté franchi en moins de 30 secondes et un passage de 0 à 100 km/h en moins de 9 secondes, mesures dignes de modèles réputés sportifs à la fin du siècle dernier, soit il y a moins de dix ans ! La voiture est stable et confortable en toutes circonstances, filtre parfaitement les imperfections de la route et avale les passages surélevés en douceur. Seules les chaussées très dégradées révèleront la limite avec un peu de sécheresse là où d’autres voitures sont réellement déjà inconfortables. Le freinage est assuré sans faille par les quatre disques, ventilés à l’avant. La consommation, pour notre essai, est restée très raisonnable avec moins de huit litres aux cent kilomètres. Par temps pluvieux, on apprécie le comportement neutre de la voiture. De plus, l’allumage des feux est automatique, ainsi que le fonctionnement des essuie-glaces qui, soulignons-le, sont bien aidés par un lave-glace dont les jets sont bien répartis sur le pare-brise, facilitant le nettoyage. Par temps ensoleillé, les passagers arrière ont apprécié les rideaux latéraux intégrés aux portes et le troisième sur la plage du coffre. Par contre, à l’avant, avec un soleil bas en éclairage latéral, le système de navigation situé en haut de la planche de bord devient vite peu lisible, ce qui est vraiment gênant, alors que, dans le même temps, les pare-soleil avant sont ergonomiquement bien dimensionnés, bien placés et donc efficaces. Enfin, un dernier détail ravira les malchanceux pour qui le seul clou se trouvant sur la route va se ficher dans leur pneu, inévitablement : la roue de secours est identique en taille aux autres roues, la seule différence se situant au niveau de la jante ici en tôle.

La nouvelle motorisation de la Laguna lui va à ravir. Elle s’en empare presque naturellement, sans aucun complexe et adapte son comportement comme si tout était prévu depuis la genèse de la voiture. On a donc à faire à une version attrayante, pour conducteurs amateurs de performances, même en diesel et soucieux du confort de leurs passagers. De plus, l’aspect économique, tant en tarif qu’au passage à la pompe, est très positif.

Jacques FORGE

2006-11-10