MAZDA 6 MPS

ESPACE SPORTIVE
  • Rapport prix/équipement
  • Performance
  • Confort
  • Finition
  • Boîte mal étagée
  • Sonorité
  • Consommation

Prix : 35 700 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 4 soupapes par cylindre Turbo essence
Cylindrée 2261 cm³
Puissance maxi 260 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 38.70 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.76 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.43 m

Poids

Total 1620 kg

Capacités

Coffre de 455 à 0 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 240 km/h
0 à 100 km/h 6.60 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 8.00
Urbaine 14.10
Mixte 10.20
Essai 0.00

Comme le dit le slogan… Zoom Zoom !

Présentée comme un concept car au mondial de l’automobile en 2002, la plus puissante des MAZDA6 est aujourd’hui sur nos routes depuis 2006 sous le nom de MPS pour « Mazda Performance Séries ». Portée par ses succès, la firme japonaise (actuellement dans le groupe FORD) propose une auto qui, sur le papier, semble plus que prometteuse. La MPS vient directement jouer sur le terrain des versions sportives de AUDI, BMW mais aussi de SUBARU ou MITSUBISHI. La MAZDA oppose son "petit" 4 cylindres aux 6 cylindres de certaines de ses concurrentes. Certes, la puissance est équivalente (260 chevaux). Il reste maintenant à savoir si les ingénieurs de MAZDA auront fait aussi bien pour que le conducteur profite pleinement de cette puissance.

Extérieurement discrète

Les lignes du modèle de série sont ici préservées, à la fois très sobres et bien équilibrées, les designers de MAZDA n’ont pas fait dans la démesure. Seuls quelques petits détails traduisent la vocation sportive de ce modèle. Les larges ouvertures dans le bouclier avant en trois parties (à vocation plus pratique qu’esthétique) qui permettent de gaver en air frais le turbo de la belle, le capot bombé sur 40 mm de plus que la berline, les jupes latérales, le diffuseur arrière et le léger becquet sur la malle arrière sont les signes distinctifs de cette MPS. Seule ombre dans cette relative sobriété, le double échappement arrière (factice) veut traduire la vocation sportive de la MPS, mais sonne un peu faux. En effet, les ingénieurs de la firme japonaise ont choisi d’habiller l’échappement de leur sportive ce qui rend une sonorité plus que métallique et bien loin du ronron de la concurrence. Ajoutez-y des jantes à bâton de 18 pouces et voilà comment transformer de manière sobre une douce berline en sportive. La stratégie est claire : pas d’exubérance pour ce modèle à vocation sportive. A l’intérieur comme l’extérieur, la MPS conserve son design d’origine sans grand changement par rapport à la version de base. Même dans sa version sportive, MAZDA n'a pas dépouillé sa qualité de finition. Les sièges en cuir sont confortables, réglables à la demande et offrent une position idéale tout en assurant un bon maintien, même en conduite sportive. Côté options, vos finances seront heureuses car tout est inclus !!! A 35.700 Euros vous avez une voiture clé en main sans un centime à ajouter (hormis pour le toit ouvrant). Même la peinture métallisée est comprise dans le prix. Très peu de constructeurs automobiles offre autant d’équipements de série. Cela méritait d’être précisé car suffisamment rare. La dotation ajoute un GPS escamotable bien pratique. Une petite télécommande intégrée, quand on ne l'utilise pas, à la planche de bord près du levier de vitesses permet de piloter le GPS par une simple pression y compris pour les passagers arrière. Enfin côté habitabilité, la MAZDA emprunte sa base à la FORD Mondeo et comme elle, bénéficie d'un généreux coffre et d'un espace aux places arrière plus que raisonnable, de quoi voyager sans aucun problème. Sous le capot, on trouve le bloc-moteur MZR 2.3 turbo essence développant 260 chevaux à 5.500 tr/mn. Le turbo permet de faire monter le couple à 380 Nm dès 3.000 tr/mn et on se laisse alors surprendre par des reprises inespérées avec un quatre cylindres. Il donne des ailes à cette japonaise qui avale le 0 à 100 km/h en 6,6 secondes. Comme cela est souvent le cas sur des sportives turbocompressées, ce 4 cylindres présente une double casquette : sage à bas régime, il se réveille brusquement à l’utilisation du turbo pour devenir explosif. Cette personnalité à facettes rend la MAZDA6 facilement utilisable au quotidien mais, en utilisation sportive ce laps de temps avant l’arrivée de la cavalerie produit une inertie qui pourrait, au final, déplaire. Avec 260 chevaux sous le capot, il n’aurait pas été raisonnable de confier la puissance aux seules roues avant. Les ingénieurs ont donc fait le choix de confier la tenue de route de cette MPS à une transmission intégrale à répartition active du couple. Si ce système de transmission retire du plaisir de conduire par rapport à une propulsion, il permet de mieux sécuriser le comportement de l’auto. La voiture se comporte donc comme une traction avec un sous virage relativement prononcé en conduite sportive. Dès que le train avant risque d'être pris en défaut, la puissance est transmise aux roues arrière de manière à remettre la voiture dans l’axe. Ce transfert de couple se fait nettement sentir en virages serrés ou sur revêtement humide, ce qui peut au début surprendre à la différence d’une transmission intégrale permanente. S’il existe un problème, il prend la forme de la boîte à six rapports de cette MAZDA6 MPS dont l’étagement m’a semblé assez spécial. Les trois premiers rapports sont franchement trop courts, ce qui implique de jongler en permanence en ville. En utilisation sportive, là où d’autres modèles passeraient en troisième, la MAZDA se retrouve souvent en quatrième ce qui, au niveau du couple moteur et de la réserve de puissance, peut surprendre.

Une finition de qualité

A l’intérieur comme l’extérieur, la MPS conserve son design d’origine sans grand changement par rapport à la version de base. Même dans sa version sportive, MAZDA n'a pas dépouillé sa qualité de finition. Les sièges en cuir sont confortables, réglables à la demande et offrent une position idéale tout en assurant un bon maintien, même en conduite sportive. Côté options, vos finances seront heureuses car tout est inclus !!! A 35.700 Euros vous avez une voiture clé en main sans un centime à ajouter (hormis pour le toit ouvrant). Même la peinture métallisée est comprise dans le prix. Très peu de constructeurs automobiles offre autant d’équipements de série. Cela méritait d’être précisé car suffisamment rare. La dotation ajoute un GPS escamotable bien pratique. Une petite télécommande intégrée, quand on ne l'utilise pas, à la planche de bord près du levier de vitesses permet de piloter le GPS par une simple pression y compris pour les passagers arrière. Enfin côté habitabilité, la MAZDA emprunte sa base à la FORD Mondeo et comme elle, bénéficie d'un généreux coffre et d'un espace aux places arrière plus que raisonnable, de quoi voyager sans aucun problème.

Une mécanique sobre et utilisable au quotidien

Sous le capot, on trouve le bloc-moteur MZR 2.3 turbo essence développant 260 chevaux à 5.500 tr/mn. Le turbo permet de faire monter le couple à 380 Nm dès 3.000 tr/mn et on se laisse alors surprendre par des reprises inespérées avec un quatre cylindres. Il donne des ailes à cette japonaise qui avale le 0 à 100 km/h en 6,6 secondes. Comme cela est souvent le cas sur des sportives turbocompressées, ce 4 cylindres présente une double casquette : sage à bas régime, il se réveille brusquement à l’utilisation du turbo pour devenir explosif. Cette personnalité à facettes rend la MAZDA6 facilement utilisable au quotidien mais, en utilisation sportive ce laps de temps avant l’arrivée de la cavalerie produit une inertie qui pourrait, au final, déplaire. Avec 260 chevaux sous le capot, il n’aurait pas été raisonnable de confier la puissance aux seules roues avant. Les ingénieurs ont donc fait le choix de confier la tenue de route de cette MPS à une transmission intégrale à répartition active du couple. Si ce système de transmission retire du plaisir de conduire par rapport à une propulsion, il permet de mieux sécuriser le comportement de l’auto. La voiture se comporte donc comme une traction avec un sous virage relativement prononcé en conduite sportive. Dès que le train avant risque d'être pris en défaut, la puissance est transmise aux roues arrière de manière à remettre la voiture dans l’axe. Ce transfert de couple se fait nettement sentir en virages serrés ou sur revêtement humide, ce qui peut au début surprendre à la différence d’une transmission intégrale permanente. S’il existe un problème, il prend la forme de la boîte à six rapports de cette MAZDA6 MPS dont l’étagement m’a semblé assez spécial. Les trois premiers rapports sont franchement trop courts, ce qui implique de jongler en permanence en ville. En utilisation sportive, là où d’autres modèles passeraient en troisième, la MAZDA se retrouve souvent en quatrième ce qui, au niveau du couple moteur et de la réserve de puissance, peut surprendre.

En final, cette MAZDA6 MPS est une berline sans réels défauts offrant un bon compromis entre le côté pratique et la vocation sportive. Elle offre toutes les qualités requises pour une utilisation au quotidien à un prix défiant toute concurrence. Avec quelques kilos en moins, elle en serait même redoutable pour la concurrence. Sa petite sœur, la MAZDA 3 MPS devrait répondre à ce besoin… Affaire à suivre !!

Stéphane PEREZZAN

2007-04-30