PEUGEOT 406 V6 SV BVA

ESPACE BERLINE
  • Performances
  • Très bon rapport prix/performances
  • Tenue de route
  • Agrément de conduite
  • Budget d'utilisation
  • Roue de secours temporaire
  • Position de conduite perfectible

Prix : 30 871 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres essence
Cylindrée 2946 cm³
Puissance maxi 194 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 27.80 mkg à 4500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.56 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 430 dm³
Réservoir 70 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 227 km/h
0 à 100 km/h 9.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 11.60

Une main de fer dans un gant de velours

Convient-il encore de présenter la "super...be" 406 déjà tant décrite et appréciée dans les colonnes d'ACTUA AUTO ? Et pourtant cette fois, il s'agit du modèle essence le plus puissant, le plus élaboré, le plus rapide et ... le plus cher de cette berline très réussie. Ici, seuls les superlatifs comptent. Alors quel n'est pas mon plaisir de faire partager les impressions peu communes que j'ai ressenties à bord de cette berline de série limitée il est vrai.

Le moteur de cette confortable berline est le 6 cylindres en V de 2946 cm3, 24 soupapes dont la puissance réelle est de 140 kW / 194 chevaux, également monté sur les PEUGEOT 605 et coupé 406, CITROEN XM et Xantia, et RENAULT Laguna et Espace. Il remplace le moteur PRV d'antan. Ce moteur V6 est ici associé à la boîte de vitesses automatique, dite auto-adaptative, à quatre rapports et à gestion électronique de type 4 HP 20. Le principe et le fonctionnement ont déjà été développés lors de l'essai de la CITROEN Xantia V6 exclusive paru dans le BIB n°21. Il faut rappeler que cette boîte comprend un programme normal auto-adaptatif, mais qui ne favorise pas les meilleures performances de ce beau V6, un programme sport qui valorise ladite motorisation et un programme neige pour une conduite sur route à faible adhérence. Ces trois programmes permettant de sélectionner aussi de 1 à 4 vitesses. Rien ne manque aux équipements de série de ce modèle SV. On pourra toutefois opter pour le pack SVE facturé 16.000 FF comprenant les sièges habillés de cuir, les sièges avant chauffants et à réglages électriques, le changeur CD, l'ordinateur de bord etc.. Le montant à payer pour le modèle essayé, 203.000 FF, n'est certes pas vraiment anodin, mais en considération de ses caractéristiques, le rapport performances - prix demeure très favorable si l'on sent tient au prix du catalogue. Le budget exploitation est hélas financièrement très lourd. Ce modèle haut de gamme équipé de la boîte ZF 4HP20 dont le fonctionnement est sans reproche et de la direction à assistance variable en fait une citadine tout à fait remarquable. Attention toutefois au manque de consistance de cette direction à basse vitesse. Il faut néanmoins bien admettre que les 194 chevaux logés sous le capot méritent de mieux s'exprimer sur d'autres terrains. D'autant plus que la consommation risque fort de devenir bien vite une sérieuse torture pour le porte-monnaie. C'est bien évidemment sur routes et autoroutes que l'on peut le mieux apprécier les formidables qualités de puissance de cette 406 liées à une tenue de route sans défaillance. Cependant, pour vraiment obtenir la quintessence des possibilités offertes par ce puissant six cylindres, il convient de choisir le programme "S" comme sport aux accélérations plus marquées que le programme "ordinaire" et ainsi d'être plus proche des sensations offertes par une boîte manuelle. Cela est particulièrement vrai sur les routes où les dépassements doivent être plus rapides. Le plaisir est grand de piloter cette auto tant les réactions sont souples et puissantes et tant les décibels à tous les régimes sont si discrets, et quand on les entend, comment ne pas être séduit par le "chant" de ces six cylindres. Pas facile de lui trouver des défauts à cette 406. Son confort est excellent, mais la suspension est ici plus ferme que pour les autres modèles moins rapides. J'ai regretté que les nombreux réglages électriques à mémoire des sièges avant (option facturée 5.000 FF) ne m'aient pas vraiment permis de trouver la meilleure position de conduite, l'assise du siège conducteur étant trop inclinée et trop basse et les accoudoirs placés un peu bas. Compte-tenu des performances élevées et donc de la consommation, l'autonomie est trop faible et nécessite le passage trop fréquent à la pompe. Enfin, gros reproche entre tous, cette très belle réussite est livrée avec une roue de secours temporaire, ce qui parait indigne d'un véhicule de ce niveau et de cette classe. Alors que PEUGEOT trouve une vraie cinquième roue !

Il faut rappeler que cette boîte comprend un programme normal auto-adaptatif, mais qui ne favorise pas les meilleures performances de ce beau V6, un programme sport qui valorise ladite motorisation et un programme neige pour une conduite sur route à faible adhérence. Ces trois programmes permettant de sélectionner aussi de 1 à 4 vitesses.

Equipement, budget

Rien ne manque aux équipements de série de ce modèle SV. On pourra toutefois opter pour le pack SVE facturé 16.000 FF comprenant les sièges habillés de cuir, les sièges avant chauffants et à réglages électriques, le changeur CD, l'ordinateur de bord etc..

Le montant à payer pour le modèle essayé, 203.000 FF, n'est certes pas vraiment anodin, mais en considération de ses caractéristiques, le rapport performances - prix demeure très favorable si l'on sent tient au prix du catalogue. Le budget exploitation est hélas financièrement très lourd.

Utilisation en ville

Ce modèle haut de gamme équipé de la boîte ZF 4HP20 dont le fonctionnement est sans reproche et de la direction à assistance variable en fait une citadine tout à fait remarquable. Attention toutefois au manque de consistance de cette direction à basse vitesse.

Il faut néanmoins bien admettre que les 194 chevaux logés sous le capot méritent de mieux s'exprimer sur d'autres terrains. D'autant plus que la consommation risque fort de devenir bien vite une sérieuse torture pour le porte-monnaie.

Utilisation sur route

C'est bien évidemment sur routes et autoroutes que l'on peut le mieux apprécier les formidables qualités de puissance de cette 406 liées à une tenue de route sans défaillance. Cependant, pour vraiment obtenir la quintessence des possibilités offertes par ce puissant six cylindres, il convient de choisir le programme "S" comme sport aux accélérations plus marquées que le programme "ordinaire" et ainsi d'être plus proche des sensations offertes par une boîte manuelle. Cela est particulièrement vrai sur les routes où les dépassements doivent être plus rapides.

Le plaisir est grand de piloter cette auto tant les réactions sont souples et puissantes et tant les décibels à tous les régimes sont si discrets, et quand on les entend, comment ne pas être séduit par le "chant" de ces six cylindres.

Pas facile de lui trouver des défauts à cette 406. Son confort est excellent, mais la suspension est ici plus ferme que pour les autres modèles moins rapides. J'ai regretté que les nombreux réglages électriques à mémoire des sièges avant (option facturée 5.000 FF) ne m'aient pas vraiment permis de trouver la meilleure position de conduite, l'assise du siège conducteur étant trop inclinée et trop basse et les accoudoirs placés un peu bas.

Compte-tenu des performances élevées et donc de la consommation, l'autonomie est trop faible et nécessite le passage trop fréquent à la pompe.

Enfin, gros reproche entre tous, cette très belle réussite est livrée avec une roue de secours temporaire, ce qui parait indigne d'un véhicule de ce niveau et de cette classe. Alors que PEUGEOT trouve une vraie cinquième roue !

Comme pour sa sœur Xantia V6, cette 406 V6 n'est que séduction et en très bonne place face à de redoutables concurrentes telles que la BMW 328 et l'AUDI A6 2,8. Choisir ce modèle dans la gamme 406 dont le prix d'achat reste fort intéressant, c'est satisfaire un plaisir de conduite, assorti d'un confort et d'une sécurité hors du commun, mais c'est bien dommage que de telles sensations se paient trop chères dans notre pays.

Jean-Pierre LAURAIN

1998-11-01