BMW X5 3.0d

ESPACE TOUT TERRAIN
  • Qualité de l'intérieur
  • Performances moteur
  • Sobriété
  • Habitabilité
  • Direction assistée peu agréable
  • Volant fixe en profondeur
  • Equipements de série

Prix : 53 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres - 24 soupapes turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 2993 cm³
Puissance maxi 235 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 54.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.85 m
Largeur 1.93 m
Hauteur 1.78 m

Poids

Total 2270 kg

Capacités

Coffre de 620 à 1750 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 204 km/h
0 à 100 km/h 8.80 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.90
Urbaine 10.20
Mixte 8.10
Essai 8.80

Le retour du roi

Le nouveau BMW X5 (E70), leader des SUV haut gamme, revient en force pour notamment affronter le MERCEDES ML et l’AUDI Q7, deux de ses principaux concurrents. BMW a effectué un travail technique de fond pour optimiser les qualités routières du X5 qui a fait la réputation de ce modèle, depuis sept bonnes années de ventes en pleine croissance (580.000 exemplaires vendus). De plus, cette nouvelle mouture reçoit des équipements jusqu’ici connus que sur des berlines haut de gamme, comme la direction à démultiplication variable ("l’adaptive drive") et le viseur tête haute ("Head up display").

Sept places ou rien

Le nouveau BMW X5 est resté fidèle à la ligne de la première génération créée par le designer belge Pierre Leclerq. Le dynamisme est conservé, le bavarois gagne toutefois en muscle en soulignant les lignes de force : ailes gonflées, capot musclé, naseaux élargis. Le X5 est inédit du toit aux roues. Toute la face avant, y compris les optiques, a subi un lifting à tendance sportive, par contre l’arrière a très peu changé. Bâtie sur une nouvelle plateforme, l’habitabilité est en net progrès. Le X5 s’est allongé de dix neuf centimètres, il est plus haut de six centimètres et plus large de quatre centimètres. Avec ses 4,86 mètres, il dépasse à présent de huit centimètres le PORSCHE Cayenne mais reste plus court par rapport à l’indétrônable AUDI Q7. Ces mensurations généreuses permettent d'augmenter le nombre de places disponibles de cinq à sept, via une troisième rangée de sièges rabattables sous le plancher. Magie du design, la nouvelle silhouette du X5 est restée compacte et dynamique alors que toutes les côtes ont augmenté ! Trois moteurs sont disponibles sur le nouveau X5. Un moteur turbo diesel de 235 chevaux et deux moteurs essence de 272 et 355 chevaux constituent l'offre. Pour notre essai, le trois litres turbo diesel n’a plus rien à voir avec celui qui l’a précédé dans la génération précédente (E53). Le nouveau moteur est entièrement réalisé en alliage, et équipé d’une rampe commune de troisième génération (avec une pression d'injection augmentée à 1.600 bars). Un nouveau calculateur permet de tirer 235 chevaux de ce six cylindres en ligne. En utilisation, ce moteur se montre très alerte et tonique tout en restant d'une totale discrétion. Il améliore le bilan de son prédécesseur en accélération avec 30,6 secondes contre 31 secondes pour le 1.000 mètres départ arrête). Généreux en couple , le moteur reprend avec force dès la moindre sollicitation du pied droit sur l’accélérateur. La nouvelle boîte automatique à six rapports travaille plus finement que l’ancienne génération, d'ailleurs, la boîte manuelle n’est plus disponible sur le nouveau X5. La transmission intégrale X-Drive n’est pas en reste, elle est plus performante grâce à la nouvelle centrale électro hydraulique (EHB3). L’augmentation du rendement des moteurs a permis une réduction de 8% de la consommation (8,7 litres aux cent kilomètres en cycles mixte) par rapport à la version précédente. La X5 3.0d révèle une sobriété remarquable, au point de surclasser tous ses concurrents sur ce segment (MERCEDES ML320 CDI, AUDI Q7 TDI, VOLKSWAGEN Touareg V6 TDI). Le premier X5 en matière d’agrément de conduite s’est imposé comme une référence dans le segment des SUV haut de gamme, une réputation que le nouveau modèle doit perpétuer. BMW a équipé ce dernier avec les récentes technologies dédiées à sa Série 7. Le contrôle dynamique de la stabilité étendu "DSC+" (l'aide automatique au démarrage en côte) empêche les reculs inopinés, "l’adaptive drive" (adaptation automatique à l’état de la chaussée) a pour but d’améliorer à la fois le confort et le dynamisme de conduite et la direction active "AFS" permet d’apporter plus de précision à la conduite. Sur la route, le X5 continue à survoler la catégorie en ce qui concerne l’efficacité et l’agrément de conduite. Vif et agile pour son gabarit, le BMW se conduit comme une limousine hors de la ville.

Moteur sportif et "coupleux" à souhait

Trois moteurs sont disponibles sur le nouveau X5. Un moteur turbo diesel de 235 chevaux et deux moteurs essence de 272 et 355 chevaux constituent l'offre. Pour notre essai, le trois litres turbo diesel n’a plus rien à voir avec celui qui l’a précédé dans la génération précédente (E53). Le nouveau moteur est entièrement réalisé en alliage, et équipé d’une rampe commune de troisième génération (avec une pression d'injection augmentée à 1.600 bars). Un nouveau calculateur permet de tirer 235 chevaux de ce six cylindres en ligne. En utilisation, ce moteur se montre très alerte et tonique tout en restant d'une totale discrétion. Il améliore le bilan de son prédécesseur en accélération avec 30,6 secondes contre 31 secondes pour le 1.000 mètres départ arrête). Généreux en couple , le moteur reprend avec force dès la moindre sollicitation du pied droit sur l’accélérateur. La nouvelle boîte automatique à six rapports travaille plus finement que l’ancienne génération, d'ailleurs, la boîte manuelle n’est plus disponible sur le nouveau X5. La transmission intégrale X-Drive n’est pas en reste, elle est plus performante grâce à la nouvelle centrale électro hydraulique (EHB3). L’augmentation du rendement des moteurs a permis une réduction de 8% de la consommation (8,7 litres aux cent kilomètres en cycles mixte) par rapport à la version précédente. La X5 3.0d révèle une sobriété remarquable, au point de surclasser tous ses concurrents sur ce segment (MERCEDES ML320 CDI, AUDI Q7 TDI, VOLKSWAGEN Touareg V6 TDI).

Conduite assistée

Le premier X5 en matière d’agrément de conduite s’est imposé comme une référence dans le segment des SUV haut de gamme, une réputation que le nouveau modèle doit perpétuer. BMW a équipé ce dernier avec les récentes technologies dédiées à sa Série 7. Le contrôle dynamique de la stabilité étendu "DSC+" (l'aide automatique au démarrage en côte) empêche les reculs inopinés, "l’adaptive drive" (adaptation automatique à l’état de la chaussée) a pour but d’améliorer à la fois le confort et le dynamisme de conduite et la direction active "AFS" permet d’apporter plus de précision à la conduite. Sur la route, le X5 continue à survoler la catégorie en ce qui concerne l’efficacité et l’agrément de conduite. Vif et agile pour son gabarit, le BMW se conduit comme une limousine hors de la ville.

Le nouveau BMW X5 conforte sa position de leader acquise par son prédécesseur. Il surclasse aisément nombre de ses concurrents sur le plan du comportement routier et de l’agrément de conduite. Une habilité en hausse lui permet de satisfaire la demande des marchés américain et européen en proposant sept vraies places. BMW a réussi son pari d’avoir pérennisé son X5. Cette nouvelle version, plus raffinée, plus sûre, plus puissante devrait, a priori, connaître une belle carrière. On peut regretter les prix élevés des options mais quand on aime on ne compte pas…

Jean-Pierre LO-HIVE

2008-04-12