PEUGEOT 308 SW 1.6 HDI 110 FAP Premium

ESPACE BREAK
  • Habitabilité, luminosité
  • Qualité de fabrication
  • Sobriété
  • Sécurité
  • Reprises en sixième vitesse
  • Trépidations à basse vitesse
  • ESP en option
  • Quelques détails d’ergonomie

Prix : 24 750 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Filtre A Particules Turbo diesel à injection directe à rampe commune
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 110 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 26.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.50 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.55 m

Poids

Total 1495 kg

Capacités

Coffre de 0 à 585 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 185 km/h
0 à 100 km/h 12.50 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.20
Urbaine 6.60
Mixte 5.10
Essai 5.50

Du volume et de la lumière

Chez PSA, pour le milieu de gamme, les compactes, les rôles sont bien définis entre les marques CITROËN et PEUGEOT. A CITROËN revient la mission des monospaces Picasso sur base C4 et Xsara, toujours au catalogue, PEUGEOT proposant les breaks tous désormais nommés 308 SW, contrairement à la 307 qui distinguait break avec toit en tôle et SW avec toit vitré.

Air de famille

L'avant de la 308 SW est identique à celui de la berline avec évidemment le "look" PEUGEOT, très caractéristique. Phares très étirés, calandre largement ouverte sous le pare-chocs, capot avec un "nez" proéminent sont les signes typiques des modèles récents de la marque. Cet air de famille est tellement marqué que, au premier coup d'œil, on ne distingue pas vraiment une 308, d'une 207 voire d'une 307 ou d'une 407. Une des raisons du succès de la 307 SW était son habitabilité et la possibilité de transporter jusqu'à 7 passagers. Le principe a été reconduit pour la 308 SW. Afin de pouvoir loger deux sièges supplémentaires en troisième rangée (option à 300 € le siège), l'empattement et le porte-à-faux arrière de la SW ont été augmentés de respectivement 10 et 12,4 centimètres par rapport à la berline 308. En configuration cinq places, les cotes intéressantes permettent une bonne habitabilité à toutes les places et un coffre de grande capacité (585 litres) qu'il sera possible d'agrandir en avançant les trois sièges arrière indépendants, en les repliant ou en les ôtant. La voiture essayée n'était pas équipée de l'option sièges en troisième rangée, mais vu l'espace disponible derrière la deuxième rangée, il ne peut s'agir que de places d'appoint pour des enfants, d'autant plus que leur accès est plutôt acrobatique et, dans ce cas, le volume du coffre ne doit pas excéder celui, très restreint, d'une 107. Un autre attrait de la 308 SW est son toit panoramique, en verre athermique, de série à partir de la finition Confort Pack, deuxième niveau sur quatre (Confort, Confort Pack, Premium et Féline). Cet équipement illumine l'habitacle et accentue l'impression d'espace. En cas de très grande luminosité, il est occultable par un vélum électrique séquentiel. La finition et le choix des matériaux ont fait l'objet de beaucoup de soin. L'ensemble est très agréable et la qualité perçue laisse une impression très favorable. On note toutefois que l'ergonomie de certaines commandes pourrait être améliorée, notamment le satellite du régulateur de vitesse, à côté du commodo des phares est beaucoup moins pratique que les touches au volant de la RENAULT Laguna par exemple. Par ailleurs, les données de l'ordinateur de bord ne s'affichent que quelques secondes, il faut appuyer sur une touche à chaque fois que l'on veut les consulter et il y a des reflets sur les cadrans du tableau de bord. Les réglages "toutes directions" du siège et du volant permettent à chacun de trouver une bonne position de conduite. Le 1.6 HDi 110 (milieu de gamme diesel entre le 1.6 HDi 90 et le 2.0 HDi 136) est bien insonorisé et le couple généreux et disponible à bas régime, dès 1.500 tr/mn, autorise une conduite en souplesse, ce qui est favorable à la consommation. Lors de l'essai, réalisé sur un trajet peu contraignant il est vrai, la consommation moyenne s'est établie à un remarquable 5,5 litres aux cent kilomètres. Bien que le moteur soit volontaire, les 1.800 kg de la voiture en charge et la longueur de la sixième vitesse sont quand même des handicaps certains lors des reprises. Pour dépasser ou dans une pente assez raide, il est préférable de rétrograder, si l'on veut conserver une réserve de puissance, d'autant plus que la commande de boîte est précise malgré une certaine fermeté. Ceux qui préfèrent un véhicule plus dynamique peuvent se tourner vers le 2.0 HDi 136, plus cher, ou vers l'un des deux moteurs turbo essence, celui de 150 chevaux, plus gourmand, ou le 175 chevaux, plus cher et plus gourmand. Les suspensions, à vitesse soutenue, filtrent correctement les inégalités de la chaussée mais sont sujettes à quelques trépidations à petite allure que les sièges, assez fermes, n'amortissent pas suffisamment. En contrepartie ces suspensions assurent une stabilité sans faille et aidées par une direction très précise donnent une grande maniabilité à la 308. Malgré ses excellentes dispositions il est quand même regrettable que le contrôle de la stabilité ESP, équipement de sécurité dont l'efficacité n'est plus à prouver, soit encore en option sur cette version Premium. Le freinage avec ABS et AFU (Aide au Freinage d'Urgence) se révèle puissant et sécurisant.

Intérieur vaste et lumineux

Une des raisons du succès de la 307 SW était son habitabilité et la possibilité de transporter jusqu'à 7 passagers. Le principe a été reconduit pour la 308 SW. Afin de pouvoir loger deux sièges supplémentaires en troisième rangée (option à 300 € le siège), l'empattement et le porte-à-faux arrière de la SW ont été augmentés de respectivement 10 et 12,4 centimètres par rapport à la berline 308. En configuration cinq places, les cotes intéressantes permettent une bonne habitabilité à toutes les places et un coffre de grande capacité (585 litres) qu'il sera possible d'agrandir en avançant les trois sièges arrière indépendants, en les repliant ou en les ôtant. La voiture essayée n'était pas équipée de l'option sièges en troisième rangée, mais vu l'espace disponible derrière la deuxième rangée, il ne peut s'agir que de places d'appoint pour des enfants, d'autant plus que leur accès est plutôt acrobatique et, dans ce cas, le volume du coffre ne doit pas excéder celui, très restreint, d'une 107. Un autre attrait de la 308 SW est son toit panoramique, en verre athermique, de série à partir de la finition Confort Pack, deuxième niveau sur quatre (Confort, Confort Pack, Premium et Féline). Cet équipement illumine l'habitacle et accentue l'impression d'espace. En cas de très grande luminosité, il est occultable par un vélum électrique séquentiel.

Qualité perçue

La finition et le choix des matériaux ont fait l'objet de beaucoup de soin. L'ensemble est très agréable et la qualité perçue laisse une impression très favorable. On note toutefois que l'ergonomie de certaines commandes pourrait être améliorée, notamment le satellite du régulateur de vitesse, à côté du commodo des phares est beaucoup moins pratique que les touches au volant de la RENAULT Laguna par exemple. Par ailleurs, les données de l'ordinateur de bord ne s'affichent que quelques secondes, il faut appuyer sur une touche à chaque fois que l'on veut les consulter et il y a des reflets sur les cadrans du tableau de bord.

En route

Les réglages "toutes directions" du siège et du volant permettent à chacun de trouver une bonne position de conduite. Le 1.6 HDi 110 (milieu de gamme diesel entre le 1.6 HDi 90 et le 2.0 HDi 136) est bien insonorisé et le couple généreux et disponible à bas régime, dès 1.500 tr/mn, autorise une conduite en souplesse, ce qui est favorable à la consommation. Lors de l'essai, réalisé sur un trajet peu contraignant il est vrai, la consommation moyenne s'est établie à un remarquable 5,5 litres aux cent kilomètres. Bien que le moteur soit volontaire, les 1.800 kg de la voiture en charge et la longueur de la sixième vitesse sont quand même des handicaps certains lors des reprises. Pour dépasser ou dans une pente assez raide, il est préférable de rétrograder, si l'on veut conserver une réserve de puissance, d'autant plus que la commande de boîte est précise malgré une certaine fermeté. Ceux qui préfèrent un véhicule plus dynamique peuvent se tourner vers le 2.0 HDi 136, plus cher, ou vers l'un des deux moteurs turbo essence, celui de 150 chevaux, plus gourmand, ou le 175 chevaux, plus cher et plus gourmand. Les suspensions, à vitesse soutenue, filtrent correctement les inégalités de la chaussée mais sont sujettes à quelques trépidations à petite allure que les sièges, assez fermes, n'amortissent pas suffisamment. En contrepartie ces suspensions assurent une stabilité sans faille et aidées par une direction très précise donnent une grande maniabilité à la 308. Malgré ses excellentes dispositions il est quand même regrettable que le contrôle de la stabilité ESP, équipement de sécurité dont l'efficacité n'est plus à prouver, soit encore en option sur cette version Premium. Le freinage avec ABS et AFU (Aide au Freinage d'Urgence) se révèle puissant et sécurisant.

Les habitués de la 307 SW ne seront pas dépaysés par la 308 SW qui ajoutera aux qualités reconnues de ce modèle, habitabilité, confort, vie agréable à bord, un habitacle plus cossu et une excellente qualité de fabrication. Ceux que les monospaces lassent ou rebutent, ou les possesseurs de berlines ou de breaks classiques, découvriront qu'un break bien conçu offre d’intéressantes fonctionnalités avec une esthétique avenante et le même agrément de conduite qu'une berline.

Daniel DECHENE

2008-06-30