FORD Kuga 2.0 TDCi 136 Titanium

ESPACE TOUT-TERRAIN
  • Ligne dynamique
  • Comportement routier
  • Equipement
  • Dimension du coffre
  • Habitabilité arrière
  • Quelques plastiques peu agréables

Prix : 30 550 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes Injection directe à rampe commune, turbocompresseur
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 136 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 32.60 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.44 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.71 m

Poids

Total 1613 kg

Capacités

Coffre de 410 à 1405 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 10.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.40
Urbaine 8.10
Mixte 6.40
Essai 8.20

Le dernier arrivé sera-t-il le premier ?

C’était un comble pour FORD de ne pas avoir développé pour le marché européen un 4x4 ou un crossover. En effet aux Etats-Unis, FORD reste le précurseur et le roi du pickup. Il devenait donc presque indécent pour le géant américain, dont le siège européen est implanté en Allemagne, de ne pas avoir sorti "son" crossover. C’est désormais chose faite avec le Kuga. Avec un nom que l’on retient facilement, FORD part à l’assaut de ce segment qui devient porteur en Europe et notamment en France. Il faut également noter qu’il s’agit du premier nouveau véhicule issu du "Kinetic design" de FORD.

Mais d’où vient cette inspiration ?

Si FORD a pris le temps nécessaire pour sortir son Kuga, cela vient peut-être en partie du temps nécessaire qui leur a fallu pour étudier attentivement la concurrence. Et elle est nombreuse parmi les stars du marché que sont les TOYOTA Rav4 et HONDA CR-V mais aussi leurs nouveaux concurrents que sont le NISSAN Qashqai et très récemment le VW Tiguan. Pour venir s’imposer sur ce marché, il fallait donc que le crossover de FORD apporte des nouveautés et qu’il soit capable de conquérir une clientèle aux exigences très disparates sur ce segment. La voie choisie par FORD a été de dessiner un crossover avec un style très différent de ses concurrents. Sur ce point, disons le tout de suite, c’est réussi. Le Kuga possède une ligne qui lui confère une vraie identité. Bien entendu les habitués des crossover et SUV, pourront identifier de nombreux éléments repris sur d’autres modèles, citons par exemple le capot nervuré et les custodes arrière du Qashqai, les petites prises d’air du LAND ROVER Freelander2, la même double sortie d’échappement et la protection arrière aluminium du CHEVROLET Captiva. Peu importe, le tour de force de FORD est d’avoir fusionné ces idées pour créer un véhicule possédant son propre style. Le Kuga présente notamment une très belle face avant avec double prise d’air de forme trapézoïdale, des phares étirés jusqu’aux ailerons avant et un large pare-brise. Toutes les portes sont profilées par une ligne de caisse qui va des ailes avant jusqu’au hayon ce qui lui donne une impression de fluidité. Le double hayon est nervuré et intègre en partie les feux arrière (avec une forme interne en nid d’abeille très originale pour les feux de recul). Le Kuga se démarque donc nettement de la concurrence et aussi des autres véhicules de FORD. Les habitués des Focus ne seront nullement dépaysés une fois installés dans le Kuga puisque celui-ci reprend quasiment entièrement la planche de bord et une partie des commandes du C-Max. FORD n’a pas trop cherché à innover sur ce point compte tenu de l’ergonomie appréciée du C-Max. Nous avons essayé la version "Titanium" qui propose tout le confort et les options nécessaires pour rouler en toute sérénité. Le GPS intégré, un toit ouvrant fixe surmonté de pare-soleil (peu pratiques), l’allumage automatique des feux, un bouton FORD Power pour le démarrage sans clé, l’ouverture des portes sans clé et une prise d’alimentation 230V. Côté habitabilité, c’est un petit peu la déception. En effet, avec une longueur de 4,56 mètres (identique à celle du Tiguan), on reste un peu sur sa faim notamment les passagers arrière qui pourront avoir les jambes près du corps si ceux de l'avant reculent nettement leur siège. La banquette arrière 60/40 est rabattable mais non coulissante. Les sièges avant et arrière mélangeant cuir et tissu noir sont très confortables et offrent le maintien nécessaire pour de longs trajets, mais aussi pour la pratique du tout chemin. Le coffre offre une capacité de 360 litres (et 50 litres supplémentaires si on choisit le kit anti-crevaison). Pas de quoi pavoiser au vu de ce que proposent ses concurrents directs. La vraie nouveauté dans le coffre est qu’il propose un "hayon dans le hayon". Il s’agit d’une lunette de hayon à ouverture indépendante. On peut soit ouvrir uniquement la partie supérieur du hayon, soit ouvrir classiquement tout le hayon complet. Cette innovation que nous n’avions pas encore vue sur d’autres crossovers récents est très pratique dans de nombreuses occasions. La petite ouverture permet de ranger de petits objets, d’une part sans avoir déplacer le cache-bagage et surtout sans avoir besoin d’une distance de recul importante pour ouvrir le hayon. Certains constructeurs ayant opté pour une ouverture latérale de leur SUV devrait s’en inspirer. Le Kuga n’existe, à ce jour, qu'avec la motorisation diesel PSA/FORD Duratorq TDCi de 2,0 litres développant 136 chevaux et disposant d’un couple de 320 Nm à 2.000 tr/mn. Avant l’essai, nous étions un peu dans l’expectative par l’intégration de cette motorisation sur le Kuga qui pèse 220 kilogrammes de plus que la Focus équipée de la même motorisation. Nous avons été agréablement surpris par son aisance, même si le Kuga ne peut pas proposer le même niveau de reprises qu'une Focus. Le moteur délivre une puissance suffisante et se marie bien avec la transmission intégrale du Kuga. Sur l’asphalte, le moteur est très à l’aise bien aidée par la boîte manuelle bien étagée avec ses six rapports dont le levier, disposé à mi-hauteur dans l’habitacle, nous a quelque peu surpris voire gênés. Sur des chemins non goudronnés et un peu ensablés, le Kuga est moins adapté mais se sort relativement facilement de situations assez difficiles. Pour les baroudeurs, sachez que le FORD offre un angle d’attaque de 21 degrés et angle de fuite de 25 degrés. Ceci dit, même si nous ne sommes pas allés le tester dans les dunes, nous sommes convaincus que ce n’est pas vraiment sa vocation première. Le reste de la mécanique est à l’avenant, les amortisseurs répondent au cahier des charges d’un crossover, la direction électro/hydraulique transmet correctement les informations au conducteur et aux roues. Les géométries de la suspension et de la direction ont été entièrement développées spécifiquement pour le Kuga. Le freinage n’est pas en reste, même dans des conditions un peu difficiles ; il montre une réelle efficacité, tout cela sans que le train arrière ne se dérobe trop. C’est appréciable et sécurisant. Pour la consommation, le Kuga n’est pas trop "gourmand". Nous avons enregistré une consommation de 8,2 litres aux cent kilomètres sur un parcours mélangeant ville, autoroute et route tout chemin. Au vu des dimensions et de la masse du véhicule, il s’agit d’une valeur honnête. Nous nous sommes sentis obligés de comparer le FORD Kuga au VW Tiguan (voir article Actua-Auto sur ce dernier). En effet comment pourrait-il en être autrement puisque les deux crossovers sont arrivés récemment sur le marché (le Tiguan en octobre 2007 soit six mois avant le Kuga) avec, pour les deux véhicules, le but avoué de détrôner le roi Rav4. Disons le clairement, chez Actua-Auto, nous pensons que ces deux nouveaux crossover vont "rouler sur les plates-bandes" de la star des ventes. Le Tiguan, dont les ventes sont en forte augmentation, est un SUV doué pour la ville et pour la route, très habitable, très bien assemblé et relativement à l’aise sur du tout-chemin. Cependant selon nous, il ne propose pas un design innovant et reste une copie du VW Touareg. Le Kuga lui, a pris le contre-pied, son look tapageur (merci le "Kinetic design"), le hayon dans le hayon, les phares étirés jusqu'aux ailes lui donnent une fière allure, une vraie "gueule". Par contre, les familles de quatre personnes y seront plus à l’étroit car il offre une habitabilité moins intéressante que le Tiguan malgré une longueur identique. Notre conclusion est que si vous souhaitez une bonne habitabilité, des matériaux très robustes et une offre de motorisation essence ou diesel, le choix de la raison est de s’orienter vers le VW Tiguan par contre, si vous recherchez un véhicule plus fun et plus ludique, disposant de quelques points innovants, allez vers le FORD Kuga.

Un intérieur éprouvé mais efficace

Les habitués des Focus ne seront nullement dépaysés une fois installés dans le Kuga puisque celui-ci reprend quasiment entièrement la planche de bord et une partie des commandes du C-Max. FORD n’a pas trop cherché à innover sur ce point compte tenu de l’ergonomie appréciée du C-Max. Nous avons essayé la version "Titanium" qui propose tout le confort et les options nécessaires pour rouler en toute sérénité. Le GPS intégré, un toit ouvrant fixe surmonté de pare-soleil (peu pratiques), l’allumage automatique des feux, un bouton FORD Power pour le démarrage sans clé, l’ouverture des portes sans clé et une prise d’alimentation 230V. Côté habitabilité, c’est un petit peu la déception. En effet, avec une longueur de 4,56 mètres (identique à celle du Tiguan), on reste un peu sur sa faim notamment les passagers arrière qui pourront avoir les jambes près du corps si ceux de l'avant reculent nettement leur siège. La banquette arrière 60/40 est rabattable mais non coulissante. Les sièges avant et arrière mélangeant cuir et tissu noir sont très confortables et offrent le maintien nécessaire pour de longs trajets, mais aussi pour la pratique du tout chemin. Le coffre offre une capacité de 360 litres (et 50 litres supplémentaires si on choisit le kit anti-crevaison). Pas de quoi pavoiser au vu de ce que proposent ses concurrents directs. La vraie nouveauté dans le coffre est qu’il propose un "hayon dans le hayon". Il s’agit d’une lunette de hayon à ouverture indépendante. On peut soit ouvrir uniquement la partie supérieur du hayon, soit ouvrir classiquement tout le hayon complet. Cette innovation que nous n’avions pas encore vue sur d’autres crossovers récents est très pratique dans de nombreuses occasions. La petite ouverture permet de ranger de petits objets, d’une part sans avoir déplacer le cache-bagage et surtout sans avoir besoin d’une distance de recul importante pour ouvrir le hayon. Certains constructeurs ayant opté pour une ouverture latérale de leur SUV devrait s’en inspirer.

Du neuf avec du vieux

Le Kuga n’existe, à ce jour, qu'avec la motorisation diesel PSA/FORD Duratorq TDCi de 2,0 litres développant 136 chevaux et disposant d’un couple de 320 Nm à 2.000 tr/mn. Avant l’essai, nous étions un peu dans l’expectative par l’intégration de cette motorisation sur le Kuga qui pèse 220 kilogrammes de plus que la Focus équipée de la même motorisation. Nous avons été agréablement surpris par son aisance, même si le Kuga ne peut pas proposer le même niveau de reprises qu'une Focus. Le moteur délivre une puissance suffisante et se marie bien avec la transmission intégrale du Kuga. Sur l’asphalte, le moteur est très à l’aise bien aidée par la boîte manuelle bien étagée avec ses six rapports dont le levier, disposé à mi-hauteur dans l’habitacle, nous a quelque peu surpris voire gênés. Sur des chemins non goudronnés et un peu ensablés, le Kuga est moins adapté mais se sort relativement facilement de situations assez difficiles. Pour les baroudeurs, sachez que le FORD offre un angle d’attaque de 21 degrés et angle de fuite de 25 degrés. Ceci dit, même si nous ne sommes pas allés le tester dans les dunes, nous sommes convaincus que ce n’est pas vraiment sa vocation première. Le reste de la mécanique est à l’avenant, les amortisseurs répondent au cahier des charges d’un crossover, la direction électro/hydraulique transmet correctement les informations au conducteur et aux roues. Les géométries de la suspension et de la direction ont été entièrement développées spécifiquement pour le Kuga. Le freinage n’est pas en reste, même dans des conditions un peu difficiles ; il montre une réelle efficacité, tout cela sans que le train arrière ne se dérobe trop. C’est appréciable et sécurisant. Pour la consommation, le Kuga n’est pas trop "gourmand". Nous avons enregistré une consommation de 8,2 litres aux cent kilomètres sur un parcours mélangeant ville, autoroute et route tout chemin. Au vu des dimensions et de la masse du véhicule, il s’agit d’une valeur honnête.

Face à face avec le VW Tiguan

Nous nous sommes sentis obligés de comparer le FORD Kuga au VW Tiguan (voir article Actua-Auto sur ce dernier). En effet comment pourrait-il en être autrement puisque les deux crossovers sont arrivés récemment sur le marché (le Tiguan en octobre 2007 soit six mois avant le Kuga) avec, pour les deux véhicules, le but avoué de détrôner le roi Rav4. Disons le clairement, chez Actua-Auto, nous pensons que ces deux nouveaux crossover vont "rouler sur les plates-bandes" de la star des ventes. Le Tiguan, dont les ventes sont en forte augmentation, est un SUV doué pour la ville et pour la route, très habitable, très bien assemblé et relativement à l’aise sur du tout-chemin. Cependant selon nous, il ne propose pas un design innovant et reste une copie du VW Touareg. Le Kuga lui, a pris le contre-pied, son look tapageur (merci le "Kinetic design"), le hayon dans le hayon, les phares étirés jusqu'aux ailes lui donnent une fière allure, une vraie "gueule". Par contre, les familles de quatre personnes y seront plus à l’étroit car il offre une habitabilité moins intéressante que le Tiguan malgré une longueur identique. Notre conclusion est que si vous souhaitez une bonne habitabilité, des matériaux très robustes et une offre de motorisation essence ou diesel, le choix de la raison est de s’orienter vers le VW Tiguan par contre, si vous recherchez un véhicule plus fun et plus ludique, disposant de quelques points innovants, allez vers le FORD Kuga.

Quel style ! Il est évident que le Kuga se démarque de ses concurrents par son look très accrocheur. La clientèle à la recherche d’un crossover au design innovant sera comblée, sur ce point FORD a réussi son pari. Il n'en demeure pas moins que la compétition devient de plus en plus serrée sur le segment. Le Kuga dispose de plusieurs arguments, il est le plus beau à voir, dispose d’un moteur alliant performance et sobriété et propose quelques innovations comme le hayon sur hayon. Mais il offre une moins bonne habitabilité que le Tiguan par exemple, ne propose pas de boîte automatique et surtout ne se contente que d'une seule motorisation pour l’instant. Sur ce dernier point, que les "anti mazout" soient patients, l’offre de devrait rapidement s’étoffer puisque que FORD pense intégrer un moteur essence Duratec 2,5 litres, 5 cylindres de 200 chevaux au cours de l’année 2008.

Harry ANDRE

2008-08-20