CITROEN C-Crosser Exclusive HDI 160 FAP

ESPACE TOUT-TERRAIN
  • Moteur souple
  • Habitabilité
  • Equipements de série
  • Freinage impressionnant
  • Commande de boîte
  • Troisième rangée de sièges inconfortable
  • Pas de boîte auto en diesel
  • Plastiques durs dans l’habitacle

Prix : 37 550 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1978 cm³
Puissance maxi 156 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 38.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.65 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.71 m

Poids

Total 1815 kg

Capacités

Coffre de 510 à 1686 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 9.90 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.00
Urbaine 9.60
Mixte 7.30
Essai 9.20

Une Citroën "made in Japan"

Fruit de la collaboration avec MITSUBISHI, le premier SUV de la marque aux chevrons se distingue de son confrère l’Outlander par une robe "Citroënisée"…

Lignes harmonieuses

Au premier regard, pas de doute : c'est bien un CITROËN. Prolongés de barrettes chromées, façon C6, les deux chevrons prennent fièrement place sur une face avant aux lignes harmonieuses et sportives sans être agressives. Le faciès est en fait le principal signe distinctif de chacun des cousins produits dans l'usine japonaise de Mizushima. Agressif avec sa grille d'aération surdimensionnée, sur le PEUGEOT 4007, mais consensuel sur le MITSUBISHI Outlander, il est ici imposant mais assez raffiné. Pour le reste, hormis quelques détails esthétiques (jantes, feux à diodes sur le C-Crosser), difficile de faire la différence entre ces trois faux jumeaux dont la ligne, profitant d'un joli coup de crayon et bien proportionnée, est identique jusqu'au découpage en biais de la vitre de custode. Le caractère dynamique du C-Crosser exprimé par les lignes extérieures se retrouve également dans l’habitacle. Mis à part le double chevron sur le volant, on y retrouve le même intérieur que l'Outlander. "Celui-ci de couleur noire adopte un style épuré où chaque fonctionnalité apparaît clairement et dont l’usage est intuitif", dixit la communication CITROËN. Simplicité et efficacité font ici bon ménage. Au niveau de l’instrumentation, la forme et le cerclage aluminium des cadrans ainsi que son dessin viennent souligner l’aspect sportif du SUV. Le poste de conduite est complété par un volant gainé de cuir et un siège semi-baquet. De nombreux rangements, vingt deux au total, sont répartis dans tout l’habitacle, leur capacité et leur conception témoignent de l’intérêt porté aux occupants et de l’importance donnée au côté pratique. Grâce à un empattement généreux de 2,67 mètres, l'espace pour les passagers ne manque pas, permettant même de passer de cinq à sept places. Pour ce qui touche à l’habitabilité, le C-Crosser dispose donc de sept places assises, mais il faut admettre que les deux malheureux qui devront siéger sur la troisième rangée ne seront pas vraiment à leur aise. Autant donc rabattre ces deux sièges, ce qui profite au volume du coffre qui atteint alors 510 litres. Ce volume peut grimper jusqu’à 1.686 litres, tous sièges escamotés à l’arrière. Pour renforcer l’agrément de vie à bord, plusieurs équipements high-tech sont proposés dans la gamme dont un pack audio de haute qualité, un système de navigation de dernière génération doté d’un écran couleur tactile de sept pouces, une caméra de recul qui s’active automatiquement au passage de la marche arrière pour manœuvrer facilement et le système Bluetooth pour téléphoner en toute sécurité. Avec cette option, le conducteur peut lancer un appel en utilisant la fonction reconnaissance vocale (français, anglais, allemand, italien et espagnol) ou en se servant des commandes dédiées, situées sur le volant, qui permettent de décrocher ou de raccrocher. Un petit mot encore sur la finition : on voit ici très nettement la filiation avec MITSUBISHI et ce sont des plastiques malheureusement durs et peu engageants qui ornent la planche de bord. Légèrement dégonflé, avec près de 160 chevaux tout de même, le moteur d’origine PSA est nettement plus polyvalent que le 2 litres 140 chevaux du MITSUBISHI, un peu juste pour mouvoir sereinement les quelques 1.750 kilogrammes à vide de l'engin. Sa douceur de fonctionnement et son couple généreux (380 Nm à 2.000 tr/mn) en font un compagnon de route volontaire et reposant. Bref, c'est LE moteur qu'il fallait au C-Crosser. Petite fausse note en revanche du côté de l'étagement de la boîte six, avec un second rapport trop court, rendant la première presque inutile et creusant un "trou" avec la troisième. Clairement économique, la sixième réduit sensiblement la consommation sur autoroute mais oblige à rétrograder à la moindre relance. Ce qui n'a finalement rien de désagréable car le levier de vitesses est précis et bien guidé. Quant au comportement, il donne toute satisfaction, la caisse est bien maintenue et le confort bien présent. PSA ne s’est pas contenté de participer au développement des suspensions, de la direction et du freinage : le groupe français a imposé son silencieux 2.2 HDI à filtre à particules, une réussite qui donne aux C-Crosser et 4007 une place tout à fait légitime face à des rivaux plus aguerris. Sans oublier la transmission intégrale dont une molette située près du levier de vitesses permet de rouler en traction avant ou en 4 x 4 (avec une position Lock en cas d’adhérence réduite).

Intérieur vaste et agréable

Le caractère dynamique du C-Crosser exprimé par les lignes extérieures se retrouve également dans l’habitacle. Mis à part le double chevron sur le volant, on y retrouve le même intérieur que l'Outlander. "Celui-ci de couleur noire adopte un style épuré où chaque fonctionnalité apparaît clairement et dont l’usage est intuitif", dixit la communication CITROËN. Simplicité et efficacité font ici bon ménage. Au niveau de l’instrumentation, la forme et le cerclage aluminium des cadrans ainsi que son dessin viennent souligner l’aspect sportif du SUV. Le poste de conduite est complété par un volant gainé de cuir et un siège semi-baquet. De nombreux rangements, vingt deux au total, sont répartis dans tout l’habitacle, leur capacité et leur conception témoignent de l’intérêt porté aux occupants et de l’importance donnée au côté pratique. Grâce à un empattement généreux de 2,67 mètres, l'espace pour les passagers ne manque pas, permettant même de passer de cinq à sept places. Pour ce qui touche à l’habitabilité, le C-Crosser dispose donc de sept places assises, mais il faut admettre que les deux malheureux qui devront siéger sur la troisième rangée ne seront pas vraiment à leur aise. Autant donc rabattre ces deux sièges, ce qui profite au volume du coffre qui atteint alors 510 litres. Ce volume peut grimper jusqu’à 1.686 litres, tous sièges escamotés à l’arrière.

Des équipements haut de gamme

Pour renforcer l’agrément de vie à bord, plusieurs équipements high-tech sont proposés dans la gamme dont un pack audio de haute qualité, un système de navigation de dernière génération doté d’un écran couleur tactile de sept pouces, une caméra de recul qui s’active automatiquement au passage de la marche arrière pour manœuvrer facilement et le système Bluetooth pour téléphoner en toute sécurité. Avec cette option, le conducteur peut lancer un appel en utilisant la fonction reconnaissance vocale (français, anglais, allemand, italien et espagnol) ou en se servant des commandes dédiées, situées sur le volant, qui permettent de décrocher ou de raccrocher. Un petit mot encore sur la finition : on voit ici très nettement la filiation avec MITSUBISHI et ce sont des plastiques malheureusement durs et peu engageants qui ornent la planche de bord.

Un confort de suspension remarquable

Légèrement dégonflé, avec près de 160 chevaux tout de même, le moteur d’origine PSA est nettement plus polyvalent que le 2 litres 140 chevaux du MITSUBISHI, un peu juste pour mouvoir sereinement les quelques 1.750 kilogrammes à vide de l'engin. Sa douceur de fonctionnement et son couple généreux (380 Nm à 2.000 tr/mn) en font un compagnon de route volontaire et reposant. Bref, c'est LE moteur qu'il fallait au C-Crosser. Petite fausse note en revanche du côté de l'étagement de la boîte six, avec un second rapport trop court, rendant la première presque inutile et creusant un "trou" avec la troisième. Clairement économique, la sixième réduit sensiblement la consommation sur autoroute mais oblige à rétrograder à la moindre relance. Ce qui n'a finalement rien de désagréable car le levier de vitesses est précis et bien guidé. Quant au comportement, il donne toute satisfaction, la caisse est bien maintenue et le confort bien présent. PSA ne s’est pas contenté de participer au développement des suspensions, de la direction et du freinage : le groupe français a imposé son silencieux 2.2 HDI à filtre à particules, une réussite qui donne aux C-Crosser et 4007 une place tout à fait légitime face à des rivaux plus aguerris. Sans oublier la transmission intégrale dont une molette située près du levier de vitesses permet de rouler en traction avant ou en 4 x 4 (avec une position Lock en cas d’adhérence réduite).

Cette première incursion de la marque aux chevrons dans le monde des SUV est réussie, avec un produit dynamique et au design attachant, même s’il a, au passage, quelque peu perdu du charme si singulier qui caractérise généralement les autres CITROËN. Disponible à partir de 33.500 € (en version VTR, 37.500 € pour l’Exclusive), le C-Crosser se montre tout de même de quelques milliers d’euros plus chers que le MITSUBISHI Outlander, qui est, au moteur, à la calandre et à deux trois gadgets près, la même voiture…

Olivier AMAND

2008-10-01