VOLKSWAGEN Golf VI

ESPACE COMPACTE
  • Golf
  • Moteurs
  • Trop proche de la V

Prix : de 15 900 € à 30 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16s turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 110 ch à 4200 tr/min
Couple maxi 25.50 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.20 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1266 kg

Capacités

Coffre de 350 à 1305 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 194 km/h
0 à 100 km/h 10.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.70
Urbaine 6.00
Mixte 4.50
Essai 0.00

Le choix du nom

La Golf est tellement ancrée dans les esprits que le nom est quasiment devenu plus célèbre que la marque (VOLKSWAGEN), un peu, toutes proportions gardées, comme l'Aronde de SIMCA il y a plus de cinquante ans. La Golf poursuit donc sa dynastie avec une sixième édition. VOLKSWAGEN précise que le passage de V en VI se fait en douceur comme une simple évolution, les remodelages en profondeur étant plutôt réservés aux générations impaires. Soit ! Quel que soit le millésime, le style Golf reste très très proche d'une génération à l'autre, sans grande révolution du dessin ; une vraie dynastie je vous dis…

Sport national

La Golf VI arbore un style extrêmement proche de la V. Walter Da Silva aux commandes du design du groupe, a probablement dû freiner ses éventuelles envies de changement de look. Après tout, il aura eu le coupé Scirocco pour se défouler. La Golf sort en concessions justement le même jour que le coupé, à savoir le 9 octobre. Point de révolution de style, la face avant reprend le même dessin que celui du Scirocco avec une calandre noire encadrée par les optiques biseautées et incluant toujours les clignotants. Pour le reste et contrairement à certaines de ses concurrentes, les dimensions sont inchangées et conservent le même empattement que la génération précédente. Ceci explique cela puisque c'est la même plateforme qui est utilisée. La génération précédente n'a vécu que cinq ans ; c'est la durée de vie la plus courte de ce modèle. On peut donc se demander l'utilité de changer la voiture, tant la "V" se vend encore très bien. Mais on a à faire à un segment ultra concurrentiel, sans cesse en lutte avec l'arrivée de nouveautés incessantes telles la PEUGEOT 308 (N°1 du marché), de la Megane 3 de RENAULT, de la CITROËN C4 qui profite d'un très léger remodelage et dans quelques temps de la nouvelle OPEL Astra. VOLKSWAGEN affiche clairement ses ambitions : rester la première compacte importée du segment, voire grignoter des parts aux françaises. Ces derniers temps, la Golf V se vendait nettement plus que la Megane 2 sur notre marché national. Au risque de se répéter, la ligne générale est dans la veine Golf, reconnaissable très facilement (c'est le but). L'arrière récupère de larges feux dans le style de ceux du Touareg avec les catadioptres relégués dans le bouclier. La Golf existe d'ores et déjà en trois et en cinq portes avec le pilier de toit dépourvu de la troisième vitre pour cette version, comme les générations précédentes. VOLKSWAGEN vante sa "VI" par une amélioration de la qualité, des économies et de la sécurité. Pour le registre qualité, la barre était déjà à un bon niveau ; mieux que bien, est-ce encore possible ? Il est vrai que les matériaux sont de bonne facture, des contre-portes jusqu'au tableau de bord, en passant par les sièges. A part les plastiques un peu durs du bas de planche, la qualité ne souffre d'aucun reproche. Le confort est au rendez-vous, pas d'extrême dureté à l'allemande. Véritable routière, la Golf reste à la hauteur de ses prestations, dans un silence de roulement très bienvenu. La dotation de moteurs et de boîtes est, là aussi, à la hauteur des qualités de la voiture. On retrouve les TSI, c'est-à-dire les moteurs essence à injection directe, ou plus exactement le TSI puisqu'il s'agit du 1,4 litre décliné en 122 ou 160 chevaux. En entrée de gamme, un traditionnel moteur essence lui aussi de 1,4 litre de cylindrée offre ses 80 chevaux. Les turbo diesels restent les plus vendus. La palette des TDI est, comme les TSI, issue d'une seule cylindrée (deux litres). Tous utilisent désormais la technologie de rampe commune, d'où le silence de fonctionnement en comparaison des anciens TDI à injecteurs-pompes. Ces moteurs sont tous associés à un filtre à particules en série quel que soit le niveau. 2009 verra apparaître le TDI de 170 chevaux. En attendant, la Golf inaugure une déclinaison de son récent moteur 2 litres "dégonflé" à 110 chevaux. Exit le vieux 1,9 litre de 105 chevaux des versions 'BlueMotion", la future version économique étrennera un inédit 1,6 litre de 90 ou 105 chevaux qui visera, pour le plus économique, un taux de CO2 inférieur à 99 g/km. Rendez-vous en 2009 du côté de Genève... En attendant, le TDI 110 offre toute sa puissance à tel point qu'on regrette que la boîte mécanique n'offre que cinq rapports. Un sixième n'aurait pas été superflu. Avec une consommation moyenne sous les cinq litres sur routes secondaires et conduite raisonnable, la Golf TDI 110 met déjà la barre assez haut avec un intéressant taux de CO2 de 119 g/km (700 € de bonus). Aux côtés de ce moteur, on retrouve le désormais incontournable TDI 140 (en boîte 6 ou en DSG6). Un peu plus gourmant, il avale les kilomètres avec environ 6,5 litres de carburant sur un parcours autoroutier, régulateur calé sur la vitesse maxi autorisée… Acheter une Golf n'est pas une dépense insurmontable puisque le prix d'attaque (essence) est affiché à 15.990 € en trois portes, auxquels il faut ajouter de 580 à 750 € selon les versions, pour passer à cinq. Le premier TDI (le 110 chevaux) est, lui, affiché à 20.370 € (en trois portes). Pour ce prix, la dotation d'équipements de série de la version d'entrée "Trendline" prévoit notamment la climatisation semi automatique, un régulateur de vitesse, un ordinateur de bord, sept airbags dont un airbag de genoux côté conducteur et l'éclairage diurne. Au dessus, les finitions "Confortline" et "Carat" ajoutent plus de luxe et plus d'Alcantara ou de cuir. Ce dernier matériau revêt toute la sellerie sous forme de cuir "Vienna" de la version très haut de gamme baptisée "Carat Edition" et réservée à la seule carrosserie à cinq portes. Toute une panoplie de packs peut agrémenter votre Golf. Et si cela ne suffit pas, au registre des gadgets intéressants, les jantes acier ont un aspect de jantes en alliage sans en avoir la fragilité. Finalement, une bonne idée dont on se demande comment elle n'avait pas germé plus tôt ! Comme ses récentes consœurs VOLKSWAGEN Passat CC, Scirocco, la Golf VI offre quelques innovations. Parmi celles-ci, le système DCC agit en permanence sur les amortisseurs afin d'optimiser la tenue de route et le comportement. Le DCC peut sélectionner trois types de réglage plus ou moins sportifs en fonction de la chaussée mais aussi de la conduite de la voiture. A l'époque de vitesse ultra contrôlée, toutes les Golf disposent d'un régulateur de vitesse que l'on peut coupler, moyennant quelques centaines d'Euro, à un système de contrôle de la distance. La Golf (à partir de 2009) pourra donc gérer la distance automatiquement avec la voiture qui la précède. Comme sur le Touran, la VOLKSWAGEN pourra se garer toute seule si on opte pour le "Park Assist" et dans le même ordre d'idée, il est désormais possible de visualiser l'espace disponible à l'arrière grâce à la caméra de recul dissimulée sous le logo qui bascule pour l'occasion…

Oui pour le nom

VOLKSWAGEN vante sa "VI" par une amélioration de la qualité, des économies et de la sécurité. Pour le registre qualité, la barre était déjà à un bon niveau ; mieux que bien, est-ce encore possible ? Il est vrai que les matériaux sont de bonne facture, des contre-portes jusqu'au tableau de bord, en passant par les sièges. A part les plastiques un peu durs du bas de planche, la qualité ne souffre d'aucun reproche. Le confort est au rendez-vous, pas d'extrême dureté à l'allemande. Véritable routière, la Golf reste à la hauteur de ses prestations, dans un silence de roulement très bienvenu. La dotation de moteurs et de boîtes est, là aussi, à la hauteur des qualités de la voiture. On retrouve les TSI, c'est-à-dire les moteurs essence à injection directe, ou plus exactement le TSI puisqu'il s'agit du 1,4 litre décliné en 122 ou 160 chevaux. En entrée de gamme, un traditionnel moteur essence lui aussi de 1,4 litre de cylindrée offre ses 80 chevaux. Les turbo diesels restent les plus vendus. La palette des TDI est, comme les TSI, issue d'une seule cylindrée (deux litres). Tous utilisent désormais la technologie de rampe commune, d'où le silence de fonctionnement en comparaison des anciens TDI à injecteurs-pompes. Ces moteurs sont tous associés à un filtre à particules en série quel que soit le niveau. 2009 verra apparaître le TDI de 170 chevaux. En attendant, la Golf inaugure une déclinaison de son récent moteur 2 litres "dégonflé" à 110 chevaux. Exit le vieux 1,9 litre de 105 chevaux des versions 'BlueMotion", la future version économique étrennera un inédit 1,6 litre de 90 ou 105 chevaux qui visera, pour le plus économique, un taux de CO2 inférieur à 99 g/km. Rendez-vous en 2009 du côté de Genève... En attendant, le TDI 110 offre toute sa puissance à tel point qu'on regrette que la boîte mécanique n'offre que cinq rapports. Un sixième n'aurait pas été superflu. Avec une consommation moyenne sous les cinq litres sur routes secondaires et conduite raisonnable, la Golf TDI 110 met déjà la barre assez haut avec un intéressant taux de CO2 de 119 g/km (700 € de bonus). Aux côtés de ce moteur, on retrouve le désormais incontournable TDI 140 (en boîte 6 ou en DSG6). Un peu plus gourmant, il avale les kilomètres avec environ 6,5 litres de carburant sur un parcours autoroutier, régulateur calé sur la vitesse maxi autorisée…

Plus technologique

Acheter une Golf n'est pas une dépense insurmontable puisque le prix d'attaque (essence) est affiché à 15.990 € en trois portes, auxquels il faut ajouter de 580 à 750 € selon les versions, pour passer à cinq. Le premier TDI (le 110 chevaux) est, lui, affiché à 20.370 € (en trois portes). Pour ce prix, la dotation d'équipements de série de la version d'entrée "Trendline" prévoit notamment la climatisation semi automatique, un régulateur de vitesse, un ordinateur de bord, sept airbags dont un airbag de genoux côté conducteur et l'éclairage diurne. Au dessus, les finitions "Confortline" et "Carat" ajoutent plus de luxe et plus d'Alcantara ou de cuir. Ce dernier matériau revêt toute la sellerie sous forme de cuir "Vienna" de la version très haut de gamme baptisée "Carat Edition" et réservée à la seule carrosserie à cinq portes. Toute une panoplie de packs peut agrémenter votre Golf. Et si cela ne suffit pas, au registre des gadgets intéressants, les jantes acier ont un aspect de jantes en alliage sans en avoir la fragilité. Finalement, une bonne idée dont on se demande comment elle n'avait pas germé plus tôt ! Comme ses récentes consœurs VOLKSWAGEN Passat CC, Scirocco, la Golf VI offre quelques innovations. Parmi celles-ci, le système DCC agit en permanence sur les amortisseurs afin d'optimiser la tenue de route et le comportement. Le DCC peut sélectionner trois types de réglage plus ou moins sportifs en fonction de la chaussée mais aussi de la conduite de la voiture. A l'époque de vitesse ultra contrôlée, toutes les Golf disposent d'un régulateur de vitesse que l'on peut coupler, moyennant quelques centaines d'Euro, à un système de contrôle de la distance. La Golf (à partir de 2009) pourra donc gérer la distance automatiquement avec la voiture qui la précède. Comme sur le Touran, la VOLKSWAGEN pourra se garer toute seule si on opte pour le "Park Assist" et dans le même ordre d'idée, il est désormais possible de visualiser l'espace disponible à l'arrière grâce à la caméra de recul dissimulée sous le logo qui bascule pour l'occasion…

La VOLKSWAGEN Golf V est morte, vive la Golf VI ! Cette nouvelle génération, assez proche de la précédente, améliore la qualité et la technologie. Les TDI, eux aussi, sont inédits en étant passés à la technologie à rampe commune, ce qui est en fait une championne de l'économie (ça, ce n'est pas nouveau) et du silence (ça, c'est nouveau). La Golf dispose d'encore plus d'arguments pour séduire une clientèle qui a déjà choisi ou qui choisira son nom…

Philippe NIOLLET

2008-10-30