ALFA ROMEO MiTo JTD 120

ESPACE COMPACTE
  • Ligne
  • Moteurs
  • Quelques fragilités de qualité
  • Pas de poignée de maintien interne
  • Pas de version 5 portes

Prix : de 15 000 € à 21 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes "Multijet" turbo diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 120 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 32.60 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.06 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1205 kg

Capacités

Coffre de 270 à 684 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 198 km/h
0 à 100 km/h 9.90 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.10
Urbaine 5.90
Mixte 4.80
Essai 0.00

4C pazzione

Dans les années 90, ALFA ROMEO, pas au meilleur de sa forme, a avancé la sortie de la géniale 156 au détriment de la remplaçante de la 164, afin de sauver sa tête. On connaît la suite, la marque a retrouvé une légitimité, réveillé les cœurs "Alfistes" et rallié de nouveaux amateurs du "trèfle". En 2008, la situation d'ALFA ROMEO est meilleure, et c'est dans l'esprit de conquête de nouveaux marchés que la petite MiTo arrive, grillant la place à la 149 qui attendra l'année prochaine pour remplacer l'actuelle 147…

Mito mania

Evacuons tout de suite le choix du nom, bizarre dans des oreilles françaises. Il s'agit bien de la traduction du mythe à l'italienne. Ce nom étant écrit et confondu avec les contractions de Milano, berceau d'ALFA ROMEO et sa rivale Torino, lieu de production de l'ALFA (et accessoirement fief de FIAT, propriétaire). Dieu merci, le nom ne devrait pas être un obstacle aux ventes, ce serait stupide de réduire la voiture à toute forme de mythomanie… Evacuons aussi le style Brera, du nom du concept car de GIUGIARO qui a imprimé ses gênes dans les lignes de l'essentiel des dernières ALFA. Exit la "Brera mania", Walter Da Silva est parti et c'est au "Centro Stile ALFA" qu'on doit la ligne de la MiTo, dans la (nouvelle) ligne directrice entamée par la très réussie 8C Competizione (du même centre de style). Nous verrons bientôt si la future 149 profitera elle aussi de ce nouveau credo… La parenté ou les clins d'œil stylistiques avec la 8C se retrouvent un peu partout dans le dessin de la MiTo. D'ailleurs, pour notre plus grand plaisir, une 8C (une vraie 8C) était présente aux côtés de notre petite MiTo, double plaisir garanti. Déjà la plaque d'immatriculation avant est placée sur le côté, premier signe distinctif et indispensable d'une ALFA ROMEO. La MiTo reprend de la face caractéristique de la 8C les deux optiques rondes (avec éclairage diurne) et la calandre surlignée par une fine baguette en inox. L'arrière est lui aussi, à sa manière, semblable à celui de la 8C par ses feux ronds concentriques, à diodes pour la MiTo, un point commun avec la FERRARI California. Les feux de recul et antibrouillard sont relégués dans le bouclier, repris de ceux de la FIAT Grande Punto. Toujours dans le jeu des sept erreurs, la nouvelle ALFA dispose de portières dépourvues de montant, bel effet pour une petite voiture et d'une découpe de vitre arrière biseautée, elle aussi soulignée d'une fine baguette inox. Incontestablement, le style très réussi de la MiTo est pour beaucoup dans sa capacité de séduction… La séduction, c'est un des principaux motifs d'achat d'une ALFA ROMEO. On est à fond dans l'émotion, que les italiens cherchent, à raison, à développer, ayant compris que copier la rigueur germanique dans ce domaine, était peine perdue. La MiTo est la première petite voiture, exception faite des spiders, de la marque (100 ans en 2010). En matière de séduction, c'est aussi la cible féminine qui est visée, les "Alfistes" étant majoritairement mâles. Et si possible, le constructeur milanais souhaite attirer les clientes de MINI, voire de petites françaises, qui ont envie de se démarquer. Se balader en MiTo, rouge ALFA de préférence, fait se retourner les têtes, donc l'objectif de se différencier du flot est facilement atteignable. Il ne faut pas oublier la possibilité d'emmener les enfants et de faire les courses. C'est pourquoi la MiTo offre quatre (et même cinq) places et un coffre plutôt vaste, mais avec seulement trois portes. La voiture entre dans la catégorie des grandes petites avec 4,06 mètres. Pour la situer, elle est dans la veine des RENAULT Clio III, PEUGEOT 207 et FIAT Grande Punto. Elle mesure 17 centimètres de moins qu'une 147 et 30 centimètres de moins que la future 149 qui s'allongera pour l'occasion pour lui laisser plus de place et qui sait, une possible extension à cinq portes. Et puisqu'on en est à décliner des variantes, pourquoi ne pas rêver à une version décapotable ? On ne peut pas tirer les prix vers le bas sans quelques concessions. N'oublions pas qu'ALFA ROMEO compte bien sur sa petite dernière pour augmenter ses parts de marché. Sur ce sujet, le constructeur a un "business plan" ambitieux avec sept nouveaux modèles à sortir d'ici 2011, le premier étant la 149. La MiTo récupère la plate-forme de la Grande Punto, ce qui n'est pas une tare. On connaît les qualités routières de la FIAT. ALFA ROMEO a mis quelques spécificités dans le freinage et les suspensions surbaissées avec notamment des ressorts destinés à réduire le roulis. Dans quelques temps, la MiTo pourra disposer de suspensions pilotées, associées au système inédit "DNA" déjà proposé en série sur tous les modèles. Le DNA pour "Dynamic - Normal - All weather" permet, par la simple activation d'une commande placée sur la console centrale, de choisir son type de conduite. Le système agit sur la cartographie du moteur, les freins et la direction (et plus tard sur les suspensions et la boîte de vitesses). Pour ce dernier point, ALFA ROMEO adoptera l'année prochaine sa boîte à double embrayage. La position "D" du système DNA privilégie le mode sportif ; la direction est plus dure et le moteur plus pêchu (l'overboost est activé). La MiTo est équipée en série du système Q2 électronique qui s'apparente à un différentiel autobloquant. Dans ce type de conduite dynamique, le Q2 est activé alors que l'ESP et l'antipatinage sont mis en sommeil. Résultat, la voiture est vive, dynamique, la cible est atteinte. En passant sur le "N", l'opération se fait en roulant, tout apparaît ramolli… La direction est plus molle, le moteur est plus calme, on est poussé à une conduite beaucoup plus coulée et plus sobre aussi, mais moins tentante. A l'exception de la consommation, préférez le "D". La dernière position "A" est réservée aux conditions d'adhérence difficiles. L'ALFA est produite en Italie, c'est à noter en cette époque de délocalisation. Le talon d'Achille de la marque, à savoir la qualité, est toujours difficile à surmonter quand on compare à une allemande ; certes plus chère. La MiTo accueille ses occupants par une poignée de portière dans le style alu massif. A l'intérieur, on retrouve quelques éléments communs à la Grande Punto et quelques fragilités aussi. Pourquoi diable avoir recouvert la console centrale et le volant de ce plastique brillant ? De même, pourquoi avoir supprimé la poignée de maintien pour les passagers ? Heureusement, le matériau de la planche de bord avec des tons de carbone, rehausse le niveau. Les sièges sont très confortables et le beau cuir rouge, estampillé, de notre version "Selective" est particulièrement agréable. Une ALFA, c'est aussi et on garde peut être le meilleur pour la fin, ses moteurs. Avant même de savoir si la gamme intègrera une version "TI", ce qui devrait être logiquement le cas, une GTA est prévue. Le retour à cette version ultra sportive est une bonne nouvelle qu'on a hâte de découvrir. La future MiTo GTA accueillera un moteur 1,8 litre T-Jet de 230 chevaux. Mais en attendant, revenons à des puissances plus raisonnables sous la forme d'un diesel Multijet et d'un essence T-Jet, tous les deux en injection directe. Le M-Jet "JTD" est le récent 1,6 litre de la FIAT Bravo de 120 chevaux associé à un filtre à particules et bien entendu un bonus écologique. A noter que ce moteur se contente de révisions tous les 35.000 kilomètres ! Un plus petit diesel de 90 chevaux décliné de l'incontournable 1,3 litre arrivera dans la foulée. Tout aussi agréable en conduite par sa vivacité que le Multijet mais moins sobre, le T-Jet 1,4 litre de 155 chevaux est le seul moteur essence. Deux versions moins puissantes complèteront l'offre, une déclinaison du T-Jet "dégonflée" à 120 chevaux et un 1,4 litre plus classique (à injection indirecte) de 78 chevaux réservé à l'entrée de gamme baptisée "Junior". Après tout, c'était le nom de code de la MiTo avant qu'elle ne prenne ce patronyme… Il faudra attendre 2009 pour le ticket d'entrée à 15.000 € de la Junior. Pour l'instant, le premier niveau désigné "Distinctive" est mis à prix à 19.300 € pour le JTD. Et pour ce prix, on retrouve les principaux équipements de série que l'on peut attendre. La climatisation et sept airbags sont prévus ainsi que le "DNA", une radio MP3 avec six haut parleurs et des jantes alliage de seize pouces. La sellerie cuir, les parements inox et un ordinateur de bord (étonnant qu'il ne soit disponible qu'à un niveau trois) complètent la panoplie. Au-delà de ces deux finitions, il est coutume d'investir dans des packs (packs que l'on peut cumuler). Le pack "Sport" pour les ajouts sportifs extérieurs et intérieurs peut donc compléter le pack "Visibilité" qui privilégie les allumages automatiques des feux et des essuie-glaces. A défaut, on devra ajouter 250 € pour disposer du régulateur de vitesse. Enfin, dans cette période de personnalisation inaugurée par la MINI et poursuivie par la FIAT 500, la MiTo peut agrémenter sa robe de stickers de toute sorte ou modifier la couleur des cerclages des feux entre quatre teintes possibles…

"My seduction"

La séduction, c'est un des principaux motifs d'achat d'une ALFA ROMEO. On est à fond dans l'émotion, que les italiens cherchent, à raison, à développer, ayant compris que copier la rigueur germanique dans ce domaine, était peine perdue. La MiTo est la première petite voiture, exception faite des spiders, de la marque (100 ans en 2010). En matière de séduction, c'est aussi la cible féminine qui est visée, les "Alfistes" étant majoritairement mâles. Et si possible, le constructeur milanais souhaite attirer les clientes de MINI, voire de petites françaises, qui ont envie de se démarquer. Se balader en MiTo, rouge ALFA de préférence, fait se retourner les têtes, donc l'objectif de se différencier du flot est facilement atteignable. Il ne faut pas oublier la possibilité d'emmener les enfants et de faire les courses. C'est pourquoi la MiTo offre quatre (et même cinq) places et un coffre plutôt vaste, mais avec seulement trois portes. La voiture entre dans la catégorie des grandes petites avec 4,06 mètres. Pour la situer, elle est dans la veine des RENAULT Clio III, PEUGEOT 207 et FIAT Grande Punto. Elle mesure 17 centimètres de moins qu'une 147 et 30 centimètres de moins que la future 149 qui s'allongera pour l'occasion pour lui laisser plus de place et qui sait, une possible extension à cinq portes. Et puisqu'on en est à décliner des variantes, pourquoi ne pas rêver à une version décapotable ?

Technologique

On ne peut pas tirer les prix vers le bas sans quelques concessions. N'oublions pas qu'ALFA ROMEO compte bien sur sa petite dernière pour augmenter ses parts de marché. Sur ce sujet, le constructeur a un "business plan" ambitieux avec sept nouveaux modèles à sortir d'ici 2011, le premier étant la 149. La MiTo récupère la plate-forme de la Grande Punto, ce qui n'est pas une tare. On connaît les qualités routières de la FIAT. ALFA ROMEO a mis quelques spécificités dans le freinage et les suspensions surbaissées avec notamment des ressorts destinés à réduire le roulis. Dans quelques temps, la MiTo pourra disposer de suspensions pilotées, associées au système inédit "DNA" déjà proposé en série sur tous les modèles. Le DNA pour "Dynamic - Normal - All weather" permet, par la simple activation d'une commande placée sur la console centrale, de choisir son type de conduite. Le système agit sur la cartographie du moteur, les freins et la direction (et plus tard sur les suspensions et la boîte de vitesses). Pour ce dernier point, ALFA ROMEO adoptera l'année prochaine sa boîte à double embrayage. La position "D" du système DNA privilégie le mode sportif ; la direction est plus dure et le moteur plus pêchu (l'overboost est activé). La MiTo est équipée en série du système Q2 électronique qui s'apparente à un différentiel autobloquant. Dans ce type de conduite dynamique, le Q2 est activé alors que l'ESP et l'antipatinage sont mis en sommeil. Résultat, la voiture est vive, dynamique, la cible est atteinte. En passant sur le "N", l'opération se fait en roulant, tout apparaît ramolli… La direction est plus molle, le moteur est plus calme, on est poussé à une conduite beaucoup plus coulée et plus sobre aussi, mais moins tentante. A l'exception de la consommation, préférez le "D". La dernière position "A" est réservée aux conditions d'adhérence difficiles.

GTA

L'ALFA est produite en Italie, c'est à noter en cette époque de délocalisation. Le talon d'Achille de la marque, à savoir la qualité, est toujours difficile à surmonter quand on compare à une allemande ; certes plus chère. La MiTo accueille ses occupants par une poignée de portière dans le style alu massif. A l'intérieur, on retrouve quelques éléments communs à la Grande Punto et quelques fragilités aussi. Pourquoi diable avoir recouvert la console centrale et le volant de ce plastique brillant ? De même, pourquoi avoir supprimé la poignée de maintien pour les passagers ? Heureusement, le matériau de la planche de bord avec des tons de carbone, rehausse le niveau. Les sièges sont très confortables et le beau cuir rouge, estampillé, de notre version "Selective" est particulièrement agréable. Une ALFA, c'est aussi et on garde peut être le meilleur pour la fin, ses moteurs. Avant même de savoir si la gamme intègrera une version "TI", ce qui devrait être logiquement le cas, une GTA est prévue. Le retour à cette version ultra sportive est une bonne nouvelle qu'on a hâte de découvrir. La future MiTo GTA accueillera un moteur 1,8 litre T-Jet de 230 chevaux. Mais en attendant, revenons à des puissances plus raisonnables sous la forme d'un diesel Multijet et d'un essence T-Jet, tous les deux en injection directe. Le M-Jet "JTD" est le récent 1,6 litre de la FIAT Bravo de 120 chevaux associé à un filtre à particules et bien entendu un bonus écologique. A noter que ce moteur se contente de révisions tous les 35.000 kilomètres ! Un plus petit diesel de 90 chevaux décliné de l'incontournable 1,3 litre arrivera dans la foulée. Tout aussi agréable en conduite par sa vivacité que le Multijet mais moins sobre, le T-Jet 1,4 litre de 155 chevaux est le seul moteur essence. Deux versions moins puissantes complèteront l'offre, une déclinaison du T-Jet "dégonflée" à 120 chevaux et un 1,4 litre plus classique (à injection indirecte) de 78 chevaux réservé à l'entrée de gamme baptisée "Junior". Après tout, c'était le nom de code de la MiTo avant qu'elle ne prenne ce patronyme… Il faudra attendre 2009 pour le ticket d'entrée à 15.000 € de la Junior. Pour l'instant, le premier niveau désigné "Distinctive" est mis à prix à 19.300 € pour le JTD. Et pour ce prix, on retrouve les principaux équipements de série que l'on peut attendre. La climatisation et sept airbags sont prévus ainsi que le "DNA", une radio MP3 avec six haut parleurs et des jantes alliage de seize pouces. La sellerie cuir, les parements inox et un ordinateur de bord (étonnant qu'il ne soit disponible qu'à un niveau trois) complètent la panoplie. Au-delà de ces deux finitions, il est coutume d'investir dans des packs (packs que l'on peut cumuler). Le pack "Sport" pour les ajouts sportifs extérieurs et intérieurs peut donc compléter le pack "Visibilité" qui privilégie les allumages automatiques des feux et des essuie-glaces. A défaut, on devra ajouter 250 € pour disposer du régulateur de vitesse. Enfin, dans cette période de personnalisation inaugurée par la MINI et poursuivie par la FIAT 500, la MiTo peut agrémenter sa robe de stickers de toute sorte ou modifier la couleur des cerclages des feux entre quatre teintes possibles…

Toutes les 8C Competizione coupé et spider sont réservées. Cela tombe bien, vous n'aviez pas forcément la somme requise pour l'acheter. Pour pas mal d'Euros en moins, et des prestations différentes, la nouvelle ALFA ROMEO MiTo est une superbe consolation… Son style est très proche de celui de la Super Car, et on peut affirmer qu'il est très réussi. Il n'y a qu'à voir les regards portés dans sa direction lors de l'essai pour ne plus en douter. Au-delà de la robe, l'ALFA offre de belles prestations avec, selon son goût, le choix dans le style de conduite. On lui passera quelques fragilités dans l'habitacle pour privilégier le plaisir de conduite. Moins masculine et dotée d'un prix d'entrée le plus bas pour la gamme, la MiTo est le porteur d'espoir d'ALFA ROMEO pour conquérir de nouvelles parts de marché…

Philippe NIOLLET

2008-11-04