AUDI TTS Coupé 2.0 TFSI 3 portes

ESPACE COUPE
  • Performances
  • Design très réussi
  • Finition impeccable
  • Prix quelque peu élevé
  • Ceinture de sécurité un peu basse
  • Guidage boîte manuelle

Prix : 51 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes injection directe d’essence turbocompresseur
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 272 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 35.00 mkg à 2500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.20 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.34 m

Poids

Total 1395 kg

Capacités

Coffre de 0 à 290 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.40 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.30
Urbaine 10.90
Mixte 8.00
Essai 12.70

5...4...3...2...1... Allumage, Décollage

AUDI a retroussé ses manches pour le dixième anniversaire du TT et pour fêter dignement cette première décennie, AUDI a repoussé encore un peu plus les capacités de son deux litres essence à injection directe. Après une présentation presse ayant eu lieu dans l’île de beauté, Actua-Auto a cette fois pris les rênes du bel engin pour un essai sur routes ouvertes. Alors, dix ans, l’âge de l’excellence ?

Tiens la DDE dispose une nouvelle voiture de service !

Pour les habitués des voitures de type berline compacte ou monospace, la prise en main d’un véhicule comme l’AUDI TTS pourrait s’avérer désarmante et encore plus quand AUDI décide de vous prêter un véhicule de couleur orange "Magma" très peu courante, hormis chez les voitures de service de la Direction Départementale de l’Equipement. Au vu des performances de ce véhicule diabolique, une comparaison avec la couleur des TGV de première génération sera plus appropriée. Côté esthétique, ce TTS vous en met plein la vue. De tous les angles de vue, sa ligne est épurée à l’extrême et propose un caractère résolument dynamique. L'avant est matérialisé par une large calandre habillée par une grille chromée estampillée du logo TTS. Les phares mélangent des lampes bi-xénon et les fameuses LED caractéristiques du style créé par AUDI. Les boitiers de rétroviseurs sont en aluminium ainsi que le fameux bouchon de réservoir façon automobile de compétition. De profil, le TTS n’est plus aussi rond que son ainé de dix ans, la ligne de toit est maintenant prolongée jusqu’au coffre sans rupture. Quant au becquet arrière en position fermée, il est divinement dessiné et est très bien inséré dans la carrosserie. La voiture se termine par deux échappements situés à droite et à gauche qui vous laissent imaginer les capacités de cette tueuse de chronomètre. Pour les puristes, le Cx (ou coefficient de trainée) du TTS est de 0,31. L’habitacle du TTS est très proche de celui du TT de deuxième génération. On retrouve donc une planche de bord mêlant des matériaux noirs et couleur carrosserie (orange dans notre cas) et de nombreux inserts d’aluminium. Le tableau de bord somptueux est composé d’un compte-tours (estampillé lui aussi du logo TTS) et d’un tachymètre avec des aiguilles blanches du plus bel effet. Mais on trouve également un écran d’information proposant la vitesse ou encore un compteur qui permet le chronométrage des temps au tour sur les circuits (cela donne des idées !). Le volant dispose d’un méplat qui peut surprendre esthétiquement mais qui se révèle rudement efficace en conduite sportive. Toutes les commandes sont bien disposées, de la climatisation automatique jusqu’au GPS assez intuitif à l’usage. Bien sûr, on ne peut parler d’une voiture sportive sans s'attarder sur la position de conduite. Sur ce point, le conducteur et le passager avant sont soignés grâce aux deux sièges baquet en cuir qui offrent une assise relativement basse mais tournée vers la sportivité. Cependant, le confort n’est pas oublié grâce au cuir de série et aux réglages électriques des sièges. Pour les passagers arrière, c’est une toute autre affaire, ils ne devront pas dépasser 1,40 mètre pour prétendre s’asseoir correctement, mais bon, peu importe, le TTS n’est pas vendu par AUDI comme étant une berline. Les sièges arrière sont rabattables, ce qui permet d’augmenter la capacité du coffre pour voyager à deux avec des bagages. Dans les petits détails esthétiques qui font la différence, on notera les coutures surpiquées de la même couleur que la carrosserie pour tous les cuirs (du volant en passant aux sièges jusqu’à la boîte de vitesses). Pour l’ambiance musicale, notre TTS d’essai disposait d’un lecteur avec chargeur 6 CD dans la boîte à gant et d’enceintes BOSE. Nous notons également l’absence de défaut d’assemblage dans l’habitacle et à l’extérieur du véhicule, un gage de qualité. La tendance chez AUDI est au "downsizing". Cet anglicisme signifie qu’un constructeur travaille sur un moteur existant et essaye, tout en diminuant la cylindrée, d'augmenter ses performances et de réduire sa consommation. Le deux litres TFSI du TTS est un dérivé du moteur 4 cylindres de l’AUDI S3 et du TT. Pour le TTS, les ingénieurs d’AUDI ont augmenté la puissance de ce moteur de 265 à 272 chevaux (200 kW). Ce moteur allie à la fois l’injection directe et la turbo compression et offre un couple maxi de 350 Nm sur une plage de 2.500 à 5.000 tr/mn. Pour en terminer avec les chiffres, le 0 à 100 km/h se fait en 5,4 secondes. Ce qui, sur le papier, est déjà très attrayant, se concrétise à merveille sur route. Le TTS, aux caractéristiques prometteuses, se révèle être un jouet extraordinairement plaisant à conduire, voire à piloter. La sonorité du quatre cylindres est rauque et caverneuse même si elle n’égale pas encore celle d'un six cylindres. La boîte de vitesses manuelle est savamment étagée mais elle est accroche un peu. Bien entendu, une telle puissance doit s’accompagner d’un châssis et d’une transmission exemplaires. Ce TTS a su contenir sa masse grâce à une utilisation d’un châssis aluminium et acier. La transmission intégrale Quattro de type Haldex offre un niveau de sportivité très excitant pour un conducteur plus habitué aux berlines compactes qu’aux coupés. Deux options intéressantes offrent un surcroît de sportivité. La première option est la suspension avec le système d’amortissement adaptatif "AUDI magnetic ride". Les pistons de ses amortisseurs sont remplis d’une huile spéciale qui contient de minuscules particules magnétiques. La viscosité de cette huile varie sous l’effet d’une tension électrique, ce qui modifie les caractéristiques des amortisseurs. Le conducteur a le choix entre deux réglages : normal et sport. En réglage sport, la suspension abaisse la caisse de dix millimètres et offre une impression d’être dans un kart qui colle à la route. La seconde option est l’ESP à deux niveaux qui permet, dans son mode le moins interventionniste, d’offrir un angle de dérapage et de désactiver l’intervention du moteur. Lors de nos essais en route ouvertes, nous n’avons pas poussé le TTS dans ces derniers retranchements en termes de vitesse. Cependant, nous avons pu nous rendre compte de son extraordinaire tenue de route, de sa capacité à enchainer les virages grâce à une direction réglée au millimètre et qui transmet parfaitement les sensations. Le système de freinage (avec étriers de frein avant avec logo TTS) permet une conduite sportive avec assurance et sérénité. Avec le pied un peu lourd sur l’accélérateur et en oubliant de passer le rapport de vitesse supérieure, on arrivere à déclencher très rapidement le rupteur pourtant situé entre 7 et 8.000 tr/mn. Evidemment avec la boîte auto Stronic, cela n’arriverait pas mais ce rupteur a du bon et rappelle que disposer d’un tel engin en agglomération demande une certaine maîtrise (de soi) pour ne pas être sur tous les rapports au régime moteur maximum.

Un intérieur sportif orienté vers le conducteur

L’habitacle du TTS est très proche de celui du TT de deuxième génération. On retrouve donc une planche de bord mêlant des matériaux noirs et couleur carrosserie (orange dans notre cas) et de nombreux inserts d’aluminium. Le tableau de bord somptueux est composé d’un compte-tours (estampillé lui aussi du logo TTS) et d’un tachymètre avec des aiguilles blanches du plus bel effet. Mais on trouve également un écran d’information proposant la vitesse ou encore un compteur qui permet le chronométrage des temps au tour sur les circuits (cela donne des idées !). Le volant dispose d’un méplat qui peut surprendre esthétiquement mais qui se révèle rudement efficace en conduite sportive. Toutes les commandes sont bien disposées, de la climatisation automatique jusqu’au GPS assez intuitif à l’usage. Bien sûr, on ne peut parler d’une voiture sportive sans s'attarder sur la position de conduite. Sur ce point, le conducteur et le passager avant sont soignés grâce aux deux sièges baquet en cuir qui offrent une assise relativement basse mais tournée vers la sportivité. Cependant, le confort n’est pas oublié grâce au cuir de série et aux réglages électriques des sièges. Pour les passagers arrière, c’est une toute autre affaire, ils ne devront pas dépasser 1,40 mètre pour prétendre s’asseoir correctement, mais bon, peu importe, le TTS n’est pas vendu par AUDI comme étant une berline. Les sièges arrière sont rabattables, ce qui permet d’augmenter la capacité du coffre pour voyager à deux avec des bagages. Dans les petits détails esthétiques qui font la différence, on notera les coutures surpiquées de la même couleur que la carrosserie pour tous les cuirs (du volant en passant aux sièges jusqu’à la boîte de vitesses). Pour l’ambiance musicale, notre TTS d’essai disposait d’un lecteur avec chargeur 6 CD dans la boîte à gant et d’enceintes BOSE. Nous notons également l’absence de défaut d’assemblage dans l’habitacle et à l’extérieur du véhicule, un gage de qualité.

Un quatre cylindres qui mérite ses lettres de noblesse

La tendance chez AUDI est au "downsizing". Cet anglicisme signifie qu’un constructeur travaille sur un moteur existant et essaye, tout en diminuant la cylindrée, d'augmenter ses performances et de réduire sa consommation. Le deux litres TFSI du TTS est un dérivé du moteur 4 cylindres de l’AUDI S3 et du TT. Pour le TTS, les ingénieurs d’AUDI ont augmenté la puissance de ce moteur de 265 à 272 chevaux (200 kW). Ce moteur allie à la fois l’injection directe et la turbo compression et offre un couple maxi de 350 Nm sur une plage de 2.500 à 5.000 tr/mn. Pour en terminer avec les chiffres, le 0 à 100 km/h se fait en 5,4 secondes. Ce qui, sur le papier, est déjà très attrayant, se concrétise à merveille sur route. Le TTS, aux caractéristiques prometteuses, se révèle être un jouet extraordinairement plaisant à conduire, voire à piloter. La sonorité du quatre cylindres est rauque et caverneuse même si elle n’égale pas encore celle d'un six cylindres. La boîte de vitesses manuelle est savamment étagée mais elle est accroche un peu.

Une mécanique sportive mais prévoyante

Bien entendu, une telle puissance doit s’accompagner d’un châssis et d’une transmission exemplaires. Ce TTS a su contenir sa masse grâce à une utilisation d’un châssis aluminium et acier. La transmission intégrale Quattro de type Haldex offre un niveau de sportivité très excitant pour un conducteur plus habitué aux berlines compactes qu’aux coupés. Deux options intéressantes offrent un surcroît de sportivité. La première option est la suspension avec le système d’amortissement adaptatif "AUDI magnetic ride". Les pistons de ses amortisseurs sont remplis d’une huile spéciale qui contient de minuscules particules magnétiques. La viscosité de cette huile varie sous l’effet d’une tension électrique, ce qui modifie les caractéristiques des amortisseurs. Le conducteur a le choix entre deux réglages : normal et sport. En réglage sport, la suspension abaisse la caisse de dix millimètres et offre une impression d’être dans un kart qui colle à la route. La seconde option est l’ESP à deux niveaux qui permet, dans son mode le moins interventionniste, d’offrir un angle de dérapage et de désactiver l’intervention du moteur. Lors de nos essais en route ouvertes, nous n’avons pas poussé le TTS dans ces derniers retranchements en termes de vitesse. Cependant, nous avons pu nous rendre compte de son extraordinaire tenue de route, de sa capacité à enchainer les virages grâce à une direction réglée au millimètre et qui transmet parfaitement les sensations. Le système de freinage (avec étriers de frein avant avec logo TTS) permet une conduite sportive avec assurance et sérénité. Avec le pied un peu lourd sur l’accélérateur et en oubliant de passer le rapport de vitesse supérieure, on arrivere à déclencher très rapidement le rupteur pourtant situé entre 7 et 8.000 tr/mn. Evidemment avec la boîte auto Stronic, cela n’arriverait pas mais ce rupteur a du bon et rappelle que disposer d’un tel engin en agglomération demande une certaine maîtrise (de soi) pour ne pas être sur tous les rapports au régime moteur maximum.

La firme d’Ingolstadt peut fêter dignement les dix ans d’existence de son TT. Le TTS qui représente à ce jour la version la plus puissante de la gamme TT, est l’aboutissement d’un travail très réussi. Piloter ce TTS est un régal et un plaisir même si celui-ci a un coût à l’achat. Le coût à la pompe peut aussi s’avérer conséquent si vous adoptez constamment une conduite sportive, cependant nous noterons l’effort réalisé sur la consommation lorsque l’on assure une conduite sans excès. Après avoir testé l’énorme potentiel de cet AUDI TTS sur routes ouvertes, Actua-Auto recommande une réelle prudence aux commandes de cet engin. Cela permettra, comme cela nous est arrivé, que la maréchaussée ne vous arrête que pour un simple contrôle destiné en fait, à admirer le véhicule et guère plus ! Mais ne boudez pas votre plaisir car ce bel engin offre des sensations rares.

Harry ANDRE

2008-12-24