VOLKSWAGEN Polo nouvelle

ESPACE CITADINE
  • TDI
  • Ligne
  • Boîte DSG
  • Sièges avant
  • Certains plastiques

Prix : 12 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 90 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 23.20 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.97 m
Largeur 1.68 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 280 à 952 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 96 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 3.60
Essai 0.00

Eco(po)lo

Tout le monde ou presque sait que l'actuelle Golf arrivée à la rentrée 2008 est la sixième version du "best seller". En revanche, on n'est moins assidu sur le numéro de l'autre modèle phare de VOLKSWAGEN, j'ai nommé la Polo. Eh bien, sachez que nous découvrons aujourd'hui la cinquième du nom. La vraie découverte (statique) a déjà été opérée au dernier salon de Genève où la Polo V tenait logiquement la vedette du stand. Le moins que l'on puisse dire est que la Polo arrive avec des arguments très très sérieux pour en faire une redoutable concurrente, si, si…

La Golf

En ces temps peu propices au sourire, le groupe VOLKSWAGEN, numéro un européen, ne s'en sort pas si mal. La marque du même nom vend beaucoup de Golf et encore de Polo malgré l'arrivée de la nouvelle génération. La Polo V va envahir les concessions (pacifiquement) en juin avant de le faire (sûrement) sur nos routes. Elle ne manque pas d'arguments et là, vous me direz que c'est le langage habituel dès qu'une nouveauté apparaît, pour peu qu'une once d'enthousiasme finisse d'enjoliver le tableau. Dans le cas de la Polo, le style, les moteurs, la qualité et même le prix devraient en faire une très redoutable concurrente. Cette cinquième génération arrive donc, quelques mois après la reine Golf, avec des prétentions de numéro un européen, titre qu'elle pourrait ravir à sa grande sœur. Incontournable, la ligne de la petite VOLKSWAGEN continue sur la lancée inaugurée par les Golf et Scirocco, sous le crayon du talentueux (rappelons-le) Walter Da Silva, l'homme à qui ALFA ROMEO doit pas mal (rappelons le également). Les optiques rondes ont été renvoyées aux oubliettes, remplacées par une forme plus carrée et biseautée pour épouser la forme de la calandre noire, comme sur la Golf. Vue de face, la Polo pourrait être confondue avec sa grande sœur. Le bouclier récupère les antibrouillards et, future norme oblige, les feux diurnes. Walter Da Silva et son équipe ont creusé les flancs et donné une découpe relevée à la dernière vitre latérale (pas de montant épais). L'arrière est nettement plus identifiable à la famille Polo avec, toutefois, des feux qui reprennent l'architecture de ceux de la Golf. Sur la lancée d'AUDI, l'éclairage caractéristique de par sa forme, permettra de reconnaître une Polo dans la nuit. La compacte de VW n'est, pour l'instant, disponible qu'en cinq portes. Comme on l'a vu, le style est versé dans le sérieux, probablement l'effet des phares plus carrés, contrairement aux générations précédentes. La nouveauté réside aussi dans les moteurs. La Polo, contrairement à la Golf, est entièrement nouvelle. Les moteurs TDI à rampe commune font leur apparition sous les capots. Il s'agit en fait d'un moteur de 1,6 litre dont la puissance est de 75, 90 ou 105 chevaux selon les réglages. Encore plus sobres que les anciens TDI à injecteurs-pompes, ils gagnent en silence, caractéristique sonore déjà appréciée sur le 2.0 TDI (qui n'équipe pas pour l'instant la Polo). Pour avoir testé ces trois motorisations, la plus puissante des trois est certes plus dynamique mais mon choix se portera plus logiquement sur le 90 chevaux. Le "petit" 75 chevaux est plus à la peine alors que le 90 apparaît le meilleur compromis entre efficacité et sobriété. Sur ce dernier point, VOLKSWAGEN a mis les bouchées triples. Ses moteurs affichent déjà des consommations faibles, mais avec le pack "BlueMotion" (si le prix en vaut la chandelle), la Polo gagne 0,6 litre aux cent kilomètres ce qui la gratifie d'une consommation moyenne de 3,6 litres et d'un rejet de CO2 de 96 g/km. Elle dispose notamment du système "Start-Stop" et de l'indicateur de passage de vitesses (celui-ci était présent dans la version sans pack). Sans porter particulièrement d'attention à la consommation en conduite sur les petites routes sardes, l'ordinateur de bord indiquait une moyenne un peu au dessus de 5 litres (5,2 litres pour être précis). La donnée du constructeur est donc atteignable. Très bon point, ces TDI sont associés, de série, à un filtre à particules. Aperçue à Genève et confirmée lors de cette présentation, la Polo BlueMotion Concept devrait arriver en 2010 avec des arguments marquants en termes d'économie et de faibles rejets. Avec une consommation moyenne de 3,3 litres et un taux de CO2 abaissé à 87 g/km, cette Polo rappelle le quasi proto Lupo 3 litres mais avec un prix et des équipements vraisemblablement plus abordables. N'oublions pas que les barèmes de bonus vont être abaissés de cinq grammes en fin 2009. Un inédit TDI de 1,2 litre (trois cylindres) développant tout de même 75 chevaux, équipera la BlueMotion Concept. D'autres recettes utiles à la réduction de consommation dont certaines déjà éprouvées sur la Polo IV sont également utilisées. Il faudra encore une année de patience avant de découvrir cette voiture, mais personnellement, je suis impatient d'en faire l'essai. La Polo V accède à la fameuse boîte DSG, en l'occurrence, la version à sept rapports. En attendant de connaître son prix, la DSG sera disponible avec le TDI 90 et deux moteurs essence : le TSI 105 mais aussi avec le plus classique 1,4 litre de 85 chevaux. La gamme des moteurs à essence comporte quatre spécimens dont un inédit. Aux côtés du 1,4 litre, on trouve trois déclinaisons de 1,2 litre : le "vieux" trois cylindres de 60 et 70 chevaux et surtout un inédit TSI (quatre cylindres) de 105 chevaux. Ce dernier reprend le principe du "downsizing" appliqué sur le 1.4 TSI de la Golf à savoir une faible cylindrée suralimentée pour obtenir une puissance élevée tout en réduisant la consommation. Ainsi paré, le TSI 105 affiche une sobriété (5,5 litres) et un rejet (129 g/km) à faire pâlir un moteur diesel. Celle qu'on a appelée la fourmi justifie carrément ce surnom même si celui-ci n'est plus utilisé depuis quelques générations. Econome, la Polo est également confortable. Plus longue de cinq centimètres par rapport à la Polo IV, la nouvelle est donc restée sage dans ses dimensions. C'est probablement pour être plus habitable que les sièges apparaissent aussi peu épais. Chercher un objet dans l'aumônière du siège avant vaudra un massage poussé du dos de l'occupant de ce siège. Le confort n'est pas remis en cause, il s'agira de vérifier si celui-ci ne s'altère pas à la longue. L'intérieur est toujours aussi sérieux, à peine noirci par ce plastique dur de la planche de bord pour la finition basse. Au registre des gadgets utiles, signalons le "double fond" de la boîte à gant qui permet d'y ranger la notice d'entretien de la voiture, ainsi que la trappe tiroir contenant le gilet jaune (ou orange) située dans la paroi latérale côté passager (dommage finalement qu'il n'y ait pas cette même trappe côté conducteur (problème d'accessibilité sûrement). Le coffre offre 280 litres, ce qui est dans la moyenne avec curieusement trois étages de rangement, le plus profond prenant la place de la roue de secours si le niveau de la Polo l'équipe d'un kit anti crevaison. VOLKSWAGEN compte bien sur cinq étoiles au test renforcé de l'EuroNCAP. Parmi les moyens d'y accéder, toutes les Polo (de plus de 85 chevaux) sont équipées de l'ESP de série. Cela passe aussi par des renforts de toutes les faces et particulièrement de l'avant au bénéfice du piéton. La finesse des sièges ne gêne pas le confort et participe à la bonne habilité de la voiture. Le conducteur apprécie le réglage dans les deux directions du volant. Les prix de la Polo ne sont pas encore connus, mais Thierry Lespiaucq, directeur de VOLKSWAGEN France, assure qu'ils seront, c'est remarquable, moins chers que les stars françaises. En gros, les premiers prix devraient se situer au voisinage de 12.000 € en essence et 15.000 € en diesel. Les trois niveaux de la famille Polo gardent les désignations habituelles avec la "Trendline" en entrée. Le plus remarquable que d'autres constructeurs devraient appliquer est le régulateur de vitesse fourni dès cette version. Pour la traditionnelle climatisation (semi automatique), il faut viser le deuxième niveau "Confortline". Probablement le plus vendu, on retrouve un autoradio CD MP3, le volant cuir multifonctions, un ordinateur de bord et bizarrement le fractionnement de la banquette arrière (étonnant de ne pas avoir ce genre d'équipement sur le niveau d'entrée). Le haut de gamme "Sportline" (en attendant la "Carat") se reconnaît extérieurement à l'entourage inox de la calandre, ses jantes en alliage et ses antibrouillards avant. A l'intérieur, la Polo gagne notamment des sièges sport, une climatisation automatique, un détecteur de pluie (mais pas l'allumage automatique des feux). Des packs sont disponibles selon les versions. On peut, grâce au pack "Access" réservé au niveau d'entrée, bénéficier d'une radio, de la climatisation et de l'ordinateur de bord. Un bon point est à décerner enfin au GPS de par sa facilité d'utilisation.

La Fourmi

Comme on l'a vu, le style est versé dans le sérieux, probablement l'effet des phares plus carrés, contrairement aux générations précédentes. La nouveauté réside aussi dans les moteurs. La Polo, contrairement à la Golf, est entièrement nouvelle. Les moteurs TDI à rampe commune font leur apparition sous les capots. Il s'agit en fait d'un moteur de 1,6 litre dont la puissance est de 75, 90 ou 105 chevaux selon les réglages. Encore plus sobres que les anciens TDI à injecteurs-pompes, ils gagnent en silence, caractéristique sonore déjà appréciée sur le 2.0 TDI (qui n'équipe pas pour l'instant la Polo). Pour avoir testé ces trois motorisations, la plus puissante des trois est certes plus dynamique mais mon choix se portera plus logiquement sur le 90 chevaux. Le "petit" 75 chevaux est plus à la peine alors que le 90 apparaît le meilleur compromis entre efficacité et sobriété. Sur ce dernier point, VOLKSWAGEN a mis les bouchées triples. Ses moteurs affichent déjà des consommations faibles, mais avec le pack "BlueMotion" (si le prix en vaut la chandelle), la Polo gagne 0,6 litre aux cent kilomètres ce qui la gratifie d'une consommation moyenne de 3,6 litres et d'un rejet de CO2 de 96 g/km. Elle dispose notamment du système "Start-Stop" et de l'indicateur de passage de vitesses (celui-ci était présent dans la version sans pack). Sans porter particulièrement d'attention à la consommation en conduite sur les petites routes sardes, l'ordinateur de bord indiquait une moyenne un peu au dessus de 5 litres (5,2 litres pour être précis). La donnée du constructeur est donc atteignable. Très bon point, ces TDI sont associés, de série, à un filtre à particules. Aperçue à Genève et confirmée lors de cette présentation, la Polo BlueMotion Concept devrait arriver en 2010 avec des arguments marquants en termes d'économie et de faibles rejets. Avec une consommation moyenne de 3,3 litres et un taux de CO2 abaissé à 87 g/km, cette Polo rappelle le quasi proto Lupo 3 litres mais avec un prix et des équipements vraisemblablement plus abordables. N'oublions pas que les barèmes de bonus vont être abaissés de cinq grammes en fin 2009. Un inédit TDI de 1,2 litre (trois cylindres) développant tout de même 75 chevaux, équipera la BlueMotion Concept. D'autres recettes utiles à la réduction de consommation dont certaines déjà éprouvées sur la Polo IV sont également utilisées. Il faudra encore une année de patience avant de découvrir cette voiture, mais personnellement, je suis impatient d'en faire l'essai.

La pole

La Polo V accède à la fameuse boîte DSG, en l'occurrence, la version à sept rapports. En attendant de connaître son prix, la DSG sera disponible avec le TDI 90 et deux moteurs essence : le TSI 105 mais aussi avec le plus classique 1,4 litre de 85 chevaux. La gamme des moteurs à essence comporte quatre spécimens dont un inédit. Aux côtés du 1,4 litre, on trouve trois déclinaisons de 1,2 litre : le "vieux" trois cylindres de 60 et 70 chevaux et surtout un inédit TSI (quatre cylindres) de 105 chevaux. Ce dernier reprend le principe du "downsizing" appliqué sur le 1.4 TSI de la Golf à savoir une faible cylindrée suralimentée pour obtenir une puissance élevée tout en réduisant la consommation. Ainsi paré, le TSI 105 affiche une sobriété (5,5 litres) et un rejet (129 g/km) à faire pâlir un moteur diesel. Celle qu'on a appelée la fourmi justifie carrément ce surnom même si celui-ci n'est plus utilisé depuis quelques générations. Econome, la Polo est également confortable. Plus longue de cinq centimètres par rapport à la Polo IV, la nouvelle est donc restée sage dans ses dimensions. C'est probablement pour être plus habitable que les sièges apparaissent aussi peu épais. Chercher un objet dans l'aumônière du siège avant vaudra un massage poussé du dos de l'occupant de ce siège. Le confort n'est pas remis en cause, il s'agira de vérifier si celui-ci ne s'altère pas à la longue. L'intérieur est toujours aussi sérieux, à peine noirci par ce plastique dur de la planche de bord pour la finition basse. Au registre des gadgets utiles, signalons le "double fond" de la boîte à gant qui permet d'y ranger la notice d'entretien de la voiture, ainsi que la trappe tiroir contenant le gilet jaune (ou orange) située dans la paroi latérale côté passager (dommage finalement qu'il n'y ait pas cette même trappe côté conducteur (problème d'accessibilité sûrement). Le coffre offre 280 litres, ce qui est dans la moyenne avec curieusement trois étages de rangement, le plus profond prenant la place de la roue de secours si le niveau de la Polo l'équipe d'un kit anti crevaison.

La note

VOLKSWAGEN compte bien sur cinq étoiles au test renforcé de l'EuroNCAP. Parmi les moyens d'y accéder, toutes les Polo (de plus de 85 chevaux) sont équipées de l'ESP de série. Cela passe aussi par des renforts de toutes les faces et particulièrement de l'avant au bénéfice du piéton. La finesse des sièges ne gêne pas le confort et participe à la bonne habilité de la voiture. Le conducteur apprécie le réglage dans les deux directions du volant. Les prix de la Polo ne sont pas encore connus, mais Thierry Lespiaucq, directeur de VOLKSWAGEN France, assure qu'ils seront, c'est remarquable, moins chers que les stars françaises. En gros, les premiers prix devraient se situer au voisinage de 12.000 € en essence et 15.000 € en diesel. Les trois niveaux de la famille Polo gardent les désignations habituelles avec la "Trendline" en entrée. Le plus remarquable que d'autres constructeurs devraient appliquer est le régulateur de vitesse fourni dès cette version. Pour la traditionnelle climatisation (semi automatique), il faut viser le deuxième niveau "Confortline". Probablement le plus vendu, on retrouve un autoradio CD MP3, le volant cuir multifonctions, un ordinateur de bord et bizarrement le fractionnement de la banquette arrière (étonnant de ne pas avoir ce genre d'équipement sur le niveau d'entrée). Le haut de gamme "Sportline" (en attendant la "Carat") se reconnaît extérieurement à l'entourage inox de la calandre, ses jantes en alliage et ses antibrouillards avant. A l'intérieur, la Polo gagne notamment des sièges sport, une climatisation automatique, un détecteur de pluie (mais pas l'allumage automatique des feux). Des packs sont disponibles selon les versions. On peut, grâce au pack "Access" réservé au niveau d'entrée, bénéficier d'une radio, de la climatisation et de l'ordinateur de bord. Un bon point est à décerner enfin au GPS de par sa facilité d'utilisation.

VOLKSWAGEN frappe fort, très fort avec cette nouvelle Polo. Elle a un look plus sérieux très proche de sa grande soeur Golf et des arguments moteur. Les turbo diesel sont passés à la rampe commune et, la technologie avançant, devenus encore plus sobres. Visant 3,3 litres aux cent kilomètres et des rejets de CO2 ultra faibles, la Polo (avec ou sans BlueMotion) est écolo. Sérieuse, sobre, le coup de grâce est donné par ses tarifs qui, nous assure t'on, seront moins chers que ceux des françaises (une première). Le segment va trembler…

Philippe NIOLLET

2009-06-01