LANCIA Delta 1.9 Mutijet Twinturbo 190 DPF

ESPACE COMPACTE
  • Twin turbo sobre et silencieux
  • Style
  • Prix
  • Clignotant muet
  • Inertie du Selectronic en conduite "soutenue"

Prix : de 30 800 € à 37 800 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes turbo diesel injection directe à rampe commune, deux turbos
Cylindrée 1910 cm³
Puissance maxi 190 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 41.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.52 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.50 m

Poids

Total 1430 kg

Capacités

Coffre de 380 à 760 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 222 km/h
0 à 100 km/h 7.90 s

Environnement

Emission CO2 149 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.70
Urbaine 7.30
Mixte 5.70
Essai 0.00

Luxe, puissance et écologie

Il y a quasiment un an que l'on découvrait la Delta sur laquelle LANCIA a mis tous ses espoirs. Le pari était audacieux compte tenu des handicaps d'une marque devenue mal connue et au style différent. Ce dernier point a d'ailleurs été efficacement utilisé par la communication. Cela semble payer et le style plait. La Delta est aujourd'hui la LANCIA la plus vendue en France. Elle étoffe sa gamme avec quelques intéressantes versions dont une équipée d'un diesel puissant et sobre dont les caractéristiques nous avaient alléchés en 2008. J'avais écrit qu'on en reparlerait, eh bien c'est le moment…

Santé

La Delta est donc la plus vendue, permettant de viser un total des ventes de 5.000 LANCIA à la fin 2009. Certes, les données sont faibles mais n'ont jamais été aussi bonnes depuis pas mal d'années. La progression est fulgurante mais sur des petits volumes, la signification est relative. La gamme est en effet réduite, la Thesis a disparu du catalogue, le Phedra est encore présent mais souffre, comme ses confrères, de la désaffectation pour les grands monospaces. Les Ypsilon et Musa se maintiennent mais sont en fin de vie. En tout cas, dans ces périodes moroses, LANCIA n'est pas condamnée, on nous assure que la nouvelle Ypsilon (à cinq portes avec poignées cachées à l'arrière pour en paraître toujours trois) sera présentée en 2010, probablement à Genève à moins que Francfort ne lui coupe la vedette en septembre prochain. On ne reviendra pas sur le style général de la voiture qui a le mérite de sortir la Delta de l'anonymat. On retrouve toujours ses avantages comme le volant et le levier de vitesses en cuir, l'emblème de la marque incrusté sur les appuis-tête, les touches d'inox, le faux cuir d'excellent toucher "Benova" emprunté à MASERATI et, malheureusement, les défauts comme les faiblesses d'ajustement ou le rappel sonore du clignotant toujours aussi peu sonore. Parmi les nouveautés, le dernier salon de Genève nous avait donné quelques aperçus, LANCIA présente une version ultra luxueuse pour compenser la disparition de la Thesis et satisfaire l'administration italienne en premier lieu. Rappelons que LANCIA fait l'essentiel de ses ventes à domicile, les italiens étant attachés à cette marque qui fête tout de même ses 103 printemps. La Delta Executive est probablement à ranger dans l'ultra exclusif (que d'ultra pour cette version) doté de tous les équipements possibles et où le mot option est une insulte. Profitant de son empattement de 2,70 mètres et avec deux sièges arrière fixes en position reculée, la Delta "de luxe" offre une place gigantesque à ses "précieux" passagers arrière. Pour leur bien être, les réglages d'inclinaison des dossiers ont été conservés. La Delta Executive se reconnaît à sa carrosserie bicolore avec un toit noir vernis, vitré, ouvrant et panoramique "Granluce" et ses magnifiques jantes exclusives en alliage diamantées brunies. La sellerie ainsi que la planche de bord sont revêtues de cuir Poltrona Frau “pleine fleur”. Toutes les aides possibles équipent en série la voiture telles l'aide au parking “Magic Parking” ou les suspensions électroniques à amortissement variable ou encore le système actif de franchissement de ligne. Pour le confort, outre le cuir, l'Executive récupère un système Bose, les sièges électriques et chauffants et la navigation "InstantNav + Blue&Me". Les motorisations les plus puissantes sont les seules disponibles. La note de la Delta intégralement luxe se paie à partir de 35.300 € pour la version Multijet de 165 chevaux, montant qui n'est pas exorbitant vu l'offre quelle propose. Bien entendu, les moteurs puissants de l'Executive sont également disponibles dans les autres versions de la Delta. Promesse tenue (ou presque parce qu'on ne l'a pas encore essayée), LANCIA dispose depuis le 1er juillet, d'une version T-Jet de 1,8 litre associée à la boîte robotisée à six rapports, affichant la puissance de 200 chevaux. La T-Jet 200 Sportronic fera donc le bonheur des amateurs d'essence et de puissance (à l'image du TFSI de VOLKSWAGEN). Le moteur est alimenté en injection directe, couplée avec un turbo et deux variateurs de phase (un sur l'admission et l'autre sur l'échappement). Le but (atteint) est d'abaisser le régime de couple (inhabituel pour un moteur essence). La plage de couple maximum débute à 1.500 tr/mn. Pour rester dans les chiffres, la Delta annonce une vitesse maximum de 230 km/h et le 0 à 100 km/h en 7,4 secondes. Les valeurs de consommation restent mesurées (7,8 litres en moyenne), en supportant toutefois un malus de 750 € (185 g/km). Les prix de la puissante Delta essence débutent à 29.800 €. Autre nouveauté, le turbodiesel Multijet d'entrée de gamme, à savoir le 1,6 litre de 120 chevaux, peut être désormais associé à une boîte robotisée à six rapports "Selectronic". Palettes ou boutons derrière le volant, il faudra les utiliser pour avoir du répondant, le système a une certaine inertie en usage plus "soutenu". Pour l'essentiel de la conduite, la Delta "Selectronic" est reposante. La boîte permet d'abaisser le taux de CO2 à 120 g/km et passer le bonus de 200 à 700 €. L'option ne revient plus qu'à 300 €. Le clou des moteurs, toujours en turbo diesel, est dérivé du 1,9 litre Multijet. LANCIA lui a associé deux turbos de dimensions différentes et travaillant ensemble ou séparément selon le régime. Le but est de profiter d'une petite cylindrée pour en tirer le maximum grâce à la suralimentation, à l'image des moteurs essence à injection directe. Le résultat est très alléchant : la puissance monte à 190 chevaux avec un couple maxi de 41 mkg dont l'essentiel est disponible dès 1.250 tr/mn. L'autre bénéfice se situe plus près du porte monnaie (et de l'écologie) puisque le moteur ne subit pas de malus écologique. Remarquable par son silence de fonctionnement, le "twinturbo" donne bien sa puissance sans trou, même à bas régime. L'autre facette pour son porte-monnaie, est la consommation relativement basse, avec lors de l'essai, une moyenne de l'ordre de 5,3 litres aux cent kilomètres, valeur donnée par l'ordinateur de bord ; et ce, sans faire trop d'effort sur un parcours essentiellement routier. Rappelons que tous les Multijet sont équipés d'un filtre à particules en série quel que soit le niveau. D'ailleurs, en parlant de niveau, les finitions sont inchangées (à l'Executive près). Côté technologie, LANCIA propose un système anti franchissement de ligne et actif c'est-à-dire donnant une légère correction au volant. Le "Magic Parking" désigne le système d'aide automatique au parking "sans les mains, la voiture se gare seule dès qu'elle a scruté suffisamment de place. Enfin, le "Reactive Suspension System" améliore les conditions d'amortissement. Il est une des autres options technologiques de la Delta, sauf pour l'Executive où il est en série (vous aviez compris).

Executive

La Delta Executive est probablement à ranger dans l'ultra exclusif (que d'ultra pour cette version) doté de tous les équipements possibles et où le mot option est une insulte. Profitant de son empattement de 2,70 mètres et avec deux sièges arrière fixes en position reculée, la Delta "de luxe" offre une place gigantesque à ses "précieux" passagers arrière. Pour leur bien être, les réglages d'inclinaison des dossiers ont été conservés. La Delta Executive se reconnaît à sa carrosserie bicolore avec un toit noir vernis, vitré, ouvrant et panoramique "Granluce" et ses magnifiques jantes exclusives en alliage diamantées brunies. La sellerie ainsi que la planche de bord sont revêtues de cuir Poltrona Frau “pleine fleur”. Toutes les aides possibles équipent en série la voiture telles l'aide au parking “Magic Parking” ou les suspensions électroniques à amortissement variable ou encore le système actif de franchissement de ligne. Pour le confort, outre le cuir, l'Executive récupère un système Bose, les sièges électriques et chauffants et la navigation "InstantNav + Blue&Me". Les motorisations les plus puissantes sont les seules disponibles. La note de la Delta intégralement luxe se paie à partir de 35.300 € pour la version Multijet de 165 chevaux, montant qui n'est pas exorbitant vu l'offre quelle propose.

Sensitive

Bien entendu, les moteurs puissants de l'Executive sont également disponibles dans les autres versions de la Delta. Promesse tenue (ou presque parce qu'on ne l'a pas encore essayée), LANCIA dispose depuis le 1er juillet, d'une version T-Jet de 1,8 litre associée à la boîte robotisée à six rapports, affichant la puissance de 200 chevaux. La T-Jet 200 Sportronic fera donc le bonheur des amateurs d'essence et de puissance (à l'image du TFSI de VOLKSWAGEN). Le moteur est alimenté en injection directe, couplée avec un turbo et deux variateurs de phase (un sur l'admission et l'autre sur l'échappement). Le but (atteint) est d'abaisser le régime de couple (inhabituel pour un moteur essence). La plage de couple maximum débute à 1.500 tr/mn. Pour rester dans les chiffres, la Delta annonce une vitesse maximum de 230 km/h et le 0 à 100 km/h en 7,4 secondes. Les valeurs de consommation restent mesurées (7,8 litres en moyenne), en supportant toutefois un malus de 750 € (185 g/km). Les prix de la puissante Delta essence débutent à 29.800 €. Autre nouveauté, le turbodiesel Multijet d'entrée de gamme, à savoir le 1,6 litre de 120 chevaux, peut être désormais associé à une boîte robotisée à six rapports "Selectronic". Palettes ou boutons derrière le volant, il faudra les utiliser pour avoir du répondant, le système a une certaine inertie en usage plus "soutenu". Pour l'essentiel de la conduite, la Delta "Selectronic" est reposante. La boîte permet d'abaisser le taux de CO2 à 120 g/km et passer le bonus de 200 à 700 €. L'option ne revient plus qu'à 300 €.

Sobriété

Le clou des moteurs, toujours en turbo diesel, est dérivé du 1,9 litre Multijet. LANCIA lui a associé deux turbos de dimensions différentes et travaillant ensemble ou séparément selon le régime. Le but est de profiter d'une petite cylindrée pour en tirer le maximum grâce à la suralimentation, à l'image des moteurs essence à injection directe. Le résultat est très alléchant : la puissance monte à 190 chevaux avec un couple maxi de 41 mkg dont l'essentiel est disponible dès 1.250 tr/mn. L'autre bénéfice se situe plus près du porte monnaie (et de l'écologie) puisque le moteur ne subit pas de malus écologique. Remarquable par son silence de fonctionnement, le "twinturbo" donne bien sa puissance sans trou, même à bas régime. L'autre facette pour son porte-monnaie, est la consommation relativement basse, avec lors de l'essai, une moyenne de l'ordre de 5,3 litres aux cent kilomètres, valeur donnée par l'ordinateur de bord ; et ce, sans faire trop d'effort sur un parcours essentiellement routier. Rappelons que tous les Multijet sont équipés d'un filtre à particules en série quel que soit le niveau. D'ailleurs, en parlant de niveau, les finitions sont inchangées (à l'Executive près). Côté technologie, LANCIA propose un système anti franchissement de ligne et actif c'est-à-dire donnant une légère correction au volant. Le "Magic Parking" désigne le système d'aide automatique au parking "sans les mains, la voiture se gare seule dès qu'elle a scruté suffisamment de place. Enfin, le "Reactive Suspension System" améliore les conditions d'amortissement. Il est une des autres options technologiques de la Delta, sauf pour l'Executive où il est en série (vous aviez compris).

La LANCIA Delta étant devenue le vaisseau amiral du constructeur turinois, il était logique que la proposition s'étoffe après une année de vie. L'orientation de la gamme est clairement axée sur plus de puissance, plus de luxe tout en restant concentrée sur les consommations et les émissions de CO2. Chacun va y trouver "sa" Delta, que ce soit les amateurs de moteurs essence puissants, de diesel tout aussi puissants, d'automatisme ou de luxe intégral…

Philippe NIOLLET

2009-07-01