HONDA S 2000

ESPACE PRESENTATION PRESSE
  • Motorisation
  • Prix
  • Rigidité du chassis
  • Bruit envahissant
  • Malle arrière petite

Prix : 35 063 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Emotion Intacte

Directement issu du concept-car SSM, HONDA commercialise désormais le roadster S 2000. L'objectif est simple et largement affiché : s'inscrire dans la lignée des sportives de la série S apparues dans les années 60 et privilégier le plaisir de conduite et la sportivité sans concession : émotions garanties.

Moteur à l'avant et propulsion

C'est cette architecture avec des roues arrière motrices et un moteur à l'avant qu'a repris HONDA en s'inspirant des choix techniques effectués sur ses devancières. Et pourtant lorsque vous mettez cote à cote une S800 et une S2000, vous avez devant vous l'image même de l'évolution de l'automobile durant ces années. Autant la S800 paraît légère et svelte, autant la S2000 fait figure de monstre : l'écart de poids se situe tout de même à plus de 500 Kg, excusez du peu ! Cette architecture, associée à une position reculée et complètement centrale (derrière l’axe des roues avant) de la mécanique, offre une répartition des masses parfaites entre les deux essieux… gage comme nous le découvrirons lors de notre circuit routier, d’un comportement équilibré. Fidèle à sa réputation de motoriste de pointe, HONDA a placé la barre très haute en motorisant son roadster. HONDA a sorti son dernier bijou en terme de mécanique, avec 2000cm3 de cylindrée, la puissance développe 240ch à 8.300 tr/mn. C'est d'ailleurs le nouveau record mondial pour une motorisation atmosphérique de série avec 120ch au litre. Pour ceux qui seraient surpris par le régime affiché, qu'ils se rassurent, la fougue du conducteur sera stoppée par le rupteur au régime phénoménale de 9.500 tr/mn. Disposant de la technologie VTEC (admission variable), cette mécanique s'avère particulièrement agréable, performante et tout à fait endurante. Le succès et la longévité de ce système monté depuis plusieurs années sur les modèles sportifs de la marque en sont les garants. Aux bas régime, sa souplesse vous permet de goûter au plaisir de rouler à ciel ouvert dans une belle voiture. Mais dès que vous approchez les 6.000 tr/mn la "bête" se déchaîne et vous emmène dans un rugissement terrible jusqu'au rupteur avant même que vous n'ayez eu le temps de vous en rendre compte… Votre paisible cabriolet se transforme ainsi en quelques secondes en une diabolique sportive, performante et même envoûtante. Certains se sont déjà heurtés au cruel dilemme de la puissance démesurée au détriment de l'efficacité et de la rigueur du comportement. Sur ce plan là, HONDA dévoile toute son excellence technologique dans le domaine. Avec une structure en acier emboutie composée d'un profond tunnel central et de longerons en X, le véhicule affiche une rigidité exceptionnelle pour un cabriolet. Les suspensions, quant à elles, sont assurées par une nouvelle génération de double triangulation avec des barres stabilisatrices à l'avant et à l'arrière. Ces suspensions ont même été intégrées à l'intérieur des roues de 16 pouces ce qui procure encore une plus grande rigidité. Avant même d'admirer les lignes de ce superbe roadster, on se sent irrésistiblement attiré derrière le volant. La première bonne surprise est constituée par un détail qui nous a particulièrement séduit. La clé de contact n'est là que pour mettre le contact, le démarreur étant actionné par un gros bouton rouge situé sur la gauche du volant et où est inscrit sans aucune ambiguïté "START ENGINE". Les premiers kilomètres effectués à allure de sénateur laisse apprécier la discrétion du moteur. Bien rapidement cependant, votre pied droit s’enhardit et la situation évolue alors considérablement. Au delà des 6.000 tr/mn, vous avez alors droit à un hurlement digne des voitures de compétition. Il est vrai qu'en mode décapoté, vous avez tout à loisir d'en prendre plein les oreilles. Ces folles montées en régimes sont le fruit d'un accouplement avec une boîte 6 vitesses excellemment bien étagée et munie d’un sélecteur très précis au débattement très court. On regrettare cependant la boîte séquentielle, montée sur le concept-car SSM, qui aurait fait merveille sur ce véhicule de " série ". Mais le meilleur reste à venir. Sur notre terrain d'essai pourtant constitué en majeure partie de petites routes où les virages s'enchaînent sans répit, il nous a été impossible de prendre la voiture en défaut. Elle fait même preuve d'une précision de tout premier ordre qui fait oublier qu'on a à faire à un cabriolet. L’excellente direction à assistance variable y est sans nul doute pour beaucoup tout comme le freinage, qui, s'il s'avère puissant et bien équilibrée (pas de déclenchement trop rapide de l'ABS), se montre de surcroît particulièrement endurant. Comme vous l'avez déjà compris, la S2000 réalise un sans faute sur toute la ligne. Le seul bémol en conduite sportive concerne uniquement le niveau sonore qui règne dans l'habitacle, envoûtant certes mais surtout envahissant et assourdissant à la longue. Avec de telles performances, on en viendrait presque à oublier que la S2000 est aussi un superbe cabriolet. La capote électrique et le petit déflecteur disposé entre les deux arceaux sont là pour vous le rappeler. L'équipement est particulièrement complet si bien qu'aucune option n'est proposée… Le poste de pilotage est un véritable cockpit dans lequel vous prenez place pour laisser les afficheurs numériques vous délivrer régime moteur et vitesse instantanée, de quoi se prendre pour un pro de la formule 1. Toutes les commandes tombent bien sous la main et on regrettera uniquement que le volant ne puisse être réglé en hauteur, ce qui pour certains entamera une partie de leur vision de l'instrumentation. Malheureusement également, comme tout cabriolet sportif qui se respecte, la malle arrière est réduite à la portion congrue malgré l'adoption d'une roue de secours de type galette. Il se dégage de la ligne de la S2000, une sportivité exacerbée. La face avant intégralement reprise du concept car SSM, dans laquelle s'intègre les phares profilés à bord arrondi est une véritable réussite. On regrettera seulement que deux lave-phares noirs peu esthétiques viennent entacher la fluidité générale de la face avant de ce roadster. Vu de l'arrière, ce cabriolet est aussi à son avantage avec un mélange de modernisme et de tradition au travers de feux arrière ronds intégrés dans un optique global fumé, épousant la line générale du véhicule.

Une vitrine technologique en terme de motorisation

Fidèle à sa réputation de motoriste de pointe, HONDA a placé la barre très haute en motorisant son roadster. HONDA a sorti son dernier bijou en terme de mécanique, avec 2000cm3 de cylindrée, la puissance développe 240ch à 8.300 tr/mn. C'est d'ailleurs le nouveau record mondial pour une motorisation atmosphérique de série avec 120ch au litre. Pour ceux qui seraient surpris par le régime affiché, qu'ils se rassurent, la fougue du conducteur sera stoppée par le rupteur au régime phénoménale de 9.500 tr/mn. Disposant de la technologie VTEC (admission variable), cette mécanique s'avère particulièrement agréable, performante et tout à fait endurante. Le succès et la longévité de ce système monté depuis plusieurs années sur les modèles sportifs de la marque en sont les garants. Aux bas régime, sa souplesse vous permet de goûter au plaisir de rouler à ciel ouvert dans une belle voiture. Mais dès que vous approchez les 6.000 tr/mn la "bête" se déchaîne et vous emmène dans un rugissement terrible jusqu'au rupteur avant même que vous n'ayez eu le temps de vous en rendre compte… Votre paisible cabriolet se transforme ainsi en quelques secondes en une diabolique sportive, performante et même envoûtante.

Une rigidité exemplaire pour un roadster

Certains se sont déjà heurtés au cruel dilemme de la puissance démesurée au détriment de l'efficacité et de la rigueur du comportement. Sur ce plan là, HONDA dévoile toute son excellence technologique dans le domaine. Avec une structure en acier emboutie composée d'un profond tunnel central et de longerons en X, le véhicule affiche une rigidité exceptionnelle pour un cabriolet. Les suspensions, quant à elles, sont assurées par une nouvelle génération de double triangulation avec des barres stabilisatrices à l'avant et à l'arrière. Ces suspensions ont même été intégrées à l'intérieur des roues de 16 pouces ce qui procure encore une plus grande rigidité.

Au volant, du plaisir à l'état brut

Avant même d'admirer les lignes de ce superbe roadster, on se sent irrésistiblement attiré derrière le volant. La première bonne surprise est constituée par un détail qui nous a particulièrement séduit. La clé de contact n'est là que pour mettre le contact, le démarreur étant actionné par un gros bouton rouge situé sur la gauche du volant et où est inscrit sans aucune ambiguïté "START ENGINE". Les premiers kilomètres effectués à allure de sénateur laisse apprécier la discrétion du moteur. Bien rapidement cependant, votre pied droit s’enhardit et la situation évolue alors considérablement. Au delà des 6.000 tr/mn, vous avez alors droit à un hurlement digne des voitures de compétition. Il est vrai qu'en mode décapoté, vous avez tout à loisir d'en prendre plein les oreilles.

Ces folles montées en régimes sont le fruit d'un accouplement avec une boîte 6 vitesses excellemment bien étagée et munie d’un sélecteur très précis au débattement très court. On regrettare cependant la boîte séquentielle, montée sur le concept-car SSM, qui aurait fait merveille sur ce véhicule de " série ". Mais le meilleur reste à venir. Sur notre terrain d'essai pourtant constitué en majeure partie de petites routes où les virages s'enchaînent sans répit, il nous a été impossible de prendre la voiture en défaut. Elle fait même preuve d'une précision de tout premier ordre qui fait oublier qu'on a à faire à un cabriolet. L’excellente direction à assistance variable y est sans nul doute pour beaucoup tout comme le freinage, qui, s'il s'avère puissant et bien équilibrée (pas de déclenchement trop rapide de l'ABS), se montre de surcroît particulièrement endurant. Comme vous l'avez déjà compris, la S2000 réalise un sans faute sur toute la ligne. Le seul bémol en conduite sportive concerne uniquement le niveau sonore qui règne dans l'habitacle, envoûtant certes mais surtout envahissant et assourdissant à la longue.

Une sportive qui masque un vrai cabriolet

Avec de telles performances, on en viendrait presque à oublier que la S2000 est aussi un superbe cabriolet. La capote électrique et le petit déflecteur disposé entre les deux arceaux sont là pour vous le rappeler. L'équipement est particulièrement complet si bien qu'aucune option n'est proposée… Le poste de pilotage est un véritable cockpit dans lequel vous prenez place pour laisser les afficheurs numériques vous délivrer régime moteur et vitesse instantanée, de quoi se prendre pour un pro de la formule 1. Toutes les commandes tombent bien sous la main et on regrettera uniquement que le volant ne puisse être réglé en hauteur, ce qui pour certains entamera une partie de leur vision de l'instrumentation. Malheureusement également, comme tout cabriolet sportif qui se respecte, la malle arrière est réduite à la portion congrue malgré l'adoption d'une roue de secours de type galette.

Une ligne dynamique et sportive

Il se dégage de la ligne de la S2000, une sportivité exacerbée. La face avant intégralement reprise du concept car SSM, dans laquelle s'intègre les phares profilés à bord arrondi est une véritable réussite. On regrettera seulement que deux lave-phares noirs peu esthétiques viennent entacher la fluidité générale de la face avant de ce roadster. Vu de l'arrière, ce cabriolet est aussi à son avantage avec un mélange de modernisme et de tradition au travers de feux arrière ronds intégrés dans un optique global fumé, épousant la line générale du véhicule.

A 230.000 FF, la HONDA S2000 est sans aucun doute une affaire dans un marché de niche où toutes les marques veulent prendre leurs parts de marché. Comme vous l’aurez compris, dans un tel contexte l’image technologique prime sur les volumes de vente. Alors, si vous vous sentez prêt pour acquérir un tel bijou, il convient de ne pas trop tarder. Il n’y aura, en effet pour le marché français, que 300 véhicules en 99 (175 commandes ont déjà été enregistrées) et autant en 2000. Quoiqu’il en soit, il est vraiment sain que de telles voitures puissent encore voir le jour aujourd’hui… Tous les passionnés remercient HONDA.

Fabrice DUMAS

1999-11-01