AUDI TT RS

ESPACE ROADSTER
  • Performances
  • Tenue de route et freinage
  • Esthétique
  • Confort ferme
  • Consommation urbaine

Prix : de 59 900 € à 63 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 5 cylindres en ligne - 20 soupapes Essence injection directe turbocompressée
Cylindrée 2480 cm³
Puissance maxi 340 ch à 5400 tr/min
Couple maxi 46.50 mkg à 1600.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.20 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.34 m

Poids

Total 1450 kg

Capacités

Coffre de 290 à 700 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 4.70 s

Environnement

Emission CO2 214 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.90
Urbaine 13.10
Mixte 9.20
Essai 0.00

Sport et luxe

Sortie début juillet 2009, l’AUDI TT RS est la sportive par excellence. Véritable machine de course, son moteur cinq cylindres turbocompressé affiche des performances impressionnantes, permettant à AUDI de revenir à sa cylindrée fétiche. Son châssis mixte acier / aluminium développé spécifiquement et l’association de la transmission intégrale "Quattro" assure une tenue de route exceptionnelle…

Esthétique et équipements

Extérieurement, l’AUDI TT RS dénote peu des autres TT. Il adopte un nouveau bouclier à l’avant et à l’arrière, ainsi qu'une sortie d’échappement double de forme ovale. Les jantes reconnaissables à leur design spécifique TT RS, sont équipées de pneumatiques 245/40 R18 (en option 255/35 ZR19) qui participent activement à la qualité de la tenue de route. L’aileron arrière électrique d’origine peut devenir fixe sur demande (option gratuite). Le TT RS arbore aussi des couleurs particulières en dehors des habituels blanc et noir, gris Suzuka, bleu Sepang ou bleu Mugello. Intérieurement, le design reste classique comme sait le faire AUDI. La sellerie cuir / Alcantara possède une broderie particulière au TT RS. Le poste de pilotage reste dans la tradition, proche du levier de commande des vitesses qui a été raccourci pour permettre un changement de rapport plus rapide. On trouve la fameuse touche sport "S" qui, en plus de la sonorité, modifie aussi la réponse moteur. AUDI a travaillé surtout sur l’échappement et la boîte à air. La touche ESP permet une déconnexion en mode sportif. Pour l’équipement audio, AUDI a choisi BOSE avec son "Surround System", ce qui donne une qualité d’écoute excellente. Par rapport au TT S, il n’y a pas d’évolutions importantes dans l’apparence du véhicule et pourtant la différence s’entend et se ressent dès que l’on pousse le bouton "S". Le ronronnement du moteur devient sourd. A partir de cet instant, vous êtes dans une voiture de course. Le moteur de 2,5 litres retrouvant les cinq cylindres chers à AUDI, a été gonflé avec une injection directe (FSI) et un turbocompresseur pour atteindre la bagatelle de 340 chevaux. Cette puissance est atteinte entre 5.400 et 6.500 tr/mn avec un couple de 450 Nm entre 1.600 et 5.300 tr/mn. Seule une boîte manuelle à six rapports est disponible, mais elle est spécifiquement adaptée au véhicule. AUDI prend une longueur d’avance en adoptant un châssis hybride réalisé en acier et en aluminium (32% / 68%). Cette technologie spécifique à la compétition apporte un meilleur comportement du véhicule autant en tenue de route qu’au niveau de la consommation grâce au gain de poids. Le freinage est assuré par quatre disques ventilés de grand diamètre, 340 millimètres, perforés à l’avant et 310 millimètres à l’arrière. L’AUDI TT RS n’est pas une grande routière, ce n'est pas sa vocation première, mais sur petite route… La prise en main du véhicule reste très facile malgré les 340 chevaux sous le capot. L’ergonomie du poste de pilotage est bien pensée, les commandes tombent naturellement sous la main. Le volant à trois branches gainé cuir tient bien entre les mains, le méplat inférieur du volant laisse passer vos jambes pour vous asseoir au poste de pilotage sans contorsion même pour les grands. Sur autoroute, le confort reste très acceptable malgré les pneumatiques 255/35 ZR19 dont notre véhicule d’essai était équipé. Les amortisseurs filtrent très correctement les vibrations et l’on n'entend que très peu de bruit à l’intérieur de l’habitacle. Le roadster équipé de sa capote est quasiment aussi peu bruyant que le coupé. L’accélération franche vous emmène rapidement au delà des 200 km/h (jusqu’à 250 km/h uniquement sur autoroute non limitée en Allemagne). A cette vitesse, le TT RS est sur des rails, mais son point fort n’est pas uniquement là. Partie pour une balade sur route sinueuse, décapoté pour le roadster, vous pouvez profiter pleinement des paysages et flâner à votre gré, mais, une fois la touche "S" enfoncée, la route devient une aire de jeu. Naturellement, vous titillez l’accélérateur pour sentir le moteur monter en régime, vous enroulez les virages successifs avec un plaisir certain et en toute sécurité, tant au niveau de la tenue de route que de l’efficacité du freinage, la voiture ne se tortille pas et reste très stable même en allant la pousser dans ses derniers retranchements, Aux accélérations se succèdent les freinages et vice et versa dans les enchaînements de virages de plus en plus serrés. Le TT RS reste serein malgré une boîte de vitesses qui manque légèrement de précision. La rigidité des amortisseurs sur une petite route donnent une bonne tenue de route mais mettent à mal le confort des occupants, surtout celui du passager. Les sièges très confortables sur autoroute n’assurent pas un maintien optimal en conduite sportive mais restent tout à fait corrects. En option, vous pouvez faire monter des baquets d’un maintien supérieur, mais cela n’évite pas l’effet "shaker" pour le passager. Vous pourrez acquérir le TT RS pour 59.900 € en version Coupé et 63.500 € pour le Roadster. Son prix le classe parmi les véhicules les plus abordables de la catégorie coupé et roadster sportifs.

Sous le capot

Par rapport au TT S, il n’y a pas d’évolutions importantes dans l’apparence du véhicule et pourtant la différence s’entend et se ressent dès que l’on pousse le bouton "S". Le ronronnement du moteur devient sourd. A partir de cet instant, vous êtes dans une voiture de course. Le moteur de 2,5 litres retrouvant les cinq cylindres chers à AUDI, a été gonflé avec une injection directe (FSI) et un turbocompresseur pour atteindre la bagatelle de 340 chevaux. Cette puissance est atteinte entre 5.400 et 6.500 tr/mn avec un couple de 450 Nm entre 1.600 et 5.300 tr/mn. Seule une boîte manuelle à six rapports est disponible, mais elle est spécifiquement adaptée au véhicule.

Côté structure

AUDI prend une longueur d’avance en adoptant un châssis hybride réalisé en acier et en aluminium (32% / 68%). Cette technologie spécifique à la compétition apporte un meilleur comportement du véhicule autant en tenue de route qu’au niveau de la consommation grâce au gain de poids. Le freinage est assuré par quatre disques ventilés de grand diamètre, 340 millimètres, perforés à l’avant et 310 millimètres à l’arrière.

En route, balade et conduite sportive

L’AUDI TT RS n’est pas une grande routière, ce n'est pas sa vocation première, mais sur petite route… La prise en main du véhicule reste très facile malgré les 340 chevaux sous le capot. L’ergonomie du poste de pilotage est bien pensée, les commandes tombent naturellement sous la main. Le volant à trois branches gainé cuir tient bien entre les mains, le méplat inférieur du volant laisse passer vos jambes pour vous asseoir au poste de pilotage sans contorsion même pour les grands. Sur autoroute, le confort reste très acceptable malgré les pneumatiques 255/35 ZR19 dont notre véhicule d’essai était équipé. Les amortisseurs filtrent très correctement les vibrations et l’on n'entend que très peu de bruit à l’intérieur de l’habitacle. Le roadster équipé de sa capote est quasiment aussi peu bruyant que le coupé. L’accélération franche vous emmène rapidement au delà des 200 km/h (jusqu’à 250 km/h uniquement sur autoroute non limitée en Allemagne). A cette vitesse, le TT RS est sur des rails, mais son point fort n’est pas uniquement là. Partie pour une balade sur route sinueuse, décapoté pour le roadster, vous pouvez profiter pleinement des paysages et flâner à votre gré, mais, une fois la touche "S" enfoncée, la route devient une aire de jeu. Naturellement, vous titillez l’accélérateur pour sentir le moteur monter en régime, vous enroulez les virages successifs avec un plaisir certain et en toute sécurité, tant au niveau de la tenue de route que de l’efficacité du freinage, la voiture ne se tortille pas et reste très stable même en allant la pousser dans ses derniers retranchements, Aux accélérations se succèdent les freinages et vice et versa dans les enchaînements de virages de plus en plus serrés. Le TT RS reste serein malgré une boîte de vitesses qui manque légèrement de précision. La rigidité des amortisseurs sur une petite route donnent une bonne tenue de route mais mettent à mal le confort des occupants, surtout celui du passager. Les sièges très confortables sur autoroute n’assurent pas un maintien optimal en conduite sportive mais restent tout à fait corrects. En option, vous pouvez faire monter des baquets d’un maintien supérieur, mais cela n’évite pas l’effet "shaker" pour le passager. Vous pourrez acquérir le TT RS pour 59.900 € en version Coupé et 63.500 € pour le Roadster. Son prix le classe parmi les véhicules les plus abordables de la catégorie coupé et roadster sportifs.

J’aime, le pour ou le contre L’AUDI TT RS pourrait être comparé à "la belle et la bête" avec d’un côté, son esthétique attirante, sa facilité et son agrément de conduite en balade, et en opposition, son caractère sportif exacerbé et ses performances dignes des plus grandes sportives. Que recherchons-nous avec un tel véhicule ? D’un côté, le plaisir et ses interdits de l’autre, la raison, la sécurité et le confort. L’AUDI TT RS révèle t’il peut être simplement la dualité qui est en nous ?

Denis LEGOFF

2009-08-01