FIAT 500 C 1.2 69 Pop Start&Stop

ESPACE Cabriolet
  • Look irrésistible
  • Confort amélioré
  • Prix
  • Certains plastiques
  • Consommation
  • Moteur manquant de punch

Prix : 14 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 8 Soupapes Essence injection indirecte
Cylindrée 1242 cm³
Puissance maxi 69 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 10.40 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.55 m
Largeur 1.63 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 1050 kg

Capacités

Coffre de 182 à 0 dm³
Réservoir 35 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 160 km/h
0 à 100 km/h 12.90 s

Environnement

Emission CO2 113 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.30
Urbaine 5.70
Mixte 4.80
Essai 5.90

Ouverte au soleil

Vedette du stand FIAT au dernier salon de Genève, la 500 se découvre. Deux ans après sa sortie, le programme du constructeur turinois est respecté. Et comme la 500 est un des best-sellers de FIAT (heureusement pour lui d'ailleurs), il a tout intérêt à décliner la famille 500. Après l'ABARTH et avant la "Jardinière" (break) qui devrait arriver en 2010, la 500 devient découvrable et se nomme 500C. Elle est en vente depuis le 4 juillet.

Quatre place sous un parasol

C'est l'été, saison bénie pour rouler en cabriolet. FIAT présente sa 500C à temps pour ajouter une corde à son arme de séduction, faisant de la puce un des cabriolets les moins chers du marché, si ce n'est le moins cher. Rectification, la 500C n'est pas un vrai cabriolet mais plutôt une découvrable, à l'identique de son ancêtre d'il y a cinquante ans. Le toit peut s'ouvrir entièrement jusqu'au coffre, telle une CITROËN C3 Pluriel. La 500 garde ses arches de toit et ses entourages de portières et ne peut donc pas, pour l'architecture, se mesurer à la MINI Cabriolet. Elle conserve au passage la poignée de maintien pour le passager. Le système est électrique et peut fonctionner en roulant jusqu'à 60 km/h. Une première pression sur le bouton placé au dessus du rétroviseur, le toit s'ouvre (la capote se replie) jusqu'à la vitre (en verre) arrière. Une seconde pression, inutile dans les deux cas de maintenir le bouton appuyé, la capote se replie jusqu'au sommet du coffre, escamotant la vitre dans les replis de la toile. Le béquet de toit qui contient le troisième feu stop conserve sa fonction une fois la capote reliée. Notons au passage que l'ouverture peut se faire à distance avec la clé. Sans hésiter, la configuration "tout ouvert" est la plus agréable bien que la visibilité vers l'arrière soit nulle. Même en étant grand, la vue est à moitié escamotée par la capote et le recours aux rétroviseurs extérieurs est indispensable. Le "tout ouvert" ne génère pas plus d'air ne nécessitant pas de déployer le déflecteur de toit, manœuvre qui se fait manuellement depuis l'habitacle pour peu que vous ayez le bras long. En configuration semi ouverte, un phénomène de résonnance vient perturber l'habitacle dès 70 km/h, comme lorsque toutes les vitres d'une berline sont ouvertes. Le déflecteur est alors indispensable mais, dans ce cas, on subit un peu les bruits d'air. Les manœuvres de fermeture se font en trois étapes, les deux premières à l'inverse de l'ouverture, la troisième opération permet de terminer la fermeture en pressant, de façon maintenue cette fois-ci, le bouton pour des raisons de sécurité. Aucun verrouillage n'est prévu, la tension de la toile suffit. Elle doit suffire aussi pour assurer l'étanchéité, particulièrement au niveau de la vitre arrière. Le coffre n'est pas du tout sacrifié, il garde une ouverture classique qui, au simple toucher de la poignée, relève automatiquement la capote si celle-ci est entièrement ouverte. La mini modularité des sièges arrière repliables à 50-50 permet d'augmenter le volume. Bonne surprise, une roue de secours est présente dans le plancher du coffre. Excepté son toit, la 500C ne diffère pas de la 500, qui donnait déjà le ton grâce à son toit ouvrant vitré "Skydome". Le logo 500C est présent sur le côté au niveau du montant de portière et sur la planche de bord, toujours de la même couleur que la carrosserie. L'intérieur de la 500C est identique à celui de la 500, avec les mêmes rangements, les mêmes clins d'œil au passé (compteur, volant) et les mêmes défauts (plastiques durs, assemblages laissant à désirer). Un bouton supplémentaire est apparu sur la console centrale. Il désigne le système Start&Stop qui équipe désormais les 500C (et 500 depuis le printemps), uniquement avec la motorisation essence de 1,2 litre. En série sur le modèle, il coupe automatiquement le moteur à chaque arrêt du véhicule, il suffit pour cela de revenir au point mort. Les 500 équipées de la boîte robotisée Dualogic bénéficient aussi du système, dans ce cas, passer au neutre ou maintenir la pédale de frein pressée. La batterie et le démarreur ont bien entendu été renforcés, permettant dix fois plus de démarrage qu'avec une architecture classique. Le dispositif Start&Stop permet de réduire les consommations et émissions de CO2. La FIAT consomme 0,3 litre aux cent kilomètres de moins en cycle mixte et voit son taux de CO2 baisser de 119 à 113 g/km. Le bonus écologique reste à 700 €. Dans le même esprit économique, des flèches "Shift" apparaissent au compteur si nécessaire, indiquant de passer le rapport supérieur (ou inférieur). En essai, je retrouve les mêmes constatations que pour la 500 équipée du même moteur, la consommation moyenne donnée par l'ordinateur de bord est nettement supérieure aux données constructeurs. En ayant roulé en configuration "tout ouvert" sur l'essentiel des parcours, la valeur ne s'est guère éloignée de 5,9 litres aux cent kilomètres. Le petit 1,2 litre est très poussif dans les côtes, et donne une sensation de grande mollesse en comparaison avec la 500 à toit dur. Côté confort, on apprécie l'assise et le moelleux des sièges bicolores estampillés "500". FIAT a amélioré le tenue de route en ajoutant une barre antiroulis à l'arrière et en ayant réglé les amortisseurs de façon plus souple. Ce défaut manifeste de la 500 est désormais gommé, voilà qui était nécessaire... La gamme 500C débute à 14.200 €, avec la "Pop" la finition de ma voiture d'essai, soit environ 2.500€ de plus que la 500. La voiture bénéficie de sept airbags, des vitres électriques et d'un autoradio CD MP3. Le "plus" de la 500C est l'ajout de radars de recul, pas inutiles du tout quand la capote est baissée. Un bon point est à donner pour les couleurs de capote qui propose du rouge et du beige en plus du traditionnel noir. Cette version se passe de climatisation, à moins d'ajouter 1.400 € à la facture pour se payer cette option, sinon, prendre la "Lounge" qui est dotée de l'air conditionné. Ce niveau ajoute également du chrome, des jantes en alliage de quinze pouces, le système "Blue&Me", un volant cuir avec commandes radio intégrées et un super système Hi-Fi. La finition "Sport" de la 500 est remplacée par la "Rock" pour la 500C. Ce troisième niveau est orienté luxe avec une climatisation automatique, une sellerie cuir, des jantes spécifiques et le système de navigation maison associé au "Blue&Me". L'ESP est disponible en série sur la version essence de 100 chevaux. Les motorisations de la 500C sont bien évidemment identiques à celles de la 500 avec le 1.4 litre de 100 chevaux et le turbo diesel Multijet de 75 chevaux. La 500C "Pop" Multijet (diesel) débute à 16.000 €. La boîte robotisée Dualogic est disponible avec les motorisations essence. Elle permet de réduire la consommation et le taux de CO2 (à 110 g/km). Le catalogue de personnalisation sous forme de couleurs, stickers de toute sorte est également proposé aux clients de 500C. Pour vous permettre de patienter en attendant la remise des clés, FIAT a inventé une application baptisée "Happy Fabbrica" qui permet de suivre toutes les étapes de la production de sa 500C. L'application (sur Internet) donne sous la forme d'une animation, l'état de sa commande : de la préparation de la production à l’assemblage, puis de la sortie de la cabine de peinture au contrôle qualité, et enfin du transport à la livraison finale. Vous recevez parallèlement un email dès qu’une nouvelle étape dans la production est franchie…

Bella signorina

Excepté son toit, la 500C ne diffère pas de la 500, qui donnait déjà le ton grâce à son toit ouvrant vitré "Skydome". Le logo 500C est présent sur le côté au niveau du montant de portière et sur la planche de bord, toujours de la même couleur que la carrosserie. L'intérieur de la 500C est identique à celui de la 500, avec les mêmes rangements, les mêmes clins d'œil au passé (compteur, volant) et les mêmes défauts (plastiques durs, assemblages laissant à désirer). Un bouton supplémentaire est apparu sur la console centrale. Il désigne le système Start&Stop qui équipe désormais les 500C (et 500 depuis le printemps), uniquement avec la motorisation essence de 1,2 litre. En série sur le modèle, il coupe automatiquement le moteur à chaque arrêt du véhicule, il suffit pour cela de revenir au point mort. Les 500 équipées de la boîte robotisée Dualogic bénéficient aussi du système, dans ce cas, passer au neutre ou maintenir la pédale de frein pressée. La batterie et le démarreur ont bien entendu été renforcés, permettant dix fois plus de démarrage qu'avec une architecture classique. Le dispositif Start&Stop permet de réduire les consommations et émissions de CO2. La FIAT consomme 0,3 litre aux cent kilomètres de moins en cycle mixte et voit son taux de CO2 baisser de 119 à 113 g/km. Le bonus écologique reste à 700 €. Dans le même esprit économique, des flèches "Shift" apparaissent au compteur si nécessaire, indiquant de passer le rapport supérieur (ou inférieur). En essai, je retrouve les mêmes constatations que pour la 500 équipée du même moteur, la consommation moyenne donnée par l'ordinateur de bord est nettement supérieure aux données constructeurs. En ayant roulé en configuration "tout ouvert" sur l'essentiel des parcours, la valeur ne s'est guère éloignée de 5,9 litres aux cent kilomètres. Le petit 1,2 litre est très poussif dans les côtes, et donne une sensation de grande mollesse en comparaison avec la 500 à toit dur. Côté confort, on apprécie l'assise et le moelleux des sièges bicolores estampillés "500". FIAT a amélioré le tenue de route en ajoutant une barre antiroulis à l'arrière et en ayant réglé les amortisseurs de façon plus souple. Ce défaut manifeste de la 500 est désormais gommé, voilà qui était nécessaire...

Happy Fabbrica

La gamme 500C débute à 14.200 €, avec la "Pop" la finition de ma voiture d'essai, soit environ 2.500€ de plus que la 500. La voiture bénéficie de sept airbags, des vitres électriques et d'un autoradio CD MP3. Le "plus" de la 500C est l'ajout de radars de recul, pas inutiles du tout quand la capote est baissée. Un bon point est à donner pour les couleurs de capote qui propose du rouge et du beige en plus du traditionnel noir. Cette version se passe de climatisation, à moins d'ajouter 1.400 € à la facture pour se payer cette option, sinon, prendre la "Lounge" qui est dotée de l'air conditionné. Ce niveau ajoute également du chrome, des jantes en alliage de quinze pouces, le système "Blue&Me", un volant cuir avec commandes radio intégrées et un super système Hi-Fi. La finition "Sport" de la 500 est remplacée par la "Rock" pour la 500C. Ce troisième niveau est orienté luxe avec une climatisation automatique, une sellerie cuir, des jantes spécifiques et le système de navigation maison associé au "Blue&Me". L'ESP est disponible en série sur la version essence de 100 chevaux. Les motorisations de la 500C sont bien évidemment identiques à celles de la 500 avec le 1.4 litre de 100 chevaux et le turbo diesel Multijet de 75 chevaux. La 500C "Pop" Multijet (diesel) débute à 16.000 €. La boîte robotisée Dualogic est disponible avec les motorisations essence. Elle permet de réduire la consommation et le taux de CO2 (à 110 g/km). Le catalogue de personnalisation sous forme de couleurs, stickers de toute sorte est également proposé aux clients de 500C. Pour vous permettre de patienter en attendant la remise des clés, FIAT a inventé une application baptisée "Happy Fabbrica" qui permet de suivre toutes les étapes de la production de sa 500C. L'application (sur Internet) donne sous la forme d'une animation, l'état de sa commande : de la préparation de la production à l’assemblage, puis de la sortie de la cabine de peinture au contrôle qualité, et enfin du transport à la livraison finale. Vous recevez parallèlement un email dès qu’une nouvelle étape dans la production est franchie…

Laissons entrer le soleil, la FIAT 500C mérite la somme supplémentaire à ajouter pour l'acquérir et transformer la ville, son lieu de prédilection, en cité balnéaire. Le système découvrable est simple d'utilisation, permettant de rouler "tout ouvert" autant que possible. Le système Start&Stop permet d'économiser quelques centimes d'essence, la consommation n'étant pas le point fort de la 500C équipée du moteur essence de 1,2 litre. Mais ceci, comme les quelques défauts de qualité de l'intérieur, est parfaitement évacué devant le charme immense de cette puce…

Philippe NIOLLET

2009-08-15