AUDI A5 Sportback

ESPACE COUPE
  • Concept
  • Moteurs
  • Liste des options
  • Prix

Prix : de 33 800 € à 56 150 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres en V - 24 soupapes turbo diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 2967 cm³
Puissance maxi 240 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 51.00 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.71 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.39 m

Poids

Total 1720 kg

Capacités

Coffre de 480 à 980 dm³
Réservoir 64 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 6.10 s

Environnement

Emission CO2 174 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.70
Urbaine 8.70
Mixte 6.60
Essai 0.00

Coupe spéciale

On ne les arrêtera pas dans leur frénésie de nouveautés, d'ailleurs on n'a pas envie de le faire. Je parle bien entendu des équipes d'AUDI. Le constructeur a fêté cette année son centenaire en une avalanche de modèles nouveaux. Et non seulement ce n'est pas fini (il reste trois mois), mais l'année prochaine promet d'être encore plus fertile ! Aujourd'hui, on découvre un modèle inédit à double titre car il est le premier de ce style chez AUDI, et pour cause, il inaugure une nouvelle niche pas ou peu explorée jusqu'alors, le coupé à cinq portes.

Coupé cinq portes

Après la version cabriolet découverte en début d'année, la belle A5 ajoute une carrosserie inédite à cinq portes. L'A5 est, faut-il le rappeler, la version décalée luxe et "art-de-vivre" de l'A4. AUDI ouvre une porte (et même une cinquième porte) à son coupé de charme. L'A5 Sportback (c'est son patronyme), n'a rien à voir avec sa sœur A3 du même nom, hormis les cinq portes. Attention, la Sportback n'est pas une Avant, désignation réservée au break. Ce dernier est assuré par l'A4 Avant. L'A5 se présente comme une cinq portes avec hayon incliné et hauteur de pavillon plus faible, rappelant son origine de coupé. Et comme on aime bien se référer au passé, l'AUDI 100 Avant, très aérodynamique, des années 80 évoque, par la forme de son hayon, les lignes fuyantes de la dernière née. D'ailleurs, AUDI a caréné le soubassement de son A5 pour lui attribuer un CX de 0,29 (et un SCX tout aussi intéressant). Pour accentuer la lignée "coupé", les portières sont dépourvues d'entourage. L'A5 affiche une hauteur de 1,39 mètre, soit, pour se donner une idée, 36 millimètres de moins qu'une A4. Le reste de la carrosserie est sans ambigüité et, sans erreur, on reconnaît les voies larges, la face et la proue d'une A5. Coupant l'herbe sous le pied d'une certaine BMW Série 5 GT, l'A5 Sportback arrive en concessions le 8 octobre. Le grand tourisme est un de ses fers de lance. La beauté, le luxe et les moteurs sont le signe d'une grande routière. L'A5 reprend les moteurs de ses sœurs à trois portes. Pour le plaisir en diesel, rien de tel que la version équipée du TDI de trois litres. Et comme votre serviteur ne recule devant aucun sacrifice, il a essayé cette version équipée en série du "Quattro" (transmission intégrale) et de la boîte S tronic à sept rapports. Il existe une traditionnelle boîte mécanique mais ce serait vraiment très dommage de se passer de l'excellente boîte à double embrayage. Et si vraiment vous êtes frustrés (très improbable), les palettes derrière le volant peuvent répondre à vos attentes de changer vous-même les vitesses. Revenons à notre V6 TDI, déjà essayé en A4 ou A5, il est tout simplement parfait. Silencieux, puissant, il distille ses 240 chevaux et n'est pas avare en couple (500 Nm de 1.500 à 3.000 tr/mn). AUDI affiche une consommation moyenne de 6,6 litres, ce qui est remarquable vu les prestations offertes. Certes l'ordinateur de bord, lors de l'essai, dépassait à peine sept litres en plaine mais approchait huit litres dans les petites routes accidentées de Toscane. C'est typiquement dans ces situations que l'on apprécie encore plus la boîte S tronic qui gère tout. L'A5 d'essai était également équipée (encore une option) du système de conduite dynamique "Audi Drive Select". A tout moment et par des simples boutons placés sur la console centrale, le conducteur peut sélectionner le "dynamisme" de son A5, selon trois modes : "confort", "auto" et "dynamique". Il est même possible, selon les versions, d'avoir un quatrième mode personnalisable, permettant de configurer ses propres réglages. Le système gère la suspension, les passages de rapport ou encore la dureté de la direction. La sélection du mode dynamique implique le fonctionnement 'sport' de la boîte, se traduisant par des passages de rapports plus tardifs à l'accélération. Les autres motorisations diesel sont représentées par le "petit" 2 litres de 143 ou 170 chevaux équipé du système Start/Stop avec indicateur de changement de rapport et recharge de la batterie en décélération. Non "malussée", cette version est la plus sobre avec une consommation moyenne d'un peu plus de cinq litres aux cent kilomètres, vérifiée lors de l'essai. Le troisième TDI est le V6 de 2,7 litres développant 190 chevaux. Les trois motorisations essence sont à injection directe avec une version sage du moteur deux litres TFSI de 180 chevaux (équipée du Start/Stop) et une version nettement moins sage du même moteur développant 211 chevaux. Cette dernière, inédite, est associée à une transmission Quattro et on comprend pourquoi. Toujours aussi dévoué, j'ai pris le volant de cette super sportive et vérifié aussitôt la disponibilité immédiate du couple (350 Nm), d'où le bénéfice de la transmission intégrale. Cette A5 nous fait le 0 à 100 km/h en 6,6 secondes. Le moteur est équipé du système "AUDI valvelift" qui fait varier la course des soupapes d'échappement en fonction de la charge. Le troisième moteur essence est le six cylindres de 3,2 litres FSI de 265 chevaux, lui aussi équipé du système "valvelift" sur les soupapes d'admission (ce moteur n'est pas turbocompressé). Dans les années 30, un coupé-de-ville désignait une voiture luxueuse n'ayant pas une carrosserie de coupé mais plutôt une conduite extérieure (le chauffeur était à l'air libre) tandis que les occupants profitaient du luxe de la cabine arrière. Juste pour le luxe, l'AUDI pourrait revendiquer ce titre mais aussi celui de break de chasse (avec deux portes supplémentaires) vu les motorisations qu'elle propose. L'A5 Sportback est une A5, personne n'en doute. Outre sa très belle ligne extérieure, l'intérieur, toujours aussi bien fini, reprend celui de l'A5. La nouveauté vient des places arrière au nombre de deux. L'A5 Sportback se démarque en se positionnant comme une quatre places. On y est d'ailleurs bien assis, la position de la banquette arrière a été légèrement abaissée pour assurer le caractère sportif de la voiture. Le coffre est accessible par son ouverture par hayon (avec couvre bagages en deux parties). Il est le plus logeable de la famille A5 avec 480 litres et même 980 litres avec la banquette arrière rabattue. Les niveaux de l'A5 coupé se retrouvent dans la gamme Sportback. Ils sont au nombre de quatre et dès la finition de base Attraction, on retrouve plus que le minimum vital pour ce type de véhicule. Et pourtant, le gros des ventes se porte sur les deux niveaux les plus élevés, sans compter la liste toujours aussi bien fournie des options. Parmi celles-ci, la parure S line donne un look encore plus sportif, dans l'esprit des séries S. L'apparence est associée à une suspension surbaissée et des réglages de suspension plus fermes. Au sommet, dans quelques temps, la S5 Sportback arrivera, elle était l'une des nouveautés présentées au dernier salon de Francfort.

GT

Le grand tourisme est un de ses fers de lance. La beauté, le luxe et les moteurs sont le signe d'une grande routière. L'A5 reprend les moteurs de ses sœurs à trois portes. Pour le plaisir en diesel, rien de tel que la version équipée du TDI de trois litres. Et comme votre serviteur ne recule devant aucun sacrifice, il a essayé cette version équipée en série du "Quattro" (transmission intégrale) et de la boîte S tronic à sept rapports. Il existe une traditionnelle boîte mécanique mais ce serait vraiment très dommage de se passer de l'excellente boîte à double embrayage. Et si vraiment vous êtes frustrés (très improbable), les palettes derrière le volant peuvent répondre à vos attentes de changer vous-même les vitesses. Revenons à notre V6 TDI, déjà essayé en A4 ou A5, il est tout simplement parfait. Silencieux, puissant, il distille ses 240 chevaux et n'est pas avare en couple (500 Nm de 1.500 à 3.000 tr/mn). AUDI affiche une consommation moyenne de 6,6 litres, ce qui est remarquable vu les prestations offertes. Certes l'ordinateur de bord, lors de l'essai, dépassait à peine sept litres en plaine mais approchait huit litres dans les petites routes accidentées de Toscane. C'est typiquement dans ces situations que l'on apprécie encore plus la boîte S tronic qui gère tout. L'A5 d'essai était également équipée (encore une option) du système de conduite dynamique "Audi Drive Select". A tout moment et par des simples boutons placés sur la console centrale, le conducteur peut sélectionner le "dynamisme" de son A5, selon trois modes : "confort", "auto" et "dynamique". Il est même possible, selon les versions, d'avoir un quatrième mode personnalisable, permettant de configurer ses propres réglages. Le système gère la suspension, les passages de rapport ou encore la dureté de la direction. La sélection du mode dynamique implique le fonctionnement 'sport' de la boîte, se traduisant par des passages de rapports plus tardifs à l'accélération. Les autres motorisations diesel sont représentées par le "petit" 2 litres de 143 ou 170 chevaux équipé du système Start/Stop avec indicateur de changement de rapport et recharge de la batterie en décélération. Non "malussée", cette version est la plus sobre avec une consommation moyenne d'un peu plus de cinq litres aux cent kilomètres, vérifiée lors de l'essai. Le troisième TDI est le V6 de 2,7 litres développant 190 chevaux. Les trois motorisations essence sont à injection directe avec une version sage du moteur deux litres TFSI de 180 chevaux (équipée du Start/Stop) et une version nettement moins sage du même moteur développant 211 chevaux. Cette dernière, inédite, est associée à une transmission Quattro et on comprend pourquoi. Toujours aussi dévoué, j'ai pris le volant de cette super sportive et vérifié aussitôt la disponibilité immédiate du couple (350 Nm), d'où le bénéfice de la transmission intégrale. Cette A5 nous fait le 0 à 100 km/h en 6,6 secondes. Le moteur est équipé du système "AUDI valvelift" qui fait varier la course des soupapes d'échappement en fonction de la charge. Le troisième moteur essence est le six cylindres de 3,2 litres FSI de 265 chevaux, lui aussi équipé du système "valvelift" sur les soupapes d'admission (ce moteur n'est pas turbocompressé).

Coupé-de-ville

Dans les années 30, un coupé-de-ville désignait une voiture luxueuse n'ayant pas une carrosserie de coupé mais plutôt une conduite extérieure (le chauffeur était à l'air libre) tandis que les occupants profitaient du luxe de la cabine arrière. Juste pour le luxe, l'AUDI pourrait revendiquer ce titre mais aussi celui de break de chasse (avec deux portes supplémentaires) vu les motorisations qu'elle propose. L'A5 Sportback est une A5, personne n'en doute. Outre sa très belle ligne extérieure, l'intérieur, toujours aussi bien fini, reprend celui de l'A5. La nouveauté vient des places arrière au nombre de deux. L'A5 Sportback se démarque en se positionnant comme une quatre places. On y est d'ailleurs bien assis, la position de la banquette arrière a été légèrement abaissée pour assurer le caractère sportif de la voiture. Le coffre est accessible par son ouverture par hayon (avec couvre bagages en deux parties). Il est le plus logeable de la famille A5 avec 480 litres et même 980 litres avec la banquette arrière rabattue.

S5 Sportback

Les niveaux de l'A5 coupé se retrouvent dans la gamme Sportback. Ils sont au nombre de quatre et dès la finition de base Attraction, on retrouve plus que le minimum vital pour ce type de véhicule. Et pourtant, le gros des ventes se porte sur les deux niveaux les plus élevés, sans compter la liste toujours aussi bien fournie des options. Parmi celles-ci, la parure S line donne un look encore plus sportif, dans l'esprit des séries S. L'apparence est associée à une suspension surbaissée et des réglages de suspension plus fermes. Au sommet, dans quelques temps, la S5 Sportback arrivera, elle était l'une des nouveautés présentées au dernier salon de Francfort.

Toujours aussi charmeuse quelle que soit sa carrosserie, l'AUDI A5 ouvre une voie Sportback d'un coupé racé à cinq portes. La routière est dotée des motorisations maison, puissantes et plutôt sobres, dans une ambiance intérieure très agréable. Evidemment, tout cela se paie, mais le plaisir de rouler en coupé 2+2 avec deux portes supplémentaires et la fonctionnalité d'un hayon est incontestable…

Philippe NIOLLET

2009-09-30