PEUGEOT 308 CC THP 105 Féline

ESPACE COUPE CABRIOLET
  • Moteur THP silencieux et performant
  • Toit et sa cinématique
  • Sécurité
  • Exiguïté des places arrière
  • Masse élevée

Prix : 27 550 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes turbocompresseur et injection directe essence
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 150 ch à 5800 tr/min
Couple maxi 25.20 mkg à 1400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.40 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.43 m

Poids

Total 1512 kg

Capacités

Coffre de 226 à 403 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 215 km/h
0 à 100 km/h 9.80 s

Environnement

Emission CO2 177 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.60
Urbaine 10.70
Mixte 7.50
Essai 8.60

Chevaux au vent !

La déclinaison d’un des modèles phare du constructeur PEUGEOT en version coupé cabriolet n’est pas forcément une chose aisée. En effet, comment rendre un véhicule du segment compact familial en une voiture tournée vers la sportivité. Cependant PEUGEOT est habitué à cet exercice difficile et quelquefois périlleux depuis plusieurs années. Nous avons pris en main les rênes d’une 308 CC dans sa version essence la plus puissante, ce qui est l’idéal pour ce type de véhicule. Bien entendu, pour évaluer au mieux les sensations apportées…

Le retour d’un design plus heureux

Nous démarrerons cet article par une anecdote, en effet le premier jour de l’essai, nous avons croisé sur route un possesseur d’une 307 CC. La mine déconfite de celui-ci à la vue de cette 308 CC nous a permis d’en déduire le réel progrès en termes de design qu’il existe entre la grande sœur 307 CC et sa benjamine. Sans aucun doute, la 308 CC est beaucoup plus réussie et propose de vraies lignes sportives qui la mettent bien mieux en valeur que son ainée. L’une des principales réussites sur ce véhicule est d’avoir effectué une vraie retouche de la version berline. Même si la calandre si caractéristique des derniers modèles de PEUGEOT est inchangée, tout le reste de la carrosserie a été repensée pour tendre vers des lignes fluides. En la regardant uniquement de face, l’écart avec la berline est peu perceptible mais tout le reste est différent, en commençant par la vue de profil qui permet de mettre en valeur le subtil choix entre un capot court et un pare-brise très incliné suivi par un toit très arrondi qui se termine par un capot de coffre prolongé par un spoiler. Vu de l’arrière, on identifie un profil très atypique pour PEUGEOT puisque le tiers du coffre est surmontée de deux déflecteurs. Le pot d’échappement est dissimulé sous la carrosserie. Petit détail esthétique, les radars de recul sont désormais discrets et bien intégrés à la carrosserie, merci à PEUGEOT d’avoir copié la concurrence allemande (AUDI pour ne pas les citer). Les feux arrière ont été entièrement redessinés et s’intègrent parfaitement à l’ensemble. Ces feux sont entièrement constitués de diodes (LED). PEUGEOT commence à avoir une solide expérience dans le domaine des toits rétractables. Sur cette 308 CC, le toit, en deux parties, est entièrement automatique, et est capable de se rétracter en moins de 21 secondes. La cinématique d’ouverture ou de fermeture est si agréable à voir, que lors de vos premières heures avec la voiture, vous aurez envie d’ouvrir le toit puis le refermer, de l’ouvrir puis le refermer des dizaines de fois d’affilée. En version cabriolet (toit ouvert donc), la ligne de la 308 CC devient encore plus sportive et donne un caractère très félin à ce véhicule. Cependant en version cabriolet, on regrettera la forme très allongée du coffre rendue nécessaire par le choix technologique d’un toit rétractable en deux parties. Cette solution oblige à avoir un espace conséquent pour le rangement du toit. Le seul avantage que l’on peut y voir est qu’en version coupé, le coffre propose un volume intéressant de 403 litres, et permet donc de partir avec plusieurs bagages. Nous mettons en exergue la qualité de l’isolation acoustique, nous n’avons noté aucun souffle acoustique à l’avant comme à l’arrière. L’installation au sein de l’habitacle de la 308 CC vous met immédiatement dans l’ambiance d’une décapotable. Oubliez tout de suite la hauteur de toit de la berline, ici vous devez irrémédiablement penchez la tête pour ne pas toucher les arêtes. Le pare-brise donnera aux grands gabarits l’impression qu’il est très proche d'eux. Heureusement, le "contorsionnisme" n’est plus de mise une fois à bord de l’automobile du moins pour les deux passagers avant qui disposent d’une place suffisante pour voyager de longues heures dans des conditions très confortables. Mais il n’en sera pas de même pour les occupants des places arrière. Grandes jambes et forte corpulence s’abstenir malgré l’élargissement des voies. Les sièges en garnissage cuir noir intégral offrent une excellente assise malgré leur fermeté. En ce qui concerne le poste de conduite, on retrouve beaucoup de similitude avec la berline avec, par exemple, une planche de bord et des commandes de bord identiques. Notre version disposait d’un écran rétractable faisant à la fois office d’écran de contrôle et de GPS. On notera tout de même quelques exclusivités, entre autres des combinés à fond blanc et une forme de volant inédite et spécifique. L’aménagement intérieur est soigné, offrant quelques inserts en aluminium sur les pédales, les poignées et autres parties qui complètent la volonté de raffinement. THP, il s’agit là d’une nouvelle technologie baptisée Turbo High Pressure alliant une injection directe haute pression associée à un turbocompresseur. Ce moteur est issu d’une coopération entre les groupes PSA et BMW Group. Le 1,6 litre THP est un 4 cylindres de 1.598 cm3 doté d’une puissance maximale de 150 chevaux à 5.800 tr/mn. Ce type de moteur se classe parmi le haut de gamme essence dans le groupe PSA. Sur la 308 CC, il constitue la plus grosse cylindrée disponible. La première bonne impression est son silence remarquable au ralenti. Dans un environnement calme, vous entendez le frottement des pneus sur le sol durant les premiers mètres. Impressionnant. Ce niveau sonore reste mesuré, même lorsque qu’on accélère vigoureusement, tant pis pour ceux qui adorent entendre les vrombissements du moteur mais tant mieux pour ceux qui adorent rouler toit découvert et profiter des bruits de l’environnement extérieur. Les capacités de ce moteur sont excellentes, l’accélération est croissante en montant dans les tours et on ressent que ce moteur dispose également de vraies capacités de puissance dès les bas régimes ce qui est fort plaisant pour une motorisation à essence. Les dépassements sont un vrai jeu d’enfant et comme le moteur dispose de réserve grâce à l’overboost, il n’est quelquefois même pas nécessaire de rétrograder. Plaisant tout simplement avec en plus une consommation bien maitrisée. On soulignera aussi l’excellente association entre le bloc moteur et la boîte manuelle à six vitesses, très agréable et qui offre un réel plaisir de conduite. La 308 CC bénéficie du châssis et des principaux organes mécaniques de la berline, reconnus pour leurs qualités. Cependant, les trains roulants ont été revus ainsi que les freins à disque de 302 x 26 mm. Il semblerait qu’un vrai effort ait été fait pour réduire les vibrations au sein de l’habitacle. Ainsi, nous n’avons ressenti aucune remontée de vibrations dans le volant. La tenue sur route est bonne même si on peut noter une légère tendance à survirer en virage serré, mais cela est sûrement dû à la masse du véhicule est des renforts qui ont été ajoutés. La versatilité du moteur permet le passage aisé d’une conduite souple à une conduite sportive. Côté sécurité, les différentes spécificités de la carrosserie permettent de réduire les impacts sur les passagers, les sièges avant embarquent un airbag latéral thorax et bassin et, en exclusivité mondiale, un airbag latéral tête, ce qui garantit une protection efficace de toutes les parties du corps quelle que soit la position du siège. En cas de détection d’un risque de retournement, des arceaux extractibles à déclenchement pyrotechnique se déploient en quelques millisecondes pour protéger les passagers. Un point notable est porté sur la sécurité passive en progrès par rapport à la 307 CC puisque la 308 CC obtient cinq étoiles à l’Euro-NCAP contre quatre pour son ainée. Côté confort pour la conduite cheveux au vent, le système "Airwave" implanté dans les appuis-tête avant souffle de l’air chaud dans le cou pour éviter de vous enrhumer, vraie bonne idée également empruntée à d'autres constructeurs allemands.

Toit toit mon toit

PEUGEOT commence à avoir une solide expérience dans le domaine des toits rétractables. Sur cette 308 CC, le toit, en deux parties, est entièrement automatique, et est capable de se rétracter en moins de 21 secondes. La cinématique d’ouverture ou de fermeture est si agréable à voir, que lors de vos premières heures avec la voiture, vous aurez envie d’ouvrir le toit puis le refermer, de l’ouvrir puis le refermer des dizaines de fois d’affilée. En version cabriolet (toit ouvert donc), la ligne de la 308 CC devient encore plus sportive et donne un caractère très félin à ce véhicule. Cependant en version cabriolet, on regrettera la forme très allongée du coffre rendue nécessaire par le choix technologique d’un toit rétractable en deux parties. Cette solution oblige à avoir un espace conséquent pour le rangement du toit. Le seul avantage que l’on peut y voir est qu’en version coupé, le coffre propose un volume intéressant de 403 litres, et permet donc de partir avec plusieurs bagages. Nous mettons en exergue la qualité de l’isolation acoustique, nous n’avons noté aucun souffle acoustique à l’avant comme à l’arrière.

Bienvenue à bord

L’installation au sein de l’habitacle de la 308 CC vous met immédiatement dans l’ambiance d’une décapotable. Oubliez tout de suite la hauteur de toit de la berline, ici vous devez irrémédiablement penchez la tête pour ne pas toucher les arêtes. Le pare-brise donnera aux grands gabarits l’impression qu’il est très proche d'eux. Heureusement, le "contorsionnisme" n’est plus de mise une fois à bord de l’automobile du moins pour les deux passagers avant qui disposent d’une place suffisante pour voyager de longues heures dans des conditions très confortables. Mais il n’en sera pas de même pour les occupants des places arrière. Grandes jambes et forte corpulence s’abstenir malgré l’élargissement des voies. Les sièges en garnissage cuir noir intégral offrent une excellente assise malgré leur fermeté. En ce qui concerne le poste de conduite, on retrouve beaucoup de similitude avec la berline avec, par exemple, une planche de bord et des commandes de bord identiques. Notre version disposait d’un écran rétractable faisant à la fois office d’écran de contrôle et de GPS. On notera tout de même quelques exclusivités, entre autres des combinés à fond blanc et une forme de volant inédite et spécifique. L’aménagement intérieur est soigné, offrant quelques inserts en aluminium sur les pédales, les poignées et autres parties qui complètent la volonté de raffinement.

Un moteur franco-allemand très efficace

THP, il s’agit là d’une nouvelle technologie baptisée Turbo High Pressure alliant une injection directe haute pression associée à un turbocompresseur. Ce moteur est issu d’une coopération entre les groupes PSA et BMW Group. Le 1,6 litre THP est un 4 cylindres de 1.598 cm3 doté d’une puissance maximale de 150 chevaux à 5.800 tr/mn. Ce type de moteur se classe parmi le haut de gamme essence dans le groupe PSA. Sur la 308 CC, il constitue la plus grosse cylindrée disponible. La première bonne impression est son silence remarquable au ralenti. Dans un environnement calme, vous entendez le frottement des pneus sur le sol durant les premiers mètres. Impressionnant. Ce niveau sonore reste mesuré, même lorsque qu’on accélère vigoureusement, tant pis pour ceux qui adorent entendre les vrombissements du moteur mais tant mieux pour ceux qui adorent rouler toit découvert et profiter des bruits de l’environnement extérieur. Les capacités de ce moteur sont excellentes, l’accélération est croissante en montant dans les tours et on ressent que ce moteur dispose également de vraies capacités de puissance dès les bas régimes ce qui est fort plaisant pour une motorisation à essence. Les dépassements sont un vrai jeu d’enfant et comme le moteur dispose de réserve grâce à l’overboost, il n’est quelquefois même pas nécessaire de rétrograder. Plaisant tout simplement avec en plus une consommation bien maitrisée. On soulignera aussi l’excellente association entre le bloc moteur et la boîte manuelle à six vitesses, très agréable et qui offre un réel plaisir de conduite.

Une tenue de route de bonne facture

La 308 CC bénéficie du châssis et des principaux organes mécaniques de la berline, reconnus pour leurs qualités. Cependant, les trains roulants ont été revus ainsi que les freins à disque de 302 x 26 mm. Il semblerait qu’un vrai effort ait été fait pour réduire les vibrations au sein de l’habitacle. Ainsi, nous n’avons ressenti aucune remontée de vibrations dans le volant. La tenue sur route est bonne même si on peut noter une légère tendance à survirer en virage serré, mais cela est sûrement dû à la masse du véhicule est des renforts qui ont été ajoutés. La versatilité du moteur permet le passage aisé d’une conduite souple à une conduite sportive.

Des équipements pour la sécurité et le confort

Côté sécurité, les différentes spécificités de la carrosserie permettent de réduire les impacts sur les passagers, les sièges avant embarquent un airbag latéral thorax et bassin et, en exclusivité mondiale, un airbag latéral tête, ce qui garantit une protection efficace de toutes les parties du corps quelle que soit la position du siège. En cas de détection d’un risque de retournement, des arceaux extractibles à déclenchement pyrotechnique se déploient en quelques millisecondes pour protéger les passagers. Un point notable est porté sur la sécurité passive en progrès par rapport à la 307 CC puisque la 308 CC obtient cinq étoiles à l’Euro-NCAP contre quatre pour son ainée. Côté confort pour la conduite cheveux au vent, le système "Airwave" implanté dans les appuis-tête avant souffle de l’air chaud dans le cou pour éviter de vous enrhumer, vraie bonne idée également empruntée à d'autres constructeurs allemands.

Il n’était pas forcément facile de pouvoir, à partir d’une berline comme la 308, réussir à décliner une version coupé cabriolet qui soit aussi réussie extérieurement. Il va sans dire que sur ce point PEUGEOT a gagné ce pari en proposant un véhicule typé sportif tout en conservant des éléments de la version berline. Il n’y a pas de demi-mesure, la 308 CC soit on l’adore, soit on la déteste. Nous avons réellement apprécié de rouler dans cette 308 CCvoiture notamment dans sa version essence avec cet excellent bloc moteur 1,6 litre THP de 150 chevaux, qui pourrait sans aucun doute convaincre les habitués des moteurs diesel à de nouveau rouler à l'essence. Circuler le toit découvert vous arrachera un sourire non feint face à l’austérité des véhicules au toit monobloc. Nous pensons même que PEUGEOT aurait pu encore travailler sur le style pour complètement démarquer cette 308 CC de la concurrence (FORD Focus CC par exemple), cependant nous savons que le projet RCZ dans les cartons de PEUGEOT étant devenu une réalité pour une production en série, il fallait aussi laisser un créneau ouvert pour la future sportive 2+2.

Harry ANDRE

2009-11-15