CITROEN DS3 Gamme

ESPACE COMPACTE
  • Look ravageur
  • Combinaisons de style
  • Espace intérieur et qualité des matériaux
  • Performances (THP150)
  • Prix
  • Tentation coûteuse (et assumée) de personnalisation

Prix : de 15 400 € à 21 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo essence injection directe
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 156 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 25.20 mkg à 1400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.95 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1165 kg

Capacités

Coffre de 285 à 0 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 214 km/h
0 à 100 km/h 7.30 s

Environnement

Emission CO2 155 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.10
Urbaine 9.40
Mixte 6.70
Essai 0.00

Initiales sacrées

Il y a un an, CITROËN créait l'événement en annonçant qu'il lançait la DS. En cette période néo rétro, le retour de la star cinquante cinq ans après "l'Originale" a ému les "Citroënistes" et les autres. Le soufflet est quelque peu retombé quand, derrière ces deux initiales indissociables du constructeur chevronné, c'est toute une ligne qui se profile et non un "revival" de la DS. Les "Distinctive Series" sont les variantes chics et décalées des modèles de série. Aux côtés de la toute récente C3, arrive l'attendue DS3, première de la lignée des DS. Et enfin, j'ai pu rouler avec ce bel objet…

Haro sur le rétro

Genève 2009, dans une alcôve, la "DS inside" se découvrait sous une livrée gris métal et toit rose. Très proche d'un modèle de série, elle a naturellement été déclinée en DS3. Sport, chic, décalée, elle promettait un avenir agréable à CITROËN, poursuivant le rajeunissement de la marque. Anéantie, l'image vieillotte du constructeur, les C4, nouvelles C5, GT by CITROËN et DS ont replacé CITROËN comme le constructeur innovant et moderne. La DS3 est typée pour aller de l'avant sans aucun rappel rétro. D'ailleurs, la communication est claire sur le sujet, DS3 égal anti rétro. Et une pierre dans le jardin de la MINI qu'elle veut directement concurrencer. L'autre modèle qui surfe sur la même vague, à savoir l'ALFA ROMEO MiTo pourrait souffrir de l'arrivée de la nouvelle CITROËN… La DS3 vaut déjà qu'on s'attarde sur son look. Arborant le nouveau double chevron, elle y ajoute le logo spécifique DS (celui de la "DS Inside") sur le capot, le hayon et sur le volant. En examinant de près la carrosserie, il n'y a pas un angle ou plutôt une courbe qui n'a pas été travaillée. Les creux de capot, les doubles optiques, le bouclier avant sont sculptés, ce dernier est caractéristique par ses écopes qui renferment les LED (diodes) diurnes qui feront reconnaître la DS3 de jour comme de nuit. CITROËN a beau aller de l'avant, un mini coup d'œil sur la (vraie) DS a permis de conserver ce toit flottant puisqu'aucun montant n'apparaît le soutenir. Source d'inspiration, il prend une couleur différente du reste de la carrosserie (38 teintes) et peut se parer d'un sticker différent (quatre pour commencer). Les dessins des stickers sont plus complexes qu'une forme géométrique simple. On a donc le choix (moyennant 400 €) entre "Urban tribe" genre dessin maori, "Onde", "Perle" (pois) ou "Zebra". Ce dernier remporte ma préférence par son toucher rappelant l'aspect du cuir. Pour rester sur le toit, on peut simplement choisir celui-ci d'une couleur différente de la carrosserie, à la manière du B-Colore de LANCIA. Selon les teintes et la finition, le toit bi-ton vous coûtera à partir de 400 € également. La découpe de la vitre de hayon, la forme des feux et surtout l'aileron de requin jouant le rôle de pied de montant central maintiennent cette impression de sportivité et de "pas déjà vu" de la nouvelle CITROËN. La personnalisation de la DS3 fait qu'on peut combiner une multitude d'éléments. Au-delà du toit, on peut choisir les coques de rétroviseurs, les jantes mais aussi le décor intérieur comme le bandeau de la planche de bord ou le levier de vitesses. CITROËN a mis au point un configurateur tactile, disponible en concessions, pour personnaliser sa propre DS3. Tout cela a un coût, et ce genre de propositions alléchantes pourront vite faire monter la facture ; c'est bien la recette déjà pratiquée par la concurrence. On en est presque à se pincer qu'enfin une française ait eu cette audace géniale… L'extérieur est très joliment dessiné et remporte l'unanimité. Ce dynamisme se retrouve aussi à l'intérieur qui ne manque pas d'intérêt. La planche de bord est celle de la C3 avec un habillage à la carte. Elle présente très bien, donnant, à la vue et au toucher, une sensation de sérieux. A part la casquette rapportée au dessus des cadrans, le style est réussi. Le compteur central est encadré par deux autres bien marqués par une forme un peu ovoïde. Certes, on n'en est pas aux fameux compteurs de la SM, mais le style est moderne. Comme sur la C3, le volant, réglable dans les deux directions, est doté d'un plat sur sa base, la seule différence étant le logo DS pour notre sportive. Pour l'ambiance, la DS3 peut recevoir un diffuseur de parfum. Les sièges spécifiques, revêtus de cuir, pour notre version d'essai, maintiennent parfaitement et procurent un confort de conduite idoine. Pas de "visiodrive" pour la DS3, ce serait plutôt le contraire avec une surface vitrée plus réduite sur les côtés avec le décroché de vitre et la petite surface du hayon. Les touches inox, la qualité des matériaux placent cette DS3 au niveau des concurrentes, à commencer par celles d'outre-Rhin. La DS3, fait assez rare pour être noté, offre cinq vraies places (certes réduites à l'arrière) et un coffre de 285 litres. N'oublions pas que la DS3 mesure moins de quatre mètres. L'ambiance sportive se retrouve aussi par la hauteur abaissée de sept centimètres par rapport à la C3. Pour rester dans le ton, CITROËN a placé un moteur essence au sommet des motorisations, en l'occurrence le THP150. Il n'est pas dit que les diesels remportent une majorité écrasante. On se plait d'ailleurs à penser qu'une version de 200 chevaux serait bienvenue dans quelques temps. Le moteur est un quatre cylindres de 1,6 litre turbo à injection directe qui développe en fait 156 chevaux. La DS3 ne pèse pas trop lourd, ce qui lui confère des performances intéressantes. CITROËN a travaillé l'insonorisation de sa voiture, il n'y a qu'à mesurer l'épaisseur de mousse du tapis de coffre pour ne pas en douter. Effectivement, l'habitacle ne profite que des sonorités, travaillées elles aussi, un peu rauques à bas régimes du moteur. Associé à une boîte mécanique à six rapports, le THP démarre nerveusement à en dépasser le train avant. Nerveuse, joueuse, la DS3 est un régal à conduire. Recette déjà pratiquée, mais améliorée dans ce cas, CITROËN a doté le train arrière de sa DS3 de cales bi-densité pour assurer un meilleur filtrage lors des passages d’obstacles tout en assurant un très bon maintien en transversal. La suspension n'en reste pas moins ferme, mais pas pour autant désagréable. Il faut ce qu'il faut ! A noter que le freinage est lui aussi d'un très bon niveau, renforcé par des disques également montés à l'arrière. Côté consommations, lors de l'essai avec une conduite plutôt sportive, quelque peu refroidie par une fine couche de neige fraichement tombée, l'ordinateur de bord a affiché un peu plus de huit litres aux cent kilomètres, pas si mal pour les prestations de la voiture. Comme le THP, les autres motorisations satisfont les normes EuroV et restent neutres du côté du bonus/malus écologique. Deux autres moteurs à essence (ils sont majoritaires) sont proposés. Le VTi de 95 chevaux constitue l'entrée de gamme et comme son cousin VTi de 120 chevaux, est associé à une boîte mécanique à cinq rapports. Cette dernière version peut recevoir une boîte auto. Les deux diesel HDi sont équipés d'un filtre à particules. Le moins puissant des deux (90 chevaux) est décliné dans une version à 99 grammes de CO2. Dans quelques mois, une nouvelle boîte robotisée sera proposée ainsi que le Stop & Start. La liste des finitions est courte avec seulement trois niveaux "Chic", "So Chic" et "Sport Chic" ; on ne peut pas être plus explicite ! A partir de cette base, on arrive à une multitude de possibilités en combinant les nombreuses possibilités de kits, couleurs, motifs, jantes, intérieur etc… En fait, on personnalise sa propre DS3 avec une chance finalement assez faible d'en trouver une semblable dans son quartier.

Art moderne

La personnalisation de la DS3 fait qu'on peut combiner une multitude d'éléments. Au-delà du toit, on peut choisir les coques de rétroviseurs, les jantes mais aussi le décor intérieur comme le bandeau de la planche de bord ou le levier de vitesses. CITROËN a mis au point un configurateur tactile, disponible en concessions, pour personnaliser sa propre DS3. Tout cela a un coût, et ce genre de propositions alléchantes pourront vite faire monter la facture ; c'est bien la recette déjà pratiquée par la concurrence. On en est presque à se pincer qu'enfin une française ait eu cette audace géniale… L'extérieur est très joliment dessiné et remporte l'unanimité. Ce dynamisme se retrouve aussi à l'intérieur qui ne manque pas d'intérêt. La planche de bord est celle de la C3 avec un habillage à la carte. Elle présente très bien, donnant, à la vue et au toucher, une sensation de sérieux. A part la casquette rapportée au dessus des cadrans, le style est réussi. Le compteur central est encadré par deux autres bien marqués par une forme un peu ovoïde. Certes, on n'en est pas aux fameux compteurs de la SM, mais le style est moderne. Comme sur la C3, le volant, réglable dans les deux directions, est doté d'un plat sur sa base, la seule différence étant le logo DS pour notre sportive. Pour l'ambiance, la DS3 peut recevoir un diffuseur de parfum. Les sièges spécifiques, revêtus de cuir, pour notre version d'essai, maintiennent parfaitement et procurent un confort de conduite idoine. Pas de "visiodrive" pour la DS3, ce serait plutôt le contraire avec une surface vitrée plus réduite sur les côtés avec le décroché de vitre et la petite surface du hayon. Les touches inox, la qualité des matériaux placent cette DS3 au niveau des concurrentes, à commencer par celles d'outre-Rhin. La DS3, fait assez rare pour être noté, offre cinq vraies places (certes réduites à l'arrière) et un coffre de 285 litres. N'oublions pas que la DS3 mesure moins de quatre mètres.

Arguments de choix

L'ambiance sportive se retrouve aussi par la hauteur abaissée de sept centimètres par rapport à la C3. Pour rester dans le ton, CITROËN a placé un moteur essence au sommet des motorisations, en l'occurrence le THP150. Il n'est pas dit que les diesels remportent une majorité écrasante. On se plait d'ailleurs à penser qu'une version de 200 chevaux serait bienvenue dans quelques temps. Le moteur est un quatre cylindres de 1,6 litre turbo à injection directe qui développe en fait 156 chevaux. La DS3 ne pèse pas trop lourd, ce qui lui confère des performances intéressantes. CITROËN a travaillé l'insonorisation de sa voiture, il n'y a qu'à mesurer l'épaisseur de mousse du tapis de coffre pour ne pas en douter. Effectivement, l'habitacle ne profite que des sonorités, travaillées elles aussi, un peu rauques à bas régimes du moteur. Associé à une boîte mécanique à six rapports, le THP démarre nerveusement à en dépasser le train avant. Nerveuse, joueuse, la DS3 est un régal à conduire. Recette déjà pratiquée, mais améliorée dans ce cas, CITROËN a doté le train arrière de sa DS3 de cales bi-densité pour assurer un meilleur filtrage lors des passages d’obstacles tout en assurant un très bon maintien en transversal. La suspension n'en reste pas moins ferme, mais pas pour autant désagréable. Il faut ce qu'il faut ! A noter que le freinage est lui aussi d'un très bon niveau, renforcé par des disques également montés à l'arrière. Côté consommations, lors de l'essai avec une conduite plutôt sportive, quelque peu refroidie par une fine couche de neige fraichement tombée, l'ordinateur de bord a affiché un peu plus de huit litres aux cent kilomètres, pas si mal pour les prestations de la voiture.

Arômes variés

Comme le THP, les autres motorisations satisfont les normes EuroV et restent neutres du côté du bonus/malus écologique. Deux autres moteurs à essence (ils sont majoritaires) sont proposés. Le VTi de 95 chevaux constitue l'entrée de gamme et comme son cousin VTi de 120 chevaux, est associé à une boîte mécanique à cinq rapports. Cette dernière version peut recevoir une boîte auto. Les deux diesel HDi sont équipés d'un filtre à particules. Le moins puissant des deux (90 chevaux) est décliné dans une version à 99 grammes de CO2. Dans quelques mois, une nouvelle boîte robotisée sera proposée ainsi que le Stop & Start. La liste des finitions est courte avec seulement trois niveaux "Chic", "So Chic" et "Sport Chic" ; on ne peut pas être plus explicite ! A partir de cette base, on arrive à une multitude de possibilités en combinant les nombreuses possibilités de kits, couleurs, motifs, jantes, intérieur etc… En fait, on personnalise sa propre DS3 avec une chance finalement assez faible d'en trouver une semblable dans son quartier.

Elle fait se retourner les passants et probablement pas seulement parce qu'elle est une nouvelle française. Elle est belle, sportive et se démarque de la concurrence en cultivant une nouvelle lignée chez CITROËN. La DS3 ne peut que plaire et remporter un succès mérité en France. Espérons que cet avenir brillant fera aussi de belles ventes à l'étranger. Belle, chic et sportive, la nouvelle CITROËN équipée de la motorisation essence THP 150 m'a conquis. Elle devrait contribuer à la marque de poursuivre une belle remontée comme en 2009 où elle a obtenu le meilleur volume de ses ventes. Notons au passage que la DS3 est réalisée en France, sur le site de Poissy. Après la DS3, les DS4 et DS5 suivront, et qui sait, découvrirons-nous la DS4 au prochain Salon de Genève mais nul doute que C4 et DS4 seront les stars du stand CITROËN au Mondial de Paris en octobre prochain…

Philippe NIOLLET

2010-02-10