MAZDA 3 MPS

ESPACE COUPE
  • Moteur ultra puissant
  • Polyvalence
  • Garantie de 3 ans
  • Reprendre son monospace après cet essai
  • Augmentation du tarif par rapport à la version précédente

Prix : 30 450 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne turbocompresseur et injection directe essence
Cylindrée 2261 cm³
Puissance maxi 260 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 38.00 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.50 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1385 kg

Capacités

Coffre de 0 à 340 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 6.10 s

Environnement

Emission CO2 224 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.50
Urbaine 13.20
Mixte 9.60
Essai 12.10

A l'assaut de la concurrence…

La déclinaison d’une berline en modèle sportif réussi n’est pas forcément une chose triviale, de nombreux constructeurs s’y sont déjà essayés avec plus ou moins de succès. Surtout quand il s’agit, sur la base d’un châssis de berline, d’ajouter un moteur 4 cylindres de 260 chevaux dont la puissance passera sur uniquement sur les deux roues avant. Voila donc le pari un peu fou dans lequel s’est de nouveau lancé MAZDA. Suite à la sortie de la récente MAZDA 3, en voici la nouvelle version ultra-sportive. Par rapport à son prédécesseur, ce nouveau modèle a aussi bénéficié de plusieurs évolutions notamment stylistiques.

Ligne plus sportive que la précédente

Lancée en début d’année 2009, la nouvelle MAZDA 3 dans sa version berline arbore déjà une ligne beaucoup plus sportive que la précédente version. Elle est également équipée d’un châssis plus rigide et de motorisations plus puissantes. Le modèle cinq portes de cette berline constitue donc une base saine pour en faire une déclinaison MPS (Mazda Performance Series). Il faut le dire d’un point de vue design, cette nouvelle MAZDA 3 MPS présente des différences majeures avec l’ancienne version dont la sobriété extérieure était l’une des principales caractéristiques. MAZDA a pris cette fois-ci le contre-pied d’afficher de façon plus ostentatoire le caractère résolument sportif de ce véhicule. Le look est assez audacieux avec, au premier abord, une face avant inédite et spécifique avec une calandre pentagonale avec des formes de lames qui semblent vouloir avaler la route. Le point notable est la prise d’entrée d’air située au centre du capot moteur, de quoi alimenter correctement le puissant moteur. Le bouclier avant et les ailes sont spécifiques laissant apparaître des jantes 18 pouces équipées de pneumatiques DUNLOP 225/40 R18. Les blocs optiques avant intègrent les phares bi-xénon avec un système d’éclairage avant adaptatif (AFS) qui pivotent automatiquement pour éclairer les virages en conduite de nuit. Le dessin des phares si caractéristiques dans leur effilement est une vraie marque de fabrique MAZDA. De profil, pas de changement avec la berline, la MPS conserve les lignes de fuite sur les portières. A l’arrière, la nouvelle MPS hérite d’un nouveau becquet élargi qui contribue à une meilleure stabilité de conduite, notamment à vitesse élevée et de feux à LED qui confèrent à la poupe un look encore plus robuste. On n’oublie pas la double sortie d’échappement. Cette fois-ci contrairement à l’ancienne version, la ligne générale affichée montre que cette 3 MPS n’est pas là pour faire de la figuration et affiche un Cx de 0,32. La nouvelle MPS est équipée d’un système de verrouillage/déverrouillage et de démarrage du moteur sans clef. Le démarrage s’enclenche à l’aide d’un bouton "Start". A l’appui sur ce dernier, la 3 MPS vous souhaite la bienvenue dans l’esprit zoom-zoom. Dès le premier regard, on visualise les deux gros cadrans que sont le tachymètre gradué jusqu’à 280 km/h et le compte-tours affichant 8.000 tours. Un petit instrument de mesure spécial MPS se situe entre les deux cadrans, il s’agit d’un manomètre de pression du turbocompresseur, très bien, le ton est donné. Côté volant et tableau de bord, les habitués de MAZDA ne seront pas perdus, en effet, ils sont très proches de ce que l’on peut trouver sur une 6 par exemple. A notre goût, le volant est un peu chargé de commandes en tout genre et aurait mérité d’être un peu retravaillé pour être spécifique. Les teintes orangée et bleue prédominent dans l’éclairage du tableau de bord et des différentes commandes. La console centrale est imposante et composée de matériaux alternant les plastiques mous et durs. Ce choix semble avoir été fait pour coller aux tendances actuelles. Malheureusement ce ne sont pas forcément des plastiques "premium" mais des plastiques imitation aluminium, ainsi que les barres plastiques agrémentées de points rouges qui détonnent un peu dans cet environnement. Le futur acquéreur devra s’en contenter même si quelques surpiqûres sur les poignées de portes et le levier de vitesses, quelques logos MPS éparpillés de ci de là, tentent de donner quelques lettres de noblesse à l’engin. On notera la présence du pédalier en aluminium. MAZDA est une marque japonaise. Le pays du soleil levant est, on le sait, un pourvoyeur de nouvelles technologies. Sans parler de vraies nouveautés, la MAZDA 3 MPS est richement dotée. Pour la navigation, on dispose d’un écran GPS de petite taille mais excellemment positionné pour le conducteur. Côté musique, MAZDA propose un lecteur 6 CD, acceptant tous les formats, associé à dix enceintes BOSE. Ce lecteur est positionné le long de la colonne centrale. A vrai dire, il aurait été bien qu’il gagne un peu en sobriété et laisse un peu plus de place à la simplicité d’utilisation. Les boutons presque trop nombreux ont tendance à tenter le conducteur à devoir détourner son regard de la route pour sélectionner le bouton correct. Passons, l’essentiel n’est pas là… L’avantage de la MAZDA 3 MPS, en tant que berline du segment C, est que ce véhicule est suffisamment logeable pour accueillir une petite famille. Il existe une version cinq portes. Le coffre offre un volume de 340 dm3, de quoi pouvoir partir correctement en vacances. Les sièges ne sont pas de type baquet mais sont très enveloppants et d’une fermeté correcte. Ils sont principalement recouverts de tissus et bordés de cuir sur les flans. On dispose d’un accoudoir coulissant central coulissant et dans lequel on peut effectuer quelques rangements. Pour les autres zones de rangement, il y a une boîte à gant et des bacs dans les portières. On notera qu’à l’arrière, la banquette fractionnable 60/40 propose plutôt deux places et demie que trois vraies places. Après tout, peu importe, on sait qu’il ne s’agit pas d’un monospace. La principale caractéristique de cette MADZA 3 MPS est son moteur essence 4 cylindres MZR DICI de 2,3 litres à injection directe développant la bagatelle de 260 chevaux à 5.500 tr/mn. Pour continuer avec les chiffres, on ajoutera que celui propose un couple maximal de 380 Nm dès 3.000 tours. Au final, cette MPS peut passer de 0 à 100 km/h en 6,1 secondes. Afin de calmer les conducteurs, la vitesse maximale est limitée électroniquement à 250 km/h (l’histoire ne dit pas quelle serait la vraie limite). De tels chiffres laissent donc rêveur. Peu de voitures dans cette gamme de prix offre aujourd’hui de telles performances. Techniquement il est intéressant de comprendre comment MAZDA a réussi ce tour de passe-passe. La nouvelle MPS est équipée d’un différentiel à glissement limité, d’une coque plus rigide dotée de renforts spéciaux, d'une suspension modifiée et de pneus plus larges. Pour les puristes, les ingénieurs de MAZDA Europe ont testé et optimisé les réglages de la voiture sur l’un des circuits les plus exigeants au monde, la boucle nord du Nürburgring en Allemagne. Avant d’effectuer nos différents parcours d’essai, nous devons dire que nous étions quelque peu sceptiques quant à la capacité de la nouvelle 3 MPS d’être en mesure de gérer correctement la puissance importante du 2,3 litres de MAZDA. En effet comment imaginer passer facilement sur les seules roues avant une telle réserve d’énergie sans avoir de défaut de roulis, de patinage ou de remontée de vibrations au sein de l’habitacle. Eh bien nous le dirons clairement, il s’agit d’un examen de passage réussi. Pour l’anecdote, on vous dira que, lors du démarrage, le moteur tourne quelques secondes à 2.000 tr/mn, délivrant un bruit fort sympathique qui annonce la couleur. Un petit début de circuit en ville vous fait sentir que vous n’êtes plus dans votre monospace familial par la dureté des suspensions, la nécessaire dureté dans la direction et la boîte de vitesses dont il faut enclencher les six rapports relativement fermement. Une fois le véhicule pris en main, il faut aller chercher les voies à grande vitesse pour en apprécier les foudroyantes accélérations qui vous colleront réellement au fond de votre siège même en étant deux ou trois à bord du véhicule. Sur route sèche, c’est un régal, les courbes sont avalées sans aucune dérive, la MPS se place comme sur des rails et a une capacité extraordinaire à coller à la route. Cette sensation est accentuée par la position relativement basse du véhicule et la position de conduite très enfoncée. Le moteur peut sembler relativement sage jusqu’à 3.600 tours, au delà vous enclenchez le turbo qui ne semble pas pouvoir s’essouffler malgré la montée des rapports. Le troisième et le quatrième rapport apportent leur lot de sensations. A ce petit jeu, il vous faudra une bonne dose de sagesse pour ne pas vous mettre en écart vis-à-vis du code de la route. Nous avons essayé à deux semaines d’intervalle cette 3 MPS et la mythique Golf VI GTI qui est une de ses principales concurrentes. La MPS est plus voyante, mieux équipée et propose 50 chevaux de plus que la VOLKSWAGEN, par contre il nous a semblé qu’en termes de freinage, de choix des matériaux et de qualité d’assemblage, la Golf surpasse haut la main la nippone. Ce sont un peu deux écoles qui s’opposent. En termes de tarif, la MAZDA 3 MPS s’affiche à 30.500 € unique puisqu’elle n’existe qu’en une seule version mais est ultra équipée, avec un malus de 1.600 € ô combien pénalisant! En comparaison, la Golf VI GTI 5 portes s'affiche à 28.270 € (malus 750 €) mais ne fournit "que" 210 chevaux. D’après nos données d’utilisation réelle, il nous semble que la 3 MPS consomme un litre de plus que la Golf GTI ce qui est normal si l’on compare les cylindrées des deux motorisations et compte tenu du fait qu’elle met une seconde de moins pour atteindre le 0 à 100 km/h.

Effet spot light boîte de nuit

La nouvelle MPS est équipée d’un système de verrouillage/déverrouillage et de démarrage du moteur sans clef. Le démarrage s’enclenche à l’aide d’un bouton "Start". A l’appui sur ce dernier, la 3 MPS vous souhaite la bienvenue dans l’esprit zoom-zoom. Dès le premier regard, on visualise les deux gros cadrans que sont le tachymètre gradué jusqu’à 280 km/h et le compte-tours affichant 8.000 tours. Un petit instrument de mesure spécial MPS se situe entre les deux cadrans, il s’agit d’un manomètre de pression du turbocompresseur, très bien, le ton est donné. Côté volant et tableau de bord, les habitués de MAZDA ne seront pas perdus, en effet, ils sont très proches de ce que l’on peut trouver sur une 6 par exemple. A notre goût, le volant est un peu chargé de commandes en tout genre et aurait mérité d’être un peu retravaillé pour être spécifique. Les teintes orangée et bleue prédominent dans l’éclairage du tableau de bord et des différentes commandes.

Des matériaux un peu chiches

La console centrale est imposante et composée de matériaux alternant les plastiques mous et durs. Ce choix semble avoir été fait pour coller aux tendances actuelles. Malheureusement ce ne sont pas forcément des plastiques "premium" mais des plastiques imitation aluminium, ainsi que les barres plastiques agrémentées de points rouges qui détonnent un peu dans cet environnement. Le futur acquéreur devra s’en contenter même si quelques surpiqûres sur les poignées de portes et le levier de vitesses, quelques logos MPS éparpillés de ci de là, tentent de donner quelques lettres de noblesse à l’engin. On notera la présence du pédalier en aluminium.

De l’équipement, de l’équipement toujours de l’équipement…

MAZDA est une marque japonaise. Le pays du soleil levant est, on le sait, un pourvoyeur de nouvelles technologies. Sans parler de vraies nouveautés, la MAZDA 3 MPS est richement dotée. Pour la navigation, on dispose d’un écran GPS de petite taille mais excellemment positionné pour le conducteur. Côté musique, MAZDA propose un lecteur 6 CD, acceptant tous les formats, associé à dix enceintes BOSE. Ce lecteur est positionné le long de la colonne centrale. A vrai dire, il aurait été bien qu’il gagne un peu en sobriété et laisse un peu plus de place à la simplicité d’utilisation. Les boutons presque trop nombreux ont tendance à tenter le conducteur à devoir détourner son regard de la route pour sélectionner le bouton correct. Passons, l’essentiel n’est pas là…

Papa va pouvoir transporter sa famille

L’avantage de la MAZDA 3 MPS, en tant que berline du segment C, est que ce véhicule est suffisamment logeable pour accueillir une petite famille. Il existe une version cinq portes. Le coffre offre un volume de 340 dm3, de quoi pouvoir partir correctement en vacances. Les sièges ne sont pas de type baquet mais sont très enveloppants et d’une fermeté correcte. Ils sont principalement recouverts de tissus et bordés de cuir sur les flans. On dispose d’un accoudoir coulissant central coulissant et dans lequel on peut effectuer quelques rangements. Pour les autres zones de rangement, il y a une boîte à gant et des bacs dans les portières. On notera qu’à l’arrière, la banquette fractionnable 60/40 propose plutôt deux places et demie que trois vraies places. Après tout, peu importe, on sait qu’il ne s’agit pas d’un monospace.

Les 260 chevaux du diable

La principale caractéristique de cette MADZA 3 MPS est son moteur essence 4 cylindres MZR DICI de 2,3 litres à injection directe développant la bagatelle de 260 chevaux à 5.500 tr/mn. Pour continuer avec les chiffres, on ajoutera que celui propose un couple maximal de 380 Nm dès 3.000 tours. Au final, cette MPS peut passer de 0 à 100 km/h en 6,1 secondes. Afin de calmer les conducteurs, la vitesse maximale est limitée électroniquement à 250 km/h (l’histoire ne dit pas quelle serait la vraie limite). De tels chiffres laissent donc rêveur. Peu de voitures dans cette gamme de prix offre aujourd’hui de telles performances. Techniquement il est intéressant de comprendre comment MAZDA a réussi ce tour de passe-passe. La nouvelle MPS est équipée d’un différentiel à glissement limité, d’une coque plus rigide dotée de renforts spéciaux, d'une suspension modifiée et de pneus plus larges. Pour les puristes, les ingénieurs de MAZDA Europe ont testé et optimisé les réglages de la voiture sur l’un des circuits les plus exigeants au monde, la boucle nord du Nürburgring en Allemagne.

Plaisir et efficacité

Avant d’effectuer nos différents parcours d’essai, nous devons dire que nous étions quelque peu sceptiques quant à la capacité de la nouvelle 3 MPS d’être en mesure de gérer correctement la puissance importante du 2,3 litres de MAZDA. En effet comment imaginer passer facilement sur les seules roues avant une telle réserve d’énergie sans avoir de défaut de roulis, de patinage ou de remontée de vibrations au sein de l’habitacle. Eh bien nous le dirons clairement, il s’agit d’un examen de passage réussi. Pour l’anecdote, on vous dira que, lors du démarrage, le moteur tourne quelques secondes à 2.000 tr/mn, délivrant un bruit fort sympathique qui annonce la couleur. Un petit début de circuit en ville vous fait sentir que vous n’êtes plus dans votre monospace familial par la dureté des suspensions, la nécessaire dureté dans la direction et la boîte de vitesses dont il faut enclencher les six rapports relativement fermement. Une fois le véhicule pris en main, il faut aller chercher les voies à grande vitesse pour en apprécier les foudroyantes accélérations qui vous colleront réellement au fond de votre siège même en étant deux ou trois à bord du véhicule. Sur route sèche, c’est un régal, les courbes sont avalées sans aucune dérive, la MPS se place comme sur des rails et a une capacité extraordinaire à coller à la route. Cette sensation est accentuée par la position relativement basse du véhicule et la position de conduite très enfoncée. Le moteur peut sembler relativement sage jusqu’à 3.600 tours, au delà vous enclenchez le turbo qui ne semble pas pouvoir s’essouffler malgré la montée des rapports. Le troisième et le quatrième rapport apportent leur lot de sensations. A ce petit jeu, il vous faudra une bonne dose de sagesse pour ne pas vous mettre en écart vis-à-vis du code de la route.

Osons la comparaison…

Nous avons essayé à deux semaines d’intervalle cette 3 MPS et la mythique Golf VI GTI qui est une de ses principales concurrentes. La MPS est plus voyante, mieux équipée et propose 50 chevaux de plus que la VOLKSWAGEN, par contre il nous a semblé qu’en termes de freinage, de choix des matériaux et de qualité d’assemblage, la Golf surpasse haut la main la nippone. Ce sont un peu deux écoles qui s’opposent. En termes de tarif, la MAZDA 3 MPS s’affiche à 30.500 € unique puisqu’elle n’existe qu’en une seule version mais est ultra équipée, avec un malus de 1.600 € ô combien pénalisant! En comparaison, la Golf VI GTI 5 portes s'affiche à 28.270 € (malus 750 €) mais ne fournit "que" 210 chevaux. D’après nos données d’utilisation réelle, il nous semble que la 3 MPS consomme un litre de plus que la Golf GTI ce qui est normal si l’on compare les cylindrées des deux motorisations et compte tenu du fait qu’elle met une seconde de moins pour atteindre le 0 à 100 km/h.

La MAZDA 3 MPS mérite amplement sa place parmi les meilleures compactes sportives. Ce missile sur quatre roues, affiche une ligne résolument agressive, des performances faites pour le circuit et a un comportement global capable d'accélérations et de freinages sportifs tout en restant polyvalent pour les usages plus quotidiens. Le plaisir est là. On pourra regretter cependant l’augmentation tarifaire de cette nouvelle mouture au regard de la précédente version. Dernier conseil, si vous l’achetez prenez la en rouge, cela lui va si bien.

Harry ANDRE

2010-02-12