ALFA ROMEO 159 Sportwagon 2.0 JTDM 170 Selective

ESPACE BERLINE
  • Ligne racée
  • Agrément de conduite
  • Qualité de fabrication
  • Sécurité et confort
  • Habitabilité et coffre moyens
  • Prix
  • Carrosserie mal protégée
  • Poids élevé

Prix : 35 950 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1956 cm³
Puissance maxi 170 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 36.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.66 m
Largeur 1.83 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1540 kg

Capacités

Coffre de 455 à 1235 dm³
Réservoir 70 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 216 km/h
0 à 100 km/h 9.00 s

Environnement

Emission CO2 145 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 7.20
Mixte 5.50
Essai 7.30

Un wagon nommé desir

La berline ALFA ROMEO 159 a été présentée en septembre 2005 et le break, nommé Sportwagon en février 2006. Giorgetto GIUGIARO a affiné et modernisé la ligne déjà magnifique de la 156, donnant ainsi à la 159 l'une des plus belles robes de la production automobile actuelle. Le break 159 SW apporte le côté pratique manquant à la berline tout en conservant une esthétique admirable. La présentation du nouveau moteur diesel 2.0 JTDM 170 a été l'occasion pour nous de reprendre contact avec cette italienne attachante.

Design italien

Large, basse, avec son grand capot nervuré plongeant sur la célèbre calandre triangulaire et couvrant discrètement le haut des six phares circulaires, la ligne de la 159 est un mélange subtil d'élégance et de sportivité que l'on retrouve sur les ALFA ROMEO 147, 166, GT, Spider et autres Brera. Mais il semblerait que ce style soit moins en vogue chez ALFA ROMEO. Depuis la présentation de la fabuleuse 8C competizione, la MiTo et la future Giuletta, remplaçante de la 147, ont adopté l'air de famille de la nouvelle icône de la marque. Dans quelques années, lors du remplacement de la 159, on verra bien quelle sera la tendance mais pour le moment, apprécions les remarquables proportions de la 159 SW. De même longueur que la berline, le profil du break SW est très élégant, la troisième vitre latérale étant parfaitement intégrée. Personnellement j'ai un faible pour le SW, même sans parler des aspects pratiques de cette carrosserie. En s'installant à bord, le charme continue à opérer. Sièges en cuir épais beige, planche de bord noire et beige avec des inserts en aluminium, instrumentation à cadrans circulaires orientés vers le conducteur, volant gainé de cuir à trois branches plaquées d'aluminium foncé et pas défiguré par un énorme airbag et une kyrielle de boutons, donnent immédiatement envie de rouler. Tous ces beaux matériaux sont très bien assemblés et délivrent une ambiance distinguée fort agréable. L'ALFA ROMEO 159 SW 2.0 JTDM 170 est disponible en deux ambiances "Confort" ou "Sport" chacune avec deux niveaux d'équipement, respectivement "Distinctive" et "Selective" ou "Sport" et "TI". L’équipement de série de la version "Selective" essayée, est vraiment très complet : sièges en cuir à réglages électriques et chauffants, climatisation automatique trois zones (conducteur, passager avant, arrière), quatre vitres électriques, capteur de pluie et de luminosité, télécommande des ouvrants, rétroviseurs électriques, airbags frontaux, latéraux, rideaux, radio CD MP3, ordinateur de bord... En ambiance "Sport", la "TI" est affichée au même prix que la "Selective" avec des équipements spécifiques tels les sièges sport en cuir, les jantes en alliage de 19 pouces, la suspension et le châssis sport à garde au sol basse… Pour faire baisser la note, de 3.250 €, on pourra choisir l'une des finitions "Distinctive" ou "Sport" déjà bien dotées. Non seulement les sièges sont agréables à regarder, mais ils sont aussi très confortables et leurs réglages électriques permettent d'ajuster la position de conduite "au millimètre". La consistance de l'assise est idéale, sans fermeté ni mollesse et le dossier avec appui lombaire réglable soutient bien le dos. La banquette arrière est plus ferme, surtout au milieu, toutefois sans excès. Comme les sièges, la suspension est bien calibrée et les passagers sont agréablement portés, même sur revêtements inégaux. L'impression est peut être différente avec les versions équipées du châssis sport et des jantes de 19 pouces. Autre sujet de satisfaction, l'insonorisation. Le moteur est discret, même sur autoroute où le régime atteint à peine 2.500 tr/mn à 130 km/h, permettant une bonne écoute de l'excellente radio. Clairement, l'ALFA 159 SW n'est pas à classer parmi les breaks de grande capacité, tout comme ses concurrents BMW Série 3 Touring ou AUDI A4 Avant. L'habitabilité est cependant correcte pour quatre passagers de taille moyenne mais le coffre, avec 455 litres, n'est pas grandiose. La banquette arrière dispose de la fonctionnalité 40/60 permettant d'obtenir un volume allant jusqu'à 1.235 litres, mais les assises de la banquette ne se relevant pas, la surface de chargement n'est pas plane. Par ailleurs un important rebord ne facilite pas le chargement et le déchargement des objets lourds. En circulation urbaine, la 159 n'est pas le véhicule idéal. Elle est longue et large, la ceinture de caisse assez haute et les appuis-tête arrière limitent la visibilité et le rayon de braquage n'est pas des plus réduits. Par ailleurs, la carrosserie ne reçoit aucune protection latérale, les boucliers sont peints et c'est la calandre qui fait office de pare-chocs. Heureusement les radars d'aide au stationnement, à l'avant et à l'arrière, en série sur la version "Selective", signalent la proximité des obstacles. Dès que l'on sort de l'espace confiné des agglomérations, la 159 se montre à son avantage. Le nouveau moteur avec filtre à particules, conforme aux standards de la future norme Euro 5, est fort en couple, 360 Nm, ce qui assure des remises en vitesse efficaces dès les bas régimes sur les rapports intermédiaires et les 170 chevaux annoncés sont bien présents en haut du compte-tours. La sixième vitesse est quand même bien longue et sur route il est préférable de rétrograder en cinquième afin d'avoir la ressource suffisante pour un dépassement rapide. Histoire d'avoir quelques sensations, on peut sélectionner la quatrième, mais le plaisir sera de courte durée car des allures fort répréhensibles seront très vite atteintes. Sur autoroute, la stabilité imperturbable et l'insonorisation efficace obligent à faire très attention pour ne pas dépasser les 130 km/h autorisés. Dans ce cas, le mieux, quand les conditions de circulation le permettent, est d'activer le régulateur de vitesse. La consommation réalisée lors de l'essai s'est élevée à 7,3 litres aux cent kilomètres. Compte tenu du poids et des performances de l'engin, il s'agit d'une valeur très acceptable. Si les suspensions ménagent le confort des occupants, elles assurent également une stabilité sans faille à la 159. La pluie et le vent, fréquents en cette fin d'automne, laissent de marbre la belle italienne et les courbes rapides sont enroulées avec aisance. Par contre sur routes sinueuses et étroites, la masse et l'encombrement importants ainsi que les suspensions plutôt souples des versions Confort pénalisent un peu l'agilité de l'auto. Le châssis sport, avec ses suspensions abaissées et raffermies limitant les mouvements de caisse est certainement plus dynamique dans ces conditions. La direction est judicieusement assistée, offrant souplesse en ville et précision sur route. On notera quand même quelques effets de couple dans le volant lors de fortes accélération. Le freinage s'est montré sûr et efficace avec une bonne sensation à la pédale et la boîte de vitesses précise, mais assez ferme à manipuler. Bien entendu, la 159 dispose des équipements de sécurité électroniques ABS (antiblocage des freins avec répartiteur électronique), VDS (contrôleur de trajectoire) et ASR (antipatinage) qui sont des aides précieuses en situation d'urgence.

Qualité germanique

En s'installant à bord, le charme continue à opérer. Sièges en cuir épais beige, planche de bord noire et beige avec des inserts en aluminium, instrumentation à cadrans circulaires orientés vers le conducteur, volant gainé de cuir à trois branches plaquées d'aluminium foncé et pas défiguré par un énorme airbag et une kyrielle de boutons, donnent immédiatement envie de rouler. Tous ces beaux matériaux sont très bien assemblés et délivrent une ambiance distinguée fort agréable. L'ALFA ROMEO 159 SW 2.0 JTDM 170 est disponible en deux ambiances "Confort" ou "Sport" chacune avec deux niveaux d'équipement, respectivement "Distinctive" et "Selective" ou "Sport" et "TI". L’équipement de série de la version "Selective" essayée, est vraiment très complet : sièges en cuir à réglages électriques et chauffants, climatisation automatique trois zones (conducteur, passager avant, arrière), quatre vitres électriques, capteur de pluie et de luminosité, télécommande des ouvrants, rétroviseurs électriques, airbags frontaux, latéraux, rideaux, radio CD MP3, ordinateur de bord... En ambiance "Sport", la "TI" est affichée au même prix que la "Selective" avec des équipements spécifiques tels les sièges sport en cuir, les jantes en alliage de 19 pouces, la suspension et le châssis sport à garde au sol basse… Pour faire baisser la note, de 3.250 €, on pourra choisir l'une des finitions "Distinctive" ou "Sport" déjà bien dotées.

Confortable

Non seulement les sièges sont agréables à regarder, mais ils sont aussi très confortables et leurs réglages électriques permettent d'ajuster la position de conduite "au millimètre". La consistance de l'assise est idéale, sans fermeté ni mollesse et le dossier avec appui lombaire réglable soutient bien le dos. La banquette arrière est plus ferme, surtout au milieu, toutefois sans excès. Comme les sièges, la suspension est bien calibrée et les passagers sont agréablement portés, même sur revêtements inégaux. L'impression est peut être différente avec les versions équipées du châssis sport et des jantes de 19 pouces. Autre sujet de satisfaction, l'insonorisation. Le moteur est discret, même sur autoroute où le régime atteint à peine 2.500 tr/mn à 130 km/h, permettant une bonne écoute de l'excellente radio. Clairement, l'ALFA 159 SW n'est pas à classer parmi les breaks de grande capacité, tout comme ses concurrents BMW Série 3 Touring ou AUDI A4 Avant. L'habitabilité est cependant correcte pour quatre passagers de taille moyenne mais le coffre, avec 455 litres, n'est pas grandiose. La banquette arrière dispose de la fonctionnalité 40/60 permettant d'obtenir un volume allant jusqu'à 1.235 litres, mais les assises de la banquette ne se relevant pas, la surface de chargement n'est pas plane. Par ailleurs un important rebord ne facilite pas le chargement et le déchargement des objets lourds.

Routière

En circulation urbaine, la 159 n'est pas le véhicule idéal. Elle est longue et large, la ceinture de caisse assez haute et les appuis-tête arrière limitent la visibilité et le rayon de braquage n'est pas des plus réduits. Par ailleurs, la carrosserie ne reçoit aucune protection latérale, les boucliers sont peints et c'est la calandre qui fait office de pare-chocs. Heureusement les radars d'aide au stationnement, à l'avant et à l'arrière, en série sur la version "Selective", signalent la proximité des obstacles. Dès que l'on sort de l'espace confiné des agglomérations, la 159 se montre à son avantage. Le nouveau moteur avec filtre à particules, conforme aux standards de la future norme Euro 5, est fort en couple, 360 Nm, ce qui assure des remises en vitesse efficaces dès les bas régimes sur les rapports intermédiaires et les 170 chevaux annoncés sont bien présents en haut du compte-tours. La sixième vitesse est quand même bien longue et sur route il est préférable de rétrograder en cinquième afin d'avoir la ressource suffisante pour un dépassement rapide. Histoire d'avoir quelques sensations, on peut sélectionner la quatrième, mais le plaisir sera de courte durée car des allures fort répréhensibles seront très vite atteintes. Sur autoroute, la stabilité imperturbable et l'insonorisation efficace obligent à faire très attention pour ne pas dépasser les 130 km/h autorisés. Dans ce cas, le mieux, quand les conditions de circulation le permettent, est d'activer le régulateur de vitesse. La consommation réalisée lors de l'essai s'est élevée à 7,3 litres aux cent kilomètres. Compte tenu du poids et des performances de l'engin, il s'agit d'une valeur très acceptable. Si les suspensions ménagent le confort des occupants, elles assurent également une stabilité sans faille à la 159. La pluie et le vent, fréquents en cette fin d'automne, laissent de marbre la belle italienne et les courbes rapides sont enroulées avec aisance. Par contre sur routes sinueuses et étroites, la masse et l'encombrement importants ainsi que les suspensions plutôt souples des versions Confort pénalisent un peu l'agilité de l'auto. Le châssis sport, avec ses suspensions abaissées et raffermies limitant les mouvements de caisse est certainement plus dynamique dans ces conditions. La direction est judicieusement assistée, offrant souplesse en ville et précision sur route. On notera quand même quelques effets de couple dans le volant lors de fortes accélération. Le freinage s'est montré sûr et efficace avec une bonne sensation à la pédale et la boîte de vitesses précise, mais assez ferme à manipuler. Bien entendu, la 159 dispose des équipements de sécurité électroniques ABS (antiblocage des freins avec répartiteur électronique), VDS (contrôleur de trajectoire) et ASR (antipatinage) qui sont des aides précieuses en situation d'urgence.

L'ALFA ROMEO 159 est une magnifique voiture, qu'elle soit berline ou break SW, très agréable à conduire et à admirer. On apprécie également la qualité de sa fabrication, son confort, sa sécurité et les performances du moteur 2.0 JTDM 170. Que lui reprocher ? Son habitabilité et son coffre un peu limités et un prix quand même élevé. Alors, si vous envisagez l'achat d'une belle auto, pensez à l'ALFA ROMEO 159, il n'y a pas que les très chères allemandes dans la catégorie "premium".

Daniel DECHENE

2009-12-15