VOLKSWAGEN Touran 1.2 TSI 105 BlueMotion

ESPACE MONOSPACE
  • Habitabilité
  • Technologie
  • Consommation
  • Design
  • Prix
  • Certains plastiques

Prix : de 21 000 € à 32 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres, 16 soupapes Injection directe essence
Cylindrée 1197 cm³
Puissance maxi 105 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 17.50 mkg à 1550.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.93 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.67 m

Poids

Total 1392 kg

Capacités

Coffre de 695 à 1989 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 188 km/h
0 à 100 km/h 10.60 s

Environnement

Emission CO2 139 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.20
Urbaine 7.20
Mixte 5.90
Essai 0.00

Family car

Bien qu'arrivé relativement tard en 2003 sur le segment lancé par le RENAULT Scénic, le VOLKSWAGEN Touran a fait mieux que se défendre puisqu'en sept années de carrière il a été produit à plus de 1,1 million d'exemplaires. Il a ainsi innové en étant également disponible en version plus utilitaire et ludospace sous le nom de Caddy, et reste le monospace compact de référence le plus vendu en Allemagne. Prévu pour arriver sur nos routes en septembre prochain la nouvelle génération est enfin prête et nous avons pu en faire connaissance sur les bords du Rhin entre Düsseldorf et Cologne. En route pour le tour du propriétaire.

Des gênes

Vu de loin, la silhouette générale de l'auto n'a pas vraiment changé et reste un peu cubique et très sérieuse : les gènes de l'utilitaire sans doute, qui ne sont pas vraiment dignes d'une déesse étrusque… Ce monospace compact reste donc conçu pour l'habitabilité et il conserve une capacité d'emport de sept vraies places en option. La face avant a cependant gagné dans l'exercice les codes stylistiques de la Golf VI et de la nouvelle identité VW, notamment la calandre horizontale, ce qui lui donne un regard plus acéré comme pour les autres modèles de la gamme. Bien sûr selon le niveau de gamme des phares bi-xénon sont disponibles et, sur ces derniers, les feux de jour permanents ou "Day Running Lights" sont constitués de LEDs dessinant des arabesques inspirées de ce que font les designers d'AUDI. En y regardant de plus près, on pourra remarquer un travail sur l'arrière pour affiner un petit peu l'auto, au niveau de la custode, sans dégrader donc la largeur du seuil de chargement. Les feux arrière en deux parties rappellent également le reste de la gamme et la porte de coffre embarque un becquet en partie supérieure pour améliorer l'aérodynamisme. Ce point semble, en effet, avoir été particulièrement travaillé et le constructeur revendique un coefficient de pénétration dans l'air particulièrement bas pour un monospace. La gamme Touran a été revue avec l'apparition de ce nouveau modèle. Elle s'articulera autour de trois niveaux de finition : "Trendline", "Confortline" et "Highline". Le premier niveau de gamme embarque la climatisation non régulée, l'ESP et la radio CD. Il faudra débourser 1.600 € de plus pour avoir les jantes en alliage, le radar de recul, la climatisation électronique, l'allumage automatique des feux et le détecteur de pluie. Pour 2.800 € de plus, le haut de gamme vous apportera des améliorations esthétiques, la sellerie en Alcantara, la navigation ainsi que le système automatique de stationnement "Park assist 2". La nouvelle génération de Touran suit logiquement l'évolution technologique de la gamme Golf et sera disponible avec une palette complète de moteurs. L'offre ira ainsi en essence turbocompressé TSI, à injection directe, du 1,2 litre 105 chevaux au 1,4 litre de 140 chevaux, en attendant des versions plus puissantes. Il est à noter la présence dans l'offre d'une version GPL appelée "TSI Ecofuel". L'offre diesel ira, elle, du 1,6 litre TDI de 90 chevaux au 2 litres TDI de 170 chevaux. Ces moteurs, bien connus sous le capot de la Golf, sont désormais tous à rampe commune ("common-rail") afin d'optimiser la consommation et le bilan acoustique. Au chapitre des bonnes surprises, se trouve la généralisation des boîtes d'au moins six vitesses sur l'ensemble des motorisations afin d'optimiser la consommation en plus de l'injection directe. VOLKSWAGEN propose ainsi une offre appréciable en moteurs à combustion interne, la stratégie communiquée par le constructeur étant clairement centrée pour ce modèle sur une optimisation des technologies existantes par le downsizing plutôt qu'une rupture de type motorisation hybride. Le système Start&Stop ainsi que le freinage "récupératif" des versions "BlueMotion Technology" lui permettent, de plus, d'afficher un gain de 27% par rapport au modèle équivalent de la génération précédente pour la version 1,6 TDI d'entrée de gamme, qui se contentera de 4,6 litres aux cent kilomètres en consommation mixte. Outre le contenu technologique que l'on pourra trouver sous le capot, l'intérieur de l'habitacle a également été soigné. On trouvera donc sans surprise en option un système de navigation couleur à écran tactile, une caméra de recul pour faciliter les manœuvres en ville et un double toit ouvrant, malheureusement pas d'un seul tenant comme sur certains modèles concurrents de breaks. Cette voiture inaugure également la deuxième génération du système "Park-assist" de stationnement automatique. Mise en avant par le constructeur, cette technologie gare maintenant automatiquement la voiture en créneau ou en épi, et a notablement réduit les intervalles nécessaires par rapport à la précédente version. Même si l'utilité au quotidien peut paraître limitée au premier abord, on est surpris par l'efficacité et la simplicité du système. En fonction du prix de l'option, qui pourra certainement faire partie d'un pack, ce type d'assistance deviendra peut-être demain autant à la mode que ne le sont les GPS aujourd'hui. Pendant le court essai réalisé par un jour germanique et ensoleillé, il ne nous a pas été possible d'essayer les motorisations diesel. La version d'entrée de gamme, dotée du 1,2 TSI "BlueMotion", s'est montrée fort à l'aise en ville et à vitesse moyenne. Une fois lancée, la voiture tient la vitesse sur autoroute. Bien inscrit dans la tendance actuelle, ce petit moteur s'en sort donc honorablement grâce au couple des turbos mais avoue vite son manque de puissance. La taille de la caravane pour les vacances s'en trouvera donc limitée. La modularité de l'habitacle à sièges indépendants est très appréciable, capitalisant ainsi sur l'expérience du Touran première mouture, les sièges arrière pouvant être facilement démontés ou décalés. L'habitacle semble cossu, avec des ajustements soignés, mais certains plastiques durs au toucher dénotent encore en partie inférieure de planche. Le confort reste ferme comme la précédente génération.

Des moteurs

La nouvelle génération de Touran suit logiquement l'évolution technologique de la gamme Golf et sera disponible avec une palette complète de moteurs. L'offre ira ainsi en essence turbocompressé TSI, à injection directe, du 1,2 litre 105 chevaux au 1,4 litre de 140 chevaux, en attendant des versions plus puissantes. Il est à noter la présence dans l'offre d'une version GPL appelée "TSI Ecofuel". L'offre diesel ira, elle, du 1,6 litre TDI de 90 chevaux au 2 litres TDI de 170 chevaux. Ces moteurs, bien connus sous le capot de la Golf, sont désormais tous à rampe commune ("common-rail") afin d'optimiser la consommation et le bilan acoustique. Au chapitre des bonnes surprises, se trouve la généralisation des boîtes d'au moins six vitesses sur l'ensemble des motorisations afin d'optimiser la consommation en plus de l'injection directe. VOLKSWAGEN propose ainsi une offre appréciable en moteurs à combustion interne, la stratégie communiquée par le constructeur étant clairement centrée pour ce modèle sur une optimisation des technologies existantes par le downsizing plutôt qu'une rupture de type motorisation hybride. Le système Start&Stop ainsi que le freinage "récupératif" des versions "BlueMotion Technology" lui permettent, de plus, d'afficher un gain de 27% par rapport au modèle équivalent de la génération précédente pour la version 1,6 TDI d'entrée de gamme, qui se contentera de 4,6 litres aux cent kilomètres en consommation mixte.

De la technologie

Outre le contenu technologique que l'on pourra trouver sous le capot, l'intérieur de l'habitacle a également été soigné. On trouvera donc sans surprise en option un système de navigation couleur à écran tactile, une caméra de recul pour faciliter les manœuvres en ville et un double toit ouvrant, malheureusement pas d'un seul tenant comme sur certains modèles concurrents de breaks. Cette voiture inaugure également la deuxième génération du système "Park-assist" de stationnement automatique. Mise en avant par le constructeur, cette technologie gare maintenant automatiquement la voiture en créneau ou en épi, et a notablement réduit les intervalles nécessaires par rapport à la précédente version. Même si l'utilité au quotidien peut paraître limitée au premier abord, on est surpris par l'efficacité et la simplicité du système. En fonction du prix de l'option, qui pourra certainement faire partie d'un pack, ce type d'assistance deviendra peut-être demain autant à la mode que ne le sont les GPS aujourd'hui.

Du vécu

Pendant le court essai réalisé par un jour germanique et ensoleillé, il ne nous a pas été possible d'essayer les motorisations diesel. La version d'entrée de gamme, dotée du 1,2 TSI "BlueMotion", s'est montrée fort à l'aise en ville et à vitesse moyenne. Une fois lancée, la voiture tient la vitesse sur autoroute. Bien inscrit dans la tendance actuelle, ce petit moteur s'en sort donc honorablement grâce au couple des turbos mais avoue vite son manque de puissance. La taille de la caravane pour les vacances s'en trouvera donc limitée. La modularité de l'habitacle à sièges indépendants est très appréciable, capitalisant ainsi sur l'expérience du Touran première mouture, les sièges arrière pouvant être facilement démontés ou décalés. L'habitacle semble cossu, avec des ajustements soignés, mais certains plastiques durs au toucher dénotent encore en partie inférieure de planche. Le confort reste ferme comme la précédente génération.

Furieusement dans les canons actuels de Wolfsburg, cossu et fonctionnel, ce nouveau VOLKSWAGEN Touran semble disposer de sérieux atouts malgré un design peut être encore trop consensuel et cubique. La technologie embarquée semble également très prometteuse, tout comme les valeurs de consommation. De bonnes impressions qui restent à confirmer avec les versions Diesel.

Frédéric JOUSSET

2010-06-15