AUDI Q7 Gamme

ESPACE TOUT TERRAIN
  • Rendement
  • Confort
  • Prix
  • Options

Prix : de 55 600 € à 88 350 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 3.0 TDI V6 6 cylindres en V - 32 soupapes turbo diesel injection directe rampe commune, filtre à particules
Cylindrée 2967 cm³
Puissance maxi 240 ch à 3800 tr/min
Couple maxi 55.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 5.08 m
Largeur 1.98 m
Hauteur 1.73 m

Poids

Total 2270 kg

Capacités

Coffre de 775 à 2035 dm³
Réservoir 100 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 215 km/h
0 à 100 km/h 7.90 s

Environnement

Emission CO2 195 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.70
Urbaine 8.60
Mixte 7.40
Essai 0.00

Moins gourmands et plus plaisants

En mars 2009, trois ans après sa sortie, le Q7 a eu droit à un remodelage esthétique. Une année plus tard, à l'instar du TT, le "nouveau" Q7 bénéficie de nouvelles motorisations et transmissions. Sur ce dernier point, AUDI fête cette année 30 ans de transmission intégrale avec la première Quattro de 1980, l'une des vedettes du défunt Groupe B de rallyes…

Nouvelle transmission

La famille des boîtes mécaniques et automatiques est plutôt bien fournie chez AUDI. S tronic, R tronic, Multi tronic et Tiptronic constituent les quatre types de transmission du constructeur d'Ingolstadt. Le Q7 2010 récupère la boîte Tiptronic nouvelle génération à huit rapports. Quel est l'intérêt d'avoir autant de rapports ? AUDI répond que l'augmentation des niveaux permet de mieux "coller" au régime moteur. Et comme l'économie de carburant reste toujours l'une des préoccupations du constructeur, les deux rapports supérieurs jouent le rôle "d'Overdrive" pour abaisser les consommations. Essai à la clé, la boîte se débrouille, quelquefois hésite sur le rapport, mais comme tout cela se fait dans une extrême douceur, on ne sent rien, le but est atteint. La nouvelle Tiptronic est passée à la moulinette du gain de poids. Le passage à des convertisseurs de couple plus étroits rend la boîte plus compacte et donc plus légère. Pour faire simple et efficace, tous les Q7 (excepté le V12 TDI) sont équipés avec cette transmission. Il s'agit en fait d'évolution des moteurs existants. Le premier de ceux là est le V6 TDI de trois litres de cylindrée et 240 chevaux, très justement le plus prisé dans la gamme. AUDI a fait passer son moteur à la cure d'amaigrissement (moins 25 kilogrammes) en réduisant notamment le nombre de chaînes de transmission, belle prouesse pour un bloc qui pesait 218 kilogrammes à l'origine. Le gain de masse a, c'est évident, pour objet de réduire la consommation et le taux de CO2. Le rendement est à la hauteur car le V6 TDI optimisé réduit ces derniers de plus d'un litre (et c'est encore plus flagrant en ville) et de 40 grammes, faisant passer le taux à 195 grammes (malus de 750 €). Mais l'amélioration sur la balance profite aussi aux performances puisque le Q7 gagne 0,6 seconde sur le 0 à 100 km/h. Enfin, en plus de la récupération d'énergie en décélération, l'AUDI dispose d'un système start/stop. L'autre moteur TDI du Q7 est le V8 de 4,2 litres, lui aussi associé à la boîte Tiptronic à huit rapports. Et comme son "petit" frère, le double bénéfice performances – émissions s'applique au Q7 TDI V8. Le plus marquant est le taux de CO2 qui passe de 262 à 235 grammes, pas mal pour un véhicule de 340 chevaux. Au sommet, le V12 TDI de six litres est inchangé, fort des ses 500 chevaux et de son couple de 1.000 Nm ! Côté essence, les deux TFSI (injection directe et turbo bien entendu) sont issus d'un même V6 de trois litres affichant respectivement 272 et 333 chevaux. Ils remplacent des plus grosses cylindrées telles que le 3,6 FSI et le 4,2 FSI. Malgré le net effort sur les performances, ces moteurs resteront marginaux sur notre marché toujours féru de diesel, à moins qu'une version hybride du plus puissant ne voit le jour comme sur ses cousins VW Touareg et PORSCHE Cayenne La transmission intégrale du Q7 nous rappelle qu'AUDI excelle dans le domaine et ce, bien avant de produire des 4x4. En effet, c'est dans le domaine sportif qu'Ingolstadt a fourbi ses différentiels. Eh oui, trente ans déjà, AUDI présentait sa première Quattro en mars 1980 à Genève. Dotée d'une carrosserie spécifique, la Quattro renfermait un moteur cinq cylindres turbo de 2,1 litres développant 200 chevaux. Le principe de l'arbre creux traversant la boîte de vitesses permettait de se dispenser à la fois de la boîte de transfert et de l'arbre de liaison correspondant. Depuis 30 ans, les innovations se sont succédées, toujours vouées aux versions sportives de la marque avec les "S" et les "RS". Les versions intégrales à vocation tous terrains ont été ensuite appliquées à la série "Q" avec notre Q7 et son petit frère Q5. La dernière prouesse revient à la toute récente RS5.

Nouveaux moteurs

Il s'agit en fait d'évolution des moteurs existants. Le premier de ceux là est le V6 TDI de trois litres de cylindrée et 240 chevaux, très justement le plus prisé dans la gamme. AUDI a fait passer son moteur à la cure d'amaigrissement (moins 25 kilogrammes) en réduisant notamment le nombre de chaînes de transmission, belle prouesse pour un bloc qui pesait 218 kilogrammes à l'origine. Le gain de masse a, c'est évident, pour objet de réduire la consommation et le taux de CO2. Le rendement est à la hauteur car le V6 TDI optimisé réduit ces derniers de plus d'un litre (et c'est encore plus flagrant en ville) et de 40 grammes, faisant passer le taux à 195 grammes (malus de 750 €). Mais l'amélioration sur la balance profite aussi aux performances puisque le Q7 gagne 0,6 seconde sur le 0 à 100 km/h. Enfin, en plus de la récupération d'énergie en décélération, l'AUDI dispose d'un système start/stop. L'autre moteur TDI du Q7 est le V8 de 4,2 litres, lui aussi associé à la boîte Tiptronic à huit rapports. Et comme son "petit" frère, le double bénéfice performances – émissions s'applique au Q7 TDI V8. Le plus marquant est le taux de CO2 qui passe de 262 à 235 grammes, pas mal pour un véhicule de 340 chevaux. Au sommet, le V12 TDI de six litres est inchangé, fort des ses 500 chevaux et de son couple de 1.000 Nm ! Côté essence, les deux TFSI (injection directe et turbo bien entendu) sont issus d'un même V6 de trois litres affichant respectivement 272 et 333 chevaux. Ils remplacent des plus grosses cylindrées telles que le 3,6 FSI et le 4,2 FSI. Malgré le net effort sur les performances, ces moteurs resteront marginaux sur notre marché toujours féru de diesel, à moins qu'une version hybride du plus puissant ne voit le jour comme sur ses cousins VW Touareg et PORSCHE Cayenne

30 ans de Quattro

La transmission intégrale du Q7 nous rappelle qu'AUDI excelle dans le domaine et ce, bien avant de produire des 4x4. En effet, c'est dans le domaine sportif qu'Ingolstadt a fourbi ses différentiels. Eh oui, trente ans déjà, AUDI présentait sa première Quattro en mars 1980 à Genève. Dotée d'une carrosserie spécifique, la Quattro renfermait un moteur cinq cylindres turbo de 2,1 litres développant 200 chevaux. Le principe de l'arbre creux traversant la boîte de vitesses permettait de se dispenser à la fois de la boîte de transfert et de l'arbre de liaison correspondant. Depuis 30 ans, les innovations se sont succédées, toujours vouées aux versions sportives de la marque avec les "S" et les "RS". Les versions intégrales à vocation tous terrains ont été ensuite appliquées à la série "Q" avec notre Q7 et son petit frère Q5. La dernière prouesse revient à la toute récente RS5.

Le nouveau Q7 ou plus exactement le Q7 2010 est disponible dès à présent. Il n'est pas différent extérieurement, c'est sous son capot et dans son habitacle que résident les nouveautés. Et plus précisément dans les moteurs, V12 TDI excepté, pour lesquels le rendement a été amélioré ou le "down sizing" appliqué. La nouvelle boîte Tiptronic a subi la même cure. Le résultat donne à la fois une amélioration des performances et une réduction des émissions et de la consommation. Le beau et grand Q7 ne peut pas donner de scrupules écologiques…

Philippe NIOLLET

2010-05-10