CITROEN C3 VTi 120 Exclusive

ESPACE CITADINE
  • Lignes réussies
  • Visiodrive
  • Accessibilité mécanique
  • Carrosserie exposée
  • Pas de roue de secours
  • Lacunes d’équipements

Prix : 18 250 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes turbocompresseur et injection directe essence
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 120 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 16.30 mkg à 4200.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.95 m
Largeur 1.73 m
Hauteur 1.53 m

Poids

Total 1075 kg

Capacités

Coffre de 333 à 0 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 187 km/h
0 à 100 km/h 10.40 s

Environnement

Emission CO2 136 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.80
Urbaine 7.90
Mixte 5.90
Essai 7.20

Visiodrive

La nouvelle mouture de la C3 arbore un magnifique pare-brise panoramique et prend le qualificatif de "Visiodrive" chez CITROËN. Cet aménagement est déjà associé au C4 Picasso qualifié ainsi de Visiospace, monospace oblige, mais n’avait pas encore été installé sur une berline par la marque. Voilà qui est fait, et la voiture ainsi dotée a fort belle allure. Oserions-nous suggérer aux designers de poursuivre leurs concepts afin de coupler ce pare-brise panoramique avec un toit vitré du même nom afin d’obtenir un vrai cabriolet…. fermé !

Nouvelles courbures

C’est un fait, la nouvelle C3 gomme quelque peu ses courbes toutes en rondeur. Son profil le montre bien, plus tendu au niveau du pavillon, du pied de pare-brise ou bien de la calandre. Ceci étant, le lien de filiation avec sa devancière reste affirmé, même si la copie a été également revue pour l’aménagement intérieur. Fini le combiné d’instrumentation avec afficheur numérique de la vitesse et compte-tours peu lisible, sans grande personnalité. Place à un combiné du plus bel effet composé de trois cadrans arrondis, avec aiguilles en forme de wishbone et sérigraphie sympathique pour la vitesse et la rotation moteur. Côté information et jauge, place au tout numérique, avec un éclairage orange sur fond noir qui tranche avec ses voisins par son manque d’originalité. En revanche, et cela ne saute pas immédiatement aux yeux, la casquette rapportée qui coiffe ces indicateurs innove par sa discontinuité au contact de la planche de bord. Le volant ne passe pas non plus inaperçu avec son insert métallisé et son secteur droit sur sa partie inférieure. S’ajoute à cela l’habillage brillant des parties transversale et centrale de la planche de bord, apportant une touche de luxe dynamique. Couplé avec les traits tirés et les inversions de courbes des parties inférieures, l’ensemble n’est pas sans rappeler l’univers manga. Au chapitre de l’aménagement, la C3 présente de nombreux rangements globalement de taille mesurée, disséminés un peu partout dans l’habitacle. Les équipements de série ne sont pas tout à fait à la hauteur de ses concurrentes, à commencer par sa cousine la PEUGEOT 207, qui présente une climatisation bizone absente ici. En revanche, le GPS est disponible en option dans notre modèle d’essai, avec l’ensemble audio hi-fi-Bluetooth-USB et les jantes de 17 pouces. Le pare-brise panoramique n’est ici pas couplé en série avec le bloc permettant l’allumage des phares et la mise en route des essuie-glaces automatiquement, seulement disponible en option. Cette dernière n’inclut pas, semble t-il, le rétroviseur électro chrome. Le volant est réglable en hauteur et en profondeur, et les rétroviseurs rabattables électriquement. La C3 a donc un potentiel de développement indéniable, les évolutions à venir auront donc de quoi satisfaire nos frustrations actuelles. En roulage, le confort est là, avec de bonnes suspensions, un peu trop souples à mon goût, mais préservant au mieux les passagers. La douceur de la direction et la tenue de route sont toujours de bon niveau. Les accélérations du VTI 120 sont franches, mais demandent de monter dans les tours pour s’exprimer pleinement. La sonorité associée, sans être sportive, est également nouvelle pour une CITROËN. C’est au travers de ces éléments dynamiques que la nouvelle mouture de la C3 montre tous les atouts dont elle dispose pour prendre la relève et conquérir les parts de marché auxquelles elle prétend. Tous ces occupants se sentent bien à son bord et, bien qu’étant classée en catégorie citadine, elle est à l’aise sur la route avec ce moteur suffisamment dimensionné. Au chapitre de l’environnement, la marque prend soin de la consommation en temps réel et prévient le chauffeur dès qu’il peut engager le rapport supérieur, par un affichage de celui-ci accompagné d’une flèche vers le haut. Côté popularité, notre C3 d’essai de couleur noire n’a pas fait tourner les têtes. CITROËN propose une palette de couleurs assez large, répondant aux attentes de tous, avec des teintes autrement plus sympathiques. Fait intéressant et paradoxal, si la protection des dessous de caisse est bien assurée, les pare-chocs et les flancs de la voiture sont dénués de tout bandeau protecteur, les caprices liés à l’apparence sont décidément très forts au moment des choix du design final. La position du réglage des phares est un autre choix aléatoire, car la molette, située sur le côté de la colonne de direction derrière les comodos, est invisible pour le chauffeur. Nous avons pu tester en vraie grandeur l’aspect pratique du coffre, à la sortie de la grande surface, avec notre chariot rempli. Sur ce point, on note la bonne contenance de l’espace disponible. Le seuil et le plancher de coffre sont assez hauts, le chargement s’opère bien avec des sacs de contenance moyenne et donc de poids limité. Au passage, le pare-chocs arrière en profite pour échanger quelques éclaboussures avec nos vêtements. Logiquement, lorsque le coffre est rempli, le reflexe est de penser à ce qui se passe en cas de crevaison. Le tableau n’est guère brillant, car le logement de roue de secours n’en contient pas. Il faudra se contenter d’un kit anti-crevaison, inefficace en cas de destruction, même partielle, d’un pneu. Que dire alors de l’avenir des superbes jantes… Pour finir sur l’aspect technique, l’accessibilité mécanique est préservée, et il est en outre aisé de changer une ampoule de phare sur cette C3. Compte tenu de la difficulté rencontrée sur certains véhicules de conception récente pour opérer cette maintenance basique, c’est un point très positif qui relève de plus en plus de l’exceptionnel de nos jours.

Intérieur moderne

Le volant ne passe pas non plus inaperçu avec son insert métallisé et son secteur droit sur sa partie inférieure. S’ajoute à cela l’habillage brillant des parties transversale et centrale de la planche de bord, apportant une touche de luxe dynamique. Couplé avec les traits tirés et les inversions de courbes des parties inférieures, l’ensemble n’est pas sans rappeler l’univers manga. Au chapitre de l’aménagement, la C3 présente de nombreux rangements globalement de taille mesurée, disséminés un peu partout dans l’habitacle. Les équipements de série ne sont pas tout à fait à la hauteur de ses concurrentes, à commencer par sa cousine la PEUGEOT 207, qui présente une climatisation bizone absente ici. En revanche, le GPS est disponible en option dans notre modèle d’essai, avec l’ensemble audio hi-fi-Bluetooth-USB et les jantes de 17 pouces. Le pare-brise panoramique n’est ici pas couplé en série avec le bloc permettant l’allumage des phares et la mise en route des essuie-glaces automatiquement, seulement disponible en option. Cette dernière n’inclut pas, semble t-il, le rétroviseur électro chrome. Le volant est réglable en hauteur et en profondeur, et les rétroviseurs rabattables électriquement. La C3 a donc un potentiel de développement indéniable, les évolutions à venir auront donc de quoi satisfaire nos frustrations actuelles.

Polyvalence ville-route

En roulage, le confort est là, avec de bonnes suspensions, un peu trop souples à mon goût, mais préservant au mieux les passagers. La douceur de la direction et la tenue de route sont toujours de bon niveau. Les accélérations du VTI 120 sont franches, mais demandent de monter dans les tours pour s’exprimer pleinement. La sonorité associée, sans être sportive, est également nouvelle pour une CITROËN. C’est au travers de ces éléments dynamiques que la nouvelle mouture de la C3 montre tous les atouts dont elle dispose pour prendre la relève et conquérir les parts de marché auxquelles elle prétend. Tous ces occupants se sentent bien à son bord et, bien qu’étant classée en catégorie citadine, elle est à l’aise sur la route avec ce moteur suffisamment dimensionné. Au chapitre de l’environnement, la marque prend soin de la consommation en temps réel et prévient le chauffeur dès qu’il peut engager le rapport supérieur, par un affichage de celui-ci accompagné d’une flèche vers le haut.

Quelques détails pas pratiques

Côté popularité, notre C3 d’essai de couleur noire n’a pas fait tourner les têtes. CITROËN propose une palette de couleurs assez large, répondant aux attentes de tous, avec des teintes autrement plus sympathiques. Fait intéressant et paradoxal, si la protection des dessous de caisse est bien assurée, les pare-chocs et les flancs de la voiture sont dénués de tout bandeau protecteur, les caprices liés à l’apparence sont décidément très forts au moment des choix du design final. La position du réglage des phares est un autre choix aléatoire, car la molette, située sur le côté de la colonne de direction derrière les comodos, est invisible pour le chauffeur. Nous avons pu tester en vraie grandeur l’aspect pratique du coffre, à la sortie de la grande surface, avec notre chariot rempli. Sur ce point, on note la bonne contenance de l’espace disponible. Le seuil et le plancher de coffre sont assez hauts, le chargement s’opère bien avec des sacs de contenance moyenne et donc de poids limité. Au passage, le pare-chocs arrière en profite pour échanger quelques éclaboussures avec nos vêtements. Logiquement, lorsque le coffre est rempli, le reflexe est de penser à ce qui se passe en cas de crevaison. Le tableau n’est guère brillant, car le logement de roue de secours n’en contient pas. Il faudra se contenter d’un kit anti-crevaison, inefficace en cas de destruction, même partielle, d’un pneu. Que dire alors de l’avenir des superbes jantes… Pour finir sur l’aspect technique, l’accessibilité mécanique est préservée, et il est en outre aisé de changer une ampoule de phare sur cette C3. Compte tenu de la difficulté rencontrée sur certains véhicules de conception récente pour opérer cette maintenance basique, c’est un point très positif qui relève de plus en plus de l’exceptionnel de nos jours.

Au final, cette nouvelle C3 est plutôt bien née et peut mieux faire. Comme toute les nouveautés, elle n’est pas parfaite, car comment pourrait-elle évoluer ensuite au fil de sa carrière ? Mais elle offre ce qu’aucune autre ne propose aujourd’hui dans ce segment, son pare-brise panoramique. Avec le moteur VTi 120, son comportement est d’un niveau fort appréciable et sécurisant. En outre, ses lignes tant extérieures qu’intérieures sont dans l’air du temps et conviennent à toutes les tranches population. Que demander de plus ?

Jacques FORGE

2010-05-10