MAZDA MPV 2.0 MZR-CD

ESPACE MONOSPACE
  • Silence de fonctionnement
  • Habitabilité
  • Equipement
  • Plaisir de conduite
  • Manque d'audace et de gaieté dans sa présentation
  • Amortissement filtrant mal les tout petits défauts

Prix : de 29 440 € à 31 170 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes Turbo Diesel, injection directe, common rail
Cylindrée 1998 cm³
Puissance maxi 136 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 310.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.77 m
Largeur 1.83 m
Hauteur 1.78 m

Poids

Total 1785 kg

Capacités

Coffre de 294 à 1600 dm³
Réservoir 75 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 176 km/h
0 à 100 km/h 13.20 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.20
Urbaine 8.60
Mixte 7.10
Essai 10.00

Le silence à prix d'or

Complétant l'offre Premacy, le MPV se positionne sur le marché des monospaces haut de gamme. Arrivé en septembre 1999, il bénéficie déjà d'un restyling, léger certes, et surtout d'améliorations techniques nécessaires et attendues, dont la plus importante concerne l'arrivée d'une motorisation Diesel. Deux finitions habillent ce moteur, Harmonie et Elégance, et ne sont personnalisables qu'avec la peinture métal/mica (365 €), l'extension de garantie (de 3 à 5 ans pour 540 €, sans limitation de km) et le GPS (1.500 €).

Difficile de réinventer le concept monospace

D'un dessin plutôt classique, le MAZDA MPV n'en affiche pas moins un bel équilibre des volumes et une ligne fluide agréable à l'œil : on est loin du look camionnette de certains de ses concurrents, du style trop vu et copié du précurseur en la matière et de l'excès d'originalité dont quelques-uns pâtissent. Le MPV joue donc la tradition tout en finesse, sans heurter le quidam ni lui faire détourner le regard; ce monospace-là demande à être apprivoisé pour l'apprécier. L'intérieur n'en fait pas plus, mais il le fait bien. On aimerait plus de gaieté dans la présentation, mais l'ensemble respire la qualité de construction et l'ergonomie au service de l'homme. Les accoudoirs sont les bienvenus, tout comme la climatisation avant/arrière et l'installation radio-CD. La généreuse surface vitrée éclaire bien l'habitacle et la monotonie chromatique (noir/gris) de l'habillage s'efface alors au profit de la concentration sur la conduite pour le conducteur et au confort pour les autres. Sept personnes peuvent prendre place, ainsi que leurs bagages. L'accès à bord est facilité par les deux portes arrière coulissantes et le hayon découvre un coffre généreux et plat, malheureusement dépourvu d'un système l'occultant. Côté encombrement extérieur, le MPV en impose et les manœuvres en marche arrière demande du doigté et surtout de se retourner et regarder en direct, la vision par les rétroviseurs étant trop trompeuse ! Le nouveau turbo-Diesel common rail de deuxième génération, déjà sur la berline "6", réconciliera la plupart des réfractaires à ce type de moteur : il associe souplesse, économie, performance et surtout SILENCE (une fois sa température de fonctionnement atteinte). C'est sa grande qualité, le MPV Diesel ne transmet aucun bruit à ses occupants : pour une fois, il est possible de ne pas monter le son de la radio dès lors que le rythme s'accélère. La grande disponibilité de ce moteur réside dans l'adoption d'un turbocompresseur à géométrie variable, la puissance ne faisant pas défaut si le besoin s'en fait sentir. Il se dégage alors une impression de sérénité à son volant car il est aussi à l'aise sur un filet de gaz qu'à la cravache. On rêve alors d'une boîte automatique "intelligente", de celles qui adaptent le régime moteur à l'enfoncement de la pédale d'accélérateur, car une relance vigoureuse en dessous de 1.800 tr/mn impose de rétrograder. Les consommations sont raisonnables compte tenu du poids et de la taille de l'engin, mais grimpent rapidement en conduite enlevée. A l'instar de son moteur, les qualités dynamiques du MPV le sont vraiment. A commencer par l'amortissement digne d'une berline et ce en toutes circonstances ; tout juste aimerions-nous une meilleure absorption des tout petits défauts de la route (genre tôle ondulée). Le freinage ne supporte aucune critique, de même que la direction. La vision en hauteur contribue à se sentir "haut dessus" et donc à affirmer le sentiment de sécurité. L'un de ses plus grands atouts, c'est de ne pas forcer la main au conducteur : c'est un monospace "pacifieur", qui n'incite pas à une conduite nerveuse, heurtée et donc agressive.

Quand Diesel rime avec silence !

Le nouveau turbo-Diesel common rail de deuxième génération, déjà sur la berline "6", réconciliera la plupart des réfractaires à ce type de moteur : il associe souplesse, économie, performance et surtout SILENCE (une fois sa température de fonctionnement atteinte). C'est sa grande qualité, le MPV Diesel ne transmet aucun bruit à ses occupants : pour une fois, il est possible de ne pas monter le son de la radio dès lors que le rythme s'accélère. La grande disponibilité de ce moteur réside dans l'adoption d'un turbocompresseur à géométrie variable, la puissance ne faisant pas défaut si le besoin s'en fait sentir. Il se dégage alors une impression de sérénité à son volant car il est aussi à l'aise sur un filet de gaz qu'à la cravache. On rêve alors d'une boîte automatique "intelligente", de celles qui adaptent le régime moteur à l'enfoncement de la pédale d'accélérateur, car une relance vigoureuse en dessous de 1.800 tr/mn impose de rétrograder. Les consommations sont raisonnables compte tenu du poids et de la taille de l'engin, mais grimpent rapidement en conduite enlevée.

Homogène

A l'instar de son moteur, les qualités dynamiques du MPV le sont vraiment. A commencer par l'amortissement digne d'une berline et ce en toutes circonstances ; tout juste aimerions-nous une meilleure absorption des tout petits défauts de la route (genre tôle ondulée). Le freinage ne supporte aucune critique, de même que la direction. La vision en hauteur contribue à se sentir "haut dessus" et donc à affirmer le sentiment de sécurité. L'un de ses plus grands atouts, c'est de ne pas forcer la main au conducteur : c'est un monospace "pacifieur", qui n'incite pas à une conduite nerveuse, heurtée et donc agressive.

Le MPV, c'est donc le monospace du bonheur, celui qu'on aime prendre pour aller à la campagne et qui s'efface devant les choses simples de la vie : les amis ou la famille qu'on transporte, le paysage visible sur quasiment 360°, l'écoute tranquille de l'émission radiophonique ou du dernier CD acheté. Alors même s'il figure parmi les plus chers de la catégorie, son équipement, ses prestations dynamiques et l'agrément de sa motorisation font du MPV Diesel un monospace incontournable au moment du choix. Dommage qu'il manque d'image de marque et de représentation sur notre territoire…

Stéphane BERGER

2002-09-01