VOLKSWAGEN Polo 1.2 TDI 75 FAP BlueMotion 3 portes

ESPACE COMPACTE
  • Sobriété
  • Qualité de fabrication
  • Sécurité, ESP de série
  • Esthétique
  • Bonus de 1.000 € en 2010
  • Reprises faibles
  • Sièges et suspensions assez fermes
  • Climatisation et radio en option
  • Bacs de portes trop petits

Prix : 16 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 3 cylindres 12 soupapes Turbo Diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1199 cm³
Puissance maxi 75 ch à 4200 tr/min
Couple maxi 18.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.97 m
Largeur 1.68 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1150 kg

Capacités

Coffre de 261 à 952 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 173 km/h
0 à 100 km/h 13.90 s

Environnement

Emission CO2 89 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.00
Urbaine 4.10
Mixte 3.40
Essai 4.90

La Polo écolo

A peine présentée, voici que la cinquième génération de Polo a décroché le titre de "Voiture de l'année 2010". Les ténors de la catégorie, PEUGEOT 207, RENAULT Clio et autres FIAT Punto en tremblent encore. C'est vrai que VOLKSWAGEN a fait les choses en grand : nouveau châssis, nouvelles motorisations essence et Diesel et, c'est dans l'air du temps, des versions "BlueMotion", le label écologique de la marque. C'est justement la version la plus radicale en ce domaine, n'émettant que 89 grammes de CO2 au kilomètre ouvrant droit à un bonus de 1.000 € en 2010, que nous avons essayée.

Air de famille

Même de loin, sans jamais l'avoir vue, on la reconnaît. Cette nouvelle Polo est dans la droite ligne des versions précédentes et de l'icône Golf. VOLKSWAGEN sait parfaitement entretenir ce style sobre et chic, universellement reconnu, et qui plaît tant. Chaque génération affine la ligne de la précédente tout en lui ressemblant, car c'est bien connu, on ne change pas une équipe qui gagne. Une autre tradition VOLKSWAGEN est respectée, la qualité de la peinture et l'ajustement précis des éléments de carrosserie sont remarquables. La Polo BlueMotion a droit a un traitement de faveur afin de minimiser la résistance aérodynamique, à commencer par un abaissement de quinze millimètres de la carrosserie. Par ailleurs, un bouclier avant spécifique, une calandre fermée, un becquet arrière plus grand, des bas de caisse profilés et un soubassement caréné améliorent le Cx et donnent un air sportif à cette Polo BlueMotion bien que ce ne soit pas sa vocation. D'originales jantes en alliage couronnées d'enjoliveurs interchangeables et des pneumatiques avec des gommes à faible résistance au roulement complètent le tableau. L'intérieur est à l'image de l'extérieur : tout est net et sans bavures. Les matériaux employés, les sièges bicolores, les ajustages serrés, les aérateurs et les instruments de bord entourés de chrome, tout concourt à rendre l'habitacle agréable et respirant la belle qualité de fabrication. On regrette toutefois que la planche de bord et les contre-portes soient en plastiques durs sur cette version. Le label BlueMotion correspond à une technologie, mais aussi à un niveau d'équipement spécifique. De série la BlueMotion est équipée pour le confort de vitres électriques à l'avant, de la télécommande de verrouillage des ouvrants, d'un ordinateur de bord, d'un régulateur de vitesse, d'un volant et d'un pommeau de levier de vitesses recouvert de cuir mais, curieusement, climatisation et autoradio sont en option (Pack Access à 690 €). Le prix réel de la Polo BlueMotion est donc plutôt de 17.190 € auxquels personnellement j'ajouterais encore 600 € pour les portes arrière car, si l'habitabilité est très correcte à l'avant, les places arrière sont moins généreuses pour la tête et les jambes des passagers et évidemment plus difficiles d'accès s'il n'y a qu'une porte par côté. En ouvrant le hayon, si le coffre paraît petit c'est parce qu'il possède un faux plancher permettant d'obtenir une surface de chargement à peu près plane lorsque les dossiers de la banquette arrière sont rabattus. En dessous de cet espace de rangement, on trouve une vraie roue de secours, ce qui est appréciable car de plus en plus rare. Le conducteur trouve aisément une bonne position de conduite grâce au volant réglable en hauteur et profondeur et au siège réglable, lui, en longueur, inclinaison et hauteur. Par contre l'accoudoir central avant de série est gênant pour changer les vitesses. Pour minimiser la consommation, VOLKSWAGEN a employé les grands moyens. En plus des aménagements aérodynamiques évoqués précédemment, la cylindrée du moteur a été réduite en supprimant un cylindre au 1.6 TDI, réduisant par la même occasion les forces de frottements et la masse. Pour compléter la panoplie, un dispositif "Start-Stop" de coupure et redémarrage du moteur à l'arrêt et un système de récupération d'énergie en décélération ont été installés et les rapports de la transmission ont été allongés. Toute cette technologie permet d'annoncer 89 grammes de CO2 émis au kilomètre correspondant à une consommation moyenne de 3,4 litres aux cent kilomètres et ouvrant droit à un bonus de 1.000 € en 2010. Mais ce qui est valable sur les bancs à rouleaux pour l'homologation ne se retrouve pas dans la réalité. Même en essayant d'adopter une conduite économique, la consommation sur des parcours variés en Ile de France s'est stabilisée légèrement en dessous de cinq litres aux cent kilomètres. C'est une valeur intéressante, mais nettement plus élevée que celle annoncée et pas mieux que celle de rivales récemment essayées (FIAT Punto Evo MJT, PEUGEOT 207 HDi, RENAULT Clio dCi). Si l'allongement des rapports de transmission n'a pas un impact aussi bénéfique qu'annoncé sur les consommations, il a malheureusement une influence peu favorable sur les reprises de la voiture. La Polo 1.2 TDI BlueMotion est équipée d'une boîte avec cinq vitesses dont le dernier rapport développe 55 km/h pour 1.000 tr/mn. C'est beaucoup pour un petit moteur de 75 chevaux qui a par ailleurs une caisse d'une tonne cent cinquante à déplacer. L'écart entre chaque rapport est important et il faut pousser chaque vitesse intermédiaire suffisamment haut pour retomber dans une zone de régime favorable sur le rapport supérieur car, en plus de ces vitesses très espacées, le couple du moteur ne se manifeste vraiment qu'à partir de 2.000 tr/mn. Dans la pratique, à l'abord d'une difficulté - virage, côte, véhicule à dépasser - il faut rétrograder de façon à ne pas se trouver à court d'accélération. Heureusement la commande des vitesses est agréable à manipuler mais ces fréquents changements de rapports induisent une conduite hachée peu agréable pour les passagers et pas vraiment en accord avec les principes de la conduite économique, nécessitant plutôt une conduite coulée. Les suspensions de la Polo BlueMotion remplissent très bien leur contrat en ce qui concerne la tenue de route. Elles sont raisonnablement fermes, maintiennent bien la caisse et sont aidées par le châssis surbaissé pour rendre la Polo peu sujette au roulis en virage. En cas de surprise ou d'excès d'optimisme sur l'adhérence disponible, l'ESP monté en série remet efficacement la voiture en ligne. Les freins et la direction sont judicieusement assistés, rendant la conduite de la Polo sûre et précise. Pour le confort, les suspensions et les sièges sont relativement fermes mais n'occasionnent pas franchement de désagréments toutefois, la Polo est quand même assez loin de la douceur d'une RENAULT Clio. Sur les déformations importantes de la chaussée on note un petit phénomène de rebond et quelques percussions sur les revêtements dégradés. On est par contre satisfait de l'insonorisation. Le moteur gronde un peu à froid et en accélération, mais s'avère très discret à vitesse stabilisée, même sur autoroute où le régime moteur s'établit à 2.300 tr/mn à 130 km/h. Pour une fois, merci la boîte longue.

Bien fabriquée, bien équipée, mais…

L'intérieur est à l'image de l'extérieur : tout est net et sans bavures. Les matériaux employés, les sièges bicolores, les ajustages serrés, les aérateurs et les instruments de bord entourés de chrome, tout concourt à rendre l'habitacle agréable et respirant la belle qualité de fabrication. On regrette toutefois que la planche de bord et les contre-portes soient en plastiques durs sur cette version. Le label BlueMotion correspond à une technologie, mais aussi à un niveau d'équipement spécifique. De série la BlueMotion est équipée pour le confort de vitres électriques à l'avant, de la télécommande de verrouillage des ouvrants, d'un ordinateur de bord, d'un régulateur de vitesse, d'un volant et d'un pommeau de levier de vitesses recouvert de cuir mais, curieusement, climatisation et autoradio sont en option (Pack Access à 690 €). Le prix réel de la Polo BlueMotion est donc plutôt de 17.190 € auxquels personnellement j'ajouterais encore 600 € pour les portes arrière car, si l'habitabilité est très correcte à l'avant, les places arrière sont moins généreuses pour la tête et les jambes des passagers et évidemment plus difficiles d'accès s'il n'y a qu'une porte par côté. En ouvrant le hayon, si le coffre paraît petit c'est parce qu'il possède un faux plancher permettant d'obtenir une surface de chargement à peu près plane lorsque les dossiers de la banquette arrière sont rabattus. En dessous de cet espace de rangement, on trouve une vraie roue de secours, ce qui est appréciable car de plus en plus rare. Le conducteur trouve aisément une bonne position de conduite grâce au volant réglable en hauteur et profondeur et au siège réglable, lui, en longueur, inclinaison et hauteur. Par contre l'accoudoir central avant de série est gênant pour changer les vitesses.

Sobre, mais moins qu'annoncé

Pour minimiser la consommation, VOLKSWAGEN a employé les grands moyens. En plus des aménagements aérodynamiques évoqués précédemment, la cylindrée du moteur a été réduite en supprimant un cylindre au 1.6 TDI, réduisant par la même occasion les forces de frottements et la masse. Pour compléter la panoplie, un dispositif "Start-Stop" de coupure et redémarrage du moteur à l'arrêt et un système de récupération d'énergie en décélération ont été installés et les rapports de la transmission ont été allongés. Toute cette technologie permet d'annoncer 89 grammes de CO2 émis au kilomètre correspondant à une consommation moyenne de 3,4 litres aux cent kilomètres et ouvrant droit à un bonus de 1.000 € en 2010. Mais ce qui est valable sur les bancs à rouleaux pour l'homologation ne se retrouve pas dans la réalité. Même en essayant d'adopter une conduite économique, la consommation sur des parcours variés en Ile de France s'est stabilisée légèrement en dessous de cinq litres aux cent kilomètres. C'est une valeur intéressante, mais nettement plus élevée que celle annoncée et pas mieux que celle de rivales récemment essayées (FIAT Punto Evo MJT, PEUGEOT 207 HDi, RENAULT Clio dCi).

Reprises fastidieuses

Si l'allongement des rapports de transmission n'a pas un impact aussi bénéfique qu'annoncé sur les consommations, il a malheureusement une influence peu favorable sur les reprises de la voiture. La Polo 1.2 TDI BlueMotion est équipée d'une boîte avec cinq vitesses dont le dernier rapport développe 55 km/h pour 1.000 tr/mn. C'est beaucoup pour un petit moteur de 75 chevaux qui a par ailleurs une caisse d'une tonne cent cinquante à déplacer. L'écart entre chaque rapport est important et il faut pousser chaque vitesse intermédiaire suffisamment haut pour retomber dans une zone de régime favorable sur le rapport supérieur car, en plus de ces vitesses très espacées, le couple du moteur ne se manifeste vraiment qu'à partir de 2.000 tr/mn. Dans la pratique, à l'abord d'une difficulté - virage, côte, véhicule à dépasser - il faut rétrograder de façon à ne pas se trouver à court d'accélération. Heureusement la commande des vitesses est agréable à manipuler mais ces fréquents changements de rapports induisent une conduite hachée peu agréable pour les passagers et pas vraiment en accord avec les principes de la conduite économique, nécessitant plutôt une conduite coulée.

ESP en série

Les suspensions de la Polo BlueMotion remplissent très bien leur contrat en ce qui concerne la tenue de route. Elles sont raisonnablement fermes, maintiennent bien la caisse et sont aidées par le châssis surbaissé pour rendre la Polo peu sujette au roulis en virage. En cas de surprise ou d'excès d'optimisme sur l'adhérence disponible, l'ESP monté en série remet efficacement la voiture en ligne. Les freins et la direction sont judicieusement assistés, rendant la conduite de la Polo sûre et précise. Pour le confort, les suspensions et les sièges sont relativement fermes mais n'occasionnent pas franchement de désagréments toutefois, la Polo est quand même assez loin de la douceur d'une RENAULT Clio. Sur les déformations importantes de la chaussée on note un petit phénomène de rebond et quelques percussions sur les revêtements dégradés. On est par contre satisfait de l'insonorisation. Le moteur gronde un peu à froid et en accélération, mais s'avère très discret à vitesse stabilisée, même sur autoroute où le régime moteur s'établit à 2.300 tr/mn à 130 km/h. Pour une fois, merci la boîte longue.

La cinquième génération de Polo, auréolée de son titre de voiture de l'année 2010, rencontrera très certainement le succès qu'elle mérite. Sa ligne, sa qualité de fabrication, sa sécurité, sa technologie sont des atouts forts. Le moteur 1.2 TDI a d'incontestables qualités de sobriété, mais la transmission désespérément longue qui lui a été associée nuit à l'agrément de conduite. Pour un prix comparable, la Polo 1.6 TDI 90 Confortline offre des performances et un agrément sans commune mesure, pour une consommation qui, au final, doit être très proche.

Daniel DECHENE

2010-07-19