VOLVO S60 D3 2.0 163 Momentum

ESPACE Berline
  • Ligne
  • Habitabilité et accessibilité
  • Agrément de conduite
  • Moteur souple et discret dans les hauts régimes
  • Prix
  • Volume du coffre
  • Quelques détails agaçants

Prix : 32 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 5 cylindres - 20 soupapes Turbo Diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 163 ch à 2900 tr/min
Couple maxi 41.00 mkg à 1400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.63 m
Largeur 2.10 m
Hauteur 1.48 m

Poids

Total 1680 kg

Capacités

Coffre de 380 à 0 dm³
Réservoir 67 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 220 km/h
0 à 100 km/h 9.20 s

Environnement

Emission CO2 139 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.20
Urbaine 7.20
Mixte 5.30
Essai 0.00

BERLINE "PREMIUM" QUATRE PORTES

Il y a 10 ans, la première VOLVO S60 sortait des lignes d’assemblage, avec un style plus pataud, dirons-nous… Une décennie plus tard, la nouvelle S60 arrive sur nos routes mais avec une allure plus élégante et dynamique que son ainée. On sent clairement qu’elle veut faire concurrence aux berlines "premium" que sont les BMW Série 3, AUDI A4 et autre MERCEDES Classe C.

Extérieurement

 

Plus basse et avec une ligne plus élancée, la VOLVO S60 gagne en dynamisme ainsi qu’en légèreté. Sa ligne de toit est basse pour garder le galbe d’un coupé. La face avant est racée, caractérisée par une calandre plongeante, tout en gardant la grille de la XC60 et des phares très allongés débordant sur les ailes avant. L’arrière est plus massif mais élégant grâce à des flancs élargis et des feux fins.

 

A bord

 

On retrouve une présentation moderne, sportive, un design sobre à la scandinave, des matériaux de qualité et des inserts en aluminium. Le volant gainé de cuir à trois branches contient diverses commandes (limiteur et régulateur de vitesse, activation du téléphone par la fonction Bluetooth, volume…). Les deux compteurs principaux (compte-tours et vitesse) renferment en leur centre, les principales informations (heure, consommations, distances parcourues, niveau de réservoir …). Les commandes de part et d’autre du volant sont accessibles bien qu’on aurait aimé qu’elles soient un peu plus visibles par le conducteur et non cachées derrière les branches du volant.

 

Comme pour les autres modèles, la fine console centrale offre un espace de rangement derrière elle. On retrouve un large écran couleur. Celui-ci associé à un clavier permet une utilisation intuitive de la radio, du GPS, du téléphone (par commande Bluetooth), des différentes sources d’écoute de musiques, de la configuration des systèmes de la voiture. La console contient également les commandes de la climatisation bi-zone avec des ouïes de ventilation pour les passagers arrière. Dans le prolongement de celle-ci, on retrouve le levier de vitesses avec un pommeau en cuir, ainsi que deux espaces de rangement. Dans l’un, fermé par une trappe coulissante, se cache l’allume cigare avec un cendrier amovible, ainsi que deux supports pour les boissons. L’autre rangement, placé sous l’accoudoir central, renferme deux prises : AUX et USB, pour ceux qui ne peuvent pas se passer de leurs musiques sur MP3 ou clef USB. On trouve d’autres petits rangements dans les portières avant et le vide-poche offre un bon volume. On dispose de multiples fonctions de réglage pour les sièges conducteur et passager, ainsi que pour le volant.

 

Notre véhicule était équipé, comme toute VOLVO, d’une aide à la conduite très précieuse pour éviter les angles morts : le système BLIS. C’est un système qui couple deux radars de détection avec deux voyants. Les radars sont situés sous chaque rétroviseur extérieur. Ils indiquent le passage d’un véhicule par un voyant orange situé sur le montant des vitres avant à l’intérieur du véhicule. Dans le même esprit, mais c’est plus classique, pour se garer le véhicule disposait de détecteurs arrière pour l’aide au parking.

 

Conduite agréable

 

Avec son châssis ferme, la S60 est précise à conduire sur les routes sinueuses, la direction est réactive. Elle s’inscrit dans les courbes et se montre très rassurante. Les revêtements pas toujours corrects de nos routes de campagnes sont absorbés par les suspensions. Pour cet essai, la S60 disposait du nouveau moteur diesel : le D3 deux litres, cinq cylindres, développant 163 chevaux à 2.900 tr/mn. Agréable à l’oreille au ralenti comme en accélération, souple, ce moteur donne du couple dès 1.500 tr/mn. En deçà, il faudra changer de rapport car le moteur manque de répondant. Assurant de très bonnes reprises, donc dans cette plage de fonctionnement, sans vibrations en bas régimes, le D3 se distingue également par sa faible consommation. Il est associé à une boîte mécanique à six rapports. Bien entendu, il ne faut pas oublier un freinage efficace.

 

A l’arrière

 

La S60 est une berline cinq places. Deux passagers arrière disposent d’une banquette confortable et d’espace pour étendre leurs jambes. Par contre, celui qui aura la place centrale devra être mince et supporter d’avoir une protubérance entre ses pieds . Pour rester à l’arrière, on retrouve un cendrier, ainsi qu’une prise 12 volts pour les accros de la console de jeu ou pour y brancher une glacière. Des rangements sont situés dans les dossiers des sièges avant, toujours utiles pour les revues des passagers. Ceux-ci disposent aussi de petits bacs de rangement dans les portes. Si aucun passager ne vient prendre place au centre, le dossier peut se rabattre pour devenir un accoudoir avec deux porte-gobelets. Sous l’accoudoir, on retrouve un espace de rangement. On aurait aimé qu’une trappe d’accès pour y mettre des skis puisse exister.

 

Quelques petits reproches

 

Il y a un reproche que l’on peut faire à cette S60, c’est son coffre : avec un seuil de chargement relativement haut, un système pour rabattre les sièges arrière peu soigné et un volume de seulement 380 litres. Sous le tapis, la roue de secours a disparu au profit d’un kit de réparation. Malheureusement, le coffre est trop juste pour un usage familial. Sur ce point, il faut viser le V60, le break fabriqué sur la base de la S60.

 

Quelques petits détails gênants mais qui ont leur importance, en conduisant : le chrome des ouïes de ventilation latérale se reflète dans les rétroviseurs ce qui occasionne un éblouissement, surtout par beau temps. Le réglage lombaire sur les sièges avant se fait par une petite mollette à peine saisissable et on risque presque de se démettre une épaule pour l’utiliser.

La VOLVO S60 aurait pu être un coupé mais c’est une belle berline avec une ligne dynamique, élégante et élancée, un intérieur avec des matériaux de bonne qualité. Elle offre des prestations de haut de gamme, sans payer le prix fort et saura vous séduire pour les voyages. La S60 D3 finition Momentum et la richesse des équipements qui la composent fait partie des véhicules à prendre en compte au moment de l’achat face à la concurrence.

Christophe CASTAING

2011-03-28