PEUGEOT 308 GTi Exclusive

ESPACE SPORTIVE
  • Moteur THP 200 très performant
  • Confort
  • Prix
  • ESP déconnectable
  • Caractère sportif non ostentatoire
  • Assistance et poids étouffant la sportivité
  • Pas de boîte pilotée en option

Prix : 27 450 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes turbo injection directe
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 200 ch à 5800 tr/min
Couple maxi 275.00 mkg à 1700.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.28 m
Largeur 2.04 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 1399 kg

Capacités

Coffre de 348 à 0 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 237 km/h
0 à 100 km/h 7.70 s

Environnement

Emission CO2 159 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.50
Urbaine 9.20
Mixte 6.90
Essai 8.80

DIGNE DE LA LEGENDE !

Cela fait déjà plusieurs années que PEUGEOT n’avait pas décliné un de ses véhicules dans la version sportive dénommée GTi. Le retour à ce label légendaire se fait par la mise sur le marché de la 308 GTi. La berline compacte, véhicule phare de la marque au lion, s’équipe d’un moteur 1.6 THP de 200 chevaux, développé en collaboration avec BMW. Est-ce que cette 308 est digne de son illustre ancêtre, la fameuse 309 GTi ? Nous avons essayé de le découvrir à travers un essai sportif.

Un peu d’histoire pour les néophytes

Pour les plus jeunes lecteurs, il convient de rappeler ce qu’a été la 309 GTi. En octobre 1985, PEUGEOT lança sur le marché une 309 GTi de 130 chevaux pour une masse de 930 kg, grande sœur de la célèbre 205 GTi. Une déclinaison encore plus sportive vit le jour en 1987, la 309 GTI 16 de 160 chevaux pour une masse de 975 kg. Cette voiture a fait le beau temps des passionnés (fous) du volant. J’ai moi-même eu l’occasion de rouler dans ce véhicule, c’était un vrai bolide au châssis ultra sportif. Cependant, cette voiture nécessitait une vraie maîtrise pour pouvoir en profiter et ne pas finir bêtement dans le décor. C’était un autre temps où l’assistance à la conduite n’était pas la priorité des constructeurs.

Peu de différence esthétique extérieure

Avant de s’installer au volant de la 308 GTi, quelque chose peut surprendre, il s’agit de l’étrange similitude entre la version classique et la version GTi. Au design de la 308 classique, quelques ajouts ont été faits, avec son spoiler avant aspect carbone, son becquet arrière dynamique, ses jantes en aluminium Licancabur de 18 pouces et son diffuseur de pare-chocs arrière noir brillant, intégrant un échappement sport avec double canule chromée. Cependant tout ceci reste assez subtil et peu ostentatoire. Il semblerait que PEUGEOT ait voulu faire preuve d’une certaine sobriété. Ce choix peut être discutable, l’acquéreur d’une GTi souhaite-t-il rester discret ou au contraire afficher ouvertement sa différence ? Il semblerait que la firme sochalienne ait choisi la première option. Heureusement que sur le coté droit du hayon et sur la porte avant gauche, s’affiche le signe GTi, avec "i" minuscule en rouge. La couleur est annoncée !

Un habitacle soigné

L’habitacle de la 308 est également très peu modifié sur cette version GTi. On retrouve la sobriété de la version 308 CC. Les compteurs mélangent un affichage à aiguilles sur fond blanc avec un afficheur numérique. La console centrale inclinée est entièrement en plastique noir laqué. Nous disposions de tous les équipements possibles et imaginables dans notre version d’essai : le GPS, le centre multimédia, la climatisation bi-zone. Les sièges ne sont pas des baquets (faute de goût ?) mais sont des typés sport, enveloppants et recouverts mi-cuir mi-tissu. Le pommeau de vitesses est en aluminium brossé, si c'est une réussite esthétique, cela présente cependant le léger inconvénient de n’apporter aucune accroche, ce qui peut être gênant en conduite ultra sportive. Heureusement, le volant spécifique est très réussi, recouvert de cuir, il présente un méplat et des repose pouce en aluminium, assurant une prise en main idéale. Bien entendu, la petite touche sportive est présente par de nombreux inserts en aluminium à plusieurs endroits de l’habitacle.

Les modifications mécaniques apportées

Les différences avec la berline 308 concernent essentiellement des composants mécaniques. Le caractère sportif est apporté par un châssis abaissé de dix millimètres et une monte de pneumatiques 225/40 R18, qui s’accompagne d’amortisseurs dont le tarage a été revu. Evidemment les freins sont dimensionnés en fonction des hautes performances avec des disques de freins ventilés de 340 mm à l’avant et 290 mm à l’arrière. Le train avant, à pivots découplés, est celui de la 407. Un joli programme donc…

Un moteur issu d’une excellente collaboration

Cette 308 GTi est équipée du moteur PSA/BMW EP. Il s’agit d’un moteur quatre cylindres en ligne essence de 1.598 cm3. Il porte l’appellation THP pour "Turbo High Pressure" car cette version suralimentée combine la technologie turbocompresseur Twin-Scroll et l’injection directe, mai aussi la technologie VTi (levée variable des soupapes d’admission et calage variable des arbres à cames). La suralimentation par turbocompresseur permet à ce moteur à injection directe d'atteindre 200 chevaux et 275 Nm dès les bas régimes. Sur le papier, ce moteur présente des caractéristiques performantes et offre un couple important.. Il est couplé à une boîte de vitesses mécanique à six rapports. Pour ceux qui aiment les chiffres, on indiquera un temps de 27,8 secondes au 1.000 mètres départ arrêté, le 80 à 120 km/h en 6,7 secondes, le 0 à 100 km/h en 7,7 secondes et une consommation mixte de 6,9 litres aux cent kilomètres pour 159 g/km de CO2.

Un comportement sportif ?

Avec de tels atours, nous avions fort envie de prendre en main le volant de cette 308 GTi. Au démarrage, le THP 200 est très silencieux, presque trop. En vitesse stabilisée, la sonorité est classique. La vraie dynamique sonore se fait entendre lorsque l’on décide de monter réellement dans les tours et donc de faire monter le compte-tours dans la zone rougeâtre. La sonorité des échappements a été travaillée et offre un son assez rauque mais pas autant que sur l’une des ses concurrentes directes la Golf VI GTI. En dessous de 4.000 tr/mn, le moteur est presque classique, au delà de 5.200 tr/mn, le THP 200 propose un surcroit de puissance et révèle amplement sa vraie nature. Mais comme chacun le sait, un moteur ne fait pas tout. Sur cette 308, le châssis surbaissé, la direction précise et les liaisons au sol de qualité, permettent de garantir une grande précision et une tenue de route exempte de défauts, même en virage. Les disques de frein ventilés repris du RCZ font aussi merveille pour assurer de gros freinages, ouf ! Le comportement routier est à l’image de ce que propose la marque sochalienne, c'est-à-dire impeccable. Mais cette débauche d’énergie proposée par le THP 200 ne fait cependant pas complètement oublier les 1.399 kilogrammes de cette 308 GTi. Après plusieurs heures de conduite, il est vrai que les puristes trouveront que la masse élevée pénalise le caractère très sportif de cette GTi, cependant dans ce cas, nous leur proposerons de se tourner vers le RCZ qui accuse près de 200 kilogrammes de moins pour le même moteur.

Que retenir de cette PEUGEOT 308 GTi ? Elle est puissante, bien conçue, bien assemblée. Elle maîtrise sa consommation de carburant, elle se conduit assez facilement en ville et elle offre un confort similaire à la version berline. Et au final, elle fait preuve d’une réelle discrétion au niveau de son design. Pour peu que l’on veuille bien la pousser dans ces derniers retranchements, la 308 GTi se révèle joueuse. Si l’on voulait la comparer à sa concurrente directe Golf VI GTI, la 308 GTi est une voiture extérieurement sobre. Cependant elle est capable de se transformer en bolide taillé pour sillonner l’asphalte. En résumé, elle a un coté Docteur Jekyll et mister Hyde !

Harry ANDRE

2011-04-14