MERCEDES CLS 350 CDI Blue Efficiency

ESPACE PRESTIGE
  • Style
  • Agrément de conduite
  • Finition
  • Consommation
  • Prix (en particulier les options)
  • Rangements

Prix : 66 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres en V- 24 soupapes Turbo Diesel – Injection directe à rampe commune
Cylindrée 2987 cm³
Puissance maxi 265 ch à 3800 tr/min
Couple maxi 62.00 mkg à 1600.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.94 m
Largeur 1.89 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1815 kg

Capacités

Coffre de 0 à 520 dm³
Réservoir 80 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 6.20 s

Environnement

Emission CO2 159 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.10
Urbaine 7.80
Mixte 6.10
Essai 7.10

VOYAGEZ EN CLASSE CLS

Après avoir lancé le concept, voilà une demi-douzaine d’années et fort de cette expérience, MERCEDES-BENZ taille une nouvelle ligne à son coupé quatre portes et, il faut bien l’avouer, avec un talent certain. Le nouveau CLS s’appuie sur l'élégance de son prédécesseur tout en musclant son design et ses performances routières et, actualité oblige, ses performances écologiques.

L'invitation au voyage

Le nouveau CLS est un peu plus qu’un timide relookage. Il affiche un caractère plus affirmé et bien moins sage que son devancier. Il séduit par ses lignes élancées, héritées d’une berline et son allure résolument sportive voire légèrement agressive. Le design est un subtil mélange de lignes qui court le long de la carrosserie et de courbes (parfois un peu torturées) qui façonnent la calandre. Les amoureux de la première édition beaucoup plus fluide et épurée pourront être un peu déroutés par ces choix stylistiques.

L'impression de puissance est amplifiée par des passages de roues très marqués que l’on rencontre habituellement dans d’autres catégories de véhicule (n'oublions pas, même si cela nécessite un certain effort d'imagination, qu'il s'agit d'une berline de près de cinq mètres). Les jantes 19 pouces qui équipent notre modèle d'essai (17 ou 18 pouces de série) renforcent ce côté sportif ainsi que le "pack sport extérieur". La face avant du CLS dessinée sans fausse note, intègre le nouveau style de la marque. Les optiques très effilées, notamment dans la version équipée de LED, s'y intègrent parfaitement et contribuent à donner un look accrocheur et à maintenir cette ambiguïté entre berline de luxe et sportive.

Hélas la malle arrière du nouveau CLS perd sa ligne courbe élégante. Cette perte est cependant compensée par un dessin des optiques arrière qui prend à contre-pied le style et la forme des optiques de la première génération. Concernant la malle, il convient de saluer la marque de ne pas avoir cédé à l'effet de mode en proposant un coffre indépendant plutôt qu'un hayon, choix qui aurait été indigne de ce type de véhicule. En bref, le design de ce magnifique "coupé-berline" est une réussite qui attire indéniablement les regards et séduit au premier coup d'œil.

Embarquement immédiat

Le nouveau CLS est plutôt sobre et élégant ; l´horloge analogique que l’on rencontre sur la Classe S en témoigne un peu ostensiblement ainsi que les inserts décoratifs sur les garnitures de portière. Côté finition, n'en déplaise aux aficionados de la marque aux anneaux (surtout lorsque l'on voit ce que la citadine AUDI A1 propose en termes de finition), le CLS a des atouts qu'il sait mettre en valeur. L'habitacle est très lumineux, le toit ouvrant relevable vitré avec fonction de fermeture PRE-SAFE® (ouf ; il s'agit là d'un équipement à 1.400 € disponible en option sur les versions de base et de série sur la série Spéciale Edition One) y participe pour beaucoup, malgré les faibles surfaces vitrées latérales (n'oublions pas, même si cela nécessite encore un certain effort d'imagination, qu'il s'agit d'un coupé). L'éclairage d'ambiance (encore un héritage de la Classe S), disponible en trois coloris, crée une atmosphère agréable et contribue à souligner les efforts de la marque sur la finition.

Côté rangements, les possibilités sont assez limitées. Les rangements centraux, entre les sièges avant et arrière ainsi que les vide-poches aménagés dans les portières sont de volume réduit. Ne comptez pas trop sur la boîte à gants juste assez spacieuse pour héberger le carnet d'entretien. Idée séduisante, deux petits (eh, oui ! encore !) coffres verticaux ont été aménagés sous les places avant pour ranger quelques menues affaires le temps d'un parcours. Pour les longs trajets, les 520 litres du coffre sont les bienvenus. Globalement, l’intérieur du CLS est celui d’une berline haute gamme, sécurisant, confortable qui vous embarque littéralement.

Fermeture des portes

Installez-vous au volant ou dans l'une des deux places arrière et vous constaterez que le confort est au rendez-vous. L’assise est plutôt ferme et le volume disponible compatible avec les grands gabarits, même assis à l’arrière. L'habitacle est très sécurisant et accueillant. Côté conducteur, l'ergonomie de la planche de bord est plutôt bien pensée à l'exception de la commande du limiteur/régulateur de vitesse, malencontreusement masquée par l'une des trois branches du volant multifonction. La plupart des commandes sont rappelées au volant et, avec un peu d'habitude, elles ne nécessitent pas trop de temps de réflexion.

Les premiers tours de roues suffisent à vous donner l’impression d’être l’heureux propriétaire de ce vaisseau. Le CLS procure d’excellentes sensations de conduite. Les amortisseurs sont plus souples et masquent parfaitement (ou presque) le relatif inconfort des pneus 19 pouces. Côté sécurité nous vous épargnerons la longue litanie des équipements (beaucoup étant hélas en option) pour nous limiter aux plus notables. Outre la protection intérieure des onze airbags, les multiples équipements anticollision rassurent (il faut évidemment faire un peu confiance à l'électronique !) ; c'est en particulier le cas de l'avertisseur de franchissement de ligne actif, du détecteur d'angle mort actif, du système de détection de somnolence, du système d'aide au stationnement avec radar de proximité avant/arrière et de l'avertisseur de limitation de vitesse Plus (là il s'agit d'un héritage de la classe CL) qui permet d'afficher les limitations de vitesse grâce au repérage des panneaux ou au système de navigation. De manière générale, le CLS 350 CDI est plutôt bien doté en équipements série et tente de justifier un prix de base de 66.300 €.

Décollage

Le V6 3.0L CDI est particulièrement silencieux, peu en rapport avec les "a priori" que l'on peut se faire d'un Diesel, d'un V6 et de l'allure sportive du CLS 350. Les 265 chevaux qu'il développe n'ont aucune difficulté à accélérer les 1.800 kilogrammes du CLS et à procurer de bonnes sensations... à la manière d'une routière. Allié à une boîte de vitesses automatique à sept rapports, plutôt bien étagée pour justifier le label BlueEFFICIENCY, la consommation du CLS est plutôt modeste, quel que soit le mode choisi : économique ou sport. Pour augmenter un peu les sensations à l'accélération, rien n'empêche de passer en mode manuel (passage séquentiel des vitesses) et de profiter pleinement de la puissance du nouveau CLS.

Bonus : voyage en Edition One

Prenez la version de base, ajouter un pack sport extérieur avec enjoliveurs trapézoïdaux d’échappement et optiques entièrement à LED, passez une peinture "designo mate SHAPE" (qui renforce sensiblement les lignes du CLS), un pack luxe avec des garnitures en cuir "designo", un pack multimédia et pour 81.300 € vous obtiendrez la Série Spéciale Classe CLS Edition One et sa riche dotation d'équipements de série qui l'accompagne. Pour peu que vous craquiez pour les jantes à cinq branches de 19 pouces, vous obtiendrez (moyennant 1.000 € euros supplémentaires) notre modèle d'essai. L'Edition One séduira, sans nul doute, les plus exigeants qui en ont les moyens…

Atterrissage en douceur

Le MERCEDES CLS 350 CDI a tout pour séduire… les plus fortunés, en quête de performances routières et écologiques (à noter la diminution significative du malus en comparaison de la première génération). Son ascendance, ses lignes, son confort et surtout les efforts réalisés en termes de finition intérieure seront autant d'atouts pour faire face à une concurrence croissante sur ce segment.

Gilles LE MORVAN

2011-07-07