VOLKSWAGEN Crafter 2.0 BiTDI

ESPACE UTILITAIRES
  • Performances
  • Economie de gazole
  • Garantie (Crafter)
  • Position de commande régulateur

Prix : 23 710 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres turbo diesel injection directe rampe commune, FAP
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 163 ch à 3600 tr/min
Couple maxi 42.00 mkg à 1800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 75 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 197 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.50
Urbaine 8.50
Mixte 7.50
Essai 0.00

UTILEMENT BLEU

Après les voitures et les utilitaires légers, il ne restait (Tiguan excepté) en gros que la gamme des utilitaires moyens qui n’avait pas rejoint la famille. La gamme Crafter renouvelée fait son apparition sur le marché avec une nouvelle face mais aussi avec quelques nouveautés plus bleues si vous voyez ce que je veux dire. D’ailleurs, la présentation du Crafter 2011 me permet de revenir sur la gamme utilitaire de VW avec notamment le Multivan qui lui aussi a rejoint le mouvement bleu…

De la douceur

C’est évident, un utilitaire a une durée de vie commerciale plus longue (dix ans environ) qu’une voiture particulière, mais comme elle, il a droit à un remodelage pour relancer ou au moins assurer la poursuite de sa carrière en attendant la relève. Le "lifting" de mi vie arrive à point nommé en 2011 vu que le Crafter qui aurait dû logiquement se nommer LT3, a succédé au LT2 en 2006. Voyez la face du nouveau Crafter, le changement est à la fois léger et moins anodin qu’il n’y paraît. Tout est dans la calandre. Le VW adopte simplement la forme caractéristique noire, à barrettes horizontales, située entre les phares, mais la face y gagne nettement au change. L’aspect rude de la précédente version avec sa calandre verticale lui donnait un air très massif comme si un utilitaire se devait d’être privé de beauté. Alors, même si on peut se dire que le design d’un utilitaire n’est pas le premier souci de son acquéreur, l’aspect n’est pas à négliger, il y a aussi de la concurrence dans ce domaine. Le reste du dessin du Crafter ne change pas. Je vous l’ai dit : tout est dans la calandre.

L’intérieur non plus ne change pas trop, on ne retrouve pas l’ambiance VW mais plutôt celle de MERCEDES reconnaissable aux commodos et commandes de climatisation, et particulièrement à celle, typique, de régulateur sur le volant. Pour mémoire, le Crafter et le Sprinter (de MERCEDES) partagent la même base, seuls les moteurs diffèrent, chacun provenant de sa propre maison. Quel que soit le type de carrosserie choisie, le confort est bien présent, ce qui, finalement, ne transforme la conduite utilitaire en corvée. Direction assistée, réglages volant et sièges, tous les éléments permettent au conducteur de trouver "sa place". Même le siège central (trois places de front) est assez confortable. Bienvenus, les témoins du radar de recul placés sur chaque rétroviseur donnent une aide précieuse quand il s’agit de manœuvrer. N’oublions pas que le Crafter peut mesurer jusqu’à sept mètres de long (dans sa configuration minibus). Le modèle d’essai en fourgon long surélevé est déjà d’un bon gabarit et la visibilité arrière n’est aidée que par les rétroviseurs. Pour l’avant, le radar indique les zones délicates par un marquage à diodes placé en bas du pare-brise, dispositif que l’on retrouve sur les berlines (MERCEDES).

De l’économie, du couple, de la charge utile

La nouveauté de la gamme Crafter ne se résume bien évidemment pas au seul changement de calandre. Les moteurs propres à VW ont été renouvelés avec la bienveillance verte ou plutôt bleue (BlueMotion oblige). Cette bienveillance utilise la désormais connue technique du "downsizing" en remplaçant les cinq cylindres par des quatre cylindres moins gourmands associés à un ou deux turbos. La base est un TDI de deux litres à rampe commune qui développe trois puissances possibles. Au sommet, le TDI donne 163 chevaux et un couple de 400 Nm avec l’aide de deux turbos, soit dix pour cent de mieux que l’ancien cinq cylindres. A ce bénéfice, s’ajoute une nette économie de gazole : VW annonce une consommation moyenne de 7,2 litres aux cent kilomètres (contre 9,8 antérieurement) et, dans le meilleur des cas, un rejet de 189 grammes de CO2. Appréciez la prouesse. Dans la même veine, le TDI avec un simple turbo, affiche des pourcentages de gain tout aussi intéressants avec une puissance de 109 ou 136 chevaux. Plus d’un litre aux cent, un couple augmenté de plus de 10%, la charge utile croît d’autant. Le nouveau Crafter est plus léger de 40 kilogrammes, un autre effet du downsizing.

Le Crafter bleu est équipé d’une boîte mécanique à six rapports, d’un Stop&Start et de la récupération d’énergie au freinage. L’incontournable indicateur de changement de vitesse est bien visible dans un des compteurs. La gamme VW est vaste, basée sur quatre longueurs, trois hauteurs et trois catégories de chargement, ce qui donne 400 versions possibles du van au fourgon en passant par le plateau ou le minibus. Pour faciliter le chargement, les portes arrière ouvrent à 270° et la porte coulissante latérale est la plus haute et la plus grande du segment. Enfin la dernière nouveauté est le passage de la garantie à trois ans (d’où le logo 2+1 qu’on peut apercevoir dans la pub) ou 250.000 kilomètres.

Du bleu à volonté

Toute la gamme utilitaire a été passée au bleu. Le petit Caddy était passé sous la bannière bleue en fin d’année dernière avec le relifting. La famille T5 arbore également le logo BlueMotion. Si le T5 essence TSI de 204 chevaux fait exception avec le 0 à 100 en 9,4 secondes (il ne verra pas trop nos routes), les autres modèles sont exclusivement motorisés avec du TDI. On retrouve le deux litres du Crafter qui développe dans ce cas 114 chevaux. Le couple de 250 Nm est disponible dès 1.500 tr/mn et le rendement économique affiche un gain de 0,9 litre de gazole. Le plus marquant est la réduction du taux de CO2 qui passe de 193 à 169 grammes pour le Multivan BlueMotion. Comme dans le Crafter, le Stop&Start est présent tout comme la récupération d’énergie au freinage. Le Multivan bénéficie d’une dotation d’équipements plus complète avec un régulateur de vitesse, une climatisation semi automatique, un tapis de sol et quelques améliorations dans les revêtements intérieurs. Plus utilitaire, le Transporter BlueMotion gagne des performances analogues avec une consommation moyenne de 6,7 litres pour la version la plus courte…

VOLKSWAGEN nous démontre que la technologie économique à base de "downsizing" n’est pas réservée aux seules voitures. Les utilitaires moyens ont eux aussi droit et même intérêt à réduire les consommations. Le Crafter remodelé profite de sa nouvelle face pour accueillir un nouveau TDI à quatre cylindres moins gourmand et plus coupleux, voilà de quoi assurer une fin de carrière (encore lointaine). La gamme T5, à commencer par le Multivan, est également passée en BlueMotion Technologie, lui permettant, elle aussi, d’afficher d’intéressantes performances…

Philippe NIOLLET

2011-07-15