AUDI S5 Sportback

ESPACE COUPE
  • Moteur
  • Look
  • Sellerie
  • Equipements
  • Garde au toit places arrière
  • Rangements à l'intérieur
  • Autonomie

Prix : 65 260 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres en V – 24 soupapes injection directe essence
Cylindrée 2995 cm³
Puissance maxi 333 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 44.90 mkg à 2900.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.71 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.38 m

Poids

Total 1755 kg

Capacités

Coffre de 0 à 480 dm³
Réservoir 64 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.40 s

Environnement

Emission CO2 224 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.30
Urbaine 13.80
Mixte 9.70
Essai 0.00

SPORT ET LUXE

Faut-il juste voir dans cette version sportive de l’AUDI A5 un "gros" moteur caché dans une AUDI classique et réalisée uniquement pour faire plaisir à une clientèle finalement assez fermée et qui aurait pu manquer jusqu’ici à la gamme pourtant déjà bien large de la firme allemande ? Vous allez voir dans cet article que ce modèle est bien plus que ça et que les atouts de ce coupé berline vont "toucher" en plein cœur bon nombre d’entre vous.

La berline chaussée sport

La S5 Sportback se situe entre une berline et un coupé sport mais à quatre portes. La réussite des coupés est bien entendu très liée à leur design et pour le coup on a à faire ici à une belle réussite ! Evidemment c’est à partir de l’A5 qu’a été dessinée cette version sportive mais si la face avant est identique, l’empattement lui a été allongé de six centimètres, et si on ne le distingue pas au premier coup d’œil, cet effet de silhouette "affinée" est bien présent. Vous allez me dire est-ce juste cet allongement qui différencie l’A5 de la S5 Sportback ?  Non, ce serait bien trop réducteur même s’il faut bien l’avouer le "caractère" bien trempé de la bête se situe sous le capot et dans ses performances routières.

Les six centimètres supplémentaires ont permis les évolutions suivantes : un plus long capot, un hayon et donc un coffre un peu plus grand et puis des arêtes plus saillantes sur les flancs ainsi qu’un arrière assez court renforçant le caractère sportif. Sa monte spéciale de 19 pouces, une calandre estampillée S5 et deux doubles sorties d’échappement (symétriques de chaque côté du diffuseur arrière) s’inscrivent complètement dans ce registre sportif. Mais comme AUDI sait très bien le faire, l’élégance est bien entendu de mise : les portières sans cadre en sont une des particularités. Le tout est donc en parfaite harmonie, ce qui en fait au moins de l’extérieur une voiture très jolie à regarder, sans aucune faute de goût.

En rouge et noir

Lorsqu’on monte à bord, on prend place, côté conducteur et passager, sur des sièges baquets "tout cuir" rouges et noirs agrémentés d’un joli liseré rouge. Par contre, en réglant le siège conducteur, certes de façon automatique, je m’aperçois que je ne peux pas mémoriser ma position…Peut-être n’ai-je pas trouvé la commande permettant de le faire mais la plupart du temps cette commande est située sur les boutons automatiques ou est-ce vraiment un manque ? A ce niveau de gamme je préfère me dire que je n’ai pas trouvé la commande ! Ce petit défaut sera rapidement oublié ; d’ailleurs je crois que c’est la seule remarque négative que je ferai sur cet essai.

En passant en revue l’intérieur de cette S5 Sportback et pour rester sur les places avant, le volant est recouvert de cuir de couleur noire avec un liseré rouge, estampillé là-aussi "S5" avec des commandes d’accès au multimédia (téléphone, radio etc…). Toute la garniture est de couleur noire, le tableau de bord propose des arrondis pour le compte-tours et la vitesse avec en leur centre un écran de rappel des indications du bloc central (GPS, radio…). La plupart des commandes sont assez "classiques" et chères à la marque AUDI et aussi VOLKSWAGEN d’ailleurs puisque roulant en Passat, je ne suis pas du tout perdu pour trouver l’allumage des feux, le régulateur et tout le reste. La molette centrale, placée juste derrière le levier de vitesses, permet un accès facile et pratique aux différents menus.

Pour ceux et celles intéressés par le rangement, c’est assez classique avec les bacs de portières avant et arrière, un rangement central entre passager et conducteur pour recevoir deux canettes ou deux verres et de la place pour mettre des clefs, son portable, une paire de lunettes mais pas vraiment plus… La boîte à gants est assez petite mais on y trouve un câble de raccord qui permet de connecter son I-phone ou un autre portable.

Quant aux places arrière, l’assise se fait également sur du cuir aux couleurs noires et rouges. Par contre, la garde au toit est faible mais la banquette arrière étant assez creusée, cela permet quand même d’accueillir de grands gabarits et puis le toit ouvrant qui équipait ce modèle d’essai ajoutait également une entrée de lumière très agréable.

L’équipement de sécurité est très complet, normal chez AUDI, avec notamment un radar embarqué qui nous prévient qu’on est trop près du véhicule qui nous précède, de nombreux airbags équipent cette S5 et notamment celui prévu en face du passager qui porte même l’insigne "Quattro", sûrement pour nous dire que ce n’est pas la tenue de route de cette S5 qui risque de déclencher l’airbag, ce qui demande à être vérifié… Je parle évidemment de la tenue de route, par un essai grandeur nature.

Quand les chevaux s’emballent

 C’est la boîte automatique S-Tronic à sept rapports qui équipe la S5. Un petit rappel rouge sur le levier de vitesses mais ce qui capte l’attention ce sont les palettes au volant et je me dis alors qu’on va pouvoir s’amuser ! A l’oreille, le six cylindres est d’ores et déjà très envoûtant, pourvu que ses performances soient à la hauteur : c’est parti pour l’essai…

Le comportement autoroutier de la S5 est irréprochable, les rapports passent très proprement, sans à-coups et dès que le pied se fait plus pressant sur l’accélérateur, la voiture répond immédiatement. On est très confortable et nul ne doute que les longs trajets seront très agréables. Seul bémol finalement pour le conducteur, c’est la limitation à 130 km/h de nos autoroutes qui bride clairement les 333 chevaux de cette voiture. Mais on n’attendait pas moins de cette version sportive du déjà performant coupé, c’est donc sur un terrain un peu moins lisse que l’on va tester ce que la belle a dans le ventre.

Alors que le parcours autoroutier s’était fait sur un mode "confort" (trois modes de sélection possibles : confort, automatique ou dynamique) je choisi le mode "dynamique" pour tester la S5 sur les petites route des Yvelines. Cette sélection a pour action de durcir la direction, les suspensions et d’augmenter le régime moteur au passage des vitesses, la S5 est alors complètement transformée en sportive. Et vraiment on ressent de suite ce changement au volant et quel plaisir ! On a tendance à s’engager de plus en plus vite dans les virages, d’appuyer de plus en plus fort sur l’accélérateur sur les longues lignes droites, de freiner au dernier moment et vraiment rien ne bouge sur cette S5. Même dans les virages les plus serrés, elle n’est jamais prise en défaut et aucun mouvement de caisse (bénéfice certain des quatre roues motrices) ne vient perturber ce comportement excellent. Pourtant son poids imposant de 1.755 kilogrammes pourrait en décider autrement mais non ! Les ingénieurs d’AUDI ont trouvé le bon compromis poids – puissance pour que cette S5 réponde parfaitement à toutes les sollicitations. C’est un régal ! On se sent très en confiance au volant, certes l’excès de confiance n’est jamais très bon mais cet essai n’était pas non plus un test sur circuit et on est donc très loin d’avoir atteint les limites de la S5. Et puis ce n’est pas non plus une voiture de course et AUDI avec ce modèle ne vise d’ailleurs sûrement pas cette clientèle là car la S5 est plutôt destinée à une clientèle familiale désireuse d’avoir une très belle voiture au quotidien qui puisse allier confort et grand plaisir de conduire.

On se sent un peu frustré de n’avoir à l’essai cette S5 Sportback que quelques jours mais pour en profiter plus longtemps, il "suffit" de passer commande ! Et si certes la somme à débourser pour acquérir ce modèle n’est pas à la portée de tous, il faut aussi reconnaître que le plaisir d’être au volant de cette sportive n’est pas non plus, sur le marché de la concurrence, à la portée de tous les véhicules même du même segment

S. MACADRE

2011-10-29