RENAULT Koleos 2.0 dCi Carminat 4X4

ESPACE TOUT-TERRAIN
  • Confort
  • Garde au sol
  • Aménagement
  • Habitabilité
  • Ligne passe-partout
  • Pas de Stop&Start

Prix : 29 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres Diesel suralimenté M9R Injection rampe commune
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 150 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 32.63 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.52 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.70 m

Poids

Total 1655 kg

Capacités

Coffre de 450 à 1380 dm³
Réservoir 65 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 182 km/h
0 à 100 km/h 10.40 s

Environnement

Emission CO2 166 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.70
Urbaine 7.50
Mixte 6.40
Essai 0.00

FORCE TRANQUILLE

Après de longues années d'hésitation et le départ de Louis Schweitzer, le constructeur au losange avait fini par sortir, avec l'aide de son partenaire NISSAN, son premier Crossover 4X4. Handicapé cependant par un design fade malgré des prestations intéressantes, il a fait une carrière en demi-teinte sur le vieux continent. Il nous revient aujourd'hui avec une nouvelle figure afin de corriger le tir…

Un face lift bienvenu

Dans la lignée de la Vel Satis, le Koleos a souffert à sa sortie d'une calandre empruntée et sans relief, alors que la face arrière de la voiture s'avérait finalement décalée et beaucoup plus réussie. Produit en Corée dans l'usine RENAULT SAMSUNG Motors de Busan, cette voiture était également commercialisée au pays du matin calme sous la dénomination QM5 avec une véritable calandre beaucoup plus équilibrée. C'est en s'inspirant de ce bon goût coréen que cette nouvelle face avant a été aujourd'hui "regalbée" autour du losange qui en profite pour grandir un peu. La voiture n'a pas beaucoup évolué par ailleurs si ce ne sont les couleurs et tissus des intérieurs, les dessins des pièces restant identiques à la précédente version. On notera donc l'utilisation de LEDs pour les répétiteurs de clignotants, le tissu écossais des sièges et les compteurs de l'instrumentation désormais à fond blanc. Le Koleos gagne donc dans l'exercice en respectabilité et en équilibre, mais reste beaucoup moins sexy que certaines productions concurrentes actuelles comme le KIA Sportage. Les belles jantes alu de 18 pouces sont également associées sur cette version Carminat à des vitres arrière sur-teintées, ce qui redonne une petite touche de classe à la ligne.

Pas de bouleversement

La silhouette de la voiture ne bougeant pas d'un iota, on en retrouve donc logiquement les bonnes idées, comme le hayon en deux parties avec un volet de chargement inférieur pouvant supporter un sac de ciment si vous le désirez, et débouchant sur un plancher plat dans le coffre. On aurait cependant aimé une meilleure ergonomie pour la manipulation du hayon supérieur, son moulage de poignée interne de rabattage tombant mal en main et échappant une fois sur deux.

Côté praticité, on appréciera également la mise en break automatique, accessible par un levier même depuis le coffre, ce système étant emprunté au monde des breaks. Les dossiers de la banquette arrière sont également inclinables pour améliorer le confort, mais il subsiste malheureusement en général un trou entre la planche arrière et le dossier. On retrouvera également avec plaisir sur ce véhicule des espaces de rangement empruntés au monde des monospaces mais la place disponible pour les jambes reste limitée à l'arrière, héritage sans doute de la plateforme choisie.

Le niveau d'équipement Carminat essayé ici, fruit de la simplification de la gamme lors du restylage, propose en série le GPS Tom-tom à écran couleur avec connexion Bluetooth, le démarrage main-libres et la climatisation bi-zones automatique. Parmi les petits détails qui déçoivent, on citera une fermeture des portes qui n'est pas réellement "sans les mains" puisqu'il faut appuyer sur le petit bouton situé sur la poignée, comme sur les anciennes générations de Mégane.

Son point fort : le confort

Cette phase 2 du Koleos, outre la modification de style, a également consisté en l'adoption de moteurs moins gourmands afin de corriger autant que faire se peut l'appétit de ce crossover, et le repositionner en zone neutre sans malus pour les versions deux roues motrices d'entrée de gamme. La transmission intégrale de notre véhicule d'essai fait en effet grimper les émissions de CO2 au niveau du malus de 750 €, malgré la puissance limitée du moteur. Il manque en fait à ce modèle au moins une version dotée de la fonction Stop&Start afin de baisser encore le bilan carbone. Là ou il est permis de s'interroger sur une erreur de positionnement du losange, c'est que la plupart de ses concurrents comme le VOLKSWAGEN Tiguan ou le KIA Sportage le proposent.

Le fonctionnement de la transmission reste inchangé et transparent pour le conducteur, au travers d'une molette de sélection entre une transmission deux roues motrices, 4x4 permanent forcé ou bien un mode automatique gérant électroniquement la motricité en fonction des conditions d'adhérence. Que du très classique en somme mais assez efficace sur cette voiture, il est vrai que le savoir-faire de NISSAN est derrière cette auto…

Au roulage, la caractéristique la plus marquante est le confort général du RENAULT. A l'opposé des Crossovers sportifs d'aujourd'hui, ce Koleos haut perché enveloppe ses occupants d'un cocon de ouate et prend soin d'eux tout au long du voyage. Doté d'une bonne insonorisation, il filtre également efficacement les bruits de roulement remontant aux oreilles des passagers. Impérial en hors piste et sur route à allure modérée grâce à son typage de suspension souple, il perd cependant pas mal de sa superbe en cas d'allure plus enlevée ou de petite route bosselée. Revers de la médaille de son châssis ; il affiche en effet une tendance marquée à la prise de roulis et sa direction s'avère peu précise et peu communicative. Le résultat en est l'adoption forcée d'une conduite souple, d'autant plus qu'en 4x2, sa motricité sera rapidement prise en défaut avec une tendance nettement sous-vireuse.

S'agit-il d'un contretemps ? Arrivé après tout le monde sur le marché saturé des 4x4, RENAULT n'a pas su capitaliser sur l'expérience acquise par NISSAN avec le Qashqai pour créer la surprise avec ce véhicule qui présente de réelles qualités et aptitudes, mais s'avère décalé par rapport à l'offre actuelle par son manque de sportivité et ses émissions plus élevées. Le même avec une suspension pilotée et un système stop&start serait beaucoup plus attractif.

Frédéric JOUSSET

2012-01-10