MAZDA 3 2.2 MZR-CD Dynamique

ESPACE COMPACTE
  • Moteur sportif
  • Maintien siège
  • Prix

Prix : 25 950 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo Diesel injection indirecte rampe commune
Cylindrée 2184 cm³
Puissance maxi 185 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 40.80 mkg à 1800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.46 m
Largeur 1.76 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1390 kg

Capacités

Coffre de 340 à 0 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 213 km/h
0 à 100 km/h 8.20 s

Environnement

Emission CO2 144 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 6.90
Mixte 5.40
Essai 6.70

CHEVAUX DE TROIS

C’est une évidence, le Diesel est encore bien ancré dans le paysage automobile. MAZDA comme les autres, a bien compris l’intérêt de proposer un choix de motorisations préférant le gazole. La compacte MAZDA 3 dispose de deux "CD" la désignation des Diesel chez le constructeur japonais. Profitons de cette occasion pour redécouvrir cette gamme et la ligne de la 3 remodelée l’année dernière. On se situe dans l’étape logique de fin de vie avant la future 3 qui sera logiquement présentée après la nouvelle 6, préfigurée par le réussi concept Takeri découvert au dernier Salon de Genève.

Puissance

La gamme Diesel comprend deux moteurs. Le plus petit est le 1,6 litre de son ex associé FORD, développé en commun avec PSA. Ce MZ-CD accouplé à une boîte six, donne 115 chevaux et une consommation moyenne de 4,3 litres. La puissance entre exactement dans la cible du segment, mais cette préférence ne dispense pas d’explorer des niveaux plus élevés et du coup, plus exclusifs. C’est le rôle donné à la MZR-CD, l’autre motorisation, animée par le 2,2 litres maison configuré en "High Power" poussant la puissance à 185 chevaux. La boîte six est conservée et particulièrement agréable à manipuler. La MAZDA est plaisante à conduire avec un petit côté indéniablement sportif qui assure la puissance sans rechigner avec une jolie valeur de couple de 400 Nm disponible à partir de 1.800 tr/mn. Le constructeur affiche une consommation moyenne de 5,4 litres, en baisse par rapport au modèle précédent. Pour ma part, en conduite mixte à dominante citadine tout de même, l’ordinateur s’est arrêté sur 6,7 litres. On peut noter au passage l’effort sur la réduction du taux de CO2 (144 g/km) contre 115 pour la 1,6 litre.

Pour améliorer le confort, le constructeur a apporté quelques modifications aux suspensions (multibras à l’arrière) ainsi qu’à la rigidité de la caisse. La direction, précise, a, elle aussi, été améliorée par l’optimisation du débit de la pompe d’assistance. La position de conduite est d’ailleurs facilitée par les réglages du siège et du volant. Pour rester dans l’esprit de la voiture, la finition de la 3 d’essai agrémente les sièges avant d’un style sportif.

Aisance

La 3 reconnaissable à sa face plus agressive a été présentée en 2008. Le remodelage tombe pile après trois ans de vie, période classique pour rafraichir la gamme. Les modifications de style sont plus que subtiles. La nouvelle 3 se distingue principalement par ses boucliers redessinés. L’autre signe distinctif se cache derrière les feux arrière qui ont été repoussés vers les panneaux latéraux. Les actuels possesseurs de 3 ne seront pas lésés, les nouveaux non plus puisque la voiture garde son style caractéristique reconnaissable à sa calandre imposante et son profil long pour la catégorie. Le reste des retouches sont des appendices ou des modifications pour améliorer l’aérodynamique de la voiture.

L’intérieur a été très légèrement touché où seules des teintes différentes marquent la planche de bord et les cadrans. Le noir domine, juste agrémenté de touches inox sur le volant et les entourages des compteurs. Ceux-ci reçoivent un nouveau graphisme. La console accueille l’écran tactile de 5,8 pouces, intuitif et lisible. La partie supérieure du tableau de bord regroupe les informations de l’ordinateur alors que le bloc placé derrière le volant domine par ses deux compteurs bien démarqués. Bref, on s’y retrouve facilement d’autant que MAZDA n’a laissé que la jauge d’essence, la température de refroidissement a été remplacée par deux voyants : bleu quand c’est froid et rouge quand c’est trop chaud. C’est somme toute l’accoutumance avec les commandes du volant qui pourra peut être prendre du temps. Le régulateur de vitesse fait d’ailleurs partie de celles-ci.

Prestance

La MAZDA 3 d’essai équipée du 2,2 litres n’est proposée qu’en finition "Dynamique", cela a le mérite de simplifier l’offre. D’ailleurs, la liste des options est elle aussi réduite (peinture métallisée et extension de garantie au-delà de 3 ans), ce qui explique que le prix peut paraître élevé. La voiture dispense de clé pour démarrer, dispose du GPS et de jantes en alliage (17 pouces). On peut également signaler le capteur de pluie, l’allumage automatique des feux et une climatisation bi zone. Certes le MZR-CD représente la puissance la plus élevée de la famille, loin derrière la MPS et ses 260 chevaux. La 3 MZ-CD, forte de son 1,6 litre, se paie 21.750 € en finition "Confort", le niveau d’entrée déjà très bien équipé.

La MAZDA 3 se paie un micro remodelage pour poursuivre sa carrière. Elle représente une sérieuse alternative dans ce segment si disputé des compactes, d’autant qu’elle est plus longue que ses concurrentes. Le petit Diesel de 115 chevaux ouvre efficacement le bal mais le "high power" de 185 chevaux donne la puissance et le côté sportif à la voiture et ce plus peut faire la différence…

Philippe NIOLLET

2012-05-03