AUDI A5 Sportback 1.8 TFSI S-Line Multitronic 8

ESPACE COUPE
  • Ligne générale
  • Agrément moteur
  • Coffre
  • Liste d’options sans fin
  • Tarif

Prix : 43 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, double ACT, 16 soupapes bi-injection + turbo
Cylindrée 1798 cm³
Puissance maxi 170 ch à 6200 tr/min
Couple maxi 32.60 mkg à 3700.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.71 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.39 m

Poids

Total 1525 kg

Capacités

Coffre de 480 à 980 dm³
Réservoir 63 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 220 km/h
0 à 100 km/h 8.40 s

Environnement

Emission CO2 136 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.20
Urbaine 7.00
Mixte 5.90
Essai 0.00

EVOLUTIONS 2012

AUDI nous a présenté sa nouvelle gamme 2012, relativement riche. Le premier niveau A1 voit sa carrosserie se développer pour offrir deux portes de plus et une garde au toit améliorée en version Sportback, incluant les motorisations de sa devancière trois portes. Du côté de l’A4, l’évolution est plus contenue avec une face avant nouvelle et quelques modifications à l'arrière. Les versions supérieures A6/A7 se voient épaulées par la série S offrant des puissances de 420 chevaux pour la S6 à 520 chevaux pour la S7. Elles intègrent toutes les deux un V8 TFSI incluant la technologie "cylinder on demand", réduisant ainsi les consommations de ces pur sangs. Les A6 et A8 rejoignent le Q5 avec la motorisation hybride de 211 + 45 chevaux. Viendra ensuite en fin d’année le lancement commercial du modèle 100% électrique e-tron, doté de 313 chevaux. Ce volet ne peut être fermé sans évoquer le SUV compact Q3, lancé en fin d’année 2011. J’ai choisi de vous présenter plus en détail la version A5 1.8 TFSI Sportback, dotée d’un nouveau système d’alimentation en carburant bi-injection.

La motorisation

La véritable nouveauté se situe sous le capot. En effet, ce moteur de 1.798 cm3, bien que baptisé TFSI comme tous les moteurs à essence de la marque, présente la particularité de faire appel à deux types d’injection. En effet, bi-injection signifie que l’injection de carburant se produit au travers de deux modes différents, l’un direct, l’autre indirect. La préparation de la combustion fait donc appel à un injecteur installé dans la chambre, donc injection directe, dont la pression est passée de 150 à 200 bars. Celle-ci est active au démarrage ainsi que dans les hauts régimes, et offre la possibilité de délivrer deux ou trois injections individuelles par cycle. Elle est épaulée par une commande variable des soupapes, optimisée par le nouveau système AUDI "Valvelift" qui agit côté échappement et permet de lever celles-ci en deux étapes. Les deux arbres sont maintenant susceptibles de se déplacer selon un angle de vilebrequin de 30 ou 60 degrés. A cela vient s’ajouter une injection indirecte, placée aux confins de la tubulure d’admission, dans la zone des volets "Tumble", zone dans laquelle le carburant tourbillonne intensément avec l’air. Cette injection entre en jeu en phase de charge partielle, et comble le créneau laissé disponible par l’injection directe. Elle assure ainsi une diminution de la consommation et, fait important, génère une réduction des émissions de particules. En outre, la gestion du refroidissement est maintenant intégralement pilotée par l’électronique, permettant au moteur une montée en température rapide de l’huile, en restant le plus longtemps possible dans la zone du carter inférieur, le chauffage pendant cette phase étant assuré par la circulation d’eau dans la culasse via un circuit séparé.

D’autres évolutions viennent également s’ajouter à tout cela, réduction du poids du turbo, réduction des frictions, etc... L’ensemble permet donc au moteur de rejoindre dès à présent les exigences de la norme Euro6, dont l’entrée en vigueur n’est prévue qu’à partir de 2015. Vous l’avez compris, ces évolutions amenant petit à petit nos moteurs thermiques vers une pollution minimale ne s’opèrent que via des systèmes de plus en plus sophistiqués. Pour nous, utilisateurs attentifs à l’impact écologique, l’épée de Damoclès que constitue la fiabilité de ces équipages propulsifs est de plus en plus visible. En effet, en cas de pannes, les interventions des spécialistes sur ces systèmes complexes s'avèrent souvent onéreuses et rarement prises en charge par les constructeurs, quels qu'ils soient, une fois la garantie terminée…

 

En utilisation

 

Après cette loupe sur la motorisation, revenons un peu sur l’écrin. L’A5 Sportback est une familiale élégante, sa ligne est tendue et fluide. L’avant a été revu avec une calandre et des ouïes plus marquées, des arêtes de capot plus vives, conférant à la proue une allure plus ramassée. Les éclairages avant et arrière ont été revus également, adoptant de plus en plus la technologie à LED, en option encore trop souvent. L’aluminium est présent pour apporter à la voiture un gain de poids indéniable. Notre S-Line fait l’objet d’un traitement particulier, cette version s’appuyant sur la finition Ambiente sans constituer la base de la version Ambition Luxe. A l’extérieur, elle se remarque principalement par différents sigles spécifiques et des jantes de dix huit pouces de série, tout cela assis sur un châssis sport.

A l’intérieur, l’ambiance dédiée est résolument tournée vers le sport avec des matériaux plutôt noirs, des sièges sport mi-cuir, mi-tissu, le volant et le pommeau spécifiques. A cela s’ajoute le GPS Plus et le changeur six CD compatible MP3 et WMA placé dans la boîte à gants. A bord, la position de conduite est idéale et le maintien des sièges sans faille. En circulation, elle est conforme à l’image qu’elle donne avec son châssis et ses suspensions sport. Cependant, l’humidité et la fraîcheur du matin prennent en défaut sa motricité, bien assistée par l’électronique pour éviter tout effet désagréable. Avoir du couple à bas régime présente un intérêt certain, à contenir parfois. Les accélérations sont très franches, le freinage à la hauteur, le confort un peu ferme, comme il se doit sur ce type de version. Quel bonheur de circuler à bord d’une voiture à moteur essence, avec un niveau sonore contenu. Les équipements de série ne sont pas en reste. Cependant, la liste d’options est infinie et le prix de base, déjà élevé, freine rapidement tout appétit de personnalisation. Notre essai limité au circuit n’a pas permis de vérifier pleinement son attrait en usage de la vie courante.

Au final, l’AUDI A5 Sportback est une voiture à la ligne réussie. Elle inspire la force tranquille. Sa prise en mains s’avère rapide et aisée. Nous n’avons cependant pas pu vérifier la réalité des chiffres annoncés en termes de consommation. Cette motorisation constitue l’entrée de gamme en matière de cylindrée, mais sa puissance et son couple sont plus que suffisant en usage standard au quotidien. La qualité perçue est, comme à l’habitude chez AUDI, d’un très haut niveau. Quel que soit votre besoin, AUDI aujourd’hui présente une gamme complète avec une utilisation routière possible dès le premier modèle A1, un usage mixte soft dès le niveau compact avec le SUV Q3, et la dualité hybride essence + électrique adoptée par le Q5 et récemment par les A6 et A8. Chacun doit pouvoir trouver son bonheur.

J. FORGE

2012-05-20