VOLKSWAGEN Passat Alltrack & gammes utilitaires 4MOTION

ESPACE TOUT-TERRAIN

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo Diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 140 ch à 4200 tr/min
Couple maxi 32.50 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.77 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.55 m

Poids

Total 1706 kg

Capacités

Coffre de 603 à 1731 dm³
Réservoir 70 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 198 km/h
0 à 100 km/h 10.30 s

Environnement

Emission CO2 150 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.00
Urbaine 7.00
Mixte 5.70
Essai 0.00

ALL WHEELS DRIVE

Cette première moitié 2012 a été, comme les années précédentes, riche en nouveautés pour VOLKSWAGEN, plutôt dans le domaine des véhicules légers. Après la nouvelle Passat présentée fin 2010, le constructeur propose une alternative baroudeuse de son SW pour sortir des routes trop bitumées. Pour plus d’aventures, les tout-terrains à vocation utilitaires se font une petite cure de transmission intégrale. Pour les travailleurs, la gamme purement utilitaire a également droit à un petit toilettage de printemps, de quoi se préparer à affronter la rentrée…

Passat Alltrack

Quand une voiture arbore un "All" dans son patronyme, il y a de fortes chances qu’elle ait une transmission intégrale et quelques aptitudes en tous chemins. Pour VW, ce sera "Alltrack" et ce sera le break Passat SW qui servira de base à la nouvelle venue. Je devrais dire aux nouvelles venues car la gamme Alltrack contient plusieurs modèles différenciées par leurs transmissions et leurs moteurs. Bizarrement et en contradiction avec ce que je viens d’énoncer, la Passat existe en "simple" traction de quoi satisfaire les envies d’un véhicule au look différent. La Passat Alltrack se distingue en effet du SW par sa garde au sol rehaussée de 30 millimètres, ses passages de roue élargis, ses boucliers spécifiques et ses nouvelles jantes. Les angles d’attaque et de sortie sont évidemment augmentés améliorant les capacités de franchissement d’autant que le soubassement (moteur, boîte, carter…) est protégé par une tôle d’acier.

VW ayant une liste impressionnante d’organes et d’équipements, a préféré les moteurs à fort couple. Deux TSI (essence) et deux TDI (Diesel) sont proposés. Les TSI développent 160 chevaux (1,8 litre) et 210 chevaux (2,0 litres). A injection directe également, les TDI sont les incontournables 140 et 170 chevaux, tous deux basés sur le 2,0 litres. Pour garder une couleur écolo, ces derniers sont livrés en version "BlueMotion Technology" (avec système Start-Stop et récupération de l’énergie au freinage). Seules les plus grosses puissances sont équipées du système 4MOTION désignant la transmission intégrale et de la boîte DSG. On peut tout de même recourir à l’option pour avoir les quatre roues motrices avec le TDI 140. La traction est le point fort de la voiture. En guise d’éclairage, l’Alltrack TDI 140 est capable de tracter une charge freinée de deux tonnes jusqu’à une pente de huit pour cent. Les versions 4MOTION récupèrent le programme de conduite tout-terrain (déjà éprouvé sur le Tiguan). La répartition entre essieux est assurée par un embrayage de transmission intégrale électro hydraulique qui est donc activé par une pompe à huile électrique. L’essieu avant est équipé d’un blocage de différentiel électronique. La conduite de l’Alltrack, en ayant pressé le bouton Offroad, se fait très facilement grâce à l’électronique qui veille. La petite boucle d’essai en Offroad a permis de vérifier l’efficacité du système, même en passage de gué… La combinaison 4MOTION avec la DSG est idéale pour passer toutes ces ornières et compte tenu des capacités de ce break (volume intérieur), la voiture est une réelle alternative aux SUV, particulièrement dans les zones montagneuses. Les équipements de sécurité de la Passat sont bien évidemment disponibles dans l’Alltrack. La nouvelle Passat coûte un peu plus de 33.000 € en TDI 140 et évidemment quelques Euros de plus que le classique Passat SW.

Amarok automatique

Si on veut choisir un 4x4 plus traditionnel avec de plus grosses capacités de toutes natures (chargement et franchissement), on peut passer de l’Alltrack à l’Amarok. Le pick-up de VW vient d’être équipé d’une boîte automatique à huit rapports. Le premier est destiné au tout-terrain ou à la traction alors que le huitième agit comme une vitesse surmultipliée pour réduire le régime moteur et permettre d’économiser du carburant. L’Amarok automatique est associée au plus puissant des TDI, à savoir le deux litres donnant 180 chevaux et un couple de 420 Nm. La forte puissance de cette petite cylindrée (encore un exemple du down sizing) est obtenue par un bi-turbo. Résultat : l’Amarok biTDI automatique affiche une meilleure consommation (VW annonce 7,6 litres aux cent) et un taux de CO2 qui passe juste au dessous de 200 g/km. On peut enfin opter pour la technologie BlueMotion (Start/Stop, récupération d’énergie au freinage et pneus à faible résistance au roulement).

Le reste de la gamme est inchangé. Les "petits" TDI de 122 et 163 chevaux gardent leur boîte mécanique et le choix de la transmission : propulsion, 4MOTION enclenchable ou 4MOTION permanente comme sur le biTDI. Aux côtés de la carrosserie double cabine, l’Amarok est proposé en simple cabine, ce qui profite à la longueur de chargement (2,20 mètres) augmentée de 65 centimètres. Trois finitions sont disponibles pour l’Amarok Double Cabine avec au sommet le niveau "Highline" qui se reconnaît à ses nombreuses touches de chrome et à la possibilité d’une sellerie en cuir… Comptez 33.540 € pour le premier Amarok Automatique et 39.090 € pour le haut de gamme (sans les options).

Caddy intégral

Le Caddy n’est plus à présenter qu’il soit en utilisation familiale ou utilitaire. Le VW a lui aussi adopté la transmission intégrale 4MOTION. Le système est du type Haldex monté directement sur la boîte de l’essieu arrière avec un embrayage électro-hydraulique qui assure la transmission de la force motrice entre les deux essieux. Un module de commande calcule le couple d’entraînement idéal de l’essieu arrière et commande, via une vanne, la pression d’huile sur les pistons d‘embrayage. La pression sur les disques d’embrayage augmente proportionnellement en fonction du couple souhaité sur l’essieu arrière. Dans certains cas extrêmes, on peut avoir 100% du couple sur cet essieu.

Le Caddy 4MOTION est équipé du TDI de 2,0 litres et 110 chevaux, avec un couple maximum de 280 Nm. Comme l’Amarok, le petit VW peut récupérer la boîte DSG mais cette configuration est réservée au même TDI mais en version 140 chevaux. En cas de besoin de volume supplémentaire, le Caddy existe en empattement long (nommé Caddy Maxi). Le VW est décliné en cinq versions qui débute avec le Van pour une utilisation essentiellement utilitaire (3,2 m3 de chargement) et qui se termine avec le Tramper. Celui-ci est en fait la version camping car de la famille avec des possibilités de couchage et d’aménagement intérieur. Le Caddy Van 4MOTION et DSG6 se paie 23.200 € (HT) alors qu’à l’autre bout du catalogue le même Caddy en version Tramper Maxi vous coûtera 32.910 € (TTC).

Crafter Achleitner

Pour son Crafter 4MOTION, VW a fait appel à la transmission intégrale de la société autrichienne Achleitner. Le système doit gérer la masse importante du fourgon en répartissant les forces à 50/50 entre les deux essieux. Le blocage de différentiel est fourni en série, il est situé dans la boîte de transfert et au niveau de l’essieu arrière. Le blocage de différentiel à l’avant est également disponible en option. La carrosserie a été légèrement modifiée pour accueillir les suspensions adaptées (ressorts renforcés ou amortisseurs plus fermes). Le Crafter intégral a lui aussi la garde au sol rehaussée (dix centimètres) par rapport à son cousin à propulsion.

Le moteur est unique avec la configuration 4MOTION. Il s’agit du biTDI de 163 chevaux dont on a déjà parlé du côté de l’Amarok. Rappelons que ce deux litres développe un couple maxi de 400 Nm dès 1.800 tr/mn. Les Crafter sont disponibles en de multiples carrosseries à commencer par le Van. Il existe en plateau, en châssis nu avec simple ou double cabine. Le Combi est la version minibus reconnaissable à ses vitres latérales, il peut transporter jusqu’à neuf personnes.

T5 quatre roues motrices

Le dernier de la famille et pas des moindres est le T5. Derrière ce patronyme qui ne vous suggèrera peut être aucune image, se cachent en fait les Transporter, Caravelle, Multivan et California. En termes de gabarit, les T5 se placent entre le petit Caddy et le plus gros Crafter. Comme eux, la transmission intégrale est proposée dans cette gamme d’utilitaires dites légers. Le système est là aussi du type Haldex et comme dans le Caddy, la pression est régulée par une pompe électrique qui peut se couper temporairement. Selon le même principe, dans les cas extrêmes, il est même possible de distribuer jusqu’à 100 % du couple à l’essieu arrière.

La palette de moteurs est répartie sur les TDI de 140 et 180 chevaux. Ce dernier est le seul pouvant combiner la transmission intégrale et la boîte DSG (sept rapports). Le Transporter de base 4MOTION offre une capacité maximale de chargement jusqu’à 1,283 tonne avec un empattement normal de trois mètres. Les configurations sont nombreuses : empattement long, toit surélevé… Pour le transport de personnes, la Caravelle offre neuf places. Entre les deux, le Multivan assure jusqu’à sept places ou moins si on préfère la version Business doté de six places ultra luxueuses. C’est la définition haut de gamme (supérieure à la finition Carat). Pour le camping enfin, l’indémodable California (le camping car) peut aussi profiter de la déclinaison 4MOTION.

Il devrait y en avoir pour tout le monde ! Je parle de la transmission intégrale et si possible associée à l’automatisme. En version 100% civile, la Passat Alltrack offre l’alternative baroudeuse au SW qui permet de passer quelques belles ornières et même des gués. Un peu plus chère que le SW classique, on peut ne garder qu’une version deux roues motrices pour avoir le look. Plus utilitaires quoique des versions minibus et camping cars sont proposées, les VW combinent transmission intégrale et boîte automatique ou DSG. L’Amarok, les T5, le Crafter et le Caddy ciblent toutes les combinaisons possibles et de choix !

Philippe NIOLLET

2012-08-29