FORD B-Max 1.6 TDCI 95 Titanium

ESPACE MONOSPACE
  • Accès à bord aisé
  • Compromis confort/tenue de route
  • Consommation
  • Equipement
  • Portes coulissantes lourdes
  • Coffre et habitabilité arrière
  • Moteur vibrant et un peu creux à bas régime
  • Pas de système start/stop

Prix : 21 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 95 ch à 3800 tr/min
Couple maxi 21.80 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.08 m
Largeur 1.75 m
Hauteur 1.60 m

Poids

Total 1310 kg

Capacités

Coffre de 318 à 1386 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 173 km/h
0 à 100 km/h 13.90 s

Environnement

Emission CO2 104 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.60
Urbaine 4.70
Mixte 4.00
Essai 5.80

OPERATION PORTES OUVERTES

Le FORD B-MAX, arrivant un peu tardivement sur le marché des "minispaces", se devait d'être porteur de nouveauté. Eh bien, on n'est pas déçu ! FORD a réussi l'exploit de proposer un accès à bord d'une largeur de 1,50 mètre à une voiture de seulement 4,08 mètres de long en supprimant le montant central et en adoptant des portes arrière coulissantes.

Pas de montant central

Afin de proposer un accès aisé à bord du B-MAX, FORD a choisi des portes arrière coulissantes, solution inédite dans cette catégorie. Le B-MAX empruntant le châssis de la Fiesta, un problème s'est rapidement posé : comment faire tenir dans un empattement de 2,49 mètres une porte avant de taille raisonnable, un montant central et une porte coulissante. La solution : supprimer les montants centraux. Le défi était de taille, car il ne fallait pas nuire à la rigidité en enlevant ces éléments de la structure. Pour solutionner cet écueil, les ingénieurs de FORD ont intégré les montants aux portes qui s'arriment à la caisse lors de leur fermeture, assurant ainsi la rigidité nécessaire et la sécurité en cas de choc. Mission réussie, le B-MAX a décroché cinq étoiles aux crash-tests EuroNCAP.

Facile d'accès

Installer un jeune enfant dans son siège auto n'est pas toujours chose facile, sauf dans un B-MAX. Il suffit d'ouvrir les deux portes latérales, de rabattre le dossier du siège avant dont on se servira comme tabouret et on se trouve assis face au siège de Bébé que l'on peut installer sans contorsions. Un petit bémol toutefois à ce tableau idyllique : les portes coulissantes sont lourdes à manipuler, surtout si la voiture est garée en pente, et elles peuvent être soit difficiles à fermer, soit difficiles à ouvrir suivant le sens de la pente.

Coffre et habitabilité arrière un peu justes

Autre grief, ces portes sont épaisses ce qui réduit la largeur de la banquette arrière sur laquelle ne pourront s'installer correctement que deux personnes, la place restant au milieu étant très étroite. En contrepartie l'espace pour les jambes est intéressant ainsi que la garde au toit. Le volume du coffre banquette en place déçoit également, seulement 318 litres à rapprocher des 385 litres d'un CITRÖEN C3 Picasso de mêmes dimensions. De plus, cette banquette ne coulisse pas, interdisant l'agrandissement du coffre un jour de départ en vacances. La modularité est limitée au fractionnement 40/60 ainsi qu'au dossier rabattable du siège passager à l'avant, permettant de transporter des objets de grande longueur (2,30 mètres). Sous le faux plancher du coffre se trouve soit le kit de gonflage, soit une roue de secours temporaire (option 50 €), dans ce cas le volume disponible n'est plus que de 304 litres.

Belle présentation

Le large accès du B-MAX ouvre sur un intérieur agréablement présenté et bien réalisé avec des matériaux de bonne facture. La garniture souple de la planche de bord, les entourages chromés et les inserts laqués apportent une note chic à l'ensemble. L'instrumentation est claire et lisible dans de grands cadrans, mais aucun thermomètre ou témoin indique que le moteur est froid, par ailleurs, le commutateur de l'éclairage est caché par la jante du volant et l'écran du système de communication est trop petit pour accueillir l'affichage de la navigation, d'ailleurs indisponible même en option. On apprécie par contre la simplicité d'utilisation du régulateur de vitesse que l'on peut ajuster au kilomètre heure près et également le toit panoramique vitré (option à 590 €) apportant beaucoup de luminosité.

Bel équipement

La gamme B-MAX est déclinée en quatre finitions Ambiente, Trend, Titanium et Titanium X combinées avec cinq motorisations, trois à essence et deux Diesel. Bien entendu la finition la plus simple n'est proposée qu'avec les deux motorisations de base 1.4 essence 90 chevaux et 1.5 TDCI 75, ce qui permet à FORD d'afficher des prix d'appel de respectivement 15.800 € et 18.050 € (novembre 2012) tout en offrant quand même quelques équipements intéressants (six airbags, ESP, ABS, détection du dégonflage des pneumatiques, dossier du siège passager avant rabattable à plat, radio CD/MP3, 6HP, prises Aux et USB, commandes au volant, verrouillage centralisé à distance, quatre vitres électriques à impulsion, volant réglable en hauteur et en profondeur). Trend apporte la climatisation manuelle, l'ordinateur de bord, les phares antibrouillard, le volant cuir, mais surtout donne accès aux deux motorisations les plus intéressantes, le moteur de l'année 2012, le fameux 1.0 SCTI 120 (19.050 €), détenteur de plusieurs records mondiaux de vitesse sous le capot de la Focus et le 1.6 TDCI 95 (19.900 €). Pour 1.200 € supplémentaires la finition Titanium propose l'air conditionné automatique, l'allumage automatique des phares et des essuie-glaces, le régulateur de vitesse, la radio CD/MP3 avec 6HP, prises Aux et USB, commandes au volant, écran matriciel 3", système Ford SYNC incluant le kit Bluetooth® avec commandes vocales, et Ford SOS d'appel des secours en cas d'accident, pour les principaux et peut être motorisée par toutes les mécaniques dont le 1.6 TI-VCT 105 (20.250 €) équipé de la boîte Power Shift à double embrayage. Enfin Titanium X apporte, entre autres, des sièges chauffants recouverts de cuir et des jantes alliage 16 pouces. Elle est affichée à 21.450 € avec le 1.0 SCTI 120 et le 1.6 TI-VCT 105 et à 22.300 € avec le Diesel 1.6 TDCI 95. A ces dotations déjà bien fournies à chaque niveau s'ajoute une longue liste d'options permettant d'agrémenter le confort, l'agrément ou la sécurité du B-MAX.

Un citadin à l'aise sur route

A la mise en route, il n'y a aucun doute quant au carburant utilisé. Ce B-MAX carbure au gazole et le fait savoir. En ville, il faudra supporter son ronronnement dans les encombrements, aucun système "start/stop" n'étant prévu sur les motorisations Diesel. En plus d'être assez sonore au ralenti et en accélération, le 1.6 TDCI 95 se montre vibrant et un peu paresseux à bas régime. Il ne faut pas hésiter à accélérer assez fort pour démarrer en côte et remettre la première pour prendre un virage serré en forte pente. On paye là le poids des lourdes portes coulissantes, le B-MAX affichant plus de 1.300 kg à vide sur la balance. Donc, malgré ses dimensions réduites, le B-MAX n'est pas si à l'aise que cela en ville, d'autant plus que la visibilité arrière n'est pas fameuse (merci à la caméra de recul, option à 250 € qui impose l'Audio Pack 8 SONY à 340 €). Heureusement la direction est légère et précise et le freinage mordant. La conduite sur route est plus agréable, même si la boîte longue, ne comportant que cinq rapports assez espacés, impose de pousser un peu les régimes sur les intermédiaires pour ne pas se trouver en sous régime en engageant le rapport supérieur. C'est finalement sur autoroute que le B-MAX est le plus à l'aise. A 130 km/h, le moteur se fait discret et se trouve sur une plage de couple favorable lui permettant de franchir les côtes sans fléchir. La consommation se maintient à des niveaux forts raisonnables, malgré tout presque deux litres au-dessus des chiffres officiels que ce soit en ville ou sur route… La motorisation est bien secondée par des liaisons au sol efficaces offrant un guidage précis et des suspensions assurant une bonne stabilité tout en préservant le confort des passagers qui apprécient, tout au moins à l'avant, des sièges offrant un bon maintien et au rembourrage adéquat.

Avec le B-MAX, FORD dispose d'un petit monospace confortable, sobre, bien présenté et équipé et proposant un accès à bord parmi les plus larges de la production mondiale, bien pratique pour installer les plus petits, les plus grands ou les plus âgés. Toutefois l'habitabilité à l'arrière et le coffre sont un peu justes, les portes coulissantes sont lourdes à manœuvrer, le moteur 1.6 TDCI manque de répondant à bas régime et est sujet à quelques vibrations qu'aucun système start/stop ne vient calmer à l'arrêt. L'excellent moteur essence 1.0 SCTI 120 (voir notre essai de la FORD Focus), moins cher (- 850 €), plus puissant (+ 25 chevaux) et à peine moins sobre (+ 1 l/100 km) me semble être un choix plus judicieux. 

Daniel DECHENE

2012-12-15