MAZDA CX-5 2.2 Skyactiv-D AWD 175

ESPACE TOUT-TERRAIN
  • Style dynamique
  • Dotation d’équipements de série
  • Agrément de conduite
  • Visibilité latérale
  • Habitacle très sobre
  • Absence de roue de secours

Prix : 37 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, 2 ACT, 16 soupapes Diesel, double turbocompresseur à géométrie variable
Cylindrée 2191 cm³
Puissance maxi 175 ch à 4500 tr/min
Couple maxi 42.80 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.56 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.71 m

Poids

Total 1615 kg

Capacités

Coffre de 463 à 1620 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 204 km/h
0 à 100 km/h 9.40 s

Environnement

Emission CO2 144 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 6.40
Mixte 5.50
Essai 7.70

LE CENTRE DE JEU

La gamme des SUV compacts s’étoffe d’un nouveau concurrent, le MAZDA CX-5. Fidèle au précepte du constructeur japonais, ce nouveau CX-5 arrive sur le marché avec des ambitions de bousculer la hiérarchie et de venir se faire lui aussi une place au soleil. Mais on le sait, la plage est déjà bondée et poser sa serviette va demander de jouer des coudes. Heureusement pour lui le CX-5 semble armé et dispose notamment d’une version Diesel de 175 chevaux. Bouton "Start" et en route.

De beaux atours

L’un des atouts majeurs de ce CX-5 est son design. Alors que la concurrence a quelquefois choisi un design passe-partout et quelquefois trop consensuel, le CX-5 a choisi une toute autre voie. MAZDA a baptisé "KODO" le design utilisé pour le CX-5, il faut traduire cela par l’âme du mouvement, rien que cela. Dans la réalité, on dispose d’un véhicule au gabarit extérieur qui parait imposant. La face avant est caractéristique de ce style. Elle est en forme d’aile et propose une grille d’entré d’air gigantesque. Les ailes sont sculptées. Tout concoure à donner une allure très dynamique voire sportive. Le résultat est réussi mais laisse une seule interrogation. Ce bel effort stylistique sied-il à un véhicule tout-terrain (en tout cas proposé comme tel) ? Nous n’avons pas poussé nos essais en abordant des routes hasardeuses pour tester la robustesse de la carrosserie qui, nous pensons,  n’est pas non plus adaptée à du safari.

Le moteur 2.2 litres de 175 chevaux

Chez Actua-Auto, nous avions déjà essayé le CX-5 : une version "Skyactiv" équipée d’une boîte automatique mais il s’agissait du moteur 2.2 litres de 150 chevaux. Cette fois-ci, nous avons eu en main le moteur 2.2 litres de 175 chevaux. Il s’agit de la motorisation Diesel la plus puissante disponible à ce jour sur un CX-5. Nous allons donc nous attarder sur les performances de ce nouveau moteur comparées à celles de la version de 150 chevaux. D’un point de vue performance en vitesse pure et accélération, la différence entre un 150 et un 175 chevaux n’est pas flagrante. Le plus puissant permet une vitesse maximale de 204 km/h et d’atteindre les 100 km/h en 9,2 secondes, soit respectivement 6 km/h de plus et 6 dixièmes de moins que sur le moteur 150 chevaux, le tout pour un poids parfaitement similaire. Le vrai écart se situe sur le couple proposé par les 175 chevaux. En effet, ce couple atteint une valeur de 420 Nm alors que les 150 chevaux offrent eux 380 Nm. Ce moteur est uniquement proposé en version 4WD.

Taux de compression optimisé

Bien qu’offrant un couple exceptionnel sur une large plage utile et des performances impressionnantes, les moteurs Skyactiv-D se révèlent être des Diesel extrêmement propres et économiques. Ils répondent d’ores et déjà aux exigences de la norme Euro 6 (alors que cette norme n’est pas encore entrée en vigueur) sans nécessiter de systèmes coûteux de post-traitement des gaz d’échappement. Leur secret réside entre autres dans leur taux de compression ultra-faible, leur conception allégée et leur double turbocompresseur à géométrie variable offrant une pression de suralimentation de 2,7 bars. MAZDA a également mis en place neuf cycles d’injection des injecteurs piézoélectriques à 10 trous à une pression d’injection maximum de 2.000 bars. Le résultat est à la hauteur de l’investissement puisque MAZDA indique une consommation de carburant moyenne de seulement 5,5 litres aux cent kilomètres (transmission automatique) et des émissions CO2 de 144 g/km pour ce moteur de 175 chevaux. Il faut noter tout de même que nous avons atteint une consommation moyenne de 7,7 litres mais, il est vrai, en conduisant de façon dynamique.

Je me comporte bien

Il faut maintenant juger si cette débauche d’énergie et de puissance est appréciée par les occupants du véhicule. Tout d’abord le moteur est un peu bruyant à froid et à bas régime. Lors des accélérations sur les premiers rapports de vitesse, un petit grondement se fait sentir, si bien que quelquefois on se croit être revenu à la technologie des injecteurs-pompes. Cependant à plus haut régime et en vitesse stabilisée, l’habitacle filtre bien les différents bruits et offre un niveau sonore qui finalement ne nuit pas au bien-être des différents occupants. De toute façon la très mélodieuse sonorisation des nombreux haut-parleurs BOSE du système multimédia vous aidera grandement à oublier les quelques nuisances sonores extérieures.

 La combinaison de la boîte automatique, d’un bon châssis et de la puissance du moteur offrent un ensemble bien équilibré et qui permet de rouler de façon énergique ou alors complètement détendue. Un appui franc sur la pédale d’accélération dégage une vraie puissance. Malgré ses 1.615 kg, le CX-5 est capable de belles accélérations qui vous permettront des dépassements sécurisés et sans difficulté. Il vous faudra même une surveillance accrue pour ne pas dépasser les limitations de vitesse des routes françaises, et ce sans avoir particulièrement voulu contrevenir au code de la route.

Pas de double embrayage mais pourtant…

Nous adressons une mention spéciale pour la qualité de la boîte automatique appelée transmission automatique Skyactiv-Drive à six rapports. Cette boîte a pour particularité d’offrir des passages de rapports rapides et précis. Que l’on soit en mode tout automatique ou alors en mode séquentiel, la boîte est bien adaptée à ce "gros moteur". Dans des chemins un peu difficiles ou dans des virages serrés, la présence de cette boîte soulage le conducteur qui n’a plus qu’à se concentrer sur la conduite bien aidée en plus par une nouvelle direction dont la réactivité varie en fonction de la vitesse et des conditions de conduite. Même en sous régime, le moteur ne s’essouffle guère et est capable de proposer de vraies reprises.

Qui a dit que rouler "Diesel" équivalait à rouler "pépère" ? En tout cas cet adage n’est pas valable sur notre modèle d’essai. Associé au moteur de 175 chevaux, le CX-5 apporte une réelle disponibilité grâce à un bloc vraiment coupleux et donc un vrai plaisir de conduite aussi bien en ville que sur des routes plus accidentées. Aidé par une offre tarifaire bien étudiée, un niveau d’équipement richement doté et une différence tarifaire assez faible entre les deux motorisations Diesel, le MAZDA CX-5 se pose en concurrent sérieux des vedettes actuelles sur le marché des SUV compacts. Par exemple, pour un prix identique au MAZDA CX-5 version Skyactiv de 175 chevaux, un PEUGEOT 4008 proposera seulement un moteur de 150 chevaux et un véhicule moins à l’aise sur des routes non goudronnées.

Harry ANDRE

2013-03-31