RENAULT Laguna Coupe

ESPACE Coupe
  • LIgne
  • Boîte EDC
  • Equipements
  • Absence Stop&Start
  • Allonge moteur
  • Prix

Prix : 33 550 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - turboDiesel injection directe common rail
Cylindrée 1461 cm³
Puissance maxi 110 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 24.48 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.63 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.40 m

Poids

Total 1429 kg

Capacités

Coffre de 423 à 873 dm³
Réservoir 66 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 193 km/h
0 à 100 km/h 12.90 s

Environnement

Emission CO2 113 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 5.10
Mixte 4.30
Essai 6.40

LE DILEMNE DU PERE DE FAMILLE...

Après son léger restylage lors du millésime 2012, la gamme Laguna a enfin vu arriver récemment la boîte à double-embrayage EDC, qui était déjà proposée sous le capot de la gamme Mégane et Scénic. Nous vous en proposons aujourd'hui un petit tour du (futur) propriétaire dans une avenante présentation "Monaco GP".

Design intemporel

Nous avons déjà écrit tout le bien que nous pensions de cette silhouette injustement sous-représentée sur nos routes. Mis à part une face avant timide qui n'a pas su, à notre goût, se démarquer suffisamment de la berline dont elle est dérivée, l'inspiration toute "Astonesque" du trois-quarts arrière lui confère une élégance rarement vue pour un coupé français depuis feue la remarquable PEUGEOT 406 Coupé et ses gènes italiens.

Depuis la discrète évolution extérieure de 2012, qui aura vu l'adoption de feux avant à LEDs, la présentation externe de ce modèle n'a pas évolué. Depuis l'année dernière, la finition "Monaco GP" de notre modèle d'essai est en effet devenue une finition à part entière et s'est maintenue au milieu de la gamme. Elle repose sur une présentation flatteuse comprenant une peinture "blanc nacré" associée à un pavillon noir brillant auxquels font écho les coques de rétroviseurs également noir brillant. La belle se chausse de jantes foncées "Interlagos" de 18 pouces, cette taille étant à notre sens celle qui convient le mieux à un modèle coupé ayant par définition une vocation sportive.

Equipements grand standing

La présentation intérieure n'a pas évolué non plus, gardant les surpiqures blanches sur la planche de bord et les sièges cuir à réglages électriques, chauffants, et siglés s'il vous plait mais en option.

La principale évolution à l'intérieur de l'habitacle est l'adoption sur ce millésime du système d'"infomédia" R-link. Remplaçant avantageusement la précédente navigation Tom-Tom live précédemment implantée, l'ergonomie globale du système nous aura cependant quand même demandé un petit temps d'adaptation. Enfin les informations temps réel sur les conditions de circulation reposent sur un abonnement de 54,90 € par an passés les premiers six mois offerts. Nous signalerons comme d'habitude que l'implantation de l'écran de navigation sur la Laguna est le plus élégant et ergonomique de la gamme RENAULT actuelle. Bien sûr, ce système se connecte en mode Bluetooth avec votre mobile, que vous pourrez ranger sous la planche de bord, et pour les réfractaires au sans-fil, une prise USB est même disponible dans la boîte à gant.

Enfin, suffisamment rare pour être signalé sur un coupé, cette Laguna a beau n'être qu'une quatre places, sa banquette arrière se rabat en 2/3-1/3 pour faire entrer des objets encombrants et intègre un accoudoir central amovible avec porte-boissons. Au fond, il n'y a guère que les vitres arrière fixes ou la garde au toit réduite car inhérente à la ligne de l'auto qui puissent gêner le confort des passagers s'ils sont claustrophobes.

Parmi les autres équipements présents se trouvent les phares au Xénon, le frein de parking automatique, les capteurs de pluie et de lumière, le démarrage mains-libres, etc… Au moins sur ce plan-là RENAULT a mis le paquet et justifie en partie le tarif élevé de ce modèle.

Comportement royal, souffle court

Après tant d'éloges sur un modèle emblématique il est toujours désagréable de devoir le critiquer. On peut cependant justement s'interroger sur le choix de motorisation effectué par la marque au losange pour ce modèle. Le K9K dCi 110 proposé ici en lieu et place du nouveau 1,6 litre dCi Energy 130 chevaux commence à accuser son âge : il claque à froid, grogne en prenant des tours et ne propose pas de stop-and-start. Il doit sûrement y avoir une logique industrielle derrière ce choix, RENAULT préférant sans doute privilégier sa gamme Mégane et ne pas menacer le deux litres dCi sur la Laguna. Heureusement, la boîte EDC à double embrayage transfigure totalement ce moteur en lui procurant des changements de vitesses à la vitesse de l'éclair. Ce joli coupé, pesant quand même près d'une tonne et demie, se montre ainsi souple et docile en ville et fait illusion jusqu'à la première bretelle d'autoroute. Car dès qu'il s'agit de forcer un peu l'allure, ce moteur manque cruellement d'allonge, et demandera pour doubler d'user du rétrogradage. Les reprises en sixième de 90 à 130 km/h sont ainsi éloquentes ! C'est d'autant plus dommage que le comportement ne souffre aucune critique avec une auto bien équilibrée et capable de beaucoup plus. L'excellente insonorisation ne souffre que des caprices du moteur.

Toujours dans le coup et toujours aussi belle dans la livrée Monaco GP, cette Laguna Coupé souffre cependant d'un ramage manquant de puissance pour aller avec son plumage, et ce malgré l'adoption fort attendue d'une boîte à double embrayage. A notre sens donc, et en attendant de pouvoir tester la même boîte avec le nouveau 1.6 dCi Energy déjà présent sous le capot de la gamme Mégane, le 2.0 Energy 150 ch reste le meilleur compromis pour cette auto, même s'il ne propose qu'une boîte manuelle…

Frederic JOUSSET

2013-10-30