HONDA CR-Z 1.5i-VTEC Luxury

ESPACE Coupe
  • Style
  • Idée Hybride
  • Couple à bas régime
  • Prix encore dissuasif
  • Visibilité arrière

Prix : 27 800 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - injection essence multi points + assistance électrique IMA
Cylindrée 1497 cm³
Puissance maxi 137 ch à 6100 tr/min
Couple maxi 19.37 mkg à 1000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.08 m
Largeur 1.74 m
Hauteur 1.40 m

Poids

Total 1210 kg

Capacités

Coffre de 207 à 381 dm³
Réservoir 40 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 9.30 s

Environnement

Emission CO2 122 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.10
Urbaine 4.70
Mixte 5.20
Essai 6.00

COUPÉ DÉCALÉ

C’est devenu une évidence pour la plupart, l’hybride a de l’avenir en apparaissant comme la solution la plus appropriée pour concilier autonomie, faibles consommations et rejets en baisse. HONDA fait partie des pionniers dans le domaine avec son association électrique et thermique inaugurée sur la Civic berline et perfectionnée dans l’Insight. Le constructeur a été le premier à généraliser un tel mariage dans une citadine, la Jazz, et dans un coupé sportif, le CR-Z. C’est à lui que nous allons nous intéresser…

Couplage

Sorti en 2010 et plus puissant depuis le dernier Mondial de Paris, le CR-Z reste discret sur nos routes et c’est dommage car il est le seul dans cette catégorie à ajouter de l’hybride à sa transmission. Le système HONDA se nomme IMA pour "Integrated Motor Assist" et comme son nom l’indique, il s’agit d’une assistance électrique au moteur thermique. Cela signifie que la voiture ne roule jamais en 100% électrique. Le moteur assistant vient en aide au thermique en cas de besoin et en retour "se recharge les batteries" dans le cas contraire (par exemple décélération, freinage etc…). Toutes les opérations sont, bien entendu, visualisables sur l’écran de bord ou via les combinés du futuriste tableau de bord. Il vaut à lui seul le détour et son côté "guerre des étoiles" peut logiquement dérouter le non initié. A l’image d’une Civic ou d’une Insight, il est entièrement numérique et passée la surprise, on réalise qu’il n’est pas aussi complexe qu’il n’y parait. Au centre, le compteur rond regroupe le compte tours (classique à aiguille) ainsi que la vitesse (en chiffres) et de chaque côté, les informations pratiques : ordinateur de bord, charge des batteries, jauge d’essence et schéma d’utilisation de l’IMA.

Le démarrage se fait avec une clé pour mettre le contact puis un bouton poussoir pour obtenir la mise en route du moteur. On aurait pu faire plus simple en confiant toutes ces opérations au seul bouton rouge. Tout amateur de HONDA sait qu’à l’opposé de ce signal rouge, son jumeau vert permet d’enclencher le mode ECON. En récompense de vos efforts, vous pouvez mesurer ceux-ci grâce aux arbres construits électroniquement sur un des écrans. Et si cela ne suffit pas, le système ECON vous aide dans la conduite écologique par la coloration de fond des combinés. Ceux-ci passent du vert au bleu, et même au coupable rouge qui désigne logiquement le mode sport, synonyme de plaisir mais souvent incompatible de basses consommations. Ce gadget coloré a d’ailleurs été repris par VOLVO, comme quoi, il n’est pas si ludique que cela.

Le moteur essence est un modeste 1,5 litre de 121 chevaux doté du système maison i-VTEC, à savoir la distribution variable. C’est là que le moteur électrique entre en jeu, une autre manière de rentabiliser le down sizing et qui permet au CR-Z de passer à 137 chevaux. Le plaisir de conduire de ce coupé est indéniable : on est bien installé, le volant multifonctions est agréable, et le confort est bon. La boîte de vitesse est à six rapports avec, logiquement, deux rapports supérieurs longs. Même avec toute l’énergie de l’IMA, la voiture peut vite se retrouver limitée, même en ayant sélectionné le mode Sport. En effet, HONDA a prévu deux modes alternatifs à l’ECON : normal et sport. Ce système agit plus ou moins sur l’accélérateur, la climatisation ou l’assistance électrique. Mais dans ce cas, il faudra revenir en quatrième, voire en troisième, le tout au détriment de la consommation. Il est vrai que bénéficier du caractère du coupé, impose de cravacher la voiture, monter dans les tours et profiter du couple à bas régime (un avantage du moteur électrique). Sur le volant, un bouton marqué d’un S provocateur est actif quand l’un des écrans indique que les batteries sont suffisamment chargées. Pas convaincant ce "launch" relève pour moi plus du gadget que d’un réel apport sportif. La voiture est évidemment dotée d’un Stop&Start. Côté consommations, le parcours essentiellement routier et autoroutier nous a donné un bon six litres.

Copinage

La vie à bord se fait à deux justifiant la désignation coupé, en fait coupé 2+2 pour donner un peu d’utilité à la micro banquette arrière (dépourvue d’appui-tête). Elle ne peut être utilisée que pour des tous petits enfants, la tête pouvant vite entrer en collision avec le hayon. Si la banquette est anecdotique, le coffre ne l’est pas (207 litres) au regard de l’architecture de la voiture, sans compter que ladite banquette peut se rabattre pour donner un peu plus de volume. On peut partir à deux avec des bagages, finalement pas si mal pour un coupé de seulement quatre mètres. La voiture dispose en complément de quelques rangements dont un entre les sièges. Les batteries n’empiètent nulle part, HONDA les a placées derrière la banquette. Tant qu’on est à l’arrière, le hayon est carrément horizontal avec le système de double vitre qui redescend sur le bouclier. Le beau dessin de la voiture a ses revers : la vue arrière est quasiment nulle, et définitivement perdue par temps pluvieux, les vitres n’ayant pas d’essuie-glace. Heureusement, la voiture dispose de radars de recul, à défaut, le seul recours aux rétroviseurs extérieurs sera compensé par la vue des belles ailes arrière galbées.

Equipage

Bien que l’estampille "hybride" trône sur le hayon, la voiture ne bénéficie pas de bonus. HONDA a limité la gamme à deux niveaux séparés de 1.800 €. La finition "Luxury" de notre coupé d’essai représente le haut de gamme et contient à peu près tout pour satisfaire le confort (égoïste) des deux passagers (on oublie l’arrière). Leurs sièges sont recouverts de cuir et sont chauffants. Bien entendu, la climatisation automatique, le régulateur de vitesse ainsi que les détecteurs de pluie et de luminosité font partie de la dotation de série. La voiture gagne au passage un toit vitré (fixe), mais ne dispose étonnamment pas de GPS. Côté sécurité, le CR-Z est équipé, comme toutes les HONDA, de l'aide au freinage d'urgence, de six airbags et d’un ESP.

Le style de ce coupé est plutôt réussi, plus carré que son prédécesseur CRX. La ligne bleue au dessus de la calandre rappelle le côté vert de la voiture. Le profil est tendu, et même étiré jusqu’au hayon dont on a déjà parlé. Les feux à l’arrière rappellent ceux de sa grande sœur Insight. La voiture a incontestablement de la personnalité, renforcée par ses belles jantes en alliage.

Bonne idée que de développer l’assistance électrique dans un coupé, en l’occurrence le CR-Z. HONDA a pu ainsi tirer 124 chevaux en pleine puissance d’un 1,5 litre doté de la technologie i-VTEC. Autre avantage, le couple maxi arrive très tôt. Autre spécificité, le CR-Z est le seul à conserver une boîte mécanique. Les rapports supérieurs sont longs car il faut tout de même veiller à la consommation. Le plaisir de rouler décalé dans un mignon petit coupé 2+2 a un prix ! En tout cas, HONDA a bien l’intention de poursuivre le mariage hybride que l’on devrait trouver prochainement dans la très attendue HONDA NSX Hybrid, et pour la perpétuation du coupé, le S660 concept…

Philippe NIOLLET

2013-12-26