AUDI S1

ESPACE Citadine
  • Châssis/comportement
  • Caractère moteur
  • Qualité de finition
  • Prix du segment supérieur
  • Pas de S-Tronic
  • Machine à perdre des points

Prix : de 33 900 € à 34 600 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - Double Injection essence Turbocompressé
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 231 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 37.00 mkg à 1600.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.98 m
Largeur 1.74 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1315 kg

Capacités

Coffre de 210 à 860 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.00 s

Environnement

Emission CO2 166 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.00
Urbaine 9.00
Mixte 7.00
Essai 0.00

PETITE ET MECHANTE !

Apparue en trois portes en 2010, puis en cinq portes "Sportback" en 2012 la petite citadine d'AUDI a connu un succès plus que relatif avec plus de 400.000 exemplaires vendus dans une catégorie pourtant ultra-concurrentielle. Capitalisant sur l'accueil réservé à l'exclusive et collector A1 "Quattro" en 2012, la marque aux anneaux a donc décidé de produire en série depuis son usine de Bruxelles un modèle au tempérament affirmé, qu'il a donc dénommé S1 en étendant sa gamme actuelle de modèles sportifs et polyvalents. Avec MINI JCW, ABARTH et autres GTI ou RS en ligne de mire, cette nouvelle venue saura-t-elle s'imposer dans la meute ?     

Plus loin

Cette nouvelle S1 est avant tout une A1, produite dans la même usine que les autres modèles de la gamme en Belgique. La petite citadine premium semble en effet rencontrer son public puisqu'elle est le deuxième modèle d'AUDI le plus vendu en France après l'A3. Cette sportive, qui constituera le neuvième modèle et les dix-septième (trois portes) et dix-huitième (Sportback cinq portes) carrosseries de la gamme S, est donc proposée en trois ou cinq portes et bénéficie des mêmes personnalisations que les autres A1 concernant la couleur des arches de pavillon et du toit. Sa robe trahit cependant un tempérament plus volcanique, tout en restant relativement discrète. L'œil de l'amateur se posera en premier lieu sur les jantes de 18 pouces, inhabituelles pour cette taille de voiture, sur l'imposant becquet arrière en haut de coffre puis sur l'extracteur entourant les quatre sorties d'échappement façon 500 ABARTH soulignant un pare-chocs redessiné à l'arrière comme à l'avant. Tiens, il y a donc un vrai moteur dans cette puce…

Enfin des détails plus subtils apparaissent comme des feux à LED redessinés, des rétroviseurs spécifiques et des bas de caisse élargis. En entrant à l'intérieur, les sièges baquets à l'avant promettent un joli tour de manège commandé par un pédalier sportif en aluminium.

Le style extérieur de cette nouvelle venue s'apparente donc plus à un jogging chic et discret à porter en ville, sans présumer des muscles dissimulés en-dessous. Cette présentation déjà avenante peut être complétée en option d'un pack extérieur "Quattro" à 900 € faisant référence à son aînée de 2012, ainsi que de personnalisations colorées intérieures sur l'arrière des sièges avant ou les côtés de la console centrale. Des options plus classiques de la gamme comme un toit ouvrant sont également disponibles. Nous n'avons cependant pas eu de notre côté de préférence particulière pour la trois portes ou la version Sportback, tout aussi avenantes l'une que l'autre, et ce en ligne avec les prévisions de vente d'AUDI France basées sur une équi-répartition des 500 exemplaires annuels entre les deux carrosseries.

Plus haut

La gamme S se veut selon AUDI synonyme de hautes performances et de facilité de conduite. Les options sont relativement limitées, car la dotation de base s'avère particulièrement riche, en phase avec le tarif pratiqué. Châssis sport, système de sélection de mode de conduite "AUDI Drive select", projecteurs Xénon plus, système audio/navigation couleur MMI GPS, démarrage sans clé, aide au parking arrière en constituent la partie la plus visible. Cette dotation riche semble cependant spécifique aux voitures importées en France, ce qui représente selon la filiale nationale, un équivalent de 4000 € d'avantages par rapport au modèle allemand plus simplement équipé. L'option DSG n'est cependant pas disponible pour l'instant, ce modèle sortant exclusivement en boîte mécanique.

Le moteur animant cette S1 nous est déjà connu, puisqu'il s'agit du deux litres TSFI à double injection de la cousine S3 implanté transversalement à l'avant, sauf qu'il est ici "détaré" de 300 à "seulement" 231 chevaux. Les connaisseurs auront également reconnu le bloc équipant la récente grande cousine VW Golf GTI Performance. Le couple généreux de 370 N.m, supérieur même à celui de l'exclusive Quattro, est cependant disponible sur une plage allant de 1.600 à 3.000 tr/mn. Autant dire qu'avec un tel berlingot, cette S1 abat le 0 à 100 km/h en 5,8 secondes et revendique d'emblée de s'installer en haut du segment des petites citadines sportives qui plafonnent habituellement autour de 200 chevaux et à une seconde de plus à l'exercice du sprint. La consommation moyenne mixte revendiquée est cependant de sept litres aux cent kilomètres, qu'il faudra mettre en regard des qualités dynamiques sur lesquelles nous allons revenir.

Mais comment alors passer autant de couple sur une voiture aussi légère ? C'est là que la transmission Quattro intervient. Un embrayage multidisque hydraulique situé sur l'essieu arrière fait passer la puissance du moteur sur ce dernier en cas de besoin. Le système de contrôle de trajectoire ESC permet également sur cette voiture une gestion du couple roue par roue et complète ainsi l'action de l'embrayage du pont arrière comme le ferait un blocage transversal de couple. Enfin, si l'implantation d'un si gros moteur sur une petite puce pouvait inquiéter quant à la répartition des masses, ce nouvel essieu arrière, forcément plus lourd, participe ainsi à rééquilibrer le véhicule, d'autant que sur l'A1, la batterie est déjà implantée sous le plancher de coffre arrière.

Le châssis a bien sûr été modifié par rapport aux autres A1, mais n'est pas non plus dérivé de celui de la Quattro de 2012 qui était spécifique à cette série limitée à 333 exemplaires. Le plus voyant reste le train arrière à quatre bras qui remplace celui habituellement monté sur la petite AUDI. Moins visibles, des paliers oscillants modifiés sur le train avant participent à plus de dynamisme et de réactivité en entrée de virage, en association avec une nouvelle direction assistée électromécanique. Cette S1 est également dotée d'un système de sélection de mode de conduite que nous avons rencontré sur l'A3. Celui-ci intervient sur l'injection moteur, la dureté de l'amortissement et de la direction ainsi que l'environnement sonore en jouant sur un système résonateur implanté sous le pare-brise comme dans d'autres modèles du groupe VOLKSWAGEN.

Plus fort

Notre prise de contact avec ce modèle s'est effectuée sur les agréables routes de montagne corses entre Bastia et Porto-Vecchio. Autant dire que conserver la vitesse autorisée de 90 km/h sur les virages de montagne relève de la gageure, sauf si vous êtes équipés du bon outil ! Vive, agile et extrêmement précise, cette S1 bondit de virage en virage grâce à la puissance de son moteur et ne perd jamais son équilibre, même malmenée. La souplesse du 2 litres est surprenante : il pousse très fort quel que soit le régime et révèle un tempérament vraiment affirmé. Vous pourrez ainsi monter une route de montagne sans bouger du troisième rapport en jouant sur les reprises et l'allonge du moteur, la boîte six présentant un étagement plutôt court pour faciliter le dynamisme. L'agilité est vraiment remarquable et le placement en virage facilité par la rigueur du châssis et la franchise de la direction. Le plus marquant sur ce modèle est donc le sentiment de facilité qu'il procure, car les multiples systèmes électroniques encadreront toujours vos évolutions et limiteront toute velléité de glissade. Dommage pour le fun, mais en ligne avec l'efficacité ! Ils ne sont en effet que partiellement déconnectables, repoussant en fait quelque peu leur seuil de déclenchement pour permettre de petites glissades. L'effet du Quattro est bien sensible à la remise des gaz au travers une motricité sans faille, l'auto donnant sensiblement l'impression de "pousser" de l'arrière, rentrant alors naturellement vers la corde en accélérant. Le résultat global obtenu par AUDI est sans compromis : son petit fauve bondit réellement de courbe en courbe s'il vous prend l'envie de le provoquer.

Pour ce qui est des évolutions quotidiennes, on appréciera la relative sobriété du moteur par rapport aux performances, ainsi que le mode de conduite standard, dans lequel le résonateur est atténué, ce qui permet de préserver le confort. Le coffre reste cependant très limité, tout comme  les exiguës places arrière. A réserver aux couples sportifs, donc !

Une année prometteuse

Cette S1 constitue la troisième nouveauté de l'année pour la marque aux anneaux après l'A3 cabriolet et la S3 berline. La suite du menu passera par la S3 cabriolet à la fin de l'été, puis l'A3 PHEV e-Tron vers fin septembre. Rappelons que ce dérivé de la berline compacte est un modèle hybride essence-électrique rechargeable, affichant 200 chevaux au total et 50 kilomètres d'autonomie en tout électrique. Prévue autour de 39.000 € en finition Ambiente et 45.000 € en Luxe, elle bénéficiera d'un substantiel bonus écologique évalué à 4.000 €. Le nouveau coupé TT, modèle phare de la firme aux anneaux, arrivera en octobre, et sa version sportive TT-S début 2015. Enfin l'année 2014 verra l'arrivée de nouvelles motorisations optimisées et dénommées "Ultra", dont la première implémentation se fera dans l'Audi A6 2 litres TDI 190 chevaux. Des restylages de modèles phares comme l'A7 et le Q3 sont également attendus avant la fin de l'année. Le nouveau Q7 sera, lui, présenté au salon de Détroit début 2015, et l'attendue A4 sera présentée à Francfort puis commercialisée vers la fin de l'année 2015.

C'est une AUDI, donc elle est chère. Certes, mais en s'attardant quelque peu sur le ramage de la belle, le prix demandé n'est pas scandaleusement décalé par rapport à certaines de ses concurrentes pour un modèle qui domine sans complexe sa catégorie d'un bon capot ! Il n'en reste pas moins que ce type de véhicule s'adresse à une clientèle particulière fonctionnant sur des critères de design voire de mode ou de performance. AUDI a clairement fait le choix de la deuxième orientation et propose ici un modèle à fort potentiel mais utilisable également au quotidien. Radar en main, elle risque cependant de faire mal à votre permis mais ne sera pas avare de sensations et mérite donc, par son positionnement pleinement assumé, sa cinquième étoile. 

Frederic JOUSSET

2014-05-18