SUZUKI SX4 S-Cross 1.6 DDiS Style

ESPACE SUV
  • Sobriété du DDiS
  • Prix
  • Accès à la transmission intégrale
  • Look passe-partout
  • Quelques plastiques fragiles

Prix : 25 890 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo Diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 120 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 32.63 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.30 m
Largeur 1.75 m
Hauteur 1.58 m

Poids

Total 1240 kg

Capacités

Coffre de 430 à 1269 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 12.00 s

Environnement

Emission CO2 115 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.80
Urbaine 5.40
Mixte 4.40
Essai 4.30

INTEGRAL ET SOBRE

Il était grand temps pour SUZUKI de remplacer son SX4 après sept années de bons et loyaux services. Alors s’est posé le problème crucial du patronyme du successeur avec deux possibilités : garder l’ancien nom pour perpétuer la saga ou en trouver un nouveau pour montrer le changement. La décision peut s’avérer difficile. Le constructeur n’a pas tranché en regroupant les deux choix, ainsi est né le SX4 S-Cross. Au delà de l’anecdote patronymique, l’intention de SUZUKI est de prendre des parts sur le marché des crossovers. Faisons connaissance…

Consensus du ramage

On se souvient que le SX4, premier crossover de la marque avait été développé avec FIAT, alors partenaire de GM. Aujourd’hui, le remplaçant qu’on va nommer S-Cross pour faire simple, est entièrement nouveau, développé en solo mais gardant un lien motoriste avec son ancien partenaire italien.

La ligne du S-Cross n’est pas révolutionnaire, voire même moins originale que celle du SX4. Frileux, les designers SUZUKI ? Ils sont plutôt attentifs à ce que fait la concurrence vu la ressemblance de trois quarts arrière avec le premier NISSAN Qashqai. Nez plus aplati autour d’une calandre chromée assez verticale, la fantaisie vient des LED soulignant les blocs optiques. Tout aussi vertical et c’est bon pour le volume du coffre, le hayon descend assez bas sur des boucliers bicolores pour la finition essayée. On sent que l’habitabilité a été étudiée d’autant que la longueur a été augmentée de quinze centimètres profitant surtout aux passagers arrière. Si le style externe est un peu trop passepartout, voyons ce que réserve l’intérieur. L’habitabilité est bonne pour un véhicule de 4,30 mètres, avec un empattement augmenté de dix centimètres par rapport au SX4. On apprécie l’assise en hauteur, rappelant s’il en était besoin, la vocation du véhicule. La planche de bord est sobre, sans fioriture si on excepte les entourages chromés et le cerclage bleu des compteurs. L’écran central est de petite taille, étendu tout de même à 6,1 pouces avec la finition "Pack". Dans ce cas, il est tactile et en couleur. Le plus agréable finalement est au dessus de nos têtes avec cet immense toit vitré (ouvrant) en série sur le modèle d’essai. Le confort est bon et les réglages efficaces, en veillant à ne pas brusquer la poignée fragile du réglage. Le coffre a lui aussi pris du volume (+ 160 litres), quasiment doublé en comparaison avec l’ancienne génération. Un système de plancher amovible permet d’aménager deux niveaux, c’est la seule astuce proposée mais elle peut s’avérer très utile.

Consommations sages

Le S-Cross DDiS a troqué le vieux deux litres FIAT pour le récent 1,6 du même constructeur. Le Multijet motorise le S-Cross dans sa version de 120 chevaux. Et là, je ne sais pas si l’ordinateur de la voiture était optimiste, mais celui-ci a affiché une consommation quasiment identique à la donnée du constructeur. Vu les conditions d’obtention de ces valeurs, cela tient de l’exploit. Cette sobriété très bienvenue (4,3 litres aux cent kilomètres), confirmée au moment de refaire le plein est un indéniable atout. Le S-Cross reste d’ailleurs neutre du côté du bonus écologique, sans avoir eu recours à un stop & start. Le revers de la médaille, peut être dû à une insonorisation plus légère de l’habitacle, le DDiS s’avère un peu bruyant quand on monte dans les régimes. Le moteur est associé à une boîte six bien étagée. C’est la seule offre et si vous voulez l’automatisme, il faut sélectionner l’autre moteur de la gamme à savoir le 1,6 litre essence. Dans ce cas, vous disposez d’une boîte type CVT avec sept rapports possibles actionnés par des palettes au volant.

Une des facettes du SX4 est son aptitude tout terrain, un domaine maîtrisé par SUZUKI. Les offres en compactes intégrales n’étant pas si nombreuses, la version 4x4 nommée AllGrip (on ne peut pas être plus explicite) existe avec les deux motorisations (essence et Diesel). Comptez 1.900 € pour l’obtenir. La transmission propose quatre modes sélectionnables par une simple molette sur la console centrale. Le mode principal "Auto" gère automatiquement la transmission : traction sinon intégrale en cas de détection de patinage.

Constitution du paysage

Le prix est un des atouts de SUZUKI avec en entrée de gamme "Avantage", respectivement 19.000 € et 22.600 € pour l’essence et le Diesel (toute la famille est neutre au niveau CO2). Elle donne un minimum acceptable avec un air conditionné. Si vous voulez l’AllGrip, il faut passer au niveau 2 "Privilège". La déclinaison est rigoureusement identique pour le moteur essence comme pour le DDiS. La quatrième et dernière finition "Style" de notre voiture d’essai réservée à la boîte auto et l’AllGrip côté essence se paie 27.000 € et 1.000 € de moins pour la Diesel, en simple traction et boîte mécanique. Pour le prix, rien ne manque ! On a récupéré les automatismes, les LED de jour, la caméra de recul et le chrome sur la calandre du niveau 3. Notre haut de gamme se "contente" donc d’assurer son rôle avec du cuir sur la sellerie, le démarrage sans clé, le chauffage des sièges avant et surtout l’indispensable toit panoramique laissant le catalogue des options à la seule et incontournable peinture métallisée…

SUZUKI renouvelle son SUV compact, il était temps sachant l’intérêt porté par les potentiels clients pour ce segment. Le SX4 S-Cross remplace donc le SX4, sous la forme d’un modèle inédit qui a perdu le dessin italien de son partenaire FIAT. Il a en revanche conservé le récent 1,6 Diesel turinois. Intégrale et sobre sont les maître-mots du nouveau SUZUKI en notant que le simple "4x2" est disponible. Un peu plus grand que l’ancien SX4, plus habitable, le S-Cross est une alternative économiquement intéressante, à tel point qu’on peut préférer le haut de gamme doté du toit panoramique gigantesque…

Ph. NIOLLET

2014-04-25