CITROEN C1 Pure Tech 82 Shine Airscape

ESPACE Citadine
  • Look
  • Qualité perçue
  • Trains & insonorisation
  • Toit ouvrant
  • Prix qui peut vite grimper
  • Pas de Stop&Start

Prix : 15 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 3 cylindres - 12 soupapes - injection essence multipoints
Cylindrée 1199 cm³
Puissance maxi 82 ch à 5750 tr/min
Couple maxi 11.00 mkg à 2750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.47 m
Largeur 1.62 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 865 kg

Capacités

Coffre de 196 à 780 dm³
Réservoir 35 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 170 km/h
0 à 100 km/h 12.00 s

Environnement

Emission CO2 99 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.00
Urbaine 5.00
Mixte 4.00
Essai 5.00

BOUILLONNANTE

La C4-Cactus n’a pas été la seule vedette du stand CITROËN au dernier Salon de Genève, la C1, deuxième du nom, y était présentée. Outre son style révolutionnaire si on le compare à celui de la première C1, le clin d’œil helvétique de la version unique "Swiss & Me" a bien dessiné les futures possibilités de personnalisation. En attendant et en guise de base de lancement, la nouvelle C1 arrive à la fois en trois et cinq portes, en version découvrable et avec une bouille étonnante !

Airs de DS

Avec la C1 "2", on est passé de la voiturette à la mini voiture. La génération précédente a remporté un beau succès en cumulant ses ventes avec celles de sa cousine PEUGEOT 107 (pour rester dans le franco-français), en neuf ans d’existence. La première C1 n’avait pas un look des plus avenants avec ses panneaux simples de carrosserie et ses petites roues. Comparée à une FIAT 500 qui a résisté jusqu’à présent aux assauts de la concurrence acharnée, la première C1 misait sur l’économie au détriment du style. Mais ça, c’était avant !

Cette réaction s’avère indispensable face à un autre "phénomène promis au succès" également présenté à Genève, sur le stand RENAULT. L’équation est simple : une FIAT 500 toujours craquante qui résiste, une OPEL Adam et une VW up! (avec ses deux sœurs Mii & Citigo) en phase de conquête, une future belle Twingo3, PSA profite de cette courte avance sur sa rivale française pour se démarquer. La PEUGEOT 108 pour les gens plus sérieux et la CITROËN C1 pour les gens plus baba cool (effet Cactus ?) Je n’oublie pas la TOYOTA Aygo avec son look tout aussi incisif, produite sur la même chaîne en Hongrie dans l’usine commune inaugurée avec les générations 1.

La couleur "Red Sunrise" y est aussi pour quelque chose, en tout cas, les passants ont bien remarqué ma voiture, encore rare sur les routes de France. La ligne a pris une dimension plus sérieuse sous la forme d’une mignonne voiture bien proportionnée. La longueur (3,46 mètres) reste très compacte. Le plus surprenant est la face marquée par deux grandes optiques circulaires surmontées de sourcils larges. On est exactement dans l’esprit des C4 Picasso et Cactus, nouvelle signature des chevrons. Une belle calandre chromée, des boucliers nettement mieux intégrés au style de la voiture, contenant les LEDs diurnes, verticales pour mon modèle d’essai, la C1 se donne des airs de DS. A l’arrière, le hayon noir en verre a été conservé. Il est à manœuvrer avec délicatesse au vu de la fragilité des supports de tablette. Les feux ont changé pour adopter un style très… DS3. La voiture est proposée en trois ou cinq portes, avec des "vraies" portes arrière dans cette seconde configuration. Héritage de la génération précédente et recherche des économies de poids (et d’argent), l’ouverture de la vitre de ces portes reste à compas.

Nul doute que CITROËN utilisera la personnalisation de la robe de la voiture. Cela commence par les couleurs et la possibilité de choisir des versions bi tons. Et dans notre cas, c’est la couleur de la toile du toit ouvrant qui se distingue parmi les trois propositions possibles. La C1 est découvrable, entendons par ce terme que le pavillon est entièrement ouvrable (80 cm x 76 cm) ou presque. La commande est électrique, active même en roulant. Cette possibilité nommée Airscape en cette période estivale est très agréable, mais requiert 1.150 €. Pour le prix puisque l’Airscape fait partie de la gamme à part entière, vous aurez des coques de rétroviseurs et la toile noires. Pour une toile de couleur différente (grise ou rouge), il faudra ajouter 160 €. Pour l’insonorisation, rien à redire, elle préserve bien l’habitacle !

Hermétique

L’extérieur est séduisant, qu’en est-il de l’intérieur ? L’effort de présentation est net en n’oubliant pas que ma voiture est un haut de gamme. Le bandeau latéral coloré, l’écran central que dis-je, la tablette laquée de noir font oublier les plastiques durs. Les tôles peintes de contre-porte rappellent la couleur de la carrosserie, ce qui n’est finalement pas désagréable et peut donner un peu de gaieté à l’intérieur. Les sièges avec appui-tête intégré (à la manière d’une VW up!) maintiennent confortablement. La finition haute permet le réglage en hauteur du siège conducteur et offre en option de le rendre chauffant. Le compteur rond (à la manière d’une FIAT 500) est conservé avec l’ordinateur de bord en son centre. En revanche, CITROËN n’a pas reconduit le compte-tours déporté, il est désormais intégré sur le côté sous la forme d’une succession linéaire de diodes. La mauvaise surprise due à la recherche d’économie, vient de l’absence de réglage en profondeur du volant, même remarque sur les commandes de vitres qui se passent d’impulsion. La finition haute est dotée de l’allumage automatique des phares mais ne propose pas de détecteur de pluie. Sa vocation urbaine et l’économie toujours donne un limiteur de vitesse mais pas de régulateur.

Mais il y a des bonnes surprises dont l’une se voit sur l’écran central quand on enclenche la marche arrière. La C1 peut être en effet dotée d’une caméra de recul. Superflu pour une voiture de 3,46 mètres ? Définitivement non, on s’habitue parfaitement à ce confort (en série sur la finition haute). Dans le même genre, la C1 profite de son ESP pour proposer l’aide au démarrage en côte. Pour mémoire, le système retient la voiture quelques instants, ce qui évite d’utiliser l’accélérateur ou le frein à main pour démarrer sans reculer. Les (deux) places arrière sont correctes, équipées de bacs dans les portières. Le coffre est toujours aussi réduit, et ne s’encombre pas de roue de secours même galette.

Erudite

La gamme comprend deux moteurs, tous les deux à essence et à trois cylindres. En entrée, le 1 litre du partenaire TOYOTA (nommé VTi 68) délivre 69 chevaux et en haut, le nouveau 1,2 litre monte la puissance à 82 chevaux. C’est ce même moteur de la gamme Pure Tech, de PSA, qui équipe les C4 et 308 avec une palette de puissances allant jusqu’à 130 chevaux. Il faut se faire une raison, les petites voitures (et même les moyennes) vont être motorisées par des trois cylindres, résultat du downsizing. L’avantage est la disponibilité et la vivacité du moteur qui rend notre bouillonnante C1 très plaisante à conduire. L’inconvénient est la sonorité pas très agréable dudit moteur, heureusement atténué par les efforts d’insonorisation des constructeurs. Evidemment, la recherche de gain de poids qui, on l’a vu, a sacrifié quelques équipements permet d’afficher un poids plume de 840 kg pour la plus légère des C1. On se rapproche de la masse d’une AX des années 80, mais avec bon nombre d’équipements de sécurité. Côté économie toujours, même si la Pure Tech se passe du Stop&Start, l’ordinateur de bord a oscillé entre 5,2 et 5,3 litres aux cent, à vide et en conduite adaptée. Le VTi 68 est la seule motorisation dans sa version e-VTi qui donne un bonus de 150 €.

La gamme C1 commence à 9.950 € avec un modèle unique bien nommé "Start" à trois portes et sans direction assistée. Mais comme c’est souvent le cas dans ces recherches de personnalisation ou simplement de confort, on peut voir son prix vite grimper. Pour vous aider, CITROËN a prévu trois niveaux ("Live", "Feel" et "Shine") et huit couleurs de carrosserie. Comptez 500 € pour passer de trois à cinq portes et au maximum 600 € supplémentaires pour le moteur le plus puissant. Les LED diurnes, l’ESP, six airbags et l’ordinateur de bord sont offerts mais il faut acheter le niveau Feel pour avoir la climatisation, les vitres avant électriques, le limiteur de vitesse et un système audio MP3. Une C1 Feel VTi 68 est affichée, sans options, à 11.850 € en trois portes.

La technologie est accessible aux petites voitures permettant le démarrage sans clé. Et comme la voiture s’adresse aussi à une clientèle jeune, l’écran – tablette tactile de sept pouces (en série sur "Shine") permet de commander l’ordinateur et les fonctions médias. Avec la technologie "Mirror Screen" qui commence à apparaître sur les petites voitures, on peut piloter son Smartphone (sous réserve de compatibilité) depuis la tablette et installer des applications constructeur ou non.

CITROËN poursuit le renouvellement de sa gamme en passant par un morceau de choix et si possible de roi. Le segment des petites est convoité et il est impératif d’y trouver une bonne place. La C1 deuxième du nom a bien entendu corrigé les défauts de la précédente génération pour être plus séduisante. Le look Cactus y est pour quelque chose pour la face. La séduction vient aussi de l’option "toit intégralement ouvrant", mais aussi et surtout de l’amélioration de la qualité perçue, de l’insonorisation et des suspensions. Les moteurs 100% essence sont également plus sobres. La modernité de la voiture lui permet de rester connectée, mais aussi de bénéficier de quelques équipements jusqu’à présent indisponibles dans ce segment…

Philippe NIOLLET

2014-08-27